Navigation – Plan du site

James Green (dir.), « Le coup d’État militaire 50 ans après », Brésil(s), n° 5, 2014

Igor Martinache
Le coup d'État militaire 50 ans après
James Green (dir.), « Le coup d'État militaire 50 ans après », Brésil(s), n° 5, 2014, 272 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1657-7.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la coupe du monde de football bat son plein, suscitant toutes sortes de commentaires, une chose est sûre : le pays qui l’accueille polarise l’attention médiatique. Au-delà de la compétition, les articles fleurissent sur la culture, la société, l’histoire ou même la gastronomie brésiliennes, mais un sujet semble étrangement échapper aux radars des journalistes et autres blogueurs : la dictature militaire qui s’est installée il y a pourtant exactement un demi-siècle et pour vingt-et-une années (1964-1985). Comme le pointe James Green dans son introduction, nous sommes loin d’avoir compris quels ont été les tenants et aboutissants de ce putsch militaire, et notamment de ce qui le caractérisait par rapport à ceux intervenus dans la même période en Bolivie (1971), en Uruguay, au Chili (1973) et en Argentine (1976), dans un contexte de guerre froide exacerbé par la révolution cubaine, en 1959.

  • 1 Éditée par le Centre de recherche sur le Brésil colonial et contemporain (CRBC) de l’EHESS et qui f (...)

2Le dernier numéro de la revue Brésil(s)1 vient heureusement corriger cet « oubli » significatif. Beaucoup de dimensions de ce putsch et de ses suites restent en effet à explorer, et les controverses sont encore vives, tant dans la société brésilienne que dans le monde académique, ainsi que les articles de ce dossier le donnent à voir. Comme l’explique dans sa contribution João Roberto Martins Filho, la qualification même de dictature militaire est ainsi contestée par certains historiens, qui lui préfèrent celle de « régime civil-militaire » afin de souligner le soutien qu’elle a reçu de divers groupes d’intérêt (grandes entreprises, universités, médias, etc.) et d’une partie de la population. De même, la datation de la fin de ce régime ne fait pas consensus, les mêmes « révisionnistes » comme les qualifie Martins Filho arguant qu’il faut en réalité la situer en 1979, avec l’abrogation de l’Acte institutionnel n° 5, qui instaurait un véritable état d’exception en accordant, de fait, pratiquement les pleins pouvoirs à l’exécutif militaire. Martins Filho critique en retour ce récent courant historiographique désormais triomphant, en insistant sur la militarisation de l’appareil étatique, l’hétérogénéité de la société civile ou encore sur le rôle central de l’École supérieure de guerre (Escola Superior de Guerra) dans l’élaboration et la diffusion de l’idéologie particulière du régime – mélange de libéralisme et d’anticommunisme insistant sur la sécurité et le développement. Il explique également que vouloir dater la sortie de dictature en 1979 occulte la volonté des gouvernants de continuer à « dicter le rythme et le cadre de cette décompression dont la finalité était de transmettre le pouvoir sans que l’armée en tant qu’institution ne s’en trouve menacée » (p. 27) – comme en témoigne particulièrement la loi d’Amnistie adoptée à ce moment-là –, et préfère pour cela parler de « transition contrôlée » pour désigner les dernières années de dictature.

  • 2 Notion qu’il convient évidemment de manier avec d’extrêmes précautions. Voir notamment Gilbert Rist (...)

3Dans sa contribution, Maria Celina D’Araujo aborde une autre controverse, autant politique qu’académique, concernant le rôle et la place du pouvoir législatif dans cette (contre-)révolution militaire. Jusqu’à présent, la plupart des analyses ont en effet considéré le Congrès, et avec lui le régime libéral – au sens politique du terme – institué par la Constitution de 1946, comme un obstacle au développement du pays, tant sur le plan économique que sur le plan social, du fait notamment de sa base conservatrice et de son clientélisme, justifiant de ce fait en quelque sorte le coup d’État. L’auteure revient ainsi sur différents pans de cette littérature académique des années 1970 pour en pointer les présupposés et limites ; elle met ainsi en évidence une croyance implicite encore bien vivace, notamment parmi les « élites », selon laquelle le développement2 économique serait un préalable nécessaire à la démocratie, et non l’inverse.

4Le positionnement des institutions, comme des divers groupes sociaux, vis-à-vis des gouvernements militaires entre 1964 et 1985 apparaît ainsi profondément ambivalent. Cela a donc été notamment le cas des universitaires et chercheurs, mais aussi des partis politiques et des syndicats, comme le montre ici Marco Aurélio Santana à partir du cas du Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro. Après avoir mis en évidence les importantes recompositions expérimentées par le mouvement ouvrier brésilien durant la décennie 1950, débouchant sur une montée décisive de l’influence des syndicats de travailleurs dans la vie politique du pays et comment, dès l’arrivée au pouvoir de Castelo Branco en 1964, la dictature militaire a opéré une reprise en main vigoureuse du mouvement syndical en modifiant les règles de représentation et de financement, et en prenant des mesures favorables au patronat, comme l’abrogation du droit à la stabilité de l’emploi et le « garrot salarial », faisant également concrètement obstacle à l’action collective dans les entreprises, l’auteur revient sur le cas particulier du Syndicat des métallurgistes de Rio, « exemple parfait du syndicat hégémonique des années 1950 » (p. 60). Si le Parti communiste brésilien (PCB) y joue, comme ailleurs, une influence croissante, non sans avoir un impact positif sur l’activisme syndical, cela ne l’empêche pas de mener une politique unitaire avec les travaillistes, qui se cristallise dans la direction de Benedicto Cerqueira. Ce personnage symbolise à lui seul toute l’ambiguïté du positionnement du syndicat, où coexistent un discours très revendicatif et une préférence pour la négociation et la voie institutionnelle ; il n’est donc pas surprenant de le voir quitter la direction du syndicat l’année précédant le coup d’État pour un poste de député. Lorsque le putsch survient, les dirigeants du syndicat semblent pris par surprise, mais réagissent davantage, explique l’auteur, pour tenter de sauver les meubles, y compris les moyens de leur action, que dans une attitude claire de résistance. Surtout, les partisans du nouveau régime dictatorial prennent rapidement l’ascendant dans le syndicat, non sans réécrire tout un pan de l’histoire ouvrière, reléguant ses adversaires dans l’opposition interne, et surtout faisant désormais taire au sein même de l’organisation toute expression dissidente.

  • 3 L’expression elle-même est due au cinéaste Carlos Diegues, dénonçant la police idéologique exercée (...)

5Deux autres contributions traitent des artistes brésiliens, non moins hétérogènes et ambivalents vis-à-vis de la dictature que les autres groupes. Dária Gorete Jaremtchuk s’intéresse ainsi à ceux qui se sont exilés un temps à New York. Loin de correspondre à la figure de réfugiés politiques, ceux-ci sont le plus souvent partis par la voie légale et en bénéficiant de bourses ou de prix pour financer leur voyage. Aucun ne s’est ainsi déclaré exilé, ni ne s’est publiquement exprimé contre le régime, ce qui n’a pas empêché certains d’être perçus comme des opposants par celui-ci, tandis que certains se sont effectivement efforcés, à travers leurs œuvres, de dénoncer les méthodes de torture de la junte militaire. Marcos Napolitano traite pour sa part de la période de relâchement de la censure en revenant sur l’épisode des « patrouilles idéologiques » entre 1978 et 19813. On peut résumer cette période en disant qu’il s’agissait d’une longue polémique au sein des milieux artistiques de gauche quant à la définition du « bon » artiste engagé, entre les quatre tendances composant cette gauche culturelle : communistes, libéraux, « nouvelle gauche » (qui donnera naissance au Parti des travailleurs actuellement au pouvoir) et catholiques. L’auteur montre notamment la position délicate qui caractérisait les artistes de gauche dans la deuxième moitié des années 1970, à la fois surveillés – censurés, le cas échéant – et promus, tant financièrement que symboliquement, dans le cadre de sa stratégie d’auto-réforme et d’ouverture, au moins en façade. Des débats qui ne sont pas sans résonance dans des contextes plus « démocratiques ».

6Si, en termes d’assassinats et de disparition, la dictature brésilienne n’a pas atteint les macabres scores de ses homologues chiliennes et argentines (respectivement 500, 3 500 et 30 000 morts officiellement), elle s’est en revanche illustrée par l’ampleur de la torture et un long savoir-faire en la matière. C’est sur cet aspect encore mal connu, du fait notamment de la loi d’Amnistie et de la fermeture des archives jusqu’à 2011 ? que Maud Chirio et Mariana Joffily reviennent dans leur article, en montrant tout l’intérêt, mais aussi les limites, de l’utilisation de quatre listes de dénonciation de tortionnaires, publiées à l’époque par des groupes constitués notamment de victimes, d’avocats ou encore de journalistes, à partir de leurs souvenirs ou de dossiers de procédure pénale consultés clandestinement. L’existence même de ces listes témoigne, écrivent-elles, d’un nouveau paradoxe : « elles n’ont été possibles que du fait de l’apparence, et même d’une certaine réalité, de normalité démocratique et judiciaire, qui différencie la dictature militaire brésilienne des autres régimes autoritaires du Cône Sud » (p. 101). Ceci confirme que la dictature brésilienne, véritable nœud de contradictions, présente encore un certain nombre d’énigmes à résoudre, tant d’un point de vue historique que d’actualité politique.

7Á noter enfin, dans la partie « varia » de ce numéro, la traduction de deux articles du chercheur états-unien George Reid Andrews, l’un de 1992 et l’autre de 2014, où il présente une comparaison des inégalités raciales entre les États-Unis et le Brésil entre 1940 et 1990, puis entre 1990 et aujourd’hui. Il montre notamment dans le premier comment la situation s’est inversée entre les deux pays (les Noirs et les Métis étaient au départ défavorisés par rapport aux Blancs aux États-Unis, à tous les points de vue, puis leur situation s’est relativement améliorée, à la différence de leurs homologues brésiliens). Les tendances se sont ensuite de nouveau inversées au cours des deux dernières décennies, même si l’inégalité raciale reste encore supérieure au Brésil qu’aux États-Unis. Au-delà des données présentées, l’auteur pointe le rôle des différents facteurs économiques et politiques – sans toutefois être en mesure de pouvoir isoler leurs parts respectives –, et surtout il met en évidence la tension entre les politiques sociales destinées aux plus pauvres en général et celles dites de « discrimination positive ». Un dilemme incontestablement crucial et qui mériterait un traitement plus subtil qu’il ne le reçoit aujourd’hui dans le débat public.

Haut de page

Notes

1 Éditée par le Centre de recherche sur le Brésil colonial et contemporain (CRBC) de l’EHESS et qui fait suite aux Cahiers du Brésil contemporain, créés en 1987.

2 Notion qu’il convient évidemment de manier avec d’extrêmes précautions. Voir notamment Gilbert Rist, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po, 2013 (2007). Compte rendu de Vincent Enjalbert pour Lectures : http://lectures.revues.org/11782.

3 L’expression elle-même est due au cinéaste Carlos Diegues, dénonçant la police idéologique exercée selon lui par une certaine gauche qui « préfère la souffrance au plaisir, la raison à l’émotion, la défaite à la victoire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « James Green (dir.), « Le coup d’État militaire 50 ans après », Brésil(s), n° 5, 2014 », Lectures [En ligne], Les revues, 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 28 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/15073

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page