Navigation – Plan du site

Marie Loison-Leruste, Habiter à côté des SDF. Représentations et attitudes face à la pauvreté.

Vianney Schlegel
Habiter à côté des SDF
Marie Loison-Leruste, Habiter à côté des SDF. Représentations et attitudes face à la pauvreté, Paris, L'Harmattan, coll. « Habitat et sociétés », 2014, 273 p., ISBN : 978-2-343-01957-4.
Haut de page

Texte intégral

1Quelles images a-t-on des personnes sans-abris et quels sont les effets de ces représentations sur l’usage commun d’un quartier ? Fruit d’une recherche menée dans le cadre de sa thèse de sociologie, l’ouvrage de Marie Loison-Leruste traite des représentations de la grande pauvreté qu’ont des riverains habitant à proximité de structures d’accueil spécialisées dans l’accompagnement social de personnes sans-abri. Il convient d’emblée de préciser que la principale hypothèse de l’auteure est celle de la visibilité de ces personnes comme condition de l’élaboration de représentations à l’endroit des « SDF », catégorie dont elle entreprend la déconstruction dans l’ouvrage. Cette hypothèse lui permet de justifier son choix d’interroger des individus habitant à côté de structures d’accueil de personnes sans-abri, qu’elle postule comme plus visibles que des SDF isolés dans la rue.

  • 1 Tous les trois cités à plusieurs reprises par l’auteure. Voir Castel Robert, Les métamorphoses de l (...)

2Suite aux travaux de Bronislaw Geremek, Robert Castel ou encore Abram de Swaan1, l’opposition fondamentale entre rejet et répression d’une part, compassion et assistance de l’autre, s’est imposée comme principale clé de lecture des logiques de l’action publique contemporaine vis-à-vis de la pauvreté. Cette dualité des représentations qu’ont les sociétés de leurs membres les plus pauvres est le point de départ de l’auteure : l’ouvrage s’inscrit dans cette tradition sociologique, interrogeant empiriquement les constructions de ces représentations et les acteurs qui y participent, tout en cherchant à questionner la pertinence contemporaine de cette distinction. Dans cette optique, la sociologue a investi plusieurs terrains et a mobilisé différents outils méthodologiques afin d’affiner les résultats de son enquête. Deux quartiers parisiens font ainsi l’objet d’une enquête ethnographique au cours de laquelle sont menés observations directes et entretiens semi-directifs ; dans sa dimension quantitative, l’enquête repose sur la passation d’un questionnaire par téléphone auprès de personnes habitant à proximité de structures d’accueil spécialisées, implantées dans cinq quartiers parisiens (dont les deux évoqués précédemment) et un quartier nanterrois. Ces matériaux (extraits d’entretiens, lettres de riverains aux mairies de quartier ou à l’auteure, tableaux statistiques) sont présentés dans le corps du texte ainsi qu’en annexe de l’ouvrage, offrant la possibilité au lecteur d’analyser à son tour ces données.

3Les quatre chapitres qui composent l’ouvrage proposent un cheminement intellectuel clair. Il s’agit d’abord d’analyser la co-construction de la catégorie « SDF » par une pluralité d’acteurs, ce qui permet par ailleurs à l’auteure d’en justifier l’usage dans ce livre (chapitre 1). Déjà entreprise, cette démarche est ici mise en valeur par une volonté d’exhaustivité des acteurs étudiés : habitants, associations, médias, politiques, chercheurs sont ainsi identifiés comme les principaux contributeurs à la construction de l’entité sociale « SDF ». Si cette partie de l’analyse souffre quelque peu d’un effet d’inventaire, celui-ci s’estompe face à la rigueur de la démonstration. L’analyse du rôle des chercheurs et des associations se révèle particulièrement intéressante. L’hésitation des premiers sur le nom à donner à leur objet d’étude en dit long sur la difficulté à saisir un objet protéiforme, d’autant que le poids symbolique de termes comme « mendiant », « errant », « clochard », induit une justification systématique des choix sémantiques et méthodologiques réalisés. En ce qui concerne les associations, Marie Loison-Leruste étudie la refondation de l’action socio-sanitaire en direction des personnes sans-abris : l’apparition relativement récente de la rhétorique de l’urgence sociale conduit à une distinction entre des individus nécessitant une action immédiate et d’autres, dont on estime cyniquement que leur situation sociale n’est pas encore assez dégradée pour justifier une intervention. L’auteure évoque en outre la concurrence qui peut exister entre ces associations, partagées entre pénurie de places et course aux subventions, qui peut les conduire à gonfler le nombre de personnes prises en charge. Cette « dramatisation » se retrouve sous d’autres formes dans les registres discursifs mobilisés par les politiques et par les médias, qui plébiscitent la description de figures archétypiques de la déchéance sociale. Ce premier chapitre permet à la sociologue de vérifier la dualité des représentations à l’œuvre dans les discours contemporains sur la grande pauvreté, avant de mettre celle-ci à l’épreuve de l’enquête de terrain auprès des riverains de centres d’accueil.

4Marie Loison-Leruste entreprend alors d’étudier les critères qui jouent dans la construction des représentations des riverains (chapitre 2). Conformément à l’hypothèse de visibilité formulée au début de son étude, le premier critère identifié renvoie à la « présence sensible » des SDF, qui se traduit par des indices tels que la tenue vestimentaire, l’odeur ou encore les sons associés à la présence des personnes sans-abris. La juxtaposition de personnes parfois sales, malodorantes ou bruyantes dans des espaces toujours plus lissés, policés, et aseptisés est ainsi identifiée comme problématique par les riverains. Le deuxième critère est celui du sentiment d’insécurité ressenti par ces mêmes riverains. L’auteure montre ainsi que ce sentiment peut varier selon le statut d’occupation du logement, le sexe et, le cas échéant, la parentalité. Elle intègre également dans ce sentiment d’insécurité la crainte de se retrouver un jour soi-même SDF, qui finalement joue davantage dans le sens du rejet de cette figure d’altérité que dans le sens de la compassion envers elle. Enfin, la réputation est elle aussi déterminante et se décline selon diverses modalités. De façon presque archétypique, les propriétaires sont plus hostiles que les locataires à la présence d’un centre à proximité de leur logement, identifié comme un facteur de dépréciation de leur bien immobilier. À une échelle plus large, les habitants peuvent exprimer de la honte, plus rarement de la fierté, par rapport à cette présence dans leur quartier.

  • 2 Acronyme de Not In My Backyard, littéralement « pas dans mon jardin ». Le phénomène NIMBY désigne l (...)

5Les deux derniers chapitres sont focalisés sur la construction d’une typologie des attitudes de riverains, fondée sur les « variations autour du rejet » (chapitre 3) et sur les éventuelles modulations à apporter à ces idéaux-types au travers des expressions de la « compassion sélective » (chapitre 4). Marie Loison-Leruste prend ici le parti de distinguer assez nettement l’analyse des rhétoriques répressive et compassionnelle ; plus précisément, elle constate dans ses observations que les attitudes de rejet sont prégnantes parmi les riverains, et que celles-ci peuvent parfois être nuancées, inclinées, ou encore fluctuer dans le temps. Cette analyse se retrouve d’abord dans les types d’attitudes identifiées par l’auteure. Celles-ci sont au nombre de quatre : certains rejettent la présence du centre de manière distante ; d’autres font preuve d’un rejet « engagé » qui s’exprime par la participation à des actions collectives entreprises contre le centre ; au contraire, certains habitants critiquent ce rejet ; enfin, les derniers affichent une attitude d’indifférence vis-à-vis de la présence du centre et de ses usagers. Le recours croisé aux méthodes quantitatives et qualitatives se révèle ici particulièrement pertinent : les entretiens permettent ainsi de distinguer assez nettement entre absence de rejet, indifférence et critique du rejet ; au contraire, les résultats du questionnaire contraignent l’auteur à regrouper ces trois attitudes sous une conception unique « d’absence de rejet ». La sociologue constate également la difficulté à mesurer l’indifférence, qui peut s’exprimer par le refus d’entretien ou de réponse au questionnaire. Même utilisés de façon complémentaire, outils quantitatifs et qualitatifs ne peuvent toujours résoudre certains obstacles auxquels doivent faire face les sciences sociales. La distinction entre rejet distant et rejet engagé est quant à elle exercée selon le degré de mobilisation des habitants, mesurée à partir des signatures de pétitions, de la participation à des réunions publiques, voire de l’adhésion à des associations de riverains. Il est alors particulièrement intéressant d’observer les modulations que peuvent connaitre ces attitudes de rejet. L’auteure montre par exemple qu’une plus grande tolérance se fait jour en période hivernale, que les habitants initialement les plus mobilisés contre la présence du centre dans leur quartier peuvent progressivement se résigner à celle-ci sur le temps long, ou encore que ces derniers sont aussi ceux qui déclarent donner le plus souvent aux personnes sans-abris. Si le comportement NIMBY2 est présenté comme une clef de compréhension de ce paradoxe, il faut également insister sur les catégorisations instaurées par les discours des habitants : le « vieux clochard » est ainsi une figure plus sympathique que le « jeune SDF », tandis que celui qui cherche à s’en sortir ou qui est une figure connue du quartier est l’objet d’une plus grande bienveillance que le « profiteur » ou l’« étranger ».

  • 3 Ainsi, Julien Damon fait de cette distinction une « variable historique » que l’on retrouve systéma (...)
  • 4 L’auteure développe les modalités de ce prisme d’enquête dans Dietrich-Ragon Pascale, Loison-Lerust (...)

6En proposant une étude contemporaine et empirique de la dichotomie symbolique entre condamnation morale et compassion vis-à-vis des personnes sans-abris, Marie Loison-Leruste met en évidence la permanence des schèmes sociaux qui contribuent à la distinction entre bon et mauvais pauvre et, partant, à l’hésitation entre les politiques de répression et d’assistance à leur endroit. Indirectement, sa recherche pose aussi la question de cette dualité comme horizon indépassable des rapports qu’entretient une société avec ses membres les plus pauvres3. Sans pouvoir le lui reprocher, on regrettera que les situations d’interactions entre habitants et usagers du centre, qui sont l’incarnation de ces « représentations » et de ces « attitudes » ne soient pas évoquées dans l’étude. On saluera néanmoins la justesse de l’association des outils mobilisés, justesse qui permet à l’auteure de plaider pour ce type d’enquêtes « sur mesure »4.

Haut de page

Notes

1 Tous les trois cités à plusieurs reprises par l’auteure. Voir Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995 ; Geremek Bronislaw, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Gallimard, 1987 ; De Swaan Abram, Sous l’aile protectrice de l’État, Paris, PUF, 1995.

2 Acronyme de Not In My Backyard, littéralement « pas dans mon jardin ». Le phénomène NIMBY désigne la mobilisation d’individus refusant la mise en place de projet d’intérêt général à proximité de chez eux.

3 Ainsi, Julien Damon fait de cette distinction une « variable historique » que l’on retrouve systématiquement dans l’étude de la prise en charge des personnes sans-abris. Voir Damon Julien, « Cinq variables historiques caractéristiques de la prise en charge des “SDF” », Déviance et Société vol. 27, 2003/1, p. 25-42.

4 L’auteure développe les modalités de ce prisme d’enquête dans Dietrich-Ragon Pascale, Loison-Leruste Marie, Roupnel-Fuentes Manuella, « Articuler les approches qualitatives et quantitatives dans le cadre d’une enquête sur mesure », in Paugam S. (dir.), L’enquête sociologique, Paris, PUF, Quadridge, 2010, p.207-222.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vianney Schlegel, « Marie Loison-Leruste, Habiter à côté des SDF. Représentations et attitudes face à la pauvreté. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/15094

Haut de page

Rédacteur

Vianney Schlegel

Doctorant en sociologie au CLERSE (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, UMR 8019, CNRS - Université Lille 1).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page