Navigation – Plan du site

Mélanie Lallet, Il était une fois… le genre : le féminin dans les séries animées françaises

François-Ronan Dubois
Il était une fois... le genre
Mélanie Lallet, Il était une fois... le genre. Le féminin dans les séries animées françaises, Bry-sur-Marne, INA, coll. « Études & controverses », 2014, 156 p., ISBN : 978-2-86938-225-1.
Haut de page

Texte intégral

1Si les études consacrées aux séries télévisées se sont considérablement développées, en France, ces dernières années, après le premier essor anglo-étasunien, comme l’attestent la création de revues spécialisées, telles que TV/Series, l’organisation de nombreux colloques et la fondation du Groupe universitaire d’études sur les séries télévisées (GUEST-Normandie), le corpus considérable de la fiction télévisuelle sérielle est très loin d’avoir été entièrement exploré et certains continents restent encore entièrement à décrire. C’est le cas généralement des séries animées, comme le souligne Mélanie Lallet en introduction, et plus particulièrement encore des séries animées françaises, qui n’ont pas même suscité les curiosités épisodiques de leurs contreparties japonaises. Le bref ouvrage de Lallet vient donc commencer à combler un vide qui se fait de plus en plus sentir, à mesure que les études sur les séries prennent de l’ampleur.

2En raison de son format, l’étude de Lallet ne saurait évidemment prétendre à l’exhaustivité ; c’est une première exploration qu’elle se propose, en opérant sur un corpus restreint de cinq séries récentes : Les Zinzins de l’espace, Totally Spies !, Les Aventures de Petit Ours Brun, Il était une fois… notre Terre et Les P’tites poules. Ces séries sont soigneusement sélectionnées pour couvrir des styles, des techniques d’animation, des publics cibles et des lieux de diffusion différents. Pour chacune de ces cinq séries, Lallet se base sur un sondage de trois épisodes, qui viennent appuyer plus régulièrement l’analyse. Cette approche qualitative s’adosse à une approche quantitative, qui comptabilise le nombre de personnages féminins dans chaque série et les classe en fonction de leur importance narrative et de leur agentivité.

3Pour Lallet, il s’agit de développer un propos nuancé sur la représentation du féminin dans les séries animées : sans chercher à nier la permanence de stéréotypes hétérosexistes dont elle décrit le fonctionnement et l’intersection avec d’autres binarités oppressives, notamment de classe et de race, Lallet démontre que le texte télévisuel peut être interprété de manière subversive. Ces thèmes et cette position inscrivent son ouvrage dans la perspective des cultural studies, qu’elle revendique elle-même, et qui se caractérise ici par une tentative de réappropriation des séries animées d’une part, fondée sur le paradigme de l’ouverture du texte aux interprétations contradictoires, et par un intérêt d’autre part pour les mécaniques d’oppression.

4Lallet souligne ainsi que si les personnages féminins sont effectivement minoritaires et souvent stéréotypés dans le corpus étudié, leur présence est quantitativement plus importante que ce que révélaient les études historiques publiées à des dates antérieures et que, par ailleurs, la place laissée à une agentivité féminine non-conventionnelle est plus importante. Prouver l’évolution, la complexité et le relatif modernisme des séries animées françaises n’a rien d’anodin : dès ses premières pages, et tout au long de son ouvrage, Lallet disqualifie les préjugés et les idées reçues accumulés par une tradition intellectualiste sur la question.

5Il ressort en effet de son analyse que la fiction télévisuelle pour enfants, y compris lorsque son cœur de cible est particulièrement jeune, n’est pas un pur produit abrutissant, mais bien le vecteur de conceptions sociales, culturelles et politiques dont la complexité et l’indécision exigent parfois des récepteurs une participation active aux processus de construction du sens. Considérant un autre préjugé, celui de l’infériorité présumée de la télévision française sur le marché international, Lallet montre, graphiques à l’appui, qu’il ne peut naître que d’une ignorance de la réalité du marché de l’animation, dont la France est la troisième productrice-exportatrice mondiale en grande partie en raison de sa production télévisuelle.

6C’est que l’ouvrage de Lallet vaut tout autant pour sa démonstration sans faille de l’ouverture des séries animées et du processus, parfois heurté, de renégociation des genres, que par sa présentation pédagogique et éclairante de la situation de l’animation télévisuelle en France ainsi que son analyse du relatif silence qui continue à l’entourer, malgré des efforts récents et de plus en plus nombreux, au sein de l’université. Les cinquante premières pages sont ainsi consacrées à un état des travaux sur l’animation d’un côté et les questions du genre de l’autre ; leur clarté irréprochable rend l’ouvrage parfaitement accessible à toutes les curiosités.

7Une fois ces cadres et ces considérations d’ensemble établis, il convient bien entendu de distinguer les séries entre elles : toutes n’élaborent pas au même degré un discours féministe. À ce titre, Les Aventures de Petit Ours Brun constituent indubitablement le produit le plus conservateur, où Papa Ours et Maman Ours sont fonctionnellement répartis sur la base de leur identité genrée. Or, cette série est celle dont le public cible est le plus jeune et son conservatisme est un symptôme, selon Mélanie Lallet, non seulement de son adaptation à partir de récits des années 1970, mais encore et surtout de la permanence, dans la pensée didactique télévisuelle, de la conviction que l’apprentissage des plus jeunes enfants implique la construction de distinctions genrées nettes et stables. À l’opposé, Les Zinzins de l’espace fonctionne comme l’œuvre la plus ambiguë, dans lesquelles le personnage de Candy rompt à la fois la binarité des genres et celle des rôles sexuels. Naturellement, la valeur de cette rupture, dans cette série comme dans les représentations de female empowerment au sein de Totally Spies !, est difficile à déterminer une fois pour toute, étant donné la tonalité satirique de la série. À l’inverse, Les P’tites Poules et Il était une fois… notre Terre, qui proposent toutes les deux un discours très explicitement didactique, paraissent offrir, à des degrés divers, des représentations positives non ambiguës de la féminité, non sans échouer toutefois à se détacher entièrement des stéréotypes de genre.

8Le cas d’Il était une fois… notre Terre invite particulièrement à la prudence dans l’interprétation. Si la série propose bel et bien des discours explicitement féministes, elle promeut également un interventionnisme occidental peu compatible avec le multiculturalisme du féminisme intersectionnaliste contemporain. De la même façon, la fiction écologiste de la série réactive la conception essentialiste d’une Terre maternelle et nourricière et d’une féminité protectrice. Que l’interprétation soit ouverte n’implique donc nullement, Mélanie Lallet y insiste, l’abdication par l’interprète de toute activité critique et hiérarchique.

9Avec une pareille approche, on mesure sans peine l’actualité de l’ouvrage de Lallet. À l’heure où les mouvances réactionnaires sexistes, en France, luttent contre les progrès sociaux et intellectuels en matière de compréhension et de redéfinition des mécanismes du genre, du sexe et des orientations, à l’heure où, plus particulièrement, cette lutte se concentre sur les médias mis à la disposition du jeune public, qu’il s’agisse de manuels ou d’expositions, l’ouvrage de Mélanie Lallet, en éclairant de manière synthétique et pédagogique la place du féminin dans des produits télévisuels destinés à ce même public, devient une lecture indispensable du plus grand intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Mélanie Lallet, Il était une fois… le genre : le féminin dans les séries animées françaises », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 09 juillet 2014, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/15136

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Stendhal Grenoble 3 (UMR LIRE, EA RARE), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page