Navigation – Plan du site

Edward W. Said, Dans l'ombre de l'Occident, et autres propos

Eddy Banaré
Dans l'ombre de l'Occident, et autres propos
Edward W. Said, Dans l'ombre de l'Occident, et autres propos. Suivi de Les Arabes peuvent-ils parler ? de Seloua Luste Boulbina, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2014, 203 p., Traduit de l'anglais (États-Unis) par Léa Gauthier, ISBN : 978-2-228-91053-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’œuvre d’Edward Said est incontournable pour qui veut saisir la complexité des enjeux culturels et politiques de l’impérialisme et les héritages de la colonisation. Près de dix ans après sa disparition, sa pensée continue de se ramifier grâce à la publication d’écrits et d’entretiens. La trajectoire du penseur palestinien est marquée par une série d’exils, de passages entre différents mondes. Né en 1935 dans une Jérusalem sous protectorat anglais, il a vécu en nomade, il le dit lui-même : « j’étais […] un étrange composite » (p. 40). De l’Égypte, au Liban, en passant par l’Angleterre et les États-Unis, Said éprouve la condition de dépossédé, qu’il analysera à travers son œuvre critique. Après avoir rédigé une thèse sur Joseph Conrad, il entame une carrière universitaire à Columbia University en 1962. La guerre des Six Jours en 1967 marque le début de son engagement et de ses efforts pour déployer une méthode d’analyse mettant en évidence les implications politiques de la création littéraire. Son livre L’Orientalisme en est le premier témoignage ; « je parle, dit-il, des intérêts à l’œuvre dans la représentation de l’Orient par l’Occident, ce sont ceux du contrôle impérial, ils sont des prérogatives du pouvoir » (p. 48-49).

2On peut dire que les trois entretiens réunis dans ce volume constituent une porte ouverte sur une œuvre ample et rigoureuse qui aide encore à élaborer des interrogations salutaires sur les problématiques de la domination et des représentations. Réalisés en 1985, 1992 et 1996 à New York, Dublin et Toronto, ils ont été menés par des critiques littéraires (comme Said l’était également). Les moyens de contestation des modes de domination culturelle et politique propres à l’impérialisme et/ou hérités de la colonisation constituent le fil directeur de ces entretiens. Ces entretiens sont suivis de l’essai de la philosophe Seloua Luste Boulbina, Les Arabes peuvent-ils parler ? publié en 2011, écho direct aux révolutions arabes et témoignage de l’actualité de la pensée d’Edward Said.

3Avec L’Orientalisme publié en 1978, Said a posé les jalons d’une réflexion articulant critique littéraire, histoire, sciences politiques et philosophie, fondatrice des postcolonial studies. Dans le premier entretien, celui qui donne son titre à l’ouvrage, Said explicite la manière dont la notion de représentation est devenue non seulement le centre gravité de sa pensée, mais doit, selon lui, être prise en compte pour l’intelligence des relations sociales et politiques. Réalisé pour la revue Wedge à New York en 1985, l’entretien « Dans l’ombre de l’Occident » tient de l’autobiographie intellectuelle. Said y revient sur ses lectures des Damnés de la terre de Frantz Fanon et de l’Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault, offrant par là même des pistes de lecture novatrices en observant que le premier est « le résultat d’une lutte collective », alors que le second est « élaboré à partir d’une tradition différente, celle d’un chercheur universitaire, solidaire, acquérant une réputation à travers son érudition, son talent etc. » (p. 10). Il précise ensuite que « le motif commun aux deux textes est la justification, au nom de la raison ou de la rationalité – de la civilisation – de la violence exercée sur le sujet » (p. 10).

4Cette « justification » résulte d’une rhétorique qu’il faut déconstruire par une approche de la littérature comme productrice de représentations. Ce premier entretien contient des observations décisives et stimulantes sur la notion de représentation. Les premières concernent la représentation comme pouvoir et exercice d’une violence sur le sujet représenté. Un pouvoir qui a pour but une distribution des rôles, c’est pourquoi Said poursuit en précisant que « l’action ou le processus de représentation implique du contrôle, de l’accumulation, du confinement ; cela implique un certain type d’étrangement ou de désorientation de la part de celui qui représente » (p. 13). L’influence de Foucault est ici manifeste ; elle se précise dans le deuxième entretien et dans l’approche de l’œuvre de Joseph Conrad.

  • 1 Fanon Frantz, Les damnés de la terre (1961), Œuvres, Paris, La Découverte, 2011, p. 456-457.

5L’impact de Fanon se reconnait lorsque Said appréhende les représentations comme force de production sociale et politique. Dans Les damnés de la terre, Fanon avait déjà observé que « le langage du colon, quand il parle du colonisé, est un langage zoologique. […] Le colon, quand il veut bien décrire et trouver le mot juste, se réfère au bestiaire »1. Ce mode de lecture tranchant et frondeur se retrouve dans les termes de l’entretien que Said donne en 1985, qui prend alors la forme d’un exposé de méthodologie critique. « Les représentations sont une forme de l’économie humaine, en un sens elles sont nécessaires pour la vie en société et entre les sociétés » (p. 15) observe-t-il ; elles créent des univers de référence où des rôles sont dictés. « Ce que l’on doit éliminer, poursuit Edward Said, ce sont les systèmes de représentations qui portent en eux-mêmes ce type d’autorité répressive, car ils ne permettent pas ou n’offrent pas d’espace pour que ceux qui sont représentés puissent intervenir » (p. 15). L’activité critique que Said appelle ici de ses vœux consisterait à créer « un système de représentation participatif, collaboratif, non coercitif ; un système de représentation qui ne serait plus imposé » (p. 15), en bref, la possibilité de faire entendre sa voix et de multiplier les points de vue et les modes de connaissance.

  • 2 Said Edward, Joseph Conrad and the Fiction of Autobiography, Columbia University press, 2007 (1966)

6Le deuxième entretien est d’une teneur plus autobiographique. Intitulé « Entre deux cultures », il a été réalisé à Toronto par la critique littéraire Eleanor Watchel pour la revue More Writers and Company. Said revient sur son expérience de l’exil, son engagement politique et sa trajectoire entre la Palestine, le Liban, l’Égypte et les États-Unis. Il y explique également son intérêt pour Joseph Conrad, dévoilant ainsi les dynamiques de son approche critique. Joseph Conrad and the Fiction of Autobiography2, premier ouvrage (adapté de sa thèse de doctorat) publié par Said en 1966, est une étude – dans un va-et-vient entre l’œuvre et la correspondance de Conrad – de l’élaboration d’une vision de la colonisation par le prisme de l’introspection identitaire. La force de Conrad viendrait de son « scepticisme relatif à l’identité et à l’existence installée » (p. 66). À partir de là, Edward Said développe une théorie du roman (plus précisément anglais) comme production idéologique de l’Europe du XIXe siècle.

7La démarche critique que Said élabore ici consiste à mettre en évidence ce qu’il nomme la « dimension imaginative » du roman et les forces de contrôle qu’elle a suscité dans l’empire britannique au XIXe siècle. Il poursuit en précisant qu’« il y a un type de projection imaginative dans la fiction, dans le récit, qui suggère que l’Angleterre est attachée à des colonies extérieures de différentes manières » (p. 61), incitant ainsi à complexifier l’approche de l’histoire coloniale et de penser le rôle qu’y joue la création littéraire. Il préconise ensuite une approche selon le principe que « la notion de cadre global en littérature vient de l’expérience impériale » (p. 67), faisant de « l’impérialisme » un nouveau prisme dans la mesure où celui-ci « a eu et a une portée globale, il est alors le fond ou la scène de la promulgation de certaines de ces structures littéraires, des structures et des pratiques culturelles » (p. 67).

8Dans le troisième entretien, Edward Said développe un propos essentiellement politique sur le rôle des intellectuels. Nous sommes en 1992 à Dublin, au cœur des débats qui préfigurent l’actuelle Union européenne. C’est en tant que spécialiste de l’histoire intellectuelle européenne qu’intervient Said dans cet entretien intitulé « L’Europe et les autres : une perspective arabe ». L’échange est traversé de questions et d’observations sur l’histoire, les relations internationales, ou encore l’éducation. Autour de quelles valeurs cette Europe nouvelle devrait-elle se construire ? La « perspective arabe » depuis laquelle s’exprime Edward Said porte sur les représentations, notamment sur ce qui, dans le rapport entre Orient et Occident, tient « du racisme, de la xénophobie [et du] fantasme fantasque » (p. 75).

9En 1978, Said avait déjà expliqué que « l’orientalisme a été un échec humain tout autant qu’un échec intellectuel »3. Il poursuit, en 1992, en observant que « l’idée de l’Occident provient largement de l’opposition au monde musulman et arabe » (p. 75). Ainsi, les relations politiques à développer requièrent un réexamen profond de l’histoire. Les mots sont à la fois incisifs et généreux : « votre histoire en tant qu’Européens est aussi une histoire coloniale. Cette histoire détermine votre comportement actuel et détermine votre relation avec les anciennes cultures colonisées » (p. 83). Et le défi est grand dans un espace politique européen où, observait déjà Said en 1992, « l’on commence à voir apparaître […] une rhétorique de la purification » (p. 83). La France et son extrême droite lui servaient déjà d’exemples ; le score (24,86 %4) obtenu par le Front national aux élections européennes de 2014 lui a donné raison.

  • 5 Seloua Luste Boulbina est également auteur du Singe de Kafka et autres propos sur la colonie, Paris (...)
  • 6 Pour la traduction française : Spivak Gayatri C., Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Am (...)

10L’essai de la philosophe Seloua Luste Boulbina5 qui accompagne les trois entretiens a été écrit en 2011 dans la fièvre des révolutions arabes. Ce texte est également un hommage actif au sens où il interroge la présence d’Edward Said dans le paysage intellectuel mondial contemporain. Traversé lui aussi par les voix de Conrad, Freud, Fanon ou encore Adorno, cet essai met en évidence ce que la reconnaissance académique de Said dit des identités du monde arabe contemporain, mais poursuit également l’analyse de l’impérialisme comme « hiérarchisation des mondes ». Le titre, Les Arabes peuvent-ils parler ?, est une référence à l’essai de Gayatri Spivak Can the Subaltern Speak? publié en 19886, texte phare des postcolonial studies dont Said est également considéré comme l’un des principaux fondateurs.

  • 7 Said Edward W., L’Orientalisme : L’Orient crée par l’Occident, Paris, Seuil, coll. « Points essais  (...)
  • 8 Ibid.

11Substituant le terme « Subalternes » à celui d’« Arabes », Boulbina prolonge la réflexion engagée dans L’Orientalisme en interrogeant Said en tant qu’auteur — son rôle d’intellectuel palestinien — reconnu dans les prestigieuses universités nord-américaines. L’audience et la renommée d’Edward Said font donc sens ; elles incitent à l’élaboration de nouveaux discours sur le monde arabe ainsi qu’au questionnement des représentations et de leurs modes de productions. Dans la postface de l’édition de 1994 de L’Orientalisme, Edward Said disait qu’il voulait que ses lecteurs utilisent son livre « pour produire de nouvelles études qui éclaireraient de manière généreuse et bénéfique l’expérience historique des Arabes et des autres »7. Il précisait également au sujet de ce même livre qu’« il est un livre partisan et non une machine théorique »8, exposant ainsi une philosophie de la recherche qu’il voulait frondeuse et agissante.

Haut de page

Notes

1 Fanon Frantz, Les damnés de la terre (1961), Œuvres, Paris, La Découverte, 2011, p. 456-457.

2 Said Edward, Joseph Conrad and the Fiction of Autobiography, Columbia University press, 2007 (1966).

3 Said,Edward W. ? L’Orientalisme : L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, Points Essais, 2005 (1978), p. 528.

4 Ministère de l’Intérieur : http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__ER2014/(path)/ER2014/FE.html.

5 Seloua Luste Boulbina est également auteur du Singe de Kafka et autres propos sur la colonie, Paris, Parangon, Coll. « Sens public », 2008.

6 Pour la traduction française : Spivak Gayatri C., Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Amsterdam, 2006 (1988).

7 Said Edward W., L’Orientalisme : L’Orient crée par l’Occident, Paris, Seuil, coll. « Points essais », 2005 (1978), p. 545.

8 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « Edward W. Said, Dans l'ombre de l'Occident, et autres propos », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/15169

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

Docteur en littérature, membre associé du CNEP (Centre des nouvelles études du Pacifique, EA 4242) Université de la Nouvelle-Calédonie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page