Navigation – Plan du site

Cécile Cuny, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn

Ludovic Lepeltier-Kutasi
Changement urbain et démocratie participative à Berlin
Cécile Cuny, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Dialogiques », 2014, 340 p., ISBN : 978-2-7351-1641-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ces questions, voir : Hann Chris M., Humphrey Carolin et Verdery Katherine, « Introduction: Pos (...)
  • 2 Sur ce sujet, Lydia Coudroy de Lille rappelle la nécessité de prendre en compte le caractère palymp (...)

1Les transformations de la ville postsocialiste font l’objet d’une littérature féconde, abordant les dynamiques de transition soit du point de vue de la rupture, opposant les idéaux-types de la « ville socialiste » et de la « ville néolibérale »1, soit en tant que telles, en insistant sur la prise en compte de l’inertie du changement social et spatial dans la compréhension des reconfigurations urbaines2. La démarche de nature ethnographique engagée par Cécile Cuny au sein du quartier constitué par le grand ensemble de Marzahn (ex-Berlin Est) esquisse une mise en problème qui permet de tenir ensemble ces deux approches. Celle-ci repose sur le paradoxe entre la radicalité des transformations politiques et une certaine résistance des structures sociales héritées du communisme. Ce paradoxe, Cécile Cuny propose de l’explorer sous l’angle de la mobilisation des habitants, observée au prisme des projets de réhabilitation urbaine et des reconfigurations du pouvoir politique local. Son propos suit un déploiement particulièrement méthodique et rigoureux du point de vue de la description, explorant tour à tour : les logiques de mise en place du quartier de Marzahn au sein de l’espace urbain est-berlinois, en mettant en exergue les relations entre l’évolution des fonctions urbaines et les dynamiques de peuplement ; la genèse des groupes sociaux à l’intérieur du quartier, distingués par leurs caractéristiques sociodémographiques, leurs interactions et leurs rapports aux lieux ; la mise en place d’une arène publique autour des projets de réhabilitation urbaine, mettant en tension ces différents groupes d’habitants avec les acteurs de la scène politique locale.

2La partie consacrée à l’implantation du quartier de Marzahn au sein de l’espace urbain est-berlinois propose une mise en perspective riche et dense de l’histoire du quartier, à travers la mobilisation d’une littérature bien maîtrisée sur les principes d’organisation de la ville socialiste et l’éclairage des ruptures et bifurcations enclenchées par la réunification allemande. Celles-ci sont liées d’une part à un double mouvement de désindustrialisation et de périurbanisation, corrélé à la redistribution des activités et des hommes de part et d’autre de l’ancienne frontière et, d’autre part, aux conditions de mise en œuvre du « traité d’unification » en 1990 et au déclenchement d’un vaste processus de privatisation du parc locatif public dans l’est de Berlin. À l’échelle de la capitale allemande, ces mouvements ont repositionné le quartier dans la topographie symbolique locale, selon une trajectoire descendante, avec comme principal corollaire la dévalorisation des grands ensembles comme forme d’habitat. À l’échelle de Marzahn, ces mouvements ont contribué à accroître la polarisation sociale au sein du quartier, en raison d’un éclatement des logiques de gestion des nouveaux bailleurs en charge du parc de logements, dont quelques-unes ont abouti à un renouvellement résidentiel sans précédent de certains immeubles et îlots.

  • 3 Cette approche originale fait d’ailleurs l’objet d’une présentation détaillée de la méthodologie p. (...)
  • 4 Tamás Kolosi en propose une excellente synthèse, à partir de ses travaux sur les inégalités sociale (...)
  • 5 Les Aussiedler (Spätaussiedler depuis 1993) désignent des migrants originaires des anciens pays du (...)
  • 6 Les « Jobs à 1€50 » ou plus fréquemment « Jobs à 1€ » (1 Euro Jobs) font partie des dispositions du (...)

3L’analyse de la genèse des groupes sociaux à l’intérieur du quartier permet de croiser ces transformations avec l’évolution des pratiques habitantes, des relations de voisinage et des rapports au quartier. L’épaisseur du matériau récolté par l’auteure est à mettre sur le compte d’une approche microsociologique combinée à l’utilisation de la photographie au cours des entretiens3. Cécile Cuny rend intelligible ce croisement, en distinguant trois groupes, dont les trajectoires sociales et professionnelles sont assez caractéristiques des pays ex-socialistes d’Europe centrale4 : les anciens membres des classes intellectuelles et non manuelles (dans le contexte est-allemand : l’Intelligenz), les anciennes professions peu qualifiées (désignées ici sous le vocable de « ménages populaires »), et enfin les Aussiedler d’ex-URSS, définis dans ce contexte à la façon d’une minorité sociale et culturelle5. Les anciens membres de l’Intelligenz sont arrivés dans le quartier lorsque celui-ci représentait « l’horizon indépassable des trajectoires résidentielles à l’échelle de Berlin-Est et du reste de la RDA » (p. 105). Ceux qui y sont restés n’ont pas pu valoriser leur position sociale acquise sous le socialisme et ont fait l’objet d’un déclassement social. Leur attachement au quartier traduit un rapport ambivalent entre une captivité résidentielle et un déficit des liens de l’« entre-soi électif », compensé par un surinvestissement de la sphère citoyenne. Ils entretiennent ainsi une distinction symbolique forte à l’égard des ménages populaires, dont le rapport au quartier est dominé par la prépondérance des liens familiaux ou amicaux et caractérisé par un usage intensif des espaces proches du logement. Ces familles sont durablement éloignées du marché de l’emploi et leur recours aux « Jobs à 1€50 »6 en fait une catégorie qui se situe en-deçà du précariat. Contrairement aux ménages populaires, les Aussiedler s’inscrivent dans un rapport bien plus extensif à l’espace métropolitain. Cela s’explique par le fait que le groupe, dont l’inscription spatiale est éclatée à l’échelle de Berlin, est privilégié sur le quartier comme ressource dans la stratégie de promotion sociale des enfants.

  • 7 Nous reprenons ici l’expression dont Daniel Céfaï fournit un effort de définition précieux : Céfaï (...)
  • 8 Partei des Demokratischen Sozialismus (« Parti du socialisme démocratique »), désormais Die Linke.
  • 9 Sur la notion de « capital résidentiel » : Cailly Laurent, « Capital spatial, stratégies résidentie (...)

4Cécile Cuny choisit d’aborder le rapport au politique à travers l’étude de plusieurs dispositifs participatifs à l’échelle de Marzahn. Ce thème fait l’objet d’une approche généalogique de la participation habitante à Berlin, ainsi que d’une analyse de type pragmatiste des arènes publiques locales7. En se focalisant sur la trajectoire de trois habitants issus des groupes décrits plus haut, l’auteure ébauche une analyse stimulante des mécanismes de désaffiliation et de réaffiliation politique dans un double contexte de recul du rôle de l’ex-parti communiste PDS8 dans la structuration de l’espace politique local, et de « tournant managérial » des politiques urbaines en Allemagne. Associant les habitants dans une démarche de « projet », cette doctrine suppose une adhésion et une participation individualisée, centrant ainsi les revendications sur les problèmes de la vie quotidienne. L’étude des mobilisations contre les plans de démolition de 2003 montre par ailleurs que ces dispositifs peuvent être parfois détournés par les habitants, au service d’une action collective. Mais une lecture plus fine de l’hétérogénéité du tissu résidentiel montre bien que le rapport à la participation rend cependant particulièrement saillantes les logiques de fragmentation sociale à l’échelle du quartier, voire les substitue par des logiques de domination, par lesquelles les membres de l’Intelligenz s’imposent du point de vue de la légitimité à agir. Si les dispositifs de participation permettent aux membres de l’Intelligenz et aux fractions supérieures des catégories ouvrières de convertir leur capital culturel en capital résidentiel9, ils tendent à entretenir chez les ménages populaires une forme de culture de la défiance à l’égard de la sphère politique, laquelle défiance conduit souvent à leur défection.

  • 10 Burawoy Michael, « Pour la sociologie publique », Socio-logos, no 1, mars 2006.
  • 11 Ollion Etienne, « (Que) faire de la sociologie publique ? », Actes de la recherche en sciences soci (...)

5La densité de l’ethnographie interprétative engagée par Cécile Cuny dans son ouvrage permet une compréhension précieuse du rapport à la politique des habitants d’un quartier de Berlin, dans un contexte urbain marqué par la transition postsocialiste. Cette richesse descriptive contraste cependant avec la faiblesse revendiquée de la portée analytique et théorique de l’ouvrage. Pour dépasser notamment l’écueil de la « redondance » de son propos, surtout du point de vue des personnes enquêtées, l’auteure insiste en conclusion sur la mise en œuvre de dispositifs d’enquête inspirés de l’ethnographie publique10 et de la « recherche-action ». Cela fait ici écho à l’adresse prononcée par Michael Burawoy en direction de ses collègues sociologues lors d’une allocution à l’American Sociological Association en 2004. Il proposait alors aux chercheurs de diffuser leurs résultats au-delà des cercles d’initiés et de s’engager de manière active aux côtés des groupes qu’ils côtoient11. Le fait que Cécile Cuny ne formule cette idée qu’au terme de la conclusion générale reste cohérent à l’échelle de ce passage particulièrement réflexif, mais risque de dérouter un peu le lecteur sur le sens global de l’ouvrage. Aussi intéressante soit-elle, cette ouverture ne permet pas non de plus de botter complètement en touche sur la timidité de la montée en généralité. Ce d’autant plus que les problématiques et questionnements ouverts tout au long de ce précieux travail entrent en écho avec des réflexions et débats particulièrement actuels.

Haut de page

Notes

1 Sur ces questions, voir : Hann Chris M., Humphrey Carolin et Verdery Katherine, « Introduction: Postsocialism as a topic of anthropological investigation », in Hann Chris M. (dir.), Postsocialism. Ideals, ideologies, and practices in Eurasia, London ; New York, Routledge, 2001, p. 1-28 ; Buyandelgeriyn Manduhai, « Post-Post-Transition Theories: Walking on Multiple Paths », Annual Review of Anthropology, vol. 37, n° 1, octobre 2008, p. 235-250.

2 Sur ce sujet, Lydia Coudroy de Lille rappelle la nécessité de prendre en compte le caractère palympsestique des « villes socialistes » pour en comprendre leurs trajectoires. Cf. Coudroy de Lille Lydia, « Introduction. Relire la ville socialiste », Histoire urbaine, vol. 25, n° 2, octobre 2009, p. 5.

3 Cette approche originale fait d’ailleurs l’objet d’une présentation détaillée de la méthodologie p. 100-104.

4 Tamás Kolosi en propose une excellente synthèse, à partir de ses travaux sur les inégalités sociales en Hongrie. Cf. Kolosi Tamás, « Stratification and social structure in Hungary », Annual Review of Sociology, vol. 14, 1988, p. 405-419.

5 Les Aussiedler (Spätaussiedler depuis 1993) désignent des migrants originaires des anciens pays du bloc communiste, qui ont pu bénéficier d’un dispositif de « retour » en Allemagne sur la base de la reconnaissance par l’État fédéral de leur caractère « ethniquement » allemand. Cf. Michalon Bénédicte, « Les expériences migratoires des Aussiedler : Regroupement familial et réseaux », Revue européenne des migrations internationales, vol. 29, n° 3, 2013, p. 55-75.

6 Les « Jobs à 1€50 » ou plus fréquemment « Jobs à 1€ » (1 Euro Jobs) font partie des dispositions du dernier volet de la réforme du marché du travail allemand (Hartz IV), initiée en 2002 par la coalition SPD-Die Grünen. Il s’agit d’emplois subventionnés destinés aux bénéficiaires de l’aide sociale, dont l’objectif initial était de favoriser le retour à l’emploi des chômeurs de longue durée.

7 Nous reprenons ici l’expression dont Daniel Céfaï fournit un effort de définition précieux : Céfaï Daniel, « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, vol. 14, n° 75, 1996, p. 43-66.

8 Partei des Demokratischen Sozialismus (« Parti du socialisme démocratique »), désormais Die Linke.

9 Sur la notion de « capital résidentiel » : Cailly Laurent, « Capital spatial, stratégies résidentielles et processus d’individualisation », Annales de géographie, vol. 654, n° 2, avril 2007, p. 169-187.

10 Burawoy Michael, « Pour la sociologie publique », Socio-logos, no 1, mars 2006.

11 Ollion Etienne, « (Que) faire de la sociologie publique ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 117-122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Lepeltier-Kutasi, « Cécile Cuny, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 29 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/15175

Haut de page

Rédacteur

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l’EHESS, doctorant allocataire de recherche en géographie à l’Université François-Rabelais (Tours), équipe Monde arabe et Méditerranée, UMR 7324 CITERES.
Carnet de recherche : http://budacasa.hypotheses.org.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page