Navigation – Plan du site

Loïc Le Bars, Les professeurs de silence. Maîtres d'études, maîtres répétiteurs et répétiteurs au XIXe siècle

Solenn Huitric
Les professeurs de silence
Loïc Le Bars, Les professeurs de silence. Maîtres d'études, maîtres répétiteurs et répétiteurs au XIXe siècle, Paris, L'Harmattan, coll. « Série XIXe siècle/Histoire de l'éducation », 2014, 456, ISBN : 9782343027432.
Haut de page

Texte intégral

1Loïc Le Bars propose une étude très informée des conditions d’exercice du métier de maître d’études (puis maître répétiteur) dans les établissements secondaires du XIXe siècle en France et de l’évolution de la fonction. Si le retour sur le quotidien de ces surveillants permet une incursion dans le concret des collèges et lycées, l’approche détaillée de leurs profils, de leurs revendications, des hésitations sur leur rôle et des réformes de leur statut constituent l’apport principal de l’ouvrage.

  • 1 Loïc Le Bars précise que 45 % des fonctionnaires travaillant dans les collèges royaux en 1846 sont (...)

2À la fois surveillants des cours de récréation, des dortoirs et des réfectoires mais aussi chargés d’éducation lors des heures d’étude, les maîtres d’études constituent un groupe important numériquement et hétérogène mais peu connu. Conçue comme temporaire pour que de jeunes bacheliers puissent finir leurs études tout en mettant un pied dans l’enseignement, cette fonction est restée associée dans la littérature à un personnage tyrannique mais souvent méprisé des élèves. Au cours de la période, ils sont d’ailleurs pris pour cible par de virulentes critiques qui les accusent de tous les maux de l’enseignement secondaire public et les directeurs d’établissement se plaignent de leur difficile recrutement. Loïc Le Bars met en avant les tensions autour de cette fonction tout au long du siècle en insistant sur le paradoxe qui l’habite, charger des hommes souvent jeunes et peu formés de l’encadrement complet des élèves des collèges et lycées. En effet, d’un côté, il remarque que ces surveillants et chargés d’éducation se situent au bas de la hiérarchie du personnel de l’enseignement et ne bénéficient pas d’un statut protecteur. Leur rôle de surveillance les contraint à une vie dans le collège ou le lycée et leur laisse peu de temps libre. D’un autre côté, il montre qu’ils étaient à la fois les adultes avec qui les élèves étaient les plus en contact et les responsables de leur encadrement pédagogique1. L’écart entre la formation conséquente demandée pour devenir enseignant et le faible niveau de qualification requis pour être maître d’études doit également être noté. L’auteur revient sur chaque aspect de leur activité pour mettre au jour les débats de l’époque et construit son propos en deux temps.

  • 2 Pour une vision plus globale du quotidien dans les établissements secondaires du XIXe siècle, nous (...)
  • 3 Le roman autobiographique d’Alphonse Daudet narre les mésaventures de Daniel Eyssette, maître répét (...)

3Une première partie décrit soigneusement les attentes de la fonction et les conditions de vie2. L’auteur mobilise pour ce faire les règlements officiels et les manuels publiés à l’époque par des pédagogues. Les droits et devoirs des maîtres d’études semblent clairement établis mais l’auteur insiste sur le manque d’uniformité dans l’exercice de la fonction d’un établissement à un autre (ce qui est lié au parcours de l’individu recruté, au directeur ou au type d’établissement). Les maîtres répétiteurs subissent en outre généralement le mépris des autres fonctionnaires des établissements et restent soumis au bon vouloir du directeur. Les rapports d’inspection, les mémoires d’anciens internes et d’anciens répétiteurs permettent de passer des règlements aux pratiques. Malgré leurs demandes de disposer de davantage de temps libre et de bénéficier d’une chambre à part dans l’établissement, les maîtres d’études demeurent tout au long de la période dans une position précaire, hébergés dans les dortoirs des élèves, soumis à leur rythme et « en proie aux enfants ». Rares sont les cas d’entente entre ces maîtres, détenteurs du pouvoir de punition au début de la période, et les élèves, ce dont témoignent les révoltes d’élèves énumérées par Loïc Le Bars. Il choisit en outre de détailler les problèmes d’affaires de mœurs qui se sont posés dans ces établissements où la promiscuité était de mise : l’emplacement retenu pour traiter de cette question dans l’économie de l’ouvrage est singulier, mais l’auteur propose un aperçu sur ce qui constituait l’une des critiques les plus répandues à l’époque. Il termine cette première partie en s’interrogeant sur les origines des maîtres d’études, majoritairement issus d’un milieu modeste, et sur leur carrière : le répétitorat représentait-il un objectif en soi ou un « noviciat du professorat » ? D’autres carrières – l’administration ou la direction d’établissement notamment - étaient-elles ouvertes à ces hommes ? Les conclusions de Loïc Le Bars portent à croire que leurs parcours ne présentent pas une grande originalité par rapport aux autres fonctionnaires de l’Université. Les lycées parisiens et des villes de facultés demeurent les plus attirants et le changement de profession – vers le professorat par exemple – demande un passage de grade qui est d’autant plus difficile à préparer que les maîtres d’études ont peu de temps pour eux. Cette première partie est donc riche en témoignages et portraits qui permettent de saisir une partie du vécu de ces maîtres répétiteurs, immortalisés par ailleurs sous des traits peu flatteurs comme dans Le Petit Chose3. Il ne s’agit pas toutefois d’une prosopographie dans la mesure où Loïc Le Bars ne définit pas un corpus de recherche délimité.

  • 4 Pour une autre analyse de ces débats, voir le chapitre 6 de l’ouvrage de Philippe Savoie, La constr (...)

4De ces considérations sur les carrières envisagées par les maîtres répétiteurs découle une seconde partie, chronologique, sur les débats autour de la fonction et les réformes engagées : fallait-il en faire une antichambre du professorat ou, au contraire, professionnaliser la fonction de maître d’études4 ? Les différents chapitres montrent les avancées et retours en arrière en fonction des ministres. Sous Salvandy (1837-1839 puis 1845-1848), un début de professionnalisation est engagé, une école normale secondaire est ouverte pendant une courte période à Aix-en-Provence. Ces orientations sont abandonnées sous Hippolyte Fortoul (1852-1856). Loïc Le Bars présente les débats et mesures sur l’ensemble de la période mais les changements n’interviennent vraiment que sous la Troisième république, à un moment de remise en question du système de l’internat. Une association des maîtres répétiteurs est créée ainsi qu’un journal et des représentants du groupe deviennent des interlocuteurs du ministère. Au-delà des timides avancées circonstancielles concédées par les ministres, l’auteur détaille les tensions au sein de l’association et du groupe hétérogène des maîtres répétiteurs. Etre répétiteur à Paris ou en province sont deux choses différentes. L’écart est aussi important entre ceux des lycées et ceux des collèges communaux. Il devient difficile pour eux de parler d’une même voix et de partager les mêmes revendications ou objectifs professionnels. L’étude se termine sur la réforme de 1902 l’obtention délicate du statut de professeur-adjoint. Les maîtres répétiteurs n’étaient déjà plus tenus de résider dans leur établissement et avaient obtenu des améliorations sur leurs conditions de vie. C’est la conception du répétitorat comme point de passage avant le professorat qui l’emporte, même si la réforme ne satisfait pas le corps enseignant. La fonction de maître d’études telle qu’elle était conçue au début du XIXe siècle a progressivement disparue sans qu’elle ne soit remplacée par une autre, adaptée aux exigences du temps.

5Les professeurs de silence dresse ainsi un parcours complet dans le quotidien d’un maître d’études au cours des différentes phases du XIXe siècle. Si l’état des sources rend difficile une description de ce groupe tout au long de la période, les quelques arrêts proposés sur des années ponctuelles sont instructifs. Il faut également souligner le nombre de sources mobilisées par l’auteur même si on aurait pu souhaiter une critique des récits autobiographiques et des rapports officiels, délicats à interpréter. Loïc Le Bars offre un éclairage précis sur un groupe professionnel qui bénéfice d’un renouveau des études sur l’enseignement secondaire : envisager les évolutions de la scolarisation à travers le quotidien d’un groupe professionnel permet une incursion plus fine dans les enjeux locaux et nationaux des réformes.

Haut de page

Notes

1 Loïc Le Bars précise que 45 % des fonctionnaires travaillant dans les collèges royaux en 1846 sont des maîtres d’études et que la proportion était probablement plus importante dans les faits étant donné leur faible taux de nomination officielle (p. 39).

2 Pour une vision plus globale du quotidien dans les établissements secondaires du XIXe siècle, nous renvoyons à l’ouvrage de Paul Gerbod, La vie quotidienne dans les lycées et collèges au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1968.

3 Le roman autobiographique d’Alphonse Daudet narre les mésaventures de Daniel Eyssette, maître répétiteur à Sarlande.

4 Pour une autre analyse de ces débats, voir le chapitre 6 de l’ouvrage de Philippe Savoie, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914), Lyon, ENS éditions, 2014 (compte-rendu disponible en ligne : http://lectures.revues.org/13171). Les conclusions des deux auteurs se rejoignent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenn Huitric, « Loïc Le Bars, Les professeurs de silence. Maîtres d'études, maîtres répétiteurs et répétiteurs au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://lectures.revues.org/15183

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page