Navigation – Plan du site

Hervé Marchal, Un sociologue au volant : le rapport de l’individu à sa voiture en milieu urbain

Etienne Faugier
Un sociologue au volant
Hervé Marchal, Un sociologue au volant. Le rapport de l'individu à sa voiture en milieu urbain, Paris, Téraèdre, coll. « L'anthropologie au coin de la rue », 2014, 188 p., ISBN : 978-2-36085-053-2.
Haut de page

Texte intégral

1Un peu avant l’été sort un petit livre qui promet beaucoup. Tout d’abord, il traite d’un sujet éminemment politique, économique et social dans un pays qui revendique la paternité de l’objet avec l’Allemagne : l’automobile. Ensuite, il prend le parti d’une analyse sociologique des interactions entre l’individu urbain et cet objet technique, chose peu développée chez les sociologues comme il le dit à la page 22. Enfin, à travers son analyse, l’auteur dépasse le clivage des études pro-automobiles ou anti-automobiles.

  • 1 Vincent Kaufmann, Les paradoxes de la mobilité, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires (...)
  • 2 Mathieu Flonneau, Les cultures du volant : essai sur les mondes de l’automobilisme, XX-XXIe siècles(...)
  • 3 Jean-Marie Renouard, As du volant et chauffards. Sociologie de la circulation routière, Paris, l’Ha (...)
  • 4 Marion Segaud, Anthropologie de l’espace. Habiter, distribuer, fonder, transformer, Paris, Armand C (...)
  • 5 Wolfgang Schivelbusch, Histoire des voyages en train, Paris, Le Promeneur, 1990.
  • 6 Colin Divall et Georges Revill, « Les cultures du transport : représentation, pratique et technolog (...)

2Hervé Marchal, maître de conférences-HDR en sociologie à l’Université de Lorraine, s’intéresse, depuis plusieurs années, à la sociologie urbaine, au phénomène de périurbanisation et à l’individu urbanisé. Proposant un regard décalé, cette étude s’inscrit dans la lignée des travaux sur les mobilités : Marchal s’inspire des travaux de Vincent Kaufmann qui s’est intéressé à la mobilité comme capital économique, social, culturel – soit la motilité1 -,  de Mathieu Flonneau sur le désir et la culture automobile – soit l’automobilisme2 –, de Jean-Marie Renouard travaillant sur les liens entre les automobilistes et la normalisation3 et plus largement de Marion Segaud qui analyse les modes d’habiter l’espace4. Bien que ne les citant pas, il se place dans le prolongement de Wolfgang Schivelbusch qui s’intéressait, il y a quelques années déjà, à la manière dont les individus pratiquent les voyages en train5 et de Collin Divall et Georges Revill qui traitent de la culture du transport à travers ses représentations, ses pratiques et ses technologies6.

3Pour cette toute première incursion dans la sociologie des transports, il fait le choix d’étudier la place de l’automobile et ses rapports avec les Nancéens ; plus précisément les interactions qu’ils ont avec leur automobile, dans leur véhicule et avec le monde extérieur. Pour ce faire, il s’appuie sur quinze entretiens participants, une vingtaine d’entretiens séquentiels et une dizaine d’observations participantes ayant eu lieu entre 2008 et 2011. Au travers de six courts chapitres, Marchand montre la manière d’habiter l’automobile (chapitre 1), l’auto comme média entre le monde extérieur et l’introspection (chapitre 2), puis comme exaltation de soi-même (chapitre 3), comme vecteur de sociabilité ambivalent (chapitre 4), comme objet d’investissement humain par l’individu (chapitre 5), et enfin comme facteur de représentation sociale (chapitre 6).

4Plusieurs éléments sont à mettre à crédit de l’auteur. Tout d’abord, il faut le féliciter pour la démarche d’entretiens sociologiques qu’il a conduit. En effet, le point de vue des automobilistes est très peu conjugué ou absent des études. Cette remarque s’applique à toutes les disciplines qu’il s’agisse de l’histoire ou de la géographie qui étudient principalement les mutations produites par l’automobile. Ensuite, dans la première moitié de l’ouvrage, ce dernier nous fait entrevoir l’apport des neurosciences pour l’étude de ce sujet. En cherchant à comprendre comment les individus urbanisés se sentent dans leur véhicule, il effleure, avec justesse, les champs de la psychologie, de la biologie et de la chimie. En cela, son travail devrait inspirer les chercheurs – en sciences dures et en sciences humaines – à travailler de concert dans l’étude des rapports qu’entretiennent les individus avec leur véhicule à moteur. Marchal conclut de ses entretiens et de ses terrains qu’en voiture, les individus peuvent exprimer leur individualisme ; parfois, l’habitacle permet la gestion du stress lié au quotidien ou bien être un lieu de travail alors que d’autres fois, l’automobile sert d’exutoire pour libérer ses frustrations. Dépendamment des configurations, la voiture est un espace que les individus habitent et y amènent leurs émotions et leur état d’esprit : l’habitacle devient un sas pour lutter contre le monde extérieur et se retrouver soi-même, un lieu pour se connecter avec le monde via la radio et autres technologies.

  • 7 Roland Barthes, « La voiture, projection de l’ego », Réalités, octobre 1963.
  • 8 James D. Mackintosh, « Fetishism and the Culture of the Automobile », Master Degree, Vancouver, Sim (...)

5À plusieurs endroits dans le livre, quelques points de réflexion restent en suspens marquant les limites de cet ouvrage. Premièrement, on se serait attendu à une place plus large aux verbatims des personnes interrogées qui sont souvent éclipsées par la littérature de seconde main. Sur ce sujet, des précisions entourant les participants auraient été les bienvenues : peut-on établir une moyenne nationale du nombre de kilomètres parcourus par année par un individu ? Quel est leur rapport aux nouvelles technologies qui percent l’habitacle de l’automobile tel que le GPS, le kit main-libre ? Il semblerait que nous n’ayons à faire qu’à des déplacements pendulaires, cependant, cela n’est pas précisé de manière claire et de fait, on aurait aimé voir les mutations du rapport à l’automobile lorsque le participant est seul dans l’habitacle et lorsqu’il ou elle est accompagné de sa famille. Le choix de s’intéresser à la population urbaine et périurbaine de Nancy est légitime, cependant, parmi les participants, certains ou certaines sont-ils captifs de l’automobile ? Dans ce cas, comment leur rapport à l’automobile s’exprime-t-il ? Par ailleurs, l’auteur évoque en passant les nouveaux usages de l’automobile – la location – qui ne signifient pas la possession intégrale de l’objet technique : dès lors de quelle manière s’établit le rapport avec cet objet mobilisé par divers individus et jamais approprié totalement ? Si l’auteur a traversé une bibliographie impressionnante et interdisciplinaire, quelques références viennent à manquer, témoignant de sa récente incursion dans ce thème de recherche. On peut citer l’article de Roland Barthes « La voiture, projection de l’ego7 » et le travail universitaire de James Duncan Mackintosh analysant le fétichisme et la culture automobile8 ; deux travaux qui s’inscrivent complètement dans les propos de l’auteur qui fait de l’automobile un média, un objet d’identification et de représentation.

6Si l’auteur sous-utilise, selon nous, ses enquêtes de terrain, l’interrogation qu’il développe des rapports de l’individu avec sa voiture, dans sa voiture et les relations avec le monde extérieur est originale. Elle s’inscrit pleinement dans l’historiographie contemporaine qui s’intéresse à l’analyse socioculturelle des mobilités : elle dit beaucoup des individus du XXIe siècle, du rapport qu’entretiennent les individus à la mobilité et à la société en général. De la même manière que les nouvelles technologies de l’information et de la communication se sont insérées dans l’habitacle de l’automobile et renouvellent la manière d’habiter et de conduire, l’ouvrage de Marchal peut être considéré comme une main tendue pour faire travailler de concert les sciences dures et les sciences humaines.

Haut de page

Notes

1 Vincent Kaufmann, Les paradoxes de la mobilité, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2008 ; Vincent Kaufmann et Stéphanie Vincent-Geslin, Mobilité sans racines : plus loin, plus vite... Plus mobiles ?, Paris, Descartes et Cie, 2012.

2 Mathieu Flonneau, Les cultures du volant : essai sur les mondes de l’automobilisme, XX-XXIe siècles, Paris, Autrement, 2008.

3 Jean-Marie Renouard, As du volant et chauffards. Sociologie de la circulation routière, Paris, l’Harmattan, 2000.

4 Marion Segaud, Anthropologie de l’espace. Habiter, distribuer, fonder, transformer, Paris, Armand Colin, 2007.

5 Wolfgang Schivelbusch, Histoire des voyages en train, Paris, Le Promeneur, 1990.

6 Colin Divall et Georges Revill, « Les cultures du transport : représentation, pratique et technologie » dans Mathieu Flonneau et Vincent Guigueno (dir.), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ?, Rennes, PUR, 2008, p. 57-74.

7 Roland Barthes, « La voiture, projection de l’ego », Réalités, octobre 1963.

8 James D. Mackintosh, « Fetishism and the Culture of the Automobile », Master Degree, Vancouver, Simon Fraser University, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Faugier, « Hervé Marchal, Un sociologue au volant : le rapport de l’individu à sa voiture en milieu urbain  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 28 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/15184

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page