Navigation – Plan du site

Laurence Herault, La parenté transgenre

Arnaud Alessandrin
La parenté transgenre
Laurence Hérault (dir.), La parenté transgenre, Aix-Marseille, Université de Provence, coll. « Penser le genre », 2014, 146 p., ISBN : 978-2-85399-932-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas, Arnaud Alessandrin, La transyclopédie, Des ailes sur un tracte (...)
  • 2 Lire par exemple : Laurence Hérault, « Le mari enceint : construction familiale et disposition corp (...)
  • 3 On notera deux exceptions. Le reportage de Maud-Yeuse Thomas, intitulé « La transparentalité aujour (...)

1Depuis quelques années déjà, les études trans tentent de trouver une place dans l’université française1. Laurence Hérault, anthropologue à l’université d’Aix-Marseille, a activement participé à leur développement2. Le livre collectif qu’elle dirige revient sur un ensemble de travaux sur la parenté transgenre et s’appuie sur un colloque organisé à la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) en 2011, intitulé « regards croisés sur l’expérience transgenre de la parenté ». Comme souvent dans les trans studies, rien ou presque n’avait été entrepris en France sur cette question3. Le livre se compose en deux grands chapitres. Le premier est consacré à la figure de Thomas Beatie, homme enceint qui défraya la chronique en 2008 en posant en photo pour le magazine The Advocate. Le second chapitre, plus généraliste, met l’accent sur les expériences transgenres de la parenté et les cadres médicaux et législatifs qui les contraignent.

  • 4 Pour poursuivre la réflexion de Karine Espineira, nous ne pouvons que conseiller son montage vidéo (...)

2L’expérience de Thomas Beatie est dans un premier temps analysée par le prisme des médias qui entourent l’annonce de cette grossesse (mais également, plus à la marge, celle d’autres hommes enceints comme Scott Moore et Ruben Noé Coronado). Christèle Fraissé entreprend par exemple de s’intéresser aux réactions sur internet qu’ont suscitées les photographies et les reportages sur Thomas Beatie (p. 15). Elle note les difficultés que le public a eu à circonscrire le personnage de « l’homme enceint », rappelé par les internautes à « l’étanchéité de la frontière entre les sexes » (p. 19). Ainsi, si certains interprètent T. Beatie comme une figure de « porosité » (p. 19), d’autres, majoritaires, soulignent que « la nature de l’homme enceint est un final celle d’une femme quoi qu’il-elle fasse » (p. 21). Cette inconcevabilité d’enfanter en homme est également travaillée par Karine Espineira à travers les reportages consacrés à ces « cas » médiatiques (p. 27). Pour l’auteure, alors même que des moyens massifs de médiatisations relaient le cas de Thomas Beatie (p. 31), celui-ci ne cesse de fournir des « gages à la normalité » (p. 34)4. C’est ce que note également Laurence Hérault qui cite le principal intéressé : « Je suis un homme qui est capable de porter un enfant et j’ai simplement fait cela » (p.81). Pour Laurence Hérault, « la barbe et l’utérus de T. Beatie ne renversent pas notre monde, ils accroissent simplement sa diversité » (p. 90) Autre média utilisé pour cerner l’évènement, et plus largement cerner ce que ce dernier dit de notre relation aux transidentités : l’autobiographie de Thomas Beatie intitulée Labor of love : the story of one man’s extraordinary pregnancy. Pour David Latour, qui en propose une analyse fouillée (p. 41), Thomas Beatie signe là « un pacte de lecture » (p. 45) avec son public potentiel, qu’il agrémente de photos (p. 43) et d’un site internet. Comme Karine Espineira, David Latour souligne les formes multiples de la communication de Thomas ainsi que « le testament […] ni communautaire, ni collectif » (p. 48) qu’il souhaite laisser. Pour David Latour, Thomas Beatie décrit ici son « rêve américain » (p. 53).

  • 5 MtF = Male to Female / FtM = Female to Male

3Le second chapitre, qui porte plus largement sur l’expérience de la parenté transgenre aujourd’hui en France, est de nombreuses fois amené, et ce dès les premières pages du livre. Aux côtés de Derrida, Patrice Desmons propose par exemple une « filiation non phallogocentrique » (p. 69) non sans rappeler aux lecteurs les enjeux juridiques et médicaux liés à la stérilisation des personnes trans (p. 70). Laurence Hérault convoque également ces dimensions politiques et polémiques en conclusion de son article : « Est-il justifié de faire de la stérilisation des personnes transgenres une condition nécessaire à leur changement d’état civil comme c’est le cas dans de nombreux pays comme le nôtre ? » (p. 90). C’est autour de cette interrogation que le livre se poursuit, dans une dynamique toujours aussi pluridisciplinaire. Alain Giami, à la suite d’une enquête menée avec Emmanuelle Beaubatie et Jonas Le Bail, restitue quelques éléments chiffrés, dont certains concernent l’expérience de la procréation chez les personnes trans. Il ressort que « près de la moitié de MtF ont déjà eu un enfant au moment de l’enquête (et) seulement 8.6 % des FtM »5 (p. 100). De plus « près de 10 % des FtM et 4 % des MtF souhaitent faire un enfant » (p. 102). Enfin, « 20 % des FtM et MtF souhaitent adopter un enfant » (p. 102). Ces données ne vont pas sans interroger un certain nombre de stéréotypes sur les parents trans et leurs enfants, stéréotypes auxquels Petra de Sutter vient s’opposer (p. 107) en rappelant les études de Green (1998) et de White (2007) : « Les enfants s’adaptent bien au transsexualisme d’un de leurs parents, surtout s’ils sont jeunes, mais souffrent plus de la séparation ou du divorce » (p. 108). Ce faisant, Petra de Sutter met également à mal l’idée d’une « transmission de la condition transsexuelle » (p. 110) et met en avant des arguments éthiques et légaux (p. 109) en faveur de la préservation de la fécondité des personnes trans. À cet égard, Pierre Jouannet indique que le CECOS (Centre d’Etude et de Concervation des Œufs et du Sperme) de Paris Cochin a accueilli 86 demandes d’hommes ayant changé de sexe et souhaitant devenir père à l’aide d’un donneur. Sur 86 couples (hétérosexuels) reçus, 57 ont été suivis, et 32 couples ont eu des enfants. On insistera sur la description faite par l’auteur du protocole mis en place : « Le CECOS n’a pris les demandes qu’à partir du moment où le changement d’état civil de l’homme avait eu lieu […] afin d’éviter toute ambiguïté ou incohérence, il nous a semblé souhaitable qu’il y ait eu une ovariectomie et une hystérectomie afin d’éviter de mener un projet de maternité similaire à celui de Thomas Beatie » (p. 119). À l’aune de ce témoignage, on ne peut que regretter ce que Laurence Brunet nomme « les atermoiements du droit français » (p. 127) en ce qui concerne la stérilisation et le changement de la mention du sexe à l’état civil des personnes trans en France.

4À n’en point douter, ce livre fait écho aux nombreuses revendications des personnes trans en France. Il ouvre également grand la porte aux recherches sur les parentalités trans ainsi que celles, aussi rares, portant sur les enfants trans. Si les trans studies gagnent avec ce recueil de textes un champ de réflexion nouveau, les acteurs du mouvement trans pourront également y puiser des justifications fortes en faveur de leurs combats.

Haut de page

Notes

1 Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas, Arnaud Alessandrin, La transyclopédie, Des ailes sur un tracteur, 2012.

2 Lire par exemple : Laurence Hérault, « Le mari enceint : construction familiale et disposition corporelle », Critique, 1-2 n°764, pp : 48-60, 2011. Mais aussi : Laurence Hérault, « Le rite de passage et l'expérience de ‘changement de sexe’ », Hermès, 3 n° 43, pp. 169-177, 2005.

3 On notera deux exceptions. Le reportage de Maud-Yeuse Thomas, intitulé « La transparentalité aujourd’hui » et disponible sur : http://www.observatoire-des-transidentites.com/article-la-transparentalite-aujourd-hui-60882458.html. Puis les textes de Natacha Taurisson et Laura Leprince dans le livre « Monoparentalité, homoparentalité, transparentalité en France et en Italie » d’Elisabetta Ruspini (Harmattan, 2011, pp : 155-181).

4 Pour poursuivre la réflexion de Karine Espineira, nous ne pouvons que conseiller son montage vidéo sur la médiatisation de l’homme enceint, disponible sur : http://www.dailymotion.com/video/xlzib6_l-homme-enceint-effets-symboliques-thomas-beatie_school

5 MtF = Male to Female / FtM = Female to Male

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Alessandrin, « Laurence Herault, La parenté transgenre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 juillet 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/15200

Haut de page

Rédacteur

Arnaud Alessandrin

Docteur en sociologie, chercheur associé au Centre Emile Durkheim (Université de Bordeaux). Arnaud Alessandrin a écrit (avec K. Espineira et M-Y Thomas) une « Transyclopédie » (2012), et a dirigé les livres « Géographie des homophobies » en 2013 (avec Y. Raibaud) et « Genre ! » en 2014 (avec B. E-Bellebeau). Il est également rédacteur en chef de la revue « Miroir / Miroirs » et co-fondateur des « Cahiers de la transidentité »

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page