Navigation – Plan du site

Christopher Dyer, A Country Merchant, 1485-1520. Trading and Farming at the End of the Middle Ages

Patrick Cotelette
A Country Merchant, 1485-1520
Christopher Dyer, A Country Merchant, 1485-1520. Trading and Farming at the End of the Middle Ages, Oxford University Press, 2014, 272 p., ISBN : 978-0-19-871598-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lords and Peasants in a Changing Society: the Estates of the Bishopric of Worcester, 680–1540, 1980 (...)

1Christopher Dyer, spécialiste de l'Angleterre, et plus spécifiquement de la période postérieure à la Grande Peste de 1348, propose dans son dernier ouvrage – non encore traduit - d'explorer une autre période charnière fondamentale du Moyen-Âge, à savoir les années 1495-1520. Si ces années coïncident avec l'ouverture du monde occidental au Nouveau Monde, elles incarnent surtout le début de la Renaissance. Tout l'enjeu pour l'historien est alors de mesurer l'ampleur des changements ayant lieu à cette époque ainsi qu’identifier les acteurs historiques qui ont eu un rôle moteur dans ces changements. Si Christopher Dyer a déjà eu l’occasion de traiter de ce thème dans différents ouvrages1, son dernier livre lui permet de reprendre la question en s'appuyant sur un document rare, en l'occurrence un livret de comptes de John Heritage, fermier et commerçant de laine, portant des inscriptions comptables de 1501 à 1520.

2Tout l'intérêt de l'ouvrage de Christopher Dyer réside alors dans la grande finesse de l'analyse du cas de John Heritage et du constant effort pour comparer son cas individuel aux situations collectives des habitants du comté de Moreton dans le Gloucestershire. Pour arriver à un tel résultat, Christopher Dyer s’est employé à étudier dans le détail les informations récoltées dans les archives publiques à propos de tout ce qui relève de la vie de John Heritage, puis de compléter ces informations par une recherche systématique, dans ces mêmes sources, de tous les noms qui apparaissent dans le livre de comptes de John Heritage. La reconstitution d’un large réseau d'individus permet ainsi de délimiter l'espace social et l’espace géographique dans lequel notre fermier-commerçant exerçait son activité. Christopher Dyer complète alors l'analyse par une étude de cet espace aussi bien dans ses caractéristiques géographiques (description des espaces, relevé des villes et des réseaux de transport entre les villes, contraintes agricoles posées par le territoire, complémentarités agricoles entre les territoires, évolutions des pratiques agricoles) que dans ses caractéristiques sociales (démographie de la population, structure sociale de la population, richesse moyenne des habitants, répartition des richesses entre les habitants, relations de pouvoir entre les habitants) et dans ses caractéristiques institutionnelles (découpage administratif, caractéristique des propriétaires terriens et de leur organisation de l’activité économique et sociale, redécoupage ou non des territoires sous forme d'enclosures).

3Avec cette méthode, et comme l’exprime Christopher Dyer dans sa conclusion, « ce livre n'est pas une biographie mais une exploration des aperçus qu'une vie individuelle peut apporter sur les structures et les tendances d'une période particulière » (p. 222). En prenant le cas de John Heritage et de la formidable base d'informations que constitue son livret de comptes, Christopher Dyer arrive à donner une image aussi précise que nuancée de l'activité agricole et marchande dans l'Angleterre du début du XVIe siècle. Si l’on ne devait retenir qu’une idée de l’ouvrage, c’est celle de la grande diversité des situations à l’époque et de la multitude de changements lents qui affectent progressivement la dynamique collective. Derrière une image naïve du Moyen-Âge et de sa fin, soit que l’on pense à une relation de domination simple du lord sur ses serfs ou à l’arrivée d’entrepreneurs-capitalistes accaparant les richesses collectives par la mise en place d’enclosures, la recherche patiente dans les archives et la reconstitution raisonnée de ses manques permettent de recomposer une réalité riche de sa diversité de situations. On peut présenter deux points caractéristiques de cette réalité figurant dans un ouvrage également riche en enseignements.

4En tant que fermier, John Heritage faisait partie de ceux qui ont profité des évolutions économiques (croissance d’une industrie dans les grands pôles urbains) et sociales (utilisation de villages déserts pour former des enclos, constitution d’enclos sur des zones qui étaient anciennement des champs communaux aux dépens des villageois) pour abandonner la culture arable au profit de l’élevage et pour se spécialiser dans une activité économique, celle du commerce de moutons (laine, viande et peau). Si certains de ses troupeaux paissaient sur les enclos nouvellement constitués en échange d’un loyer, d’autres se trouvaient sur des pâturages appartenant au lord du domaine et donnaient droit à une rémunération de manière traditionnelle tandis que d’autres enfin paissaient sur les champs communaux. Une telle stratégie mêlant tradition et modernité des comportements était également pratiquée par d’autres gros fermiers que John Heritage, mais également par des lords eux-mêmes, dont certains déléguaient l’intégralité de leur exploitation agricole tandis que d’autres la géraient eux-mêmes. De plus, cette agriculture spécialisée cohabitait avec des formes d’agriculture plus diverses, avec d’un côté les formes les plus anciennes reposant sur une complémentarité entre une activité de culture, une activité d’élevage et une activité d’exploitation forestière, et d’un autre côté les formes les plus novatrices reposant sur la rotation des cultures sur des parcelles divisées en quatre zones (plutôt que deux) en alternant période de jachère et période de culture, et en alternant culture de blé, d’orge et de fèves et pois.

  • 2 Sur cette question, Christopher Dyer montre bien que la richesse totale a peu évolué de 1495 à 1520 (...)

5La description de l’activité marchande de John Heritage étonne encore plus par sa diversité et la complexité des opérations en jeu dans les transactions de laine entre lui et ses fournisseurs et ses acheteurs situés dans les centres urbains (Londres principalement). Une analyse serrée du livret de comptes permet de montrer dans un premier temps que la concurrence était extrêmement importante entre les acheteurs de laine. L’approvisionnement de John Heritage provient rarement plus de deux fois d’un même producteur sur une période de 19 ans. Cette concurrence s’explique dans un deuxième temps par le poids extrêmement important des financements à crédit de l’activité marchande, ce qui constitue une parfaite illustration de la thèse de David Graeber sur le prééminence de la dette sur la monnaie pour comprendre les échanges marchands. L’achat de laine est en effet réglé en moyenne en 3 à 7 paiements sur une période s’étalant de février (période où la qualité et le poids de la laine était estimé à même le dos des moutons) à décembre, l’acheteur faisant en effet crédit au producteur pour « réserver » la production, et le producteur faisant crédit à l’acheteur après livraison (courant juin-juillet) pour lui laisser le temps d’écouler la production. La concurrence se manifeste alors entre marchands par le montant des premières avances effectuées aux producteurs et par la rapidité de paiement du reliquat après livraison. Dans un troisième temps, Christopher Dyer montre que ces cycles de crédit qui régulent les cycles de production se retrouvent eux-mêmes entre les marchands et les industriels londoniens. Ces derniers avançaient en effet une partie de la somme avant livraison de la récolte de laine et en réglaient le reliquat après transformation du produit. Pour toutes ces raisons, et alors même que l’activité économique se réalisait sans une technique très stable de comptabilité, avec une faible quantité de monnaie et en dégageant une faible capacité d’épargne, on peut alors considérer John Heritage comme faisant partie des premiers capitalistes dont l’action contribua modestement2 à déplacer les lignes dans l’agriculture et l’industrie anglaise.

6Tout en lisant l’ouvrage de Christopher Dyer, la diversité de la campagne anglaise au début du XVIe siècle apparaît ainsi en pleine lumière. On y observe de gros fermiers qui collaborent avec les petits fermiers (en leur achetant de la laine aux prix du marché) et qui, dans le même temps, collaborent avec les lords pour transformer des champs communaux en enclosures pour, disent-ils, améliorer la productivité et la richesse, ce qui serait profitable pour l’ensemble de la communauté – tandis que s’élèvent déjà des témoignages pour dénoncer la « cupidité » et la « rapacité » de ces nouveaux exploitants aux dépens des petits fermiers. On y observe également des lords pleinement installés sur leurs domaines, exerçant la justice de manière traditionnelle, récoltant sans heurts leurs rentes, tandis que d’autres voient leur autorité contestée par diverses formes de mobilisations villageoises. On y observe enfin comment les comportements sociaux et économiques se réalisent en respectant les règles habituelles de la vie collective (c’est l’épouse qui rejoint la maison de son mari, le puîné gère la vie de la famille, le prêt à intérêt est interdit) mais également en s’en détachant (c’est John Heritage qui vend le domicile de ses parents pour aller vivre dans le domicile de son épouse, et on a bien vu l’activité de prêt de John Heritage qui se transforme pleinement en activité de prêt à intérêt en 1520 selon son livret de comptes).

7Le dernier ouvrage de Christopher Dyer constitue ainsi une véritable exploration du monde agricole britannique à la fin du Moyen-Âge en y dévoilant toute sa complexité et en mettant finement en lumière la croissance des gros exploitants agricoles non nobles dont John Heritage faisait partie. L’usage d’un cas individuel pour entrer dans ce monde rend la lecture aisée tout en permettant de conserver une grande rigueur dans l’analyse historique. Cependant, comme le souligne Christopher Dyer en conclusion, il reste encore deux catégories sociales à pleinement découvrir, ce que les sources actuelles et son dernier ouvrage ne permettent de faire : celui des petits paysans n’exerçant aucune activité d’élevage, ainsi que celui des serviteurs et des ouvriers agricoles attachés à une exploitation. Faisons confiance aux hasards de l’histoire pour permettre de jeter un jour une lumière plus nette sur cette zone d’ombre, comme le fut la découverte d’un simple livret de comptes d’un marchand de laine.

Haut de page

Notes

1 Lords and Peasants in a Changing Society: the Estates of the Bishopric of Worcester, 680–1540, 1980 ; Standards of Living in the Later Middle Ages: Social Change in England c.1200–1520, 1989 ; Making a Living in the Middle Ages: the People of Britain, 850–1520, 2002 ; An Age of Transition? Economy and Society in England in the Later Middle Ages, 2005.

2 Sur cette question, Christopher Dyer montre bien que la richesse totale a peu évolué de 1495 à 1520 mais que la période constitue un point d’appui décisif pour les évolutions ultérieures en modifiant l’organisation de la terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Christopher Dyer, A Country Merchant, 1485-1520. Trading and Farming at the End of the Middle Ages », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 août 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/15249

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page