Skip to navigation – Site map

Abdelmalek Sayad, L'immigration ou les paradoxes de l'altérité. 3. La fabrication des identités culturelles

Igor Martinache
L'immigration ou Les paradoxes de l'altérité
Abdelmalek Sayad, L'immigration ou Les paradoxes de l'altérité. Tome 3, La fabrication des identités culturelles, Raisons d'agir, series: « Cours et travaux », 2014, 205 p., ISBN : 978-2-912107-70-1.
Top of page

Full text

  • 1 Dans le premier cas, un arrêté interdisant l'utilisation de drapeaux « étrangers » durant toute la (...)

1Les manifestations de joie suite aux victoires de l'équipe de football d'Algérie ou de colère consécutifs aux bombardements de la population gazaouie par l'armée israélienne, et surtout les réactions publiques suscitées (incluant des mesures répressives inédites de la part de certaines autorités1) ont rappelé combien l'enjeu des identifications culturelles était aussi vif que (très) mal posé dans la société française actuelle. Et combien la (re)lecture des écrits d'Abdelmalek Sayad était sans doute plus que jamais nécessaire. La publication aujourd'hui du troisième volume du recueil posthume de ses textes par les éditions Raisons d'agir arrive donc à point nommé. Après « l'illusion du provisoire » et « les enfants illégitimes », c'est en effet à « la fabrication des identités culturelles » qu'est consacré ce nouvel opus. Sept textes – en comptant l'introduction et la conclusion- sont ainsi rassemblés et édités par Amin Pérez, qui réalise actuellement une thèse sur la trajectoire sociale et intellectuelle du sociologue de l'émigration-immigration, et permettent de prendre un recul éclairant sur cette catégorie de « culture » appliquée aux émigrés-immigrés et à leurs descendants.

  • 2 Voir par exemple Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte (...)
  • 3 Paris, Seuil, 2010

2Bien que cette dernière ait très tôt intéressé anthropologues et sociologues2, force est de constater qu'elle est employée de manière particulièrement problématique dans les discours publics, mais aussi et davantage encore privés. Chargée de lourdes connotations, elle sert en effet à justifier diverses formes de rejet au nom d'une acculturation supposément défaillante. Et même parée des meilleurs sentiments, elle n'en continue pas moins de réifier des catégories dont la pertinence est trop peu souvent interrogée. Cela a ainsi conduit nombre de chercheurs à prendre leurs distances vis-à-vis de cette dimension culturelle pour analyser les relations migratoires, au risque sinon d'être l'objet de récupérations pour le moins douteuses ou d'attaques de confrères plus ou moins fondées, ainsi que l'a expérimenté Hugues Lagrange après la publication du Déni des cultures3.

  • 4 État, nation et immigration, Belin, Paris, 2001

3Quoiqu'il en soit, comme le rappelle avec insistance Abdelmalek Sayad dans les textes ici réunis, la variable culturelle fait surtout largement écran à l'examen des conditions socio-politiques qui sous-tendent le processus d'émigration-immigration et non seulement entretient le déni partagé à leur égard, mais produit également ses propres effets comme une nouvelle illustration des « prophéties auto-réalisatrices ». Dans un premier texte, dont le titre reprend le nom d'un autre recueil également éclairant de l'historien Gérard Noiriel4, « Etat, nation et immigration », Abdelmalek Sayad revient ainsi sur la manière dont l'émigration-immigration vient bousculer l' « ordre national », tant dans la société de départ que dans celle d'arrivée ; mais aussi comment cette dimension politique, qui n'est autre que la citoyenneté des personnes concernées, y est escamotée dans un cas comme dans l'autre, en raison des multiples illusions que les États concernés ont intérêt à cultiver avec les migrants eux-mêmes (à commencer par celle du caractère provisoire de leur situation). Un provisoire justement contredit par la substitution d'une immigration de travail par une immigration de « peuplement » à partir du milieu des années 1970, sur laquelle Abdelmalek Sayad revient dans le deuxième texte, en s'interrogeant sur le glissement sémantique de la catégorie de « populations immigrées » à celles de « minorités ». Il montre ainsi comment celui-ci renvoie à l'évolution des conditions sociales de l'immigration et du regard, indissociable, porté sur les populations cocnernées, qu'il a maintes fois analysées, d'une immigration « de travail » à une immigration « familiale » sur laquelle la guerre d'indépendance algérienne a eu une influence déterminante mais inavouable. Puis, une fois cette généalogie succinctement dressée, il s'arrête sur les usages de l'étiquette de « minorité », et critique l'amalgame souvent établi, y compris par les militants bien intentionnés, entre différents groupes qu'elle est censée désigner, tant tous ne se trouvent pas inscrits dans le même rapport de domination. « Il y a entre les deux espèces de ''minorités'' [les immigrés supposés ''inassimilables'' et les autres] toute la distance qui sépare, dans le même champ, la position des dominants, même dominés (''dominants dominés''), de la position des dominés (''dominés dominés''), dominés intégralement et absolument » (p. 93).

  • 5 Même si on aura beau jeu de remarquer que Sayad lui-même vient ainsi lui-même à son tour en s'expri (...)
  • 6 Expression reprise à Marx. Sur ce recours à la religion comme identité réparatrice, voir aussi Nath (...)

4Le texte suivant s'intéresse à un autre type d'usages sociaux, ceux de la « culture des immigrés ». Le sociologue y critique là encore les discours, même bien intentionnés, qui viennent ainsi réifier de supposées cultures nationales propres à certaines populations immigrées. « Là encore, alors que chaque société croit traiter des autres et de leurs problèmes (c'est-à-dire, ici, des immigrés et des problèmes des immigrés), alors qu'elle feint de ''sortir'' d'elle-même, ll ne se pose en réalité que les problèmes qui sont les siens. C'est ainsi que le discours qu'elle tient sur la personnalité culturelle des immigrés ne révèle en fait que ses propres tendances » (p.95), écrit-il ainsi5. Mais, plus encore que cette erreur cognitive quasi-psychanalytique, ses implications politiques sont encore plus problématiques, dans la mesure où ces discours culturalistes escamotent le véritable enjeu, celui des conditions sociales d'existence des populations ainsi étiquetées, ainsi que la « vérité des rapports entre cultures », qui sont aussi des rapports de domination. Un bon exemple de ce type de dérive est fourni par les discours sur l'Islam en France – déjà!-, qui font l'objet du texte suivant. Après avoir mis en évidence la nécessité de prendre en compte sur ce sujet également la filiation entre la situation coloniale et la situation migratoire, Sayad revient ensuite abondamment sur cette tromperie pseudo-savante consistant à expliquer toute une série de comportements par l'Islam, avant de montrer que l'Islam pour les émigrés-immigrés revêt un sens politique – mais pas au sens où on l'entend habituellement-, celui d'une « nationalité chimérique »6, lui-même profondément différent de celui qu'il peut avoir pour leurs (ex-)compatriotes restés au pays. Enfin, dans le dernier texte, Abdelmalek Sayad propose un retour réflexif – et donc critique- sur une expérience à laquelle il a lui-même participé, celle d'une émission télévisée hebdomadaire baptisée « Mosaïque », pour traiter des conditions de vie des immigrés tout en s'adressant aux immigrés. Après être revenu sur le contexte évidemment particulier de son lancement – en 1977-, consécutivement à l'arrêt de l'immigration de travail trois ans auparavant, il pointe surtout la censure, en fait largement autocensure, qui en a limité fortement la portée, pour dire le moins.

  • 7 A commencer évidemment par La double absence. Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigr (...)

5En espérant par cette (trop) succincte présentation avoir convaincu de la vive actualité des réflexions d'Abdelmalek Sayad, et ainsi avoir suscité l'envie d'aller lire ce recueil comme les autres écrits du sociologue7 pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ces derniers, on ne peut également souhaiter que soit poursuivies les directions qu'il esquisse ici concernant la prise en compte de la dimension culturelle dans l'analyse des relations migratoires, tant elle apparaît trop souvent encore maltraitée, tant dans les discours publics qu'académiques.

Top of page

Notes

1 Dans le premier cas, un arrêté interdisant l'utilisation de drapeaux « étrangers » durant toute la Coupe du Monde de football pris par le maire de Nice (voir « Brésil 2014 : avant le match de l'Algérie, Nice interdit « l'utilisation ostentatoire » de drapeaux étrangers », Le Monde.fr, 30 juin 2014 ; et dans le second, l'interdiction de manifestations en soutien au peuple palestinien à Paris, et encore Nice (« Manifestation propalestinienne à Paris : le Conseil d’État confirme l'interdiction », Le Monde.fr, 26 juillet 2014)

2 Voir par exemple Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2010 [1ère éd. : 1994], dont on peut lire un compte rendu ici par Jean-François Blanchard : <http://lectures.revues.org/1110>

3 Paris, Seuil, 2010

4 État, nation et immigration, Belin, Paris, 2001

5 Même si on aura beau jeu de remarquer que Sayad lui-même vient ainsi lui-même à son tour en s'exprimant ainsi réifier la société nationale en question...

6 Expression reprise à Marx. Sur ce recours à la religion comme identité réparatrice, voir aussi Nathalie Kapko, L'Islam, un recours pour les jeunes, Paris, Presses de Sciences-po, 2007

7 A commencer évidemment par La double absence. Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré (Paris, Seuil, 1999)

Top of page

References

Electronic reference

Igor Martinache, « Abdelmalek Sayad, L'immigration ou les paradoxes de l'altérité. 3. La fabrication des identités culturelles », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 17 August 2014, connection on 22 June 2017. URL : http://lectures.revues.org/15250

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page