Navigation – Plan du site

Annie Daubenton, Ukraine : L’indépendance à tout prix

Valentyna Dymytrova
Ukraine
Annie Daubenton, Ukraine. L'indépendance à tout prix, Paris, Buchet-Chastel, 2014, 462 p., ISBN : 978-2-283-02798-1.
Haut de page

Texte intégral

1Le nouvel ouvrage d’Annie Daubenton offre des clés pour comprendre l’évolution du jeune État ukrainien depuis son émergence en 1991 sur les débris de l’URSS. Bien documenté à partir des séjours et des interviews menés en Ukraine depuis plusieurs années et appuyé par une riche bibliographie, l’auteure, journaliste et chercheure indépendante, propose des allers-retours entre des domaines divers de la vie d’un État et d’une société permettant de saisir l’Ukraine contemporaine dans toute sa complexité.

2Trois éléments attirent particulièrement l’attention d’Annie Daubenton : les mutations politiques postsoviétiques éloignant le pays des idéaux démocratiques, l’évolution de la société civile pourvue d’un fort potentiel protestataire et les relations entre l’Ukraine et la Russie, marquées par les dépendances réciproques.

  • 1 Le Roukh ou le Mouvement populaire de l’Ukraine pour la perestroïka (le nom officiel de l'organisat (...)

3Si le 24 août 1991 le Soviet Suprême de la République soviétique d’Ukraine a proclamé l’indépendance de l’Ukraine et si cette décision a été approuvée par une large majorité de la population lors du référendum national du 1er décembre 1991, l’auteure montre que cette indépendance n’est que « formellement acquise » (p. 51). Sa proclamation a lieu dans un contexte de dislocation de l’Union soviétique et doit beaucoup à la politique de la perestroïka engagée par Mikhaïl Gorbatchev qui a donné à la population le goût des affaires publiques et a contribué à la constitution des mouvements nationaux démocratiques, à l’instar du Roukh1 en Ukraine. Cependant, comme Annie Daubenton le constate, aucun consensus sur la manière de construire un nouvel État n’existait et des nouveaux acteurs issus du mouvement national démocratique qui plaidaient en faveur d’une démocratie véritable et des réformes qu’elle supposait ne sont pas parvenus à accéder à des postes à haute responsabilité au sein de l’Ukraine indépendante. Les deux premiers présidents du pays ont été les représentants de groupes sociaux rivaux de la nomenklatura soviétique. Léonid Kravtchouk (1991-1994) était issu de l’appareil administratif lié au Parti, tandis que Léonid Koutchma (1994-2004) appartenait au corps des directeurs d’entreprise. Dans le désordre administratif, juridique et économique des premières années de l’indépendance, ils ont défendu chacun à sa manière un changement de régime en douceur, ce qui a facilité la conversion d’une grande partie de la bureaucratie soviétique aux idéaux de l’indépendance et lui a permis de s’approprier des avantages politiques et matériels.

4Selon Annie Daubenton, l’acquisition du capital dans l’après-indépendance se fait dans l’opacité, à travers la multiplication des intermédiaires et souvent de façon ouvertement criminelle. Une nouvelle couche de la société, celle de l’oligarchie, mêlant les intérêts économiques, l’influence politique et le contrôle des médias, se forme rapidement et se structure en réseaux en fonction du principe territorial. La vie politique ukrainienne est surtout marquée par deux clans oligarchiques : celui de Dniepropetrovsk et celui de Donetsk. Le premier a consolidé ses positions avec l’élection de L. Koutchma à la présidence en 1994. Le deuxième clan, contrôlé depuis 1995 par Rynat Akhmetov, a d’abord fait une percée politique en 2002 avec la nomination de Viktor Ianoukovitch, responsable de l’administration régionale de Donetsk Premier ministre et puis, a resserré ses positions en 2010, avec l’élection de V. Ianoukovitch à la présidence du pays.

5Paradoxalement, selon l’auteure, le système oligarchique contribue à sa manière à une forme d’alternance et la sauvegarde du pluralisme au sein du pays. La plupart des milliardaires financent les partis politiques pour garantir leur propre avenir (p.309). Le monde politique et le monde des affaires s’entremêlent, donnant lieu à la formation des partis politico-financiers, comme le SDPU (o), pilier du clan de Kiev ou le Parti des régions, celui du clan de Donetsk. Les intitulés des partis sont pour la plupart « sans grand rapport avec d’hypothétiques programmes politiques » (p. 204), ces derniers sont moins développés que leurs orientations : rapprochement avec la Russie ou l’Union européenne, place de la langue russe ou encore introduction d’une double nationalité russe et ukrainienne.

6Annie Daubenton remarque une incapacité des partis de l’opposition démocratique d’arriver au pouvoir ou de s’y maintenir. Le Roukh, le plus vieux parti en Ukraine se divise ainsi à plusieurs reprises et ne parvient pas à retrouver son ancienne popularité, surtout après la disparition dans des circonstances suspectes de son leader Viatcheslav Tchornovil en 1998. Le bloc « Notre Ukraine » de Viktor Iouchtchenko, ancien président de la Banque nationale et Premier ministre de L. Koutchma de 1999-2001, regroupe plusieurs partis d’opposition et remporte près de 58 % des voix lors des parlementaires de 2002, mais n’arrive pas à constituer la majorité parlementaire. Celle-ci peut se renverser en Ukraine en quelques heures, les députés changent de camp en subissant différentes pressions ou en se faisant racheter. Enfin, le BiouT, bloc de Ioulia Tymochenko est recentré autour de sa personne, femme d’affaires, vice-Premier ministre en charge du secteur énergétique dans le gouvernement de V. Iouchtchenko. Viktor Iouchtchenko et Ioulia Tymochenko sont les leaders de la Révolution orange de 2004 et deviennent respectivement Président (2005-2010) et Premier ministre (2005-2006 et 2009-2010), mais ne parviennent pas à travailler ensemble et maintenir l’alliance orange pour longtemps.

7Selon l’auteure, ces transformations politiques et économiques accompagnées de la corruption et des fraudes dans toutes les sphères de la vie, ont fragilisé le pays en provoquant la déception de la société à l’égard de l’indépendance, la perte de confiance dans les structures institutionnelles et la justice. D’une part, la société vit le réveil de l’individualisme, de l’autre, le renforcement des relations de proximité (famille, voisins, collègues) et d’une identification urbaine, locale ou régionale plutôt que nationale. Si les sociologues évoquent régulièrement les notions de sentiments d’anomie, de passivité, d’absence de repères pour caractériser la société ukrainienne (p.160), d’après Annie Daubenton, celle-ci préserve toutefois un fort potentiel protestataire qui a donné lieu à plusieurs mobilisations collectives et plusieurs générations des contestataires.

  • 2 Les étudiants grévistes parviennent à imposer une grande majorité de ses exigences, parmi lesquelle (...)
  • 3 D’un nom commun qui désigne un lieu de rassemblement au centre d’une ville ou d’un village, Maïdan (...)

8La « révolution étudiante » ou la « révolution sur le bitume »2 en octobre 1990 est devenue « le berceau de tous les mouvements de la société civile pour les décennies » (p. 83) en faisant émerger plusieurs modes de rassemblement et d’occupation d’espace et quelques figures politiques qu’on retrouvera dans des prochaines mobilisations. Une grande action protestataire « L’Ukraine sans Koutchma » de 2001 est désignée par l’auteure « révolution des magnétophones » en référence aux enregistrements réalisés dans le bureau du président Koutchma et l’impliquant dans le meurtre du journaliste Georgii Gongadzé, fondateur du journal en ligne Ukrainska Pravda, critique par rapport aux dérives du régime ukrainien. En 2004, les falsifications des résultats du deuxième scrutin de la présidentielle de 2004 ont provoqué la « Révolution orange », le nom faisant référence à la couleur politique de l’opposition démocratique. La place centrale de la capitale ukrainienne, Maidan3, est devenue pour dix-sept jours de mobilisation le lieu de la démocratie directe. Les mobilisations collectives continuent avec l’élection de V. Ianoukovitch à la présidence du pays en 2010 avec un maidan fiscal qui dénonce en 2010 la réforme fiscale visant les petites et moyennes entreprises et entravant la liberté d’entreprendre. À l’automne 2013, une géante mobilisation collective, appelée Euromaidan, a exigé d’abord la signature de l’Accord d’Association avec l’Union européenne, préparée depuis plusieurs années. Suite aux violentes répressions du pouvoir, les revendications s’étendent et dénoncent la corruption et les injustices du régime postsoviétique en place.

9Enfin, pour Annie Daubenton, l’Ukraine indépendante ne peut pas être comprise sans prendre en compte ses relations avec la Russie. À la différence d’autres républiques de l’ex-URSS, l’Ukraine est considérée par les hommes politiques russes « à la fois comme semblable et subordonnée » (p. 25). Son émancipation ou son rapprochement avec l’Union européenne ou les structures de l’OTAN mettrait fin à une certaine idée de grandeur. Comme la CEI, Communauté des Etats indépendants, créé en décembre 1991 dans la foulée de la dislocation de l’URSS est toujours restée une structure factice, la Russie est à la recherche de nouvelles formes de rapprochement entre les pays de l’espace postsoviétique. L’Union douanière réunissant dans une zone économique commune la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan serait une étape préliminaire vers la formation de l’Union eurasiatique. L’Ukraine essaye de se tenir à l’écart de cette initiative malgré les différentes mesures mises en place par la Russie. Celle-ci dispose de plusieurs atouts dont le prix du gaz naturel ou les guerres commerciales qui ont pour l’objet le blocus sur l’importation de certains produits ukrainiens. Les frontières du pays, les phares et les radars militaires sont aussi les sujets à frictions malgré plusieurs traités et accords bilatéraux signés. La manipulation des termes « monde russe » et « concitoyens », mêlant des critères sans grand rapport, « de sensibilité politique, de langue, d’expression et de lieu de résidence » (p. 342) appuie, selon l’auteure, l’idée de la défense des populations russophones et encourage des mouvements séparatistes à l’intérieur de l’Ukraine, en particulier dans les régions géographiquement proches de la Russie.

10En démêlant et confrontant les discours et les faits, l’ouvrage permet de mieux suivre les événements que l’Ukraine vit depuis novembre 2013 et qui en ont fait un sujet et, parfois, un acteur de l’actualité internationale.

Haut de page

Notes

1 Le Roukh ou le Mouvement populaire de l’Ukraine pour la perestroïka (le nom officiel de l'organisation jusqu’à 1990) est un rassemblement citoyen et politique fondé en 1989 qui visait la démocratisation du pays et affirmait l’identité nationale.

2 Les étudiants grévistes parviennent à imposer une grande majorité de ses exigences, parmi lesquelles la démission du chef du gouvernement, la nationalisation des propriétés des komsomols, la loi sur le pluripartisme, la possibilité d’effectuer son service militaire à l’intérieur des frontières de l’Ukraine.

3 D’un nom commun qui désigne un lieu de rassemblement au centre d’une ville ou d’un village, Maïdan est devenu un nom propre, désignant la place de l’Indépendance à Kiev (maïdan Nezaležnosti).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentyna Dymytrova, « Annie Daubenton, Ukraine : L’indépendance à tout prix », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 août 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/15251

Haut de page

Rédacteur

Valentyna Dymytrova

Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, enseignante à l’Institut de la communication de l’université Lyon 2 et chercheure au laboratoire CNRS UMR 5206 Triangle. Ses recherches impliquent une réflexion sur la construction des identités dans la communication politique et médiatique

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page