Navigation – Plan du site

Frédéric Joulian, Pierre-Olivier Dittmar (dir.), « Le cadavre en procès », Techniques & Culture n° 60, 2014

Bénédicte Champenois Rousseau
Le cadavre en procès
Hervé Guy, Agnès Jeanjean, Anne Richier (dir.), « Le cadavre en procès », Techniques & culture, n° 60, 2013, 260 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1637-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’anthropologie a longtemps vu dans la mise en sépulture le premier témoin de l’humanisation et de la séparation d’Homo Sapiens et de ses cousins primates. Depuis l’Antiquité, les mythes (cf. les tragédies d’Antigone ou Hector) nous enseignent que les privations de tombe et/ou de funérailles décentes sont la plus grande infamie que l’on puisse infliger à un ennemi. Les états totalitaires et génocidaires l’ont bien compris, qui ont cherché à faire disparaître les corps et les restes de leurs victimes dans un anonymat éternel. Les psychologues, quant à eux, nous mettent en garde contre les effets délétères de l’effacement de la matérialité du cadavre pour le bon déroulement des procédures de deuil. Des chercheurs, autour de Norbert Elias, ont ainsi émis l’hypothèse de la disparition de la mort de l’espace social des sociétés occidentales contemporaines, du fait du procès de civilisation.

2Les auteurs des contributions de ce numéro de Techniques & Culture veulent offrir une vue plus contrastée de la façon dont la mort y est présente. La mort n’a pas disparu, constatent les auteurs, elle se montre dans un grand nombre de productions artistiques et culturelles, mais en revanche le cadavre, ce corps « sans vie apparente », constitue un impensé que les contributions de ce numéro se donnent pour objectif d’éclairer. « Autant les expressions et les représentations de la mort ont fait l'objet de travaux incessants, autant la dissolution de l'humain, dans et par le cadavre, n'a fait l'objet que de peu de recherches, souvent isolées les unes des autres, et souvent finalisées pour répondre aux questions particulières du thanatologue, de l'archéologue de terrain, du juriste » (p. 7) Les différents articles de cette revue proposent une montée en généralité, une confrontation pluridisciplinaire résultant du colloque « Rencontres autour d’un cadavre » à Marseille et d’un séminaire de l’EHESS « out of culture, la société par ses restes ».

3Ce numéro de Technique & Culture offre donc un panorama varié et passionnant d’approches de cet « objet-frontière » qu’est le cadavre, dont l’intérêt réside à la fois dans les angles disciplinaires et dans les interrogations que ceux-ci suscitent. Car comme le soulignent H. Guy, A. Jeanjean & A. Richier, « le cadavre, aujourd'hui comme hier, effraie tout autant qu'il interroge. Et pourtant celui-ci est fragile, éphémère. Il marque cet « entre-deux » de la pourriture que les rites funéraires tentent de masquer le plus souvent, dans une stratégie d'évitement. Évitement de la corruption, tellement insoutenable pour les vivants » (p. 24).

  • 1 Voir également sur ce sujet : Élisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus (dir.), Cadavres impensables, ca (...)

4Les cadavres débordent des placards dans lesquels on voudrait les confiner et demandent des comptes, des actions, des prises de positions. Les deux premiers articles, contributions d’un juriste (J.-P. Gasnier) et d’un historien (J. Gélis) se penchent sur les cadavres des enfants morts-nés au vingt-et-unième siècle et sous l’Ancien Régime. Jacques Gélis montre qu’entre le quatorzième et le dix-neuvième siècle, des représentants de l’Eglise, dans les pays de l’Europe catholique ont joué avec la frontière de la mort pour permettre de baptiser les enfants mort-nés et leur éviter ainsi d’errer éternellement dans les limbes. La manifestation de « signes de vie » des enfants présentés à la Vierge dans certains sanctuaires permettait le baptême et l’inhumation dans le cimetière de la paroisse. Au vingt-et-unième siècle, les juristes ont dû revenir sur la qualification de « produit innomé » qui prévalait antérieurement pour les enfants mort-nés après moins de 180 jours de gestation, et codifier les comportements acceptables vis-à-vis de ces derniers, en termes de traitement, de conservation, de collecte, de recherche. Viennent ensuite les contributions d’archéologues travaillant sur des tombes plus ou moins anciennes, d’anthropologues (I. Le Goff) évoquant les pratiques de crémation dans plusieurs espaces culturels, ou travaillant sur les massacres de masse et leur mémorialisation (E. Anstett)1, d’ethnographes interrogeant les travailleurs invisibles de la mort (A. Jeanjean & C. Laudanski).

5Les articles de ce numéro montrent comment les sociétés « bricolent » leur commerce avec les cadavres, font sens de leur présence, et les entourent de dispositifs juridiques, magiques, techniques, matériels pour neutraliser leur existence et leur donner une contenance, une consistance et une légitimité. Ce faisant, ils donnent à réfléchir sur les propriétés du vivant/mort et les frontières entre choses, animaux, humains, nature et culture. Les auteurs offrent à la fois des descriptions très précises des processus de décomposition et de leur prise en compte dans le traitement des cadavres, et des comparaisons du traitement différentiel des cadavres en fonction des temporalités et des espaces géographiques. Tous les cadavres ne sont pas logés à la même enseigne.

  • 2 Voir également : Frédéric Lebaron, Christophe Gaubert, Marie-Pierre Pouly, Manuel visuel de sociolo (...)

6Les cadavres retrouvés parmi d’autres déchets non humains restent une énigme pour les chercheurs. Comment interpréter la non-ritualisation de leur enfouissement (I. Rodet-Belarbi & I. Séguy) ? Ne procède-t-elle pas d’une volonté de dénier toute humanité à ceux qui en sont l’objet ? L’article d’I. Le Goff sur la crémation montre la diversité des configurations autour de cette pratique, contrairement à la trop simpliste opposition qui ferait de la crémation la version « propre » de la décomposition du cadavre, évitant sa corruption et sa putréfaction. Si dans les crématoriums modernes des sociétés occidentales, la technologie utilisée et la fermeture du dispositif évitent à l’assistance le spectacle visuel, auditif et olfactif de la réduction du cadavre en cendres, ce n’est pas le cas dans d’autres sociétés évoquées par l’auteure, où l’assistance est invitée à participer plus ou moins activement à la thanatomorphose. Cette participation est essentielle à la fois pour la réalisation du deuil et la régénération du corps social2. Isabelle Le Goff nous détaille très précisément différents arrangements, au Népal, en Thaïlande, en Inde du Sud, au Kamtchatka, en restant très près du bûcher, mais on aurait aimé voir relier ces traitements des cadavres aux conceptions du corps, du devenir des défunts, à leur place dans la société…

7Certains articles sont également l’occasion de réfléchir sur la position des travailleurs et les pratiques des chercheurs autour des cadavres (L. Bonnabel & A. Richier). Quel comportement l’archéologue doit-il adopter vis-à-vis de ces corps sans vie ou de ces squelettes ? Doit-on manifester une déférence particulière vis-à-vis des restes humains ? Cette question infuse également l’enquête ethnographique d’A. Jeanjean et C. Laudansky sur les travailleurs non qualifiés du funéraire. Celle-ci donne à voir comment ces personnes envisagent et rendent compte de leur fréquentation quotidienne des cadavres. Contrairement aux archéologues de la contribution précédente ils ne peuvent faire sens de cette pratique par la volonté de faire science.

8Les contributions de ce numéro sont très complémentaires et se lisent très facilement. Certaines lectures évoquent parfois l’univers de la littérature policière. On reste cependant sur sa faim tant certains auteurs se contentent de poser des questions sans s’avancer sur d’éventuelles réponses, la recherche, comme la mort serait un processus plus qu’un moment… Malgré l’objectif affiché en introduction, le cadavre reste une énigme, un entre-deux vaguement écœurant, symbole à la fois de l’humanité et de l’animalité du décédé, à bien des égards moins sympathique que le squelette, signant la fin de la transformation. On sort de cette lecture sans théorie unifiée du cadavre mais avec l’idée que l’entrée par cet objet ouvre des perspectives heuristiques intéressantes. On notera enfin que les contributions sont servies par une iconographie remarquablement choisie qui aère le propos et le rend plus intelligible.

Haut de page

Notes

1 Voir également sur ce sujet : Élisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus (dir.), Cadavres impensables, cadavres impensés. Approches méthodologiques du traitement des corps dans les violences de masse et les génocides, Paris, coll. « Les cadavres dans les violences de masse et les génocides », 2013. Compte rendu de Nicolas Patin pour Lectures : http://lectures.revues.org/14419.

2 Voir également : Frédéric Lebaron, Christophe Gaubert, Marie-Pierre Pouly, Manuel visuel de sociologie, Dunod, coll. « Manuels visuels de licence », 2013. Compte rendu d’Eric Keslassy pour Lectures : http://lectures.revues.org/1212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Champenois Rousseau, « Frédéric Joulian, Pierre-Olivier Dittmar (dir.), « Le cadavre en procès », Techniques & Culture n° 60, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/15299

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Champenois Rousseau

Sociologue, elle enseigne la sociologie et l’anthropologie à l’école de sages-femmes de l’hôpital Foch, et est maître de conférences à Sciences Po. Elle s’intéresse particulièrement à la Santé Publique, à l’impact des nouvelles techniques médicales sur les relations médecins/patients et aux défis posés par les dépistages et la médecine prédictive. Elle a créé un blog sur ces thématiques : http://laurabodeysimplyhuman.net/.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page