Navigation – Plan du site

Fabrice Flipo, Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation

Jean Zaganiaris
Nature et politique
Fabrice Flipo, Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, 440 p., ISBN : 9782354801342.
Haut de page

Texte intégral

1Si le dernier ouvrage de Fabrice Flipo se situe autour des enjeux écologiques, notamment tels qu’ils sont exprimés à partir des années 70, le but n’est pas tant de parler de réchauffement climatique ou de développement durable mais de se pencher sur les auteurs qui ont cherché à institutionnaliser l’écologie en tant que question politique : « L’écologisme se trouve éclaté dans un très grand nombre d’ouvrages, dont la plupart ne sont pas discutés par le monde savant » (p. 15). Cherchant à ressusciter dans le présent des traditions oubliées afin d’affronter un péril à venir, Fabrice Flipo explore la pensée de ces auteurs écologistes méconnus, depuis Ivan Illich, Jacques Ellul et Bernard Charbonneau à Brice Lalonde et Alain Lipietz. L’intérêt de cette approche est de rompre radicalement avec un habitus académique se limitant, de manière bien souvent anthropocentrique, à citer et à discuter uniquement les textes de chercheurs insérés et institutionnalisés dans le champ universitaire et à rester indifférent aux discours d’auteurs périphériques, non consacrés et non légitimés par les sphères parfois très fermées du monde de la recherche. Fabrice Flipo a eu le mérite d’aller chercher ces savoirs oubliés, voire disqualifiés, qui ont pris l’écologie au sérieux et ont cherché en son sein une troisième voie prétendant au statut de « nouvel universel concret », au même titre que le « marxisme » et « le néo-libéralisme ».

  • 1 Bernard Kalaora, Chloé Vlassopoulou, Pour une sociologie de l’environnement : environnement, sociét (...)
  • 2 Pierre Lascoumes, L’Ecopouvoir, Paris, La Découverte, 1994 ; Catherine et Raphaël Larrère, Du bon u (...)
  • 3 Luc Ferry, Le nouvel ordre écologique, Paris, Gallimard, 1992 ; Bruno Latour, Politique de la natur (...)

2En lisant cette approche diachronique, on pense à l’ouvrage de Bernard Kalaora et Chloé Vlassopoulou qui explore d’un point de vue socio-historique l’intégration difficile et bien souvent marginale de l’écologie au sein des sciences humaines1. Pour Fabrice Flipo, les textes de l’écologie politique méritent de faire partie des corpus de la philosophie politique. C’est d’ailleurs, entre autre, à partir de la Critique de la raison dialectique de Jean-Paul Sartre, de Martin Heidegger, de certains penseurs de l’école de Francfort ou d’Alfred Whitehead que l’on peut saisir la portée conceptuelle de l’écologisme. Outre les débats critiques engagés avec les thèses de Pierre Lascoumes ou bien de Catherine et Raphaël Larrère au niveau de l’objectivation de l’écologie2, Fabrice Flipo déconstruit en profondeur les propos de Luc Ferry évoquant un prétendu anti-humanisme écologiste ou de Bruno Latour mettant en garde des risques qu’il y a à « importer une science – l’écologie – en politique » (p. 17)3. Pour Fabrice Flipo, Ferry et Latour parlent d’écologie mais ne citent guère les auteurs écologistes, dont ils ne connaissent quasiment pas la pensée. L’ignorance de ces textes fondateurs qui ont pourtant pensé le politique, posé une ontologie et développé une éthique les empêche de saisir la portée des enjeux autour des droits de la nature, du comportement des écologistes en politique ainsi que des rapports entre écologie et économie ou entre écologie et science.

  • 4  Sur le concept de « coalition », voir Judith Butler, Le trouble dans le genre, [1990], Paris, La D (...)
  • 5 Michel Lallement, Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard, 2013, pp. (...)

3Dès lors, plutôt que de restituer une quelconque « essence » de l’écologisme, Fabrice Flipo dresse la vision panoramique des différentes positions tenues par les acteurs et cite les controverses qui leurs sont inhérentes. Il sait adopter une démarche empathique et rendre compte de façon pédagogique de la portée de ces discours, notamment leur souci de préserver ces espaces naturels qui font partie de ce monde commun que nous partageons tous : « Les écologistes n’opposent l’homme à la nature que pour mieux les relier, cherchant sans cesse à montrer ce que la dégradation de la nature a de dégradant pour l’homme, qui en fait partie » (p. 63). La nébuleuse écologiste est constituée d’une multiplicité d’orientations allant des positions centristes à un anarcho-libértarisme assumé et parfois combiné, y compris chez un même auteur, avec un romantisme nostalgique et anti-capitaliste. Toutefois, l’écologisme politique cherche à rester un contre-pouvoir et ne propose pas une théorie achevée de la société, contrairement au marxisme ou au libéralisme. Ses actions se situent principalement dans la dénonciation publique des menaces dont l’environnement fait l’objet. L’écologisme reste démocratique et peut fournir de précieux outils intellectuels pour penser les dérives autoritaires d’un ordre néo libéral privilégiant les profits immédiats au détriment d’une protection à long terme de la nature. À ce niveau, le concept de « coalition » que l’on trouve chez Judith Butler peut être opératoire pour analyser les alliances parfois antagonistes entrepris par les écologistes et rendre compte des interactions qu’ils sont susceptibles d’avoir avec d’autres mouvements sociaux, sans occulter leur spécificité4. Si Fabrice Flipo évoque cette question en opérant de brefs rapprochements avec le féminisme, l’antiracisme, le tiers-mondisme ou les régionalismes, nous aurions aimé en savoir davantage sur les connexions entre l’écologisme politique et d’autres discours prônant un retour à la nature, notamment ceux exaltant la nudité et la vie au grand air5. Est-ce que des personnalités comme Llona Staler, engagée politiquement dans les combats écologiques en Italie mais aussi dans les luttes pro-sexe au sein de l’espace public, auraient pu être intégrées dans un corpus élargi, ne se limitant pas à des auteurs principalement masculins et évoluant en France ? La piste littéraire aurait également peut-être gagnée à être explorée davantage à partir d’une analyse comparée entre l’écologisme et les romans de certains écrivains français, tels que Le Clézio ou Michel Houellebecq, qui ont évoqué les préoccupations écologiques dans leurs œuvres de fiction.

  • 6 Michel Lallement, Tensions majeures, op. cit., pp. 129-130.
  • 7 Michael Löwy, Kafka, rêveur insoumis, Paris, Stock, 2004.

4Ces discours peuvent d’ailleurs faire écho aux propos importants sur l’utopie et le « principe d’espérance » développés par Fabrice Flipo (p. 258 et s). L’écologisme cherche à réenchanter le monde ; au même titre que l’érotisme dirait d’ailleurs Michel Lallement6. C’est sans doute à ce niveau que les travaux de Michael Löwy, dont l’œuvre a une portée beaucoup plus étendue que celle évoquée par Fabrice Flipo dans ses analyses sur l’appropriation écologique par les marxistes, peuvent constituer un apport important pour objectiver les ontologies utopiques en rupture avec les rationalisations de la cage d’acier weberienne, notamment au niveau de l’usage de la littérature au sein d’une approche sociologique du politique ou bien de l’analyse des thèses de Ernst Bloch7. C’est d’ailleurs à partir de ce dernier auteur que Fabrice Flipo définit l’écologisme comme une utopie salutaire, capable de produire des actions face aux périls menaçant la planète : « Reconnaître l’existence du souhaitable n’est pas suffisant pour déboucher sur l’utopie au sens de Bloch. Le regard tourné vers l’avant n’est pas rêveur au sens du rêve nocturne, il est engagé, exigeant » (p. 339). L’utopie ne peut être réduite aux rêves irréalisables de l’imagination. Elle peut aussi s’incarner dans ces tentatives visant à rendre « possible l’impossible » et à mener des attaques frontales, parfois teintées de mélancolie mais toujours optimistes, face aux aliénations de notre époque. C’est cette démarche qui est celle de nombreux auteurs de l’écologie politique, proches en cela de ces avertisseurs d’incendie dont parlait Walter Benjamin dans ses thèses sur la philosophie de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Bernard Kalaora, Chloé Vlassopoulou, Pour une sociologie de l’environnement : environnement, société et politique, Paris, Champs Vallon, 2013.

2 Pierre Lascoumes, L’Ecopouvoir, Paris, La Découverte, 1994 ; Catherine et Raphaël Larrère, Du bon usage de la nature, Paris, Aubier, 1997.

3 Luc Ferry, Le nouvel ordre écologique, Paris, Gallimard, 1992 ; Bruno Latour, Politique de la nature, Paris, La Découverte, 1994.

4  Sur le concept de « coalition », voir Judith Butler, Le trouble dans le genre, [1990], Paris, La Découverte, 2005, notamment pp. 74-83.

5 Michel Lallement, Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard, 2013, pp. 138-139.

6 Michel Lallement, Tensions majeures, op. cit., pp. 129-130.

7 Michael Löwy, Kafka, rêveur insoumis, Paris, Stock, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Fabrice Flipo, Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 août 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/15306

Haut de page

Rédacteur

Jean Zaganiaris

Enseignant-chercheur (HDR Sociologie) au CRESC/UM6P Rabat

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page