Navigation – Plan du site

Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs

Stéphanie Vincent-Geslin
La jeune sociologie urbaine francophone
Jean-Yves Authier, Alain Bourdin, Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sociologie urbaine », 2014, 244 p., ISBN : 978-2-7297-0879-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre, « Introduction au dossier sur l’actualit (...)

1Le titre est ambitieux, l’objectif risqué mais le pari réussi. Dans La jeune sociologie urbaine francophone, J.-Y. Authier, A. Bourdin et M.-P. Lefeuvre rassemblent douze contributions de jeunes sociologues, sélectionnées suite au colloque, organisé en 2010 par le comité de recherche Sociologie urbaine : villes, sociétés et action publique, sur l’actualité de la sociologie francophone. Très empiriques, ces contributions prolongent les communications théoriques présentées lors du colloque et publiées en 2012 dans le dossier « Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones »1. Cet ouvrage cherche ainsi à comprendre « en quoi la jeune sociologie contribue au renouvellement de la sociologie urbaine » (p. 6).

2Les trois parties qui composent le livre rassemblent chacune quatre contributions. La première, « Mobilités, ancrages et expériences citadines », interroge l’habiter et la mobilité, les liens et les lieux, l’espace public et la diversité des interactions qui s’y déroulent à partir de terrains diversifiés. Aurélien Gentil et Jennifer Bidet s’intéressent tous deux aux processus de socialisation spatiaux, le premier en montrant comment les travailleurs saisonniers s’ancrent progressivement dans la station balnéaire de leurs saisons estivales au gré des liens qu’ils y tissent ; la seconde en présentant la diversité du rapport aux origines des descendants d’immigrés algériens qui partent en vacances au « bled ». Nicolas Oppenchaim aborde, à partir de trois théories sociologiques, la mobilité des adolescents de ZUP et met en lumière la dimension genrée de leurs pratiques de la mobilité et de l’espace public. La contribution d’Anne Jarrigeon, enfin, montre l’intérêt de l’exploration méthodologique et de la réflexivité pour saisir les micro-interactions genrées dans l’espace public. Ces quatre premières contributions questionnent les processus de socialisation et de construction identitaire qui se jouent dans les espaces de la mobilité, mais aussi les situations de coprésence, les négociations et les interactions qui ont lieu dans l’espace public.

3La seconde partie s’intitule « Agrégation, ségrégation et gentrification » et s’intéresse plus spécifiquement aux logiques sociales à l’œuvre dans certains territoires. Ainsi Violaine Girard montre-t-elle le processus de recomposition territoriale et sociale d’une commune périurbaine, en analysant simultanément les dynamiques de localisation des emplois et de l’habitat. Clément Rivière étudie les effets ségrégatifs du contrôle parental sur les pratiques urbaines des enfants à Paris et Milan, mettant en lumière une forte dimension genrée de ce contrôle parental. Anaïs Collet et Colin Giraud s’intéressent tous deux à la gentrification, en décrivant respectivement l’ensemble des mécanismes expliquant la gentrification du Bas-Montreuil et la contribution de la population gay à la gentrification des quartiers du Village à Montréal et du Marais à Paris.

4Enfin, les modes de production de la ville, le projet urbain et ses acteurs font l’objet de la troisième partie, « Production de l’espace et action collective ». La production de la ville s’y révèle moins planifiée que régulée, comme le montre Burcu özdirlik en s’appuyant sur une analyse de la construction du nouveau centre d’affaires d’Istanbul. La production de l’espace est également moins le fruit d’une décision politique que d’une gestion de projet dans les espaces périurbains français et belges étudiés par Marie Muselle. Mais la ville se construit également par l’action de ses habitants – du moins certains d’entre eux. Ainsi, Maira Machado-Martins montre le rôle de la milicia, gestionnaires informels, qui occupent et organisent la vie sociale dans les invasoes de Rio de Janeiro, habitat illégal à la manière de la favela mais à l’accès restreint à la manière des copropriétés. Enfin, Eleonora Elguezabal s’intéresse aux copropriétés fermées à Buenos Aires pour rendre compte du « travail d’enclavement » mené par ses habitants, afin de distinguer socialement leur immeuble des autres immeubles d’habitation du quartier. L’ouvrage s’achève par une postface synthétique, transversale et très complète sur les différents apports de ces contributions, tant du point de vue des « manières de faire » de la sociologie urbaine aujourd’hui, que des méthodes, des thèmes travaillés et des cadres théoriques.

5Que retenir de cet ouvrage ? Loin de prétendre à l’exhaustivité, il s’agit de mettre en lumière quelques-uns des traits saillants des contributions, relevés par les coordonnateurs de l’ouvrage. Premièrement, un intérêt marqué pour l’analyse des processus traverse l’ensemble des contributions. Cet intérêt implique tout d’abord le primat de l’empirie sur le théorique. Tous les contributeurs de l’ouvrage abordent leurs sujets de recherche par le terrain, très souvent même par l’ethnographie, et se montrent prudents voire méfiants vis-à-vis des « grandes catégories officielles et des théories générales » (p. 231) ; ainsi, E. Elguezabal met en question la théorie générale de la fragmentation et aborde la question des communautés fermées par la méthode ethnographique. Deuxièmement, les contributeurs déploient une grande capacité d’innovation dans les méthodes de recueil des données pour recouper les informations et contourner certaines difficultés de terrain : utilisation de méthodes mixtes, de la photographie et du film, ou encore de données fournies par le fichier des abonnés à une revue homosexuelle spécialisée, dans le travail de C. Giraud. Cet intérêt pour les processus et le terrain va de pair avec des cadres théoriques plus hybrides et moins monolithiques – quoique très ancrés dans la discipline sociologique. Plus pragmatiques que marxistes, – on notera au passage l’absence notable de références à la sociologie urbaine marxiste… –, les auteurs des contributions se réfèrent plutôt à l’interactionnisme et à l’École de Chicago. Ils n’hésitent pas non plus à croiser les apports de la sociologie urbaine avec ceux de la sociologie économique, de la sociologie du travail ou de celle des organisations. Tout en travaillant des thématiques classiques de la sociologie – stratification sociale, socialisation, ségrégation, identité, etc. –, ils en renouvellent l’approche par un jeu d’innovation et d’hybridation méthodologique et théorique. Dans toutes les contributions, enfin, l’espace apparaît central. Même si elles ne le définissent pas de manière explicite, toutes procèdent en effet d’une entrée spatiale dans la délimitation de leur terrain : commune urbaine ou périurbaine, quartier, ensemble résidentiel, logement, etc. L’espace mais aussi le temps prennent ainsi une place croissante dans les questionnements et laissent présager l’émergence de nouvelles thématiques et approches. Tel est le cas de la mobilité : « La mobilité n’est pas une contrainte extérieure que la sociologie urbaine devrait prendre en compte en laissant à d’autres le soin de la définir et de la mesurer » (p. 229), soulignent les coordonnateurs, enjoignant alors la sociologie urbaine à se saisir pleinement de cette question.

6Finalement, cet ouvrage, bien conçu et agréable à lire, dresse un portrait riche et pertinent de l’actualité de la sociologie urbaine francophone. En s’intéressant aux jeunes pousses, il ouvre des pistes de réflexion sur les thèmes, les approches et les problématiques qui feront la sociologie urbaine dans les années à venir.

Haut de page

Notes

1 Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre, « Introduction au dossier sur l’actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones », SociologieS, Dossiers, Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones, 15 novembre 2012. En ligne : http://sociologies.revues.org/4165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Vincent-Geslin, « Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 septembre 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/15398

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Vincent-Geslin

Docteure en sociologie, chargée de recherche au Laboratoire d’économie des transports (Lyon) et chercheure associée au Laboratoire de sociologie urbaine (Lausanne, Suisse). Spécialiste des questions de mobilités spatiales, ses travaux portent en particulier sur des pratiques émergentes de mobilité, en lien avec l’environnement, la vie professionnelle et la famille.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page