Navigation – Plan du site

Anne Clerval et Jean-Pierre Garnier (dir.), « Où est passé le peuple ? », Espaces et sociétés, n° 156-157, 2014

Ludovic Lepeltier-Kutasi
Où est passé le peuple ?
Anne Clerval, Jean-Pierre Garnier (dir.), « Où est passé le peuple ? », Espaces et sociétés, n° 156-157, 2014, 290 p., Érès, ISBN : 978-2-7492-4125-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rancière Jacques, « L’introuvable populaire », in Alain Badiou, Pierre Bourdieu, Judith Butler, Geo (...)
  • 2 Sur ce sujet, lire la précieuse mise au point de François Dubet sur le déclin de la sociologie des (...)
  • 3 Schwartz Olivier, « Peut-on parler des classes populaires ? », La Vie des Idées, 13 septembre 2011. (...)
  • 4 Bakouch Isabelle, Ripoll Fabrice, Tissot Sylvie et Veschambre Vincent (dir.), La dimension spatiale (...)

1En se réappropriant les catégories du « populaire », dans un contexte intellectuel marqué par le stigmate négatif de la « masse ignorante manipulée et poussée à la violence par des “démagogues” »1, Anne Clerval et Jean-Pierre Garnier reprennent à leur compte cette analyse de Jacques Rancière pour réhabiliter une approche parfois tombée en désuétude dans les sciences sociales2. Ils s’inscrivent également dans la perspective « unificatrice » des « classes populaires » défendue par Olivier Schwartz : celle d’un continuum qui « [relierait] entre eux divers types de groupes dominés »3. En problématisant le corpus autour du rapport de ces groupes à l’espace, ils se positionnent dans le champ des travaux portant sur la dimension spatiale de la domination, et plus spécifiquement sur la dimension spatiale des inégalités sociales4.

  • 5 Lire sur ce sujet : Bacqué Marie-Hélène et Sintomer Yves, « Peut-on encore parler de quartiers popu (...)
  • 6 Le consultant Christophe Guilluy a marqué le débat politique français lors de l’élection présidenti (...)

2À la question « où est le peuple ? », les différentes contributions répondent par le constat d’un ancrage fragmenté des catégories populaires, laquelle réalité est difficile à appréhender sous le seul angle classificatoire des géotypes5. La dimension spatiale est ici davantage considérée du point de vue des configurations et agencements, c’est-à-dire des opportunités et contraintes que l’espace offre dans les choix de localisation résidentielle. Pascale Dietrich-Ragon explore le cas des « mal-logés » des immeubles dégradés de l’ancien « Paris populaire », qui cherchent à se maintenir au centre, à « résister à l’exil », malgré des conditions de vie très précaires. Sylvaine Le Garrec et Johanna Lees analysent, dans deux articles distincts, un phénomène encore mal connu en France : celui des copropriétés dégradées, respectivement à Clichy-Montfermeil et à Marseille. Samuel Deprez et Philippe Vidal s’intéressent à la façon dont l’habitat autoconstruit de classes populaires du Havre répond à un idéal d’« ailleurs résidentiel », marqué par la « bi-résidentialité de proximité ». Dans son texte sur les locataires sociaux des beaux quartiers parisiens, Lydie Launay montre en quoi les politiques de mixité sociale créent des situations inédites de cohabitation socio-résidentielle et produisent des effets sur le plan de l’individualisation des trajectoires sociales. Enfin, Violaine Richard décrit minutieusement les modes d’appropriation de l’espace des classes populaires dans les zones pavillonnaires périurbaines. Tranchant avec les discours sur la désaffiliation politique des catégories populaires de la « France périphérique »6, elle fait le constat de formes d’ancrage alliant une forte sociabilité résidentielle et un investissement important de la scène électorale locale.

  • 7 Lévy Jacques, « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ? », Espaces Temps, vol. 51, n° 1, 19 (...)
  • 8 Ripoll Fabrice, « Du “rôle de l’espace” aux théories de “l’acteur” (aller-retour). La géographie à (...)
  • 9 Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Les Édit (...)

3Le cas des copropriétés dégradées constitue un des meilleurs exemples pour comprendre que les cadres spatiaux ne sont pas inertes et travaillent également la trajectoire sociale des groupes et des individus7. Ces immeubles, anciens marchepieds vers l’accession à la propriété, se sont transformés au fil des spéculations et erreurs de gestion en « nasses », où les propriétaires endettés par des charges prohibitives, sont devenus captifs de leur logement. Pour autant – on le voit bien à Marseille –, ce constat ne concerne pas toutes les catégories populaires, dans la mesure où ces logements taudifiés sont devenus dans le même temps une opportunité d’ancrage pour des migrants mahorais et comoriens dans une situation de précarité extrême. L’exemple des locataires sociaux dans les beaux quartiers de Paris montre, par ailleurs, que non seulement l’espace n’est pas inerte, mais qu’il constitue parfois une « raison d’agir »8. L’analyse des interactions entre ces locataires HLM et les résidents aisés du VIIIe arrondissement de Paris illustre bien comment les politiques de mixité sociale, promues par la municipalité, rabattent violemment les cartes des stratégies de distinction résidentielle. La cohabitation des groupes sociaux tend ici à accentuer la distance sociale du fait de la proximité spatiale et pousse chaque catégorie en présence à « marquer son territoire »9. Ici, les « dominants » déploient des stratégies normatives pour disqualifier la légitimité résidentielle des locataires HLM, en passant notamment par une forme de « racialisation » des rapports sociaux, tandis que les « dominés » se divisent entre les partisans de l’intégration de ces normes et ceux qui les rejettent par la recréation ou la conservation d’un entre-soi affinitaire.

  • 10 Lussault Michel, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, coll. « Mondes vécu (...)
  • 11 Le « cas limite » de l’habiter des SDF du bois de Vincennes fournit un éclairage nouveau sur la not (...)
  • 12 Schwartz Olivier, Le monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, Paris, Presses universita (...)

4Ces « luttes de places »10 peuvent s’appréhender à des échelles et dans des contextes d’action variés. L’article portant sur l’habitat autoconstruit sur le littoral havrais s’attache à montrer les enjeux de l’appropriation spatiale à l’échelle individuelle de l’habiter, ainsi qu’à celle micro-locale du voisinage et des interactions sociales11. Sur la question spécifique de l’habiter, les auteurs montrent bien comment la « bi-résidentialité de proximité » satisfait le désir d’un « ailleurs » pour des classes populaires vivant le reste du temps dans des cités de logement social. En érigeant un quartier clandestin répondant malgré tout aux canons esthétiques de la ville légale, ces « nouveaux Robinsons » comblent, par la valorisation symbolique d’un espace de proximité, les limites de leur capital de mobilité. La recherche de « l’ailleurs » permet ici d’appréhender la « fonction restauratrice » du logement, telle que décrite par Olivier Schwartz, au-delà du périmètre stricto sensu de l’espace domestique12. À l’échelle communale, l’article de Violaine Girard montre bien comment l’appropriation de l’espace résidentiel passe aussi par l’investissement du tissu associatif, et in fine de la sphère politique locale. Elle s’appuie sur le concept de l’autochtonie pour appréhender ces « dispositifs de sociabilité au travers desquels se constituent les rapports sociaux opposant des groupes en concurrence pour la revendication de l’appartenance locale » (p. 121). Dans le cas étudié, si ces dispositifs permettent de consacrer une élite municipale issue des classes populaires, ils contribuent de la même façon à mettre à l’écart les franges les plus démunies, soit défaillantes sur le plan de la légitimité résidentielle, soit connaissant une plus grande précarité professionnelle.

  • 13 Bruneteaux Patrick, L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des paupérisés, Paris, Éditio (...)
  • 14 Gramsci Antonio, Quaderni del carcere, Turin, Einaudi, 2007.
  • 15 Didier Fassin a bien montré l’intérêt de déconstruire les catégorisations par le haut pour mieux pr (...)

5Le dernier article du corpus, rédigé par le collectif Rosa Bonheur reprend le fil général des questionnements posés par Anne Clerval et Jean-Pierre Garnier sur les conditions d’étude du rapport à l’espace des classes populaires. Cet article porte plus spécifiquement sur la perspective comparatiste à partir de terrains français et internationaux. Ses auteurs cherchent ici à concilier une démarche de type ethnographique avec un cadre théorique permettant de penser les processus à l’échelle globale, dans la même veine que la sociologie de la mondialisation développée par Patrick Bruneteau et la sociologie comparée de la « marginalité urbaine » de Loïc Wacquant13. Conservant la conception unificatrice d’Olivier Schwartz des classes populaires et revendiquant la filiation analytique d’Antonio Gramsci en termes de rapports politiques de classe14, cette approche – qui se veut pourtant « par le bas » – se heurte au risque de préempter la montée en généralité par le fait d’imposer des modes de catégorisation qui ne font pas toujours sens dans les contextes étudiés15. Ce hiatus est notoirement présent chez les coordonnateurs du dossier, dont la volonté de sanctuarisation des « classes populaires » se sent bien dès les premières lignes de l’introduction générale. Cette réification et naturalisation des catégories du « populaire » est d’autant plus regrettable qu’à l’heure du retour en force de l’approche critique de la domination dans les sciences sociales, on aurait pu s’attendre ici à ce que les conditions d’élaboration de ces représentations collectives soient davantage discutées et questionnées.

Haut de page

Notes

1 Rancière Jacques, « L’introuvable populaire », in Alain Badiou, Pierre Bourdieu, Judith Butler, Georges Didi-Huberman, Sadri Khiari et Jacques Rancière, Qu’est-ce qu’un peuple ?, Paris, La Fabrique, 2013, p. 117-143 ; cité p.11.

2 Sur ce sujet, lire la précieuse mise au point de François Dubet sur le déclin de la sociologie des classes sociales : Dubet François, « Régimes d’inégalité et injustices sociales », SociologieS, Débats, Penser les inégalités, 18 octobre 2011. En ligne : http://sociologies.revues.org/3643.

3 Schwartz Olivier, « Peut-on parler des classes populaires ? », La Vie des Idées, 13 septembre 2011. En ligne : http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html.

4 Bakouch Isabelle, Ripoll Fabrice, Tissot Sylvie et Veschambre Vincent (dir.), La dimension spatiale des inégalités. Regards croisés des sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

5 Lire sur ce sujet : Bacqué Marie-Hélène et Sintomer Yves, « Peut-on encore parler de quartiers populaires ? », Espaces et sociétés, n° 108-109, 2002, p. 29-45.

6 Le consultant Christophe Guilluy a marqué le débat politique français lors de l’élection présidentielle de 2012, en problématisant les nouvelles fractures sociales comme des nouvelles fractures territoriales, mettant en jeu d’un côté les groupes sociaux urbains, connectés à la mondialisation et de l’autre la « France périphérique » oubliée de « l’élite » et en situation d’insécurité « sociale » et « culturelle », cf. Guilluy Christophe, Fractures françaises, Paris, François Bourin Éditeur, 2010.

7 Lévy Jacques, « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ? », Espaces Temps, vol. 51, n° 1, 1993, p. 102-142.

8 Ripoll Fabrice, « Du “rôle de l’espace” aux théories de “l’acteur” (aller-retour). La géographie à l’épreuve des mouvements sociaux » in Raymonde Séchet et Vincent Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 2006, p. 193-210.

9 Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Les Éditions de Minuit, 1973.

10 Lussault Michel, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, coll. « Mondes vécus », 2009.

11 Le « cas limite » de l’habiter des SDF du bois de Vincennes fournit un éclairage nouveau sur la notion ; lire sur ce sujet Lion Gaspard, « En quête de chez-soi. Le bois de Vincennes, un espace habitable ? », Annales de géographie, vol. 3, n° 697, 2014, p. 956-981.

12 Schwartz Olivier, Le monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, Paris, Presses universitaires de France, 1990.

13 Bruneteaux Patrick, L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des paupérisés, Paris, Éditions du Croquant, 2010 ; Wacquant Loïc, Parias urbains : Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006.

14 Gramsci Antonio, Quaderni del carcere, Turin, Einaudi, 2007.

15 Didier Fassin a bien montré l’intérêt de déconstruire les catégorisations par le haut pour mieux prendre en compte la richesse analytique des topologies symboliques locales, cf. Fassin Didier, « Exclusion, underclass, marginalidad. Figures contemporaines de la pauvreté urbaine en France, aux États-Unis et en Amérique latine », Revue française de sociologie, vol. 36, n° 1, 1996, p. 37-75. Michel Agier expose dans le deuxième chapitre de son ouvrage le risque d’abstraction analytique d’une démarche qui ignore le sens des lieux, cf. Agier Michel, La condition cosmopolite : l’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Lepeltier-Kutasi, « Anne Clerval et Jean-Pierre Garnier (dir.), « Où est passé le peuple ? », Espaces et sociétés, n° 156-157, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 09 septembre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/15425

Haut de page

Rédacteur

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l’EHESS, doctorant allocataire de recherche en géographie à l’Université François-Rabelais (Tours), équipe Monde arabe et Méditerranée, UMR 7324 CITERES.
Carnet de recherche : http://budacasa.hypotheses.org.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page