Navigation – Plan du site

Gisèle Sapiro, Sociologie de la littérature

Maxime Triquenaux
La sociologie de la littérature
Gisèle Sapiro, La sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2014, 128 p., ISBN : 978-2-7071-6574-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon la définition classique de Durkheim Émile, Les règles de la méthode sociologique [1937], Pari (...)
  • 2 G. Sapiro cite elle-même comme des références les ouvrages de Dirkx Paul, Sociologie de la littérat (...)

1La littérature en tant que « fait social »1 (p. 5), voilà l’objet que se donne la sociologie de la littérature. Aujourd’hui déjà bien structuré, avec son histoire et sa généalogie, ses méthodes et ses paradigmes propres, ce champ de la recherche sociologique en pleine expansion appelait moins selon Gisèle Sapiro une synthèse de qualité déjà produite2 qu’un état de l’avancée actuelle des recherches qui mette l’accent « sur l’angle sociologique et sur la méthodologie » ainsi que sur les « intersections » avec d’autres domaines de recherche : sociologies « de l’art, de la culture, des médias, de l’édition, de la traduction, des professions, des rapports sociaux (de classe, de genre et de race), de la mondialisation » (p. 7), mais aussi études de genre et études postcoloniales. À charge enfin à un tel ouvrage de présenter le dialogue entre cette discipline et les études littéraires, souvent ardu, mais « qui tend à s’élargir par-delà les crispations disciplinaires », et d’ouvrir « des voies de collaboration prometteuses que cet ouvrage vise à encourager » (p. 7).

  • 3 Il est notamment l’auteur du premier « Que sais-je ? » sur la question : Escarpit Robert, Sociologi (...)

2Le premier chapitre propose un historique des différentes pensées ayant influencé la sociologie de la littérature et des tendances théoriques qui la structurent. L’auteure rappelle que cette manière de percevoir la littéraire n’est pas un phénomène récent. De l’examen des spécificités nationales des littératures européennes de Mme de Staël à l’histoire littéraire de Gustave Lanson en passant par le positivisme d’Hyppolite Taine, nombreuses sont les analyses « protosociologiques » qui ont cherché à appréhender « le monde littéraire dans ses dimensions sociales » (p. 10). Au XXe siècle, les débuts de la sociologie voient naître un intérêt porté sur la question du goût littéraire, notamment du côté des chercheurs allemands, comme Alfred von Martin ou Levin L. Schücking, inspirés de Max Weber, qui retravaillent la notion de « vision du monde » (Weltanschauung). En France, inspiré de la vision sartrienne de la littérature comme acte de communication, un pionnier comme Robert Escarpit3 porte son attention à la production, la diffusion et la consommation, débouchant sur sociologie de l’édition et de la lecture. Parallèlement, si « la théorie du reflet », qui pose qu’une œuvre reflète nécessairement les aspirations du groupe social auquel appartient l’auteur-e, permet des problématiques de type marxiste ou relevant des cultural studies, elle apparaît « d’emblée comme réductrice » (p. 19). L’enjeu des théories postérieures – comme celle de Pierre Bourdieu – consistera entre autres en son dépassement.

3Mais ce sont surtout trois approches qui concentrent l’intérêt de G. Sapiro et qui s’avèrent selon elle les plus fécondes, parce qu’elles considèrent « le monde des lettres comme un univers spécifique ayant ses logiques propres » (p. 23). D’abord l’approche structurale ou relationnelle telle qu’on la trouve dans la théorie des champs de Pierre Bourdieu ; ensuite l’approche fonctionnaliste, moins connue peut-être que la précédente, défendue par Jacques Dubois, qui propose le paradigme de « l’institution littéraire » (p. 26-27), ou Itamar Even-Zohar et sa « théorie du polysystème » (p. 27-29) ; enfin l’approche interactionniste d’Howard Becker (p. 30-32). Le développement de « l’analyse des réseaux » comme outil d’investigation sociologique, en particulier de la « structure macrosociale » (p. 33) du monde littéraire, termine ce tour d’horizon des différentes options théoriques et méthodiques de la sociologie de la littérature, brièvement – mais efficacement – exposées par l’auteure de ce livre.

4Le deuxième chapitre s’intéresse non pas à la question traditionnelle de « l’écrivain » mais, ce qui est déjà un programme de l’approche sociologique de la littérature, aux « conditions de production et de circulation des œuvres […] d’abord déterminées par les rapports que les pouvoirs politiques, économiques et religieux entretiennent avec la littérature » (p. 35). Outre les différents systèmes de censure, c’est sur le rôle social de l’écrivain, soumis aux contraintes parfois contradictoires du marché et de l’accumulation du capital symbolique, dans le cadre d’un processus historique d’autonomisation du champ littéraire, qu’insiste G. Sapiro. La sociologie de la littérature s’intéresse en outre au « recrutement social des écrivains » (p. 42), au « développement professionnel du métier d’écrivain » (p. 46) ainsi qu’aux différentes institutions, de l’école à l’académie en passant par les prix littéraires et les sociétés d’auteurs, qui organisent sa vie sociale et, par conséquent, influent sur sa production littéraire. D’un point de vue méthodologique, l’auteure présente les outils les plus récents d’analyse et de modélisation, que sont l’analyse des correspondances multiples (ACM) ou encore l’analyse des réseaux.

  • 4 Lahire Bernard (dir.), Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent, Paris, Éditions des Archives Contempor (...)

5Le troisième chapitre propose de parcourir les différents éléments d’une « sociologie des œuvres » (dont on peut regretter l’absence de définition claire au demeurant) visant à « dépasser l’opposition entre analyse interne et analyse externe » de celles-ci, c’est-à-dire d’un côté la détermination de l’œuvre par les seules conditions sociales de production, de l’autre la pure singularité du créateur individuel (p. 57). La question de la représentation du réel par l’œuvre littéraire intéresse aussi bien la philosophie et la théorie littéraire que la sociologie : la littérature n’est pas un simple reflet des phénomènes sociaux mais peut constituer un mode de « connaissance pratique » (p. 62) pour les lecteurs et les lectrices, que ce soit par la production de récits qui « cadrent » la perception des phénomènes ou encore par la typification (comme avec la construction de « types » sociaux par la littérature réaliste). À cet égard, l’analyse du fait littéraire à partir de catégories-outils comme le genre ou la nation, dans une perspective postcoloniale ou d’étude de genre (en reposant par exemple la question du « canon littéraire à partir des marges et de la périphérie » (p. 75) ou en prenant en compte le genre sexuel dans la construction d’une identité d’auteure), contribuent à renouveler les approches. On s’étonne cependant de l’absence de mention du collectif dirigé par B. Lahire, Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent4, où plus d’une douzaine de chercheurs tentent à partir de cas particuliers d’écrivains d’analyser les liens profonds entre les trajectoires personnelles des auteur-e-s et leur œuvre littéraire.

  • 5 Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

6Loin de céder à la tentation du « réductionnisme sociologique » (p. 77) consistant à ne s’intéresser qu’à la dimension collective de la littérature et à écarter la notion de singularité, comme les études littéraires pourraient l’en accuser, « la sociologie des œuvres ambitionne de comprendre leur véritable originalité » (p. 77), en articulant cette catégorie au paradigme sociologique. Le concept bourdieusien de « révolution symbolique »5 désigne ainsi « la redéfinition de l’espace des possibles par les œuvres novatrices » (p. 79) tandis que les notions de « stratégies d’écriture », de « stratégie d’auteur » (p. 81) ou de « posture » (p. 83) permettent d’articuler les choix esthétiques aux injonctions sociales adressées à l’écrivain. L’originalité n’est donc pas la qualité d’un « génie » créateur (invention du romantisme), mais un objet sociologique à part entière.

7Le chapitre final s’intéresse enfin à la sociologie de la réception. Des instances de médiation (critique littéraire et journalistique, packaging éditorial, paratexte…) à la circulation des textes via le phénomène nouvellement étudié de la traduction, les paramètres qui interviennent dans le processus sont multiples. Les tentatives de construction d’une sociologie de la lecture, cette « expérience solitaire et silencieuse » qui « constitue une sorte de "boîte noire" qui donne peu de prises à l’objectivation hors de la déclaration des individus » (p. 98) renvoient aussi bien à des enquêtes sur les trajectoires des lectrices et des lecteurs qu’à des interrogations sur la signification même de l’acte de lecture (identification, mise à distance, etc.).

  • 6 Lahire Bernard, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découve (...)

8Parcours synthétique (à peine plus d’une centaine de pages, selon les critères de la collection), cet ouvrage de G. Sapiro dresse un bilan stimulant de l’état de cette discipline qu’est la sociologie de la littérature, « encore faiblement institutionnalisée » (p. 107) mais si féconde, tant pour les chercheurs et chercheuses en sciences sociales qu’en études littéraires. On y découvre des pensées encore peu répandues dans l’Université française, comme celles du chercheur israélien I. Even-Zohar et sa théorie du polysystème, qui nous rappellent que la sociologie de la littérature ne s’arrête pas au champ bourdieusien. Mais on peut a contrario regretter fortement l’absence de compte rendu d’avancées récentes de la recherche en ce domaine, qui semblent complètement occultées. Outre l’ouvrage collectif cité plus haut, c’est notamment le cas pour le livre de Bernard Lahire sur Franz Kafka6, qui propose une théorie de la création littéraire prenant appui sur la reconstruction des biographiques sociologiques des auteurs qui propose de compléter et d’approfondir l’approche bourdieusienne des œuvres. Absence d’autant plus gênante qu’un encadré est précisément consacré au cas de l’écrivain tchèque, analysé à partir d’un livre de Pascale Casanova qui est presque exactement contemporain du livre de B. Lahire. Ces manques regrettables ternissent fortement l’ambition initiale de l’auteure et rendent malheureusement son projet de dresser un panorama de la recherche actuelle incomplet.

Haut de page

Notes

1 Selon la définition classique de Durkheim Émile, Les règles de la méthode sociologique [1937], Paris, PUF, coll. « Quadrige grands textes », 2005, p. 14, « est fait social toute manière de faire, fixée ou non, susceptible d’exercer sur l’individu une contrainte extérieure ; ou bien encore, qui est générale dans l’étendue d’une société donnée tout en ayant une existence propre, indépendante de ses manifestations individuelles ». Envisager la littérature comme « fait social », c’est donc la considérer comme un phénomène de nature collective, inscrit dans un groupe et une époque, à contre-courant d’une doxa littéraire construite sur la « croyance en la nature indéterminée et singulière des œuvres littéraires » (p. 7).

2 G. Sapiro cite elle-même comme des références les ouvrages de Dirkx Paul, Sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, 2000, et Aron Paul et Viala Alain, Sociologie de la littérature, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2006.

3 Il est notamment l’auteur du premier « Que sais-je ? » sur la question : Escarpit Robert, Sociologie de la littérature, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1958.

4 Lahire Bernard (dir.), Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2011.

5 Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

6 Lahire Bernard, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Triquenaux, « Gisèle Sapiro, Sociologie de la littérature », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 septembre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/15582

Haut de page

Rédacteur

Maxime Triquenaux

Ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française (Lyon 2)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page