Navigation – Plan du site

Éric Brun, Les Situationnistes. Une avant-garde totale

Lilian Mathieu
Les situationnistes
Éric Brun, Les situationnistes. Une avant-garde totale (1950-1972), Paris, CNRS Éditions, coll. « culture & Société », 2014, 454 p., ISBN : 978-2-271-07511-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette catégorisation fait référence à la figure de Jean-Paul Sartre comme « intellectuel total » da (...)

1À première vue, le mouvement situationniste (actif surtout en France entre 1957 et 1972) représente un défi pour tout cadre analyse qui, comme la théorie des champs élaborée par Pierre Bourdieu, place au premier plan la différenciation du monde social. La production situationniste relève en effet tout à la fois de la création littéraire, des arts plastiques, de la réflexion intellectuelle et de l’engagement révolutionnaire, tout en prétendant subvertir les frontières qui distinguent ces différents domaines. Son objectif central de construction de « situations » (entendues comme des entreprises de bouleversement et de dépassement de la vie quotidienne) vise rien moins que l’abolition de la séparation entre l’« art » et la « vie », dans le même temps que sa critique radicale de la « société du spectacle » refuse la passivité imposée par le capitalisme aux humains pour à l’inverse leur conférer un pouvoir actif de création de leur existence. En découle le sous-titre de l’ouvrage : le situationnisme est une avant-garde « totale » en ce sens qu’il a fait de la transgression des cloisonnements sociaux un marqueur identitaire majeur1.

2Ce défi, Éric Brun l’a relevé en soumettant précisément la genèse et l’histoire du situationnisme à une analyse directement inspirée de la théorie des champs. Plutôt que d’opérer la subversion proclamée, les situationnistes ont selon lui successivement procédé à des insertions dans différents champs, et plus spécifiquement dans les sous-champs poétique, pictural, philosophique et de l’extrême gauche révolutionnaire. Plutôt que de mettre en échec une lecture du monde social comme différencié en plusieurs microcosmes imposant leur logique spécifique à ceux qui y sont insérés, le cas du situationnisme en confirme la pertinence.

  • 2 Éric Brun souligne à juste titre combien le surréalisme a constitué une source d’inspiration (dont (...)

3En atteste, spécialement, la posture avant-gardiste adoptée par les situationnistes. Telle qu’elle s’exprime dans les mondes de l’art, celle-ci prend la forme privilégiée de la transgression des normes établies via la proclamation d’un ordre esthétique nouveau. Le surréalisme a fourni dans les années 1920 le paradigme de ce prophétisme artistique et c’est en regard de ce précédent glorieux, mais aussi de ses consécration et routinisation ultérieures, que les nouvelles entreprises artistiques de l’après Seconde Guerre mondiale ont dû se situer2. Parmi elles, le lettrisme lancé à la fin des années 1940 par Isidore Isou apparaît rapidement comme une avant-garde ratée. Le lettrisme parvient certes à se démarquer en opérant un « attentat symbolique dirigé contre les valeurs humanistes affirmées par la génération littéraire qui s’impose à la Libération » (p. 60) mais il échoue à convaincre de la réalité de la révolution poétique qu’il annonce. De cet échec — et, plus concrètement, des conflits internes liés à la mégalomanie d’Isou et à son empressement manifeste à réussir — naît au tournant des années 1950 l’Internationale lettriste, essentiellement composée de jeunes gens bohèmes, souvent culturellement dotés mais en rupture avec l’institution scolaire comme avec leurs origines majoritairement bourgeoises, et que rassemblent leurs dispositions lettrées et leur posture de refus de toute réussite sociale. Leur regroupement donne en 1957 naissance à l’Internationale situationniste (IS).

4Parmi eux, Guy Debord (1931-1994) s’impose rapidement comme leader et théoricien par sa capacité à définir une posture relativement originale, à même à se faire reconnaître comme avant-garde en en reprenant les caractéristiques établies (comme le démarquage brutal — spécialement par le recours à l’insulte — des formes consacrées ou concurrentes, ou l’affectation du désintéressement) tout en lui conférant une tonalité distincte. Cela passe, au moins initialement, par une doctrine prônant le refus de l’art (en tant que production d’œuvres dotées d’une qualité proprement esthétique) au profit de l’intégration d’une « créativité généralisée » au flux de la « vie ». Une telle posture n’est cependant pas sans précédents dans l’histoire de l’art (notamment du côté du dadaïsme et du surréalisme) et doit compter avec l’existence de sous-champs artistiques constitués qui reçoivent (même si c’est sous les formes du scandale et du rejet) les premières productions situationnistes, telles que les premiers films de Debord.

  • 3 L’auteur ne le signale pas, mais cette formulation est peut-être un pastiche du projet de l’Action (...)

5Cette emprise des logiques caractéristiques des champs se fait tout particulièrement ressentir lorsque le peintre danois Asger Jorn, issu du mouvement Cobra, se rallie au situationnisme. Devant l’opportunité d’internationaliser son mouvement et de lui apporter de nouvelles ressources (notamment économiques à mesure que progresse la reconnaissance des œuvres de Jorn), Debord atténue son refus de l’œuvre d’art dans le même temps qu’il procure au peintre danois des attestations de radicalité propices à la construction de sa propre image d’artiste intransigeant. Par suite, au début des années 1960, l’IS prend les traits d’un groupe de peintres et de théoriciens de l’art, spécialement attentifs aux arts plastiques ainsi qu’à l’architecture et aux questions urbaines, mais dont la radicalité s’exprime par l’ambition d’utiliser tous les moyens, « même artistiques », pour réaliser un programme « révolutionnaire »3.

6Éric Brun signale qu’il n’y a pas, chez Debord, « de correspondance parfaite entre une libido (socialisée) et un champ clairement identifié. Encore moins de correspondance entre sa propre libido et le champ de la peinture » (p. 283). De là sans doute le désengagement progressif de l’IS du monde de l’art au profit de son intégration à l’espace des groupuscules qui, dans un contexte de guerre froide et de domination du PCF sur la gauche, sont en compétition pour la définition de l’excellence révolutionnaire. Cet univers est d’autant plus propice à l’IS que ses membres sont dotés de dispositions et de capitaux intellectuels qui les autorisent à l’exégèse des textes consacrés (marxistes prioritairement) et à la production d’analyses politiques raffinées. Dans ce microcosme, les membres de l’IS se confrontent spécialement à des revues, groupes ou personnalités tels qu’Arguments, Socialisme ou barbarie, Le Monde libertaire ou Henri Lefebvre, dont ils s’inspirent tout en s’en démarquant. De cet investissement « gauchiste » sortiront les deux principales productions théoriques situationnistes — le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem et La Société du spectacle de Debord, tous deux publiés en 1967 — mais aussi une pratique d’agitation dont le style prospèrera en mai et juin 1968. La nouvelle notoriété dont le situationnisme bénéficie dans la foulée des événements de Mai lui porte d’une certaine manière un coup fatal, et Debord dissout son mouvement en 1972. Une première raison est que, qu’elle qu’en soit la forme, la consécration est antinomique avec le maintien d’une posture avant-gardiste. S’y ajoute le fait que, désormais reconnu comme personnalité intellectuelle, Debord n’a plus la nécessité du support collectif de son mouvement.

7L’ouvrage d’Éric Brun est riche par son érudition et sa rigueur. À l’encontre des évocations esthétisantes et volontiers hagiographiques de l’IS et de son leader, il livre un récit sociologiquement armé de l’histoire d’un mouvement parfois mythifié. Le bénéfice intellectuel d’une telle démarche est des plus appréciables, en faisant apparaître ce que la figure héroïsée du créateur doit à ses conditions sociales et, spécialement, aux règles de fonctionnement des différents champs dans lequel il est inséré. Plutôt qu’invoquer le « génie » que s’attribuaient volontiers Isou ou Debord, il convient de rapporter les logiques propres de leur parcours aux mondes de l’art et de la politique qui, dans un même mouvement, leur offraient des opportunités et les contraignaient. Si eux et leurs disciples ont manifestement su jouer le jeu de l’avant-garde, c’est en se pliant à ses règles propres.

  • 4 Voir Bernard Lahire, Monde pluriel, Paris, Seuil, 2012.

8Reste que ce cadre d’analyse présente certaines limites. À exclusivement rapporter la conduite des agents aux règles de leurs champs d’appartenance, on en néglige ce qui se joue « hors-champ » et spécialement ce qui tient à la transposition dans le « jeu situationniste » de schèmes pratiques qui n’ont a priori que peu à voir avec les théorisations artistiques ou politiques4. Si la relégation (comme « petites mains » assignées aux tâches ingrates ou comme partenaires sexuelles) des femmes situationnistes est brièvement évoquée, peu est dit par exemple de l’alcoolisme qui apparaît pourtant comme un trait marquant du mouvement, au point d’avoir provoqué la mort de son leader. Surtout, la prégnance du vocabulaire de la stratégie laisse planer un doute sur la place de la rationalité — pour ne pas dire du calcul cynique — dans les pratiques des agents. L’analyse peut certes s’autoriser de la notion de « stratégie objective », forgée par Bourdieu pour rendre compte de lignes d’action objectivement ajustées aux exigences du champ, reste que l’emprise de ce vocabulaire utilitariste en vient à être ambiguë — cela d’autant plus que les textes et propos de Debord cités dans le livre laissent entrevoir une forte inclination tacticienne. Par suite, on a du mal à dissocier ce qui relève des stratégies objectives identifiées et modélisées par le sociologue de ce qui tient aux stratégies conscientes des protagonistes. Enfin, à concevoir les productions situationnistes avant tout comme des « coups » dans un espace de jeu, on perd de vue leur contenu propre. Ici aussi, la difficulté est redoublée du fait des caractéristiques de l’IS qui, basée sur un refus de l’œuvre, n’a été guère productive — si ce n’est sous la forme, relevant peut-être davantage du canular potache que de la production esthétique, du détournement de bandes dessinées, de photos érotiques ou de films de série Z. Mais même cet intérêt pour des expressions populaires (et artistiquement disqualifiées) de l’industrie culturelle aurait mérité une attention sociologique plus soutenue, dont l’auteur avait certainement les moyens.

9Ces notes critiques pourront légitimement paraître trop sévères en regard de l’apport que constitue cet ouvrage. À l’heure où la postérité de Mai 68 reste un enjeu historique et politique disputé, un regard plus lucide, parce que sociologiquement construit et argumenté, sur une de ses composantes devenue légendaire doit indéniablement être salué.

Haut de page

Notes

1 Cette catégorisation fait référence à la figure de Jean-Paul Sartre comme « intellectuel total » dans Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, Paris, Seuil, 1992.

2 Éric Brun souligne à juste titre combien le surréalisme a constitué une source d’inspiration (dont il lui fallait dans le même temps se démarquer) pour le situationnisme. Il néglige peut-être une autre référence, contemporaine du surréalisme et entretenant avec lui des rapports complexes : le Collège de sociologie qui, lui aussi, entendait subvertir les frontières entre art, réflexion intellectuelle (notamment nourrie d’anthropologie) et action politique au moyen d’une forme d’esthétisation vitaliste. Le fait que le premier bulletin situationniste se soit appelé Potlatch suggère la possibilité de cette inspiration ; cf. Denis Hollier (dir.), Le Collège de sociologie, Paris, Gallimard, 1979.

3 L’auteur ne le signale pas, mais cette formulation est peut-être un pastiche du projet de l’Action française qui entendait, quant à elle, y parvenir « par tous les moyens, même légaux » ; cf. Eugen Weber, L’Action française, Paris, Fayard, 1985.

4 Voir Bernard Lahire, Monde pluriel, Paris, Seuil, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Éric Brun, Les Situationnistes. Une avant-garde totale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/15605

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page