Navigation – Plan du site

John Scott, Ann Nielsen (dirs.), C. Wright Mills And The Sociological Imagination. Contemporary Perspectives

Yves Laberge
C. Wright Mills And The Sociological Imagination
John Scott, Ann Nielsen (dir.), C. Wright Mills And The Sociological Imagination. Contemporary Perspectives, Edward Elgar Publishing, 2013, 256 p., EAN : 9781782540021.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Wright Mills L’imagination sociologique. Paris, La Découverte Poche / Sciences humaines et (...)
  • 2 Charles Wright Mills L'imagination sociologique. Paris, François Maspero, 1967.

1En France, on connaît surtout Charles Wright Mills (1916 – 1962) pour son concept d’imagination sociologique et son ouvrage classique du même titre1. Malheureusement, les premières éditions publiées dans notre langue de L'imagination sociologique sont parues à partir de 1967 chez François Maspero2, une traduction française qui a connu une circulation relativement restreinte, compte tenu de la faillite de cet éditeur parisien et de l’indisponibilité de plusieurs livres de C. Wright Mills durant de nombreuses années en France. Par contre, sur le continent nord-américain, l’influence de C. Wright Mills a connu des hauts et des bas et a fait l’objet de plusieurs redécouvertes aux États-Unis, notamment en raison de son image parfois romancée de « James Dean de la sociologie américaine », comme le prouve l’image en couverture montrant en contre-plongée le chercheur non-conformiste assis sur une moto et sans casque protecteur. Sa carrière atypique, son destin et sa mort prématurée à seulement 45 ans ont contribué à la consolidation de sa légende.

2Intitulé simplement C. Wright Mills And The Sociological Imagination. Contemporary Perspectives, ce nouvel ouvrage collectif résulte du travail conjoint et international de deux chercheurs en histoire de la sociologie : John Scott enseigne à l’Université de Plymouth et Ann Nilsen est rattachée à l’Université de Bergen, en Norvège. Comme ce livre est paru l’an dernier en Grande-Bretagne aux Éditions Edward Elgar Publishing (2013), on le trouvera difficilement dans les librairies de la Francophonie mais plus facilement sur Internet.

  • 3 Kathryn Mills, Pamela Mills (dirs.), Charles Wright Mills. C. Wright Mills, Letters and Autobiograp (...)

3En dépit de ce que son titre pourrait peut-être laisser entendre, ce collectif de seize textes en anglais n’est pas une biographie et ne comprend aucun écrit de C. Wright Mills lui-même, sauf quelques brèves citations (p. x). Cependant, la fille du sociologue, Kathryn Mills, a accepté de rédiger la préface (pp. x-xv) et un court texte à propos de ses souvenirs d’enfance (pp. 205-209). Auparavant, Kathryn Mills avait déjà participé à la publication posthume de la correspondance de son père publiée sous le titre de C. Wright Mills, Letters and Autobiographical Writings3.

4L’ouvrage se subdivise en deux sections, débutant par neuf études de fond pour ensuite proposer des essais plus personnels et beaucoup plus concis. D’emblée, Jennifer Platt explore les mutations du concept d’imagination sociologique et ses multiples acceptions après la disparition de Wright Mills en 1962. Initialement, C. Wright Mills concevait l’imagination sociologique comme la capacité du sociologue d’adopter provisoirement un point de vue sur une question pour ensuite en emprunter un autre diamétralement opposé afin d’obtenir une perspective complète d’une question donnée, considérée dans toutes ses dimensions et avec toutes ces contradictions. De ce point de vue, ce premier chapitre de Jennifer Platt réussit bien à cerner l’essence de ce que C. Wright Mills a voulu dire ; elle propose la meilleure définition de l’imagination sociologique telle que rédigée par C. Wright Mills lui-même : « en grande partie, l’imagination sociologique consiste en la capacité de changer d’une perspective à l’autre et durant ce processus de construire une vision adéquate d’une société totale et de ses composantes » (C. Wright Mills [traduit par Yves Laberge], cité par Jennifer Platt, p. 5). Plusieurs auteurs ont par la suite tenté (imparfaitement) de redéfinir l’imagination sociologique ; parmi une multitude de sociologues méconnus (mais pas pour autant dénudés d’intérêt), Jennifer Platt mentionne la définition que donnait le sociologue Ken Browne en 1998 dans un manuel d’initiation à la sociologie : « les sociologues utilisent l’imagination sociologique. Ceci signifie que lorsqu’ils étudient les routines familières de la vie quotidienne, les sociologues les regardent de manières non-familières ou sous un angle différent. Ils (…) réexaminent les assomptions déjà existantes en étudiant comment les choses étaient dans le passé, comment elles ont changé » (Ken Browne, [traduit par Yves Laberge], cité par Jennifer Platt, p. 14). Le premier chapitre de Jennifer Platt propose également un tableau utile (« Good Mills » et « Bad Mills ») opposant ce que Wright Mills a voulu dire mais aussi les dérives qui auraient travesti sa pensée, notamment à propos des liens possibles entre l’expérience individuelle et le travail intellectuel du sociologue (p. 10).

  • 4 Charles Wright Mills, Les Causes de la Troisième Guerre Mondiale. Paris, Calmann-Lévy, 1960, réédit (...)

5Le second chapitre de Krishan Kumar sur la nécessité de l’histoire déçoit par ses digressions agaçantes et son insistance à se concentrer sur les écrits (non sans intérêt) de Tocqueville, laissant très peu de places à la réflexion sur Wright Mills lui-même. Il est curieux et difficilement explicable que les coresponsables de ce livre aient décidé de placer le texte le plus faible du collectif en deuxième position. Bien étayé, le troisième chapitre de Lars Mjøset débute par la critique de Wright Mills à l’endroit de ses contemporains (Talcott Parsons et Paul Lazarsfeld) et démontre magistralement la pertinence de la pensée de Wright Mills encore de nos jours, tout en indiquant que la figure du « sociologue engagé » n’a pas été inventée par Pierre Bourdieu (p. 84). Les textes suivants examinent d’autres dimensions des écrits de Wright Mills : ses liens avec la Gauche et le Marxisme, des problèmes méthodologiques opposant la sociologie aux sciences historiques, des extrapolations des intuitions de C. Wright Mills, des auteurs qui furent ses proches comme Ralph Miliband (voir le 5e chapitre de Michael Newman, p. 105), et les positions de Wright Mills sur la guerre et la paix dans des écrits moins connus (voir le 9e chapitre de John Brewer sur le livre de C. Wright Mills, The Causes of World War Three [1958], rédigé dans le contexte de la Guerre Froide, p. 183)4. La contribution des sociologues scandinaves ajoute une dimension originale et particulièrement appréciable à cet ensemble. La dernière moitié de ce livre rassemble des essais brefs où divers universitaires se remémorent leurs années d’études et leur première rencontre (intellectuelle) avec les livres de Charles Wright Mills.

6En somme, et en dépit de ses qualités, C. Wright Mills And The Sociological Imagination. Contemporary Perspectives n’est sans doute pas la meilleure initiation à la pensée de ce sociologue inclassable ; naturellement, les livres irremplaçables de Charles Wright Mills permettent mieux que tout d’appréhender sa fulgurance et d’apprécier la liberté de sa pensée — ajoutés à son style incomparable qui rappelle parfois celui de Howard Becker. Cependant, les thésards et les chercheurs déjà familiers de ses œuvres trouveront dans ce collectif inégal des prolongements originaux qui reconfirmeront la pertinence de sa vision.

  • 5 Parmi les rares titres de cet auteur disponibles en français, on lira avec profit, de Charles Wrigh (...)

7À l’aube des célébrations prochaines du centenaire de Charles Wright Mills (en 2016), on peut s’attendre à une multitude de publications et d’hommages ; le présent ouvrage des Professeurs John Scott et Ann Nielsen prépare bien la voie pour une redécouverte de l’œuvre de ce grand sociologue5.

Haut de page

Notes

1 Charles Wright Mills L’imagination sociologique. Paris, La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°39, 2006 [1959 pour l’édition américaine].

2 Charles Wright Mills L'imagination sociologique. Paris, François Maspero, 1967.

3 Kathryn Mills, Pamela Mills (dirs.), Charles Wright Mills. C. Wright Mills, Letters and Autobiographical Writings. Berkeley, University of California Press, 2000.

4 Charles Wright Mills, Les Causes de la Troisième Guerre Mondiale. Paris, Calmann-Lévy, 1960, réédition en 1970.

5 Parmi les rares titres de cet auteur disponibles en français, on lira avec profit, de Charles Wright Mills, L'Élite du pouvoir. Marseille, Agone, 2012 [1956 pour l’édition américaine].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « John Scott, Ann Nielsen (dirs.), C. Wright Mills And The Sociological Imagination. Contemporary Perspectives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/15693

Haut de page

Rédacteur

Yves Laberge

Sociologue et membre associé du Groupe de recherche EA 1796, ACE, Université de Rennes 2, France

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page