Navigation – Plan du site

Dominique Lorrain et Franck Poupeau (dir.), « De l’eau ! Pratiques, modèles, légitimités », Actes de la recherche en sciences sociales, no 203, 2014

Thomas Lerosier
De l'eau !
Dominique Lorrain, Franck Poupeau (dir.), « De l'eau ! Pratiques, modèles, légitimités », Actes de la recherche en sciences sociales, n°203, juin 2014, 155 p., Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-115380-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les coordinateurs sont tous les deux spécialistes des problématiques de gestion de l’eau dans les v (...)

1Ce numéro des Actes de la recherche en sciences sociales concerne exclusivement la distribution de l’eau dans les zones urbaines. Il prend pour point de départ la politique de libéralisation tous azimuts des années 1990, encouragée par les grandes institutions internationales. Ces dernières prescrivent des politiques de privatisation aux pays en développement, notamment dans le domaine des infrastructures, telles que les télécommunications, les transports, l’énergie et l’eau. L’enjeu du dossier est de dresser un bilan de cette période et de décrire ce qui a « réellement changé » (p. 6) dans ce dernier secteur. Chaque article porte sur un ou plusieurs systèmes de distribution d’eau potable tels que la délégation de service public en région parisienne ou la gestion municipale dans les villes de l’Uttar Pradesh (Inde). « De l’eau » rassemble une série d’études de cas à travers le monde. Dans leur chapitre introductif, les deux coordinateurs, Franck Poupeau et Dominique Lorrain, assument un parti-pris descriptif, devant rendre compte de la variété des situations1. Ils défendent en outre un principe méthodologique consistant à « considérer le secteur de l’eau comme un système technique parmi d’autres » afin de « sortir d’une lecture sectorielle » (p. 6). La notion de « système sociotechnique » a dès lors une fonction centrale dans ce numéro. Elle est définie comme une combinaison d’objets techniques (canalisations, pompes, compteurs), d’acteurs privés ou institutionnels (entreprises, joint-ventures, municipalités, agences de régulations) et d’objets juridiques (contrats, normes, lois), dont l’enjeu est de capter et redistribuer de l’eau sur un territoire urbain donné. Le système sociotechnique est en ce sens un élément toujours composite et conjoncturel. Selon cette définition, il ne peut être saisi que dans l’épaisseur des situations réelles. Par souci de concision, nous ne présentons dans ce compte-rendu que quelques-unes des contributions. Nous les regroupons en fonction des enjeux qu’elles dévoilent.

2Bernard de Gouvello s’intéresse à la nature du dispositif de gestion de l’eau, aux contraintes externes ainsi qu’aux stratégies mêmes des acteurs. Il étudie comment un opérateur privé, chargé de la gestion de l’eau de l’agglomération de Buenos Aires, peut être amené à perdre sa légitimité vis-à-vis des usagers et des pouvoirs publics. L’auteur montre que la dégradation de la situation économique de l’Argentine vient rompre « l’équilibre économique du contrat » (p. 23). Les stratégies successives de l’opérateur vont ensuite susciter des critiques au sein de la société civile et chez les usagers. Elles vont en outre révéler qu’il ne détient pas le monopole des compétences techniques. L’auteur décrit alors l’opérateur comme « coproducteur de sa dé-légitimation » (p. 28) et révèle comment les remises en causes progressives de ses compétences financières, gestionnaires et techniques vont finalement conduire à la rupture du contrat par la municipalité de Buenos Aires. L’article de Dominique Lorrain porte sur une joint-venture (coentreprise) formée par la localité chinoise de Chongquing et le groupe Suez-environnement. Il montre comment un dispositif théoriquement déséquilibré – une coopération entre un grand groupe multinational et une petite municipalité chinoise – peut être un succès en termes de gestion de l’eau. L’auteur s’intéresse à la manière dont les conduites opportunistes de la société privée peuvent être modérées autrement que par l’intermédiaire du contrat. Les forces qui contraignent le groupe sont multiples : la crainte d’une réaction négative et unilatérale de l’État chinois, la nécessité de gérer le réseau sur le long terme pour générer du profit ou encore les codes, parfois informels, qui règlent les comportements des agents en Chine. La métaphore de « l’acteur lesté » illustre la manière dont ces contraintes « institutionnelles, culturelles, politiques » (p. 46) pèsent sur les acteurs économiques. Ces deux articles mettent en avant trois dimensions importantes des systèmes sociotechniques. Une première a trait au dispositif lui-même, à son élaboration et à son statut juridique. Une seconde concerne les stratégies effectives des acteurs publics et institutionnels. Une troisième renvoie aux dimensions externes et conjoncturelles qui contraignent les acteurs et pèsent sur leurs réalisations.

  • 2 Pour entrer dans le détail des situations, Dominique Lorrain et Franck Poupeau préconisent en outre (...)

3Certains articles insistent sur la capacité des « agents » (p. 8) – usagers, agents municipaux, associations – à concevoir des solutions alternatives ou à infléchir les politiques des acteurs institutionnels et économiques. Julie Aubriot montre comment une agence, la Compagnie des eaux de la municipalité de Johannesburg, a été engagée dans des rapports de forces sociaux. Lors de sa mise en place, un projet d’uniformisation des modalités techniques d’accès à l’eau est perçu par les habitants des quartiers pauvres comme une injustice. L’auteure décrit comment une mobilisation va naître et se transformer. Celle-ci se caractérise dans un premier temps par des actes de désobéissance et de sabotage individuels, puis, avec l’arrivée des associations « anti-capitalistes » (p. 140), par diverses manifestations et réunions publiques. Julie Aubriot signale ensuite comment, après l’affaiblissement du mouvement social, le terrain juridique constitue finalement le forum opportun pour influencer la politique publique de gestion des services urbains en faveur des plus démunis. Sébastien Hardy et Franck Poupeau montrent comment, dans le cas de l’agglomération La Paz-El Alto, le modèle européen basé sur un réseau unique de distribution d’eau est complété par des petites coopératives. Ces dernières opèrent dans des espaces où le grand système ne peut intervenir, notamment les terrains non constructibles sur lesquels se sont installées les populations déshéritées. En outre, elles approvisionnent à moindre coût des usagers situés dans les zones desservies, mais trop pauvres pour accéder au réseau principal. Les auteurs soulignent les limites respectives de ces dispositifs ainsi que leur éventuelle complémentarité. Le grand système de distribution est dispendieux, peu adaptable aux nouvelles utilisations de l’eau et vulnérable aux catastrophes naturelles. Les petits systèmes coopératifs, quant à eux, peinent à pérenniser leur activité. D’une part, leur mode de fonctionnement participatif est incompatible avec les choix de vie des jeunes générations. D’autre part, ils sont dans l’impossibilité de se développer. Le coût et les difficultés techniques imposent aux coopératives de recourir à des aides extérieures (ONG, autorités locales). La force de cet article tient au fait que « l’approche monographique permet d’entrer dans les détails des usages de l’eau et de leurs coûts » (p. 101). Dans son Carnet de terrain sur la distribution d’eau en Île-de-France, Dominique Lorrain parle à ce propos d’« économie politique du détail ». L’analyse doit intégrer le vécu des usagers « car c’est à ce niveau-là que les politiques font sentir leurs effets » (p. 147)2.

4Rémi de Bercegol et Shakare Gwonda mettent en lumière la dimension technique des systèmes sociotechniques. L’étude révèle que l’absence de maîtrise technique est au cœur de l’échec de la politique de la décentralisation de la gestion de l’eau potable en Inde. En effet, responsable de la gestion de l’eau jusqu’en 1992, l’ancienne agence gouvernementale refuse de transmettre ses savoir-faire techniques vers les municipalités. Celles-ci ne disposent donc pas des compétences ni des moyens nécessaires pour étendre le réseau de distribution, ni même enrayer sa détérioration. Les auteurs montrent finalement que les municipalités n’ont d’autre choix que de mettre en place des dispositifs alternatifs – des pompes manuelles – dans les quartiers les plus éloignés du réseau principal.

  • 3 Voir à ce sujet les études relevant des science and technology studies. Pour une introduction, se r (...)

5En conclusion, la succession des articles produit un effet de collection. C’est ce dernier qui, au-delà des précisions théoriques, éclaire véritablement la notion de système sociotechnique. Dominique Lorrain et Franck Poupeau le soulignent : « les cas présentés [dans ce numéro] ne livrent pas tant des “cas exemplaires” qu’une combinaison de facteurs » (p. 11). Chaque article met en lumière, pour un cas particulier, quelques-unes des multiples caractéristiques du système (telles que la gestion du réseau, les enjeux techniques, les contraintes matérielles, les types d’acteurs, les questions financières et contractuelles, les règles sociales, les cultures politiques des agents, etc). L’intérêt de cette notion est de tenir compte du fait qu’une solution technique n’est jamais neutre ni purement objective3. Elle est toujours inscrite dans « la matérialité de la vie sociale » (p. 6) et doit par conséquent être analysée en tant que telle. Toutefois, la pertinence des contributions est assez inégale et certaines ne parviennent pas à dépasser le stade de la description ou y articuler pleinement leurs conclusions. Il est par ailleurs regrettable que tous les auteurs n’aient pas fait preuve du même soin dans la présentation de leurs sources et de leurs enquêtes. Les ambitions méthodologiques et les précautions théoriques dispensées dans l’article d’introduction restent parfois lettre morte et ne semblent renvoyer véritablement qu’aux contributions personnelles des deux coordinateurs.

Haut de page

Notes

1 Les coordinateurs sont tous les deux spécialistes des problématiques de gestion de l’eau dans les villes des pays en développement. Voir par exemple : Dominique Lorrain, Métropoles XXL en pays émergents, Presses de Sciences Po, 2011 ; Dominique Lorrain (dir.), Entreprises et Histoire, « Gestion de l’eau : conflits ou coopération ? », no 50, 2008 ; Franck Poupeau, Carnets boliviens. Un goût de poussière, Montreuil, Aux lieux d’être, coll. « Enquêtes », 2008.

2 Pour entrer dans le détail des situations, Dominique Lorrain et Franck Poupeau préconisent en outre de s’intéresser aux « institutions de second rang » (méthode de calcul, procédure en tous genres, tarification, politiques d’information). Voir également Dominique Lorrain, « Éditorial : les institutions de second rang », Entreprises et histoire, n50, 2008, p. 6-18.

3 Voir à ce sujet les études relevant des science and technology studies. Pour une introduction, se reporter à Dominique Pestre, Introduction aux sciences studies, Paris, La Découverte, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lerosier, « Dominique Lorrain et Franck Poupeau (dir.), « De l’eau ! Pratiques, modèles, légitimités », Actes de la recherche en sciences sociales, no 203, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/15697

Haut de page

Rédacteur

Thomas Lerosier

Doctorant en histoire des sciences, équipe de recherche Philosophie, langages & cognition de l’Université Pierre-Mendès-France de Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page