Navigation – Plan du site

Arnaud Bernadet et Philippe Payen de la Garanderie (dir.), Traduire-écrire. Cultures, poétiques, anthropologie

Héloïse Thomas-Cambonie
Traduire-écrire
Arnaud Bernadet, Philippe Payen de la Garanderie (dir.), Traduire-écrire. Cultures, poétiques, anthropologie, Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2014, 388 p., ISBN : 978-2-84788-551-4.
Haut de page

Texte intégral

1Comment penser l’acte de traduire, acte qui paraît naturel et nécessaire, compte tenu de la multiplicité des langues, mais qui reste difficile à théoriser ? Circonscrire la traduction comme discipline pose problème, tant ses enjeux débordent le simple cadre de rapports sémantiques et syntaxiques entre deux langues. Arnaud Bernadet et Philippe Payen de la Garanderie s’attachent à réévaluer la place du traducteur et de la traduction, dans un contexte de mondialisation qui a changé autant les rapports économiques et géopolitiques internationaux que le rapport au langage, à la littérature et au domaine disciplinaire des humanités. L’ouvrage réunit dix-huit essais dont les auteurs sont aussi bien des universitaires que des écrivains et traducteurs littéraires chevronnés. Sans prétendre pouvoir évoquer ici chaque développement, dont la portée et la complexité excluent tout résumé nécessairement réducteur, je soulignerai le découpage structurel du livre, qui offre une vue globale des problématiques abordées, ainsi que les questions fondamentales irriguant chaque contribution.

  • 1 Walter Benjamin a rédigé son essai « La tâche du traducteur » pour préfacer sa traduction en allema (...)

2L’ouvrage est divisé en quatre parties, explorant d’abord le niveau élémentaire de la pratique traductive dans « L’atelier du traducteur ». Il s’agit, à travers des comparaisons entre version originelle et version traduite, de faire valoir le rapprochement entre artisan et artiste qui se produit chez le traducteur. Nous sommes ensuite amenés à nous interroger sur ce que signifie traduire (« La traversée des savoirs »), sous deux angles d’approche : celui du rapport entre traducteur et texte et celui de la constitution de nouveaux champs disciplinaires. La traduction devient donc l’actualisation du potentiel de croisement entre langage et littérature. Bien entendu, un tel ouvrage ne saurait se passer d’un commentaire sur l’essai séminal de Walter Benjamin, « La tâche du traducteur »1, qui positionne la traduction dans l’entre-deux de la littérature et de la philosophie. La relecture de Benjamin par Philippe Payen de la Garanderie conceptualise la traduction comme espace-lisière, espace de transition. Cette essence liminale permet de replacer l’acte de traduire dans son contexte socio-culturel et politique (« La force de l’étranger »). Entre création de nouveaux codes et subversion des anciens, la traduction, dans l’acte et dans le résultat, ouvre un gigantesque chantier où penser l’altérité, et se révèle ainsi un puissant outil contre les discours monologiques. Enfin, la dernière partie, « Circulations, continuations », pose la question de ce que fait faire l’acte de traduire au sein du texte, notamment à travers des dispositifs d’intertextualité et de superposition de voix écrivantes : au-delà de la multiplicité des langues en jeu, qui privilégie un mouvement productif de va-et-vient, le texte traduit ou en cours de traduction résiste intimement à toute univocité.

3L’altérité, comme conscience et pensée de l’autre et de l’étranger, fonde tout acte de traduction et revient sans cesse comme axe fondamental de chaque réflexion sur l’acte de traduire et sur son inscription dans le contexte social. L’autre, tel que matérialisé dans la traduction, est d’abord ce qui est indécidable : ainsi, la traduction remet en question les présupposés du rapport entre signifié et signifiant (ou forme et fond). Nous avons ainsi l’exemple de la série de « versions » qu’un traducteur peut proposer à partir d’un seul texte originel, comme ce que nous présente William Cliff dans ses traductions des sonnets de Shakespeare. Produire un texte indécidable, c’est refuser d’être réductible et univoque, c’est donc révéler en son sein une altérité quasi-ontologique. L’altérité est également contenue en creux puisque la traduction porte à la fois sur la matière visible (les mots, les phrases) et sur la matière invisible (les sous-entendus, connotations et non-dits) du texte : elle travaille littéralement sur ce qui est écrit entre les lignes. Enfin, l’altérité est éminemment culturelle et l’acte de traduire restitue à l’acte d’écrire sa dimension politique. Ainsi, comme l’expose l’article de Jaeryong Cho, le cas de Ch’oe Namsŏn, érudit encyclopédiste coréen qui a traduit Les Misérables depuis le japonais, est remarquable puisque le phénomène de double traduction (du français au japonais et du japonais au coréen) amène nécessairement à interroger le statut et la situation de la langue coréenne à l’époque (vers la fin du royaume Chosŏn, au tout début du XXe siècle) et, par là même, à déplacer la question de la modernité pour ne plus la considérer seulement dans un contexte ethnocentré et/ou occidental.

4La pensée de l’altérité est donc constitutive de l’activité de traduction, ce que souligne particulièrement tout travail de méta-traduction, comme celui de Pier-Pascale Boulanger, qui a traduit en anglais l’essai de Meschonnic portant lui-même sur la (une ?) théorie de la traduction. Dans sa contribution, Boulanger nous livre les difficultés de ce genre d’entreprise : traduit-on Meschonnic en souscrivant à sa théorie de la traduction, en prenant le parti de ne rien simplifier et en courant le risque de rebuter le lecteur ? Ou le traduit-on au contraire afin qu’il soit lisible et qu’il puisse ainsi gagner la faveur d’un public anglophone dont il est encore largement méconnu ? Faut-il donc traduire « en résistance », en mettant au jour les difficultés, les nœuds à problème de la langue et du langage en traduction ? Traduire un essai sur le traduire amène à se confronter de manière plus intime encore à la question sous-jacente de l’Autre, rétif à toute tentative de définition, puisqu’il ne s’agit plus simplement de théoriser – il faut mettre en pratique, et là se trouvent les embûches.

  • 2 Le bilinguisme est généralement défini au niveau individuel : il concerne l’individu qui maîtrise d (...)
  • 3 Catherine Leclerc et Nicole Nolette citent ici la thèse de Myriam Suchet, intitulée « Textes hétéro (...)

5La traduction peut alors trouver son potentiel créateur dans ces phénomènes de résistance qui prennent leur ancrage dans le continuum des textes traduits (intéressant participe passé qui peut désigner aussi bien le texte originel que sa traduction) et dans le rapport à l’écriture. Tous les essais cherchent à négocier le trait d’union présent dans « Traduire-écrire » : Andrew Eastmann, par exemple, revient sur Ezra Pound et son approche de réinvention de la langue à travers la traduction, poétique en particulier. Mais cela peut aller encore plus loin : ainsi Seamus Heaney, ce poète-traducteur qui s’est notamment essayé à Beowulf et à Dante, fait jouer l’intertextualité pour créer ainsi, dans l’épaisseur de ses traductions, une communauté de voix qui transcende le temps et l’espace. Catherine Leclerc et Nicole Nolette, quant à elles, abordent la création multilingue comme un espace et un temps incessant de traduction, à travers l’œuvre du poète franco-ontarien Patrice Desbiens. La pratique de la double page où les deux langues, français et anglais, s’affrontent et s’accordent, amène à interroger les phénomènes de bilinguisme et de diglossie2 dans la création littéraire. Cela va loin, puisque de bilingue, le texte peut devenir, pour reprendre l’expression de Myriam Suchet3, hétérolingue – là où l’oscillation matérialisée entre plusieurs langues échappe à des codes préétablis, le texte devient le site de l’Unheimliche freudienne, cette inquiétante étrangeté qui révèle pleinement la puissance de la métamorphose linguistique et littéraire qu’opère la traduction.

6L’ouvrage a également l’intérêt de proposer, en guise de clôture, une « bibliothèque infinie », un « essai d’inventaire » conscient de l’impossible exhaustivité à laquelle il prétend, tant la traductologie se développe rapidement et se refuse à une quelconque tentative de définition et de circonscription. Comme le montre bien Claire Joubert, qui brosse le portrait des évolutions des Translation Studies au sein des universités anglophones et francophones dans son article « Traduction, littérature, culture », l’histoire de la traduction, en tant que discipline et activité, reflète les bouleversements et les restructurations des départements universitaires depuis les années 1950. L’exposition des racines sociales, politiques et culturelles de la traduction nous amène à reformuler le rôle de traducteur et, dans la lignée de penseurs tels que Venuti ou Bassnett, à faire valoir son potentiel de subversion sociale.

  • 4 Proverbe italien : traduire, c’est trahir, ou, littéralement, « traducteur, traître ».

7Traduttore, traditore4 : l’expression est éculée mais tenace. Les essais présents dans Traduire-écrire incitent à repenser l’acte de traduire et le rôle du traducteur pour montrer que la « traîtrise » dont ferait supposément preuve ce dernier n’est ni plus ni moins que la condition sine qua none pour ouvrir le champ de possibilités créatrices, la brèche où se trouve le potentiel subversif et créateur de textes entre lesquels la hiérarchie texte source / traduction ne fait plus sens. Dans un monde où les voix et les textes se tissent en réponse et en réseau, la traductologie est une discipline qui ne se laisse pas discipliner et l’acte de traduire apparaît comme l’acte le plus fondamental pour associer subversion et création.

Haut de page

Notes

1 Walter Benjamin a rédigé son essai « La tâche du traducteur » pour préfacer sa traduction en allemand des Tableaux Parisiens de Baudelaire, parue en 1923. Philippe Payen de la Garanderie s’appuie sur la traduction en français réalisée par Maurice de Gandillac et Rainer Rochlitz dans l’édition du tome I des Œuvres de Benjamin, Paris, Gallimard, 2000, coll. « Folio essais », qui reprend celle de 1971.

2 Le bilinguisme est généralement défini au niveau individuel : il concerne l’individu qui maîtrise deux langues. La diglossie, elle, se manifeste au niveau sociétal et fait référence à la présence de deux variétés linguistiques (deux dialectes ou deux langues) coexistant dans un même espace et connotées chacune socialement.

3 Catherine Leclerc et Nicole Nolette citent ici la thèse de Myriam Suchet, intitulée « Textes hétérolingues et textes traduits : de la “langue” aux figures de l’énonciation. Pour une littérature comparée différentielle », thèse de doctorat, université de Concordia (en cotutelle avec les universités Paris Ouest et Lille 3), 2010.

4 Proverbe italien : traduire, c’est trahir, ou, littéralement, « traducteur, traître ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas-Cambonie, « Arnaud Bernadet et Philippe Payen de la Garanderie (dir.), Traduire-écrire. Cultures, poétiques, anthropologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 octobre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/15714

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas-Cambonie

Écrivaine, traductrice et critique littéraire. Normalienne et agrégée d’anglais, elle effectue des recherches sur la littérature contemporaine américaine et travaille sur le festival Mode d’Emploi à la Villa Gillet.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page