Navigation – Plan du site

Nathalie Denizot, La scolarisation des genres littéraires (1802-2010)

Carla Campos Cascales
La scolarisation des genres littéraires (1802-2010)
Nathalie Denizot, La scolarisation des genres littéraires (1802-2010), Bruxelles, Peter Lang, coll. « ThéoCrit », 2013, 297 p., ISBN : 978-2-87574-066-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dirkz Paul, Sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, 2000, p. 83.

1À la suite d’autres, comme Renée Balibar ou Paul Dirkx, Nathalie Denizot interroge à son tour, à travers la question de la généricité, les rapports entre œuvre littéraire et institution scolaire. Or, si Paul Dirkx nous rappelle, en citant Althusser, que la littérature compte « parmi les principaux “appareils idéologiques de l’État” »1, l’interrogation sur la modalité de l’enseignement du français et de la littérature à l’école, d’un point de vue diachronique, sous-tend un fond social et politique indéniable.

2Qu’est-ce qu’un « genre littéraire » ? Pour tout étudiant de littérature, pour tout élève ayant eu des cours de français mais aussi pour la plupart de lecteurs, le mot genre recouvre certainement ce que l’auteure présente comme une « triade canonique » (p. 79) : le roman, la poésie, et le théâtre. Cet ouvrage questionne précisément les origines complexes des genres littéraires, dont l’appellation paraît pourtant si simple.

  • 2 Pierre Kuentz est le premier à utiliser le terme « scolarisation » concernant l’œuvre littéraire, p (...)

3Le doute est mis en place par ce génitif avec lequel est introduite cette étude : La scolarisation des genres littéraires suppose-t-elle que l’on scolarise des genres déjà établis ou bien que c’est la scolarité qui dicte la généricité de la littérature ? Nathalie Denizot, maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise et spécialiste de didactique du français et de l’enseignement de la littérature, cherche à décrypter la « scolarisation »2 des genres littéraires à l’école – terme qui selon elle recouvre plusieurs phénomènes, à savoir ceux de la « transposition, secondarisation, reconfiguration et/ou création » des objets ou des savoirs scolaires (p. 259). Avec ce vocabulaire de la transformation elle montrera que les genres littéraires ne sont pas des cadres figés, mais plutôt des notions malléables et mallées au gré des nécessités de l’école.

  • 3 Viala Alain, « Le littéraire, son enseignement et le social », Le français aujourd’hui, n° 145, 200 (...)

4Denizot définit les genres comme « des constructions socio-historiques reposant sur des critères hétérogènes (formels, thématiques, historiques, pragmatiques, énonciatifs, etc. » (p. 13). Cette socialité de l’enseignement est proche de celle développée par Alain Viala : « L’enseignement [...] est lui aussi du social. Le seul fait de choisir d’enseigner telle ou telle matière et de refuser le droit de cité scolaire à telle ou telle autre est un acte dans l’ordre du politique, et peut dépasser, et de loin, les clivages observables dans l’ordre de la politique. Aussi, l’histoire de l’enseignement, et en son sein de chaque discipline, est essentielle »3.

5Suivant ce besoin de comprendre l’enseignement en se plongeant dans son histoire, Nathalie Denizot fait imploser l´héritage de la poétique en partant de la naissance de l’enseignement de la littérature française, héritier « moderne » de l’enseignement des lettres classiques et de la rhétorique. Elle entreprend donc, dans un premier temps, un travail diachronique pour établir « la cartographie scolaire du genre » littéraire (p. 15).

6Ce parcours historique débute à l’enseignement de la rhétorique en France au XIXe siècle, avec les genres oratoires, le genre de style et les genres de composition, et se poursuit jusqu’à l’enseignement de genres dits populaires, ou « minoritaires » (p. 68), à la fin du XXe siècle (roman policier, science-fiction, roman sentimental...), en passant par les cours de poétique, qui monopolisent l’enseignement du français de la seconde moitié du XIXe siècle aux années 1960, mais aussi par la lecture qui empiète progressivement sur le royaume de l’écriture. Denizot décrypte minutieusement le choix des œuvres enseignées, l’établissement d’auteurs dits « classiques » et de corpus qui deviennent « traditionnels », l’admiration dictée pour la tragédie de Racine et de Corneille et l’acceptation progressive du roman, perçu auparavant comme immoral, presque exclusivement centrée sur l’œuvre de Balzac.

7De l’évolution des prismes dressés par l’auteure et à travers lesquels on étudie la littérature, se dégage un parallèle entre les genres enseignés et les buts de l’enseignement, ce qui exclut l’idée d’une « Littérature » universelle et indépendante de la transmission qu’on en fait.

  • 4 Voir Denizot Nathalie, « Usages disciplinaires des genres littéraires : l'exemple de la tragédie cl (...)

8Ainsi, du choix que les programmes et les manuels font de certains passages de la tragédie racinienne, pour ses bienfaits moralisateurs (p. 145)4, à l’introduction de genres paralittéraires et de la littérature de jeunesse avec un but clairement affiché – celui de faire aimer la lecture à l’apprenant par leur caractère distrayant ou amusant –, les genres littéraires et textuels à l’école se dévoilent être « des constructions disciplinaires, qui servent différentes finalités selon les configurations disciplinaires ou prédisciplinaires » (p. 259).

9La question que Denizot pose avec son étude est donc double : comment l’école construit les genres littéraires, et quels sont les enjeux d’une telle construction ? Sont traités dans leur lien, dans leur imbrication, le « français » comme discipline scolaire et les « genres » comme matière à scolarisation : « quels genres – et quelle théories des genres – sont présents dans la discipline, et avec quels statuts ? Comment ces genres sont-ils construits – lorsqu’ils le sont – en tant qu’objets d’enseignement ? Et quelles fonctions et leurs usages ? » (p. 12).

  • 5 Barthes Roland, « Réflexions sur un manuel », in Serge Doubrovsky et Tzvetan Todorov (dir.) L'ensei (...)

10Parcours historique et archéologique, le travail de Nathalie Denizot confirme, à travers un chemin théorique qui s’appuie amplement sur des exemples pratiques (manuels scolaires, textes de loi, exemples d’exercices de composition...), la sentence de Roland Barthes : la « littérature est [bien] ce qui s’enseigne, un point c’est tout »5. L’analyse de l’évolution et de la transformation des genres littéraires à l’école nous permet de mieux nous rendre compte des enjeux sociaux et didactiques qui s’y lovent. Si un vocabulaire du changement et de l’adaptation construit le livre de Denizot, c’est qu’un certain outillage des textes y est découvert, qui montre en quoi « les choix opérés par les manuels le sont avant tout en fonction de finalités propres à la discipline, et que les considérations esthétiques et littéraires, même si elles sont constamment mises en avant, restent secondaires » (p. 218). En effet, la création de certains genres par la construction de corpus de textes, mais aussi par ce que Denizot appelle « l’amphitextualité » – utilisant le préfixe grec amphi, elle désigne par ce mot les liens contextuels établis par les manuels ou par les enseignants eux-mêmes entre des textes – fait partie des « objectifs traditionnels de l’école et de la discipline français » (p. 219). C’est ainsi que l’auteure développe l’exemple de la « réduction que fait l’école » de Balzac en un écrivain « de descriptions et de portraits, avant tout » (p. 226).

11Loin de les présenter comme des choix aléatoires ou arbitraires, Denizot interroge les intentions idéologiques que représente l’appellation d’un corpus de textes anciens « textes fondateurs » ou les « variantes » que proposent et construisent les manuels (p. 233). Dans tous les cas, appeler, désigner, classer ou construire un genre, le fait exister, comme en atteste l’exemple du genre « autobiographie », « qui n’existe réellement qu’à partir du moment où il est perçu en tant que tel » (p. 166). L’école « légitime » des objets littéraires par le biais de l’établissement ou le regroupement sous certains genres. De là naît une idée forte pour la société : ranger des textes sous certaines catégories organise d’une certaine façon la connaissance. Le travail de Denizot met en avant les conséquences épistémologiques de l’enseignement de la langue et de la littérature dans la classe de français.

  • 6 Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ? Paris, Klincksieck, 2014, p. 16

12Ainsi, la problématique de fond qui rend ce livre éminemment intéressant, est celle du rapport entre ce qui est scolaire et ce qui ne l’est pas, du lien que construit cette littérature enseignée avec le monde de l’apprenant, en même temps que ce dernier devient une personne, un citoyen : « Comment définir et délimiter une discipline ? Quelles sont ses composantes ? Quels effets vise-t-elle ? Quels rapports entretient-elle avec les espaces extra-disciplinaires et extra-scolaires ? » (p. 11). Nathalie Denizot répond à ces questions posées au début de son étude en montrant que si les genres sont définis par l’enseignement littéraire, le phénomène de généricité répond toujours à des débats sociaux et historiques, comme le prouve l’exemple de l’avènement de la littérature de jeunesse en tant que genre, tel que nous le rappellent Marie-Claire et Serge Martin, pour qui « la généricité est toujours le résultat d’un compromis entre plusieurs instances qui peut sans cesse être remis en cause, évoluer au gré de ce qu’on peut appeler une culture, un moment culturel »6.

13Si la construction des genres littéraires est essentielle, c’est qu’elle est profondément sociale. C’est la construction d’un certain prisme culturel qui est au centre de cet échafaudage que représente la classe de français « dont la fonction est aussi (surtout) de constituer une culture commune » (p. 206).

  • 7 Violaine Houdart-Mérot, « L’enseignement de la littérature à l’école » série de cinq chapitres dans (...)

14Dans cette rentrée scolaire et universitaire, alors que Violaine Houdard7 vient de s’adresser à tous pour rappeler l’histoire scolaire de l’enseignement de la discipline « Français », le livre de Nathalie Denizot pointe un enjeu fondamental pour la compréhension et l’évolution de la pédagogie de la lecture et de la littérature.

Haut de page

Notes

1 Dirkz Paul, Sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, 2000, p. 83.

2 Pierre Kuentz est le premier à utiliser le terme « scolarisation » concernant l’œuvre littéraire, pour désigner l’ensemble des manipulations qui l’adaptent à l’école. Kuentz Pierre, « L’envers du texte », Littérature, nº 7, octobre 1972, p. 2-26.

3 Viala Alain, « Le littéraire, son enseignement et le social », Le français aujourd’hui, n° 145, 2002, p. 7.

4 Voir Denizot Nathalie, « Usages disciplinaires des genres littéraires : l'exemple de la tragédie classique », in 11e rencontres des chercheurs en didactique des littératures : Enseigner les littératures dans le souci de la langue, Université de Genève, 25-27 mars 2010 : http://www.unige.ch/litteratures2010/contributions_files/Denizot%202010.pdf.

5 Barthes Roland, « Réflexions sur un manuel », in Serge Doubrovsky et Tzvetan Todorov (dir.) L'enseignement de la littérature, Paris, Hermann, 2012 [1971], p. 170.

6 Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ? Paris, Klincksieck, 2014, p. 16.

7 Violaine Houdart-Mérot, « L’enseignement de la littérature à l’école » série de cinq chapitres dans Un autre jour est possible. http://www.franceculture.fr/emission-un-autre-jour-est-possible-0?page=2, Consulté le 3 octobre 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carla Campos Cascales, « Nathalie Denizot, La scolarisation des genres littéraires (1802-2010) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 octobre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/15813

Haut de page

Rédacteur

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (enseignement et didactique des langues et de la littérature) à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Intéressée par la diffusion et la réception de la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page