Navigation – Plan du site

Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850)

Louis Georges
Figures publiques
Antoine Lilti, Figures publiques. L'invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, coll. « L'épreuve de l'histoire », 2014, 430 p., ISBN : 978-2-213-68238-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce courant historiographique l'anthologie de Marshall, Peter David, The Celebrity Culture (...)
  • 2 Heinich Nathalie, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique. Paris, Gallimar (...)
  • 3 Au sujet de cette histoire socio-culturelle de la philosophie, voir Anheim Etienne et al., « Quelle (...)
  • 4 Habermas Jürgen, L'Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)

1Comment penser aujourd’hui la célébrité ? Négligée par les travaux académiques, l’étude de la popularité qui s’attache à la personne plutôt qu’à l’œuvre d’un artiste ou d’un écrivain auprès d’un public non spécialiste tombe souvent dans l’écueil de la simplification. Qu’elle soit perçue comme simple fruit des mutations technologiques et médiatiques des XIXe et XXe siècles, ainsi que le suggère depuis les années 1990 les celebrity studies anglophone1 et, récemment, Nathalie Heinich en France2, ou, en la confondant à la « gloire », comme une constante de toute société, la célébrité n’a que rarement été abordée au prisme de sa généalogie. Réfutant l’anachronisme supposé du sujet, Antoine Lilti, spécialiste de l’histoire culturelle et sociale des Lumières, se dresse contre l’image topique de la célébrité comme phénomène purement contemporain, et pose ici la question de son origine historique. Prolongeant une entreprise de renouvellement de l’histoire des idées modernes en plein essor3, l’auteur entend montrer que la célébrité a précédé l’ère contemporaine, et apparaît dès le milieu du XVIIIe siècle, contre l’idée habermassienne d’un espace public uniquement critique et rationnel durant ce siècle4. La photographie, la télévision, le cinéma et ses stars, n’ont fait qu’asseoir des mécanismes qui trouvent leur origine dans un nouveau rapport des auteurs, artistes et politiciens, à un public large, dans les métropoles des Lumières. Le postulat fondamental est énoncé avec force : la célébrité n’a pas attendu la télévision pour captiver les foules.

2L’ouvrage se présente comme une série d’études de grandes figures culturelles, littéraires ou politiques, qui sont autant de coups de sonde sur un aspect de cette mutation culturelle, entre la publication du Discours sur les sciences et les arts de Rousseau, qui le fait entrer sur la scène publique parisienne, et les grandes tournées européennes de Liszt, en 1844. L’intérêt est donc moins porté sur les textes ou les auteurs eux-mêmes, souvent canoniques (de Rousseau et Voltaire à Byron et Talma), que sur leurs relations avec le public. Aussi l’auteur exploite-t-il avec érudition les correspondances, les portraits, les biographies, la presse, ou, sous l’influence de l’histoire conceptuelle, les évolutions du vocabulaire.

  • 5 Voltaire, en 1778, revient à Paris, après trente ans d’absence. Ce retour suscite de spectaculaires (...)
  • 6 Sarah Siddons (1755-1831), actrice anglaise, connue pour ses interprétations des tragédies shakespe (...)
  • 7 Talma (1763-1826), acteur tragique français, bénéficiant, sous la protection de Napoléon, d’un imme (...)
  • 8 Le castrat Giusto Fernando Tenducci a suscité la glose en Angleterre, en France et en Italie, par s (...)

3Montrant la profonde ambivalence d’une notoriété moderne tributaire des faveurs immédiates du public, et se fondant sur le triomphe de Voltaire en 17785, tôt éclipsé par une comédie populaire, Janot, Lilti souligne d’abord le lien entre la célébrité et l’essor des spectacles, temps forts de la vie urbaine. Cette « société du spectacle » (p. 39) donne naissance à la première économie du divertissement, aux premières vedettes, avec Sarah Siddons6 ou Talma7, aux premiers scandales, avec Tenducci8. Le public se passionne moins pour l’œuvre que pour la vie privée de ces artistes, épiés par ce que Lilti n’hésite pas à appeler des « fans », dans une « intimité à distance » (p. 65) avec des individus qu’ils n’ont jamais rencontrés. Contre Habermas, et en exhumant les journaux d’actualité mondaine plutôt que les journaux savants, l’auteur traque dans le public urbain des Lumières une « première révolution médiatique » (p. 75), que suscite une diffusion plus large de la presse mondaine, des portraits de poche, et des biographies de figures publiques contemporaines. La frontière entre domaines « privé » et « public » change de signification. Cette nouvelle publicité suscite une intense réflexion critique chez les artistes et les auteurs, qui prennent conscience de la caducité de la « gloire » héroïque, admiration pour le passé, devant la nouvelle « célébrité », fascination du présent. Ce passage de la renommée à la célébrité interroge des auteurs qui craignent de voir leur notoriété s’évanouir avec la mode, de voir leur œuvre masquée par leur image publique, ou de n’avoir aucune postérité. De Louis-Sébastien Mercier à Flaubert, les critiques de cette nouveauté ne sont pas rares.

4Lilti consacre une étude circonstanciée à celui dont il affirme qu’il a suscité le projet de cet ouvrage : Rousseau. Les vicissitudes publiques du genevois, cherchant des années durant la notoriété, devenant un véritable phénomène social avec La Nouvelle Héloïse, puis se plaignant de la célébrité de « Jean-Jacques », son alter ego public, le plongeant dans une paranoïa bien connue, donnent à voir les ambiguïtés de l’espace public des Lumières. Orgueilleux de sa reconnaissance sociale, Rousseau se met en scène, suscitant un véritable « transfert affectif » (p. 165) de ses lectrices et lecteurs à l’« ami Jean-Jacques », proche de tout un chacun, jusqu’à être « défiguré » (p. 206) par son image publique.

5L’ouvrage s’attache aussi à mettre en exergue la déclinaison politique de cette nouvelle forme de notoriété. À travers les figures de Marie-Antoinette, de Mirabeau, de Georges Washington ou du Napoléon du Mémorial de Sainte-Hélène, est étudié le passage d’une légitimité politique fondée sur la « gloire » à celle, nouvelle, qui s’appuie sur la « popularité », célébrité politique. Marie-Antoinette rompt avec la figure royale traditionnelle, mais perdra vite le contrôle de son image publique, Mirabeau fonde son influence sur sa verve, tandis que Washington et Napoléon prennent conscience dans leur retraite du hiatus existant entre la célébrité de leur image et la postérité de leur carrière. Lilti consacre la fin de son ouvrage à explorer le développement et l’exploitation de cette dynamique chez les romantiques, de la « Byromania » à la « Lisztomania ».

6L’ouvrage est courageux, traitant d’un sujet peu conceptualisé académiquement. À cet égard, cette étude richement documentée et intelligemment illustrée est singulière, dans la mesure où elle est l’occasion d’une théorisation précise de la célébrité, trop souvent confondue avec d’autres formes de notoriété. Un effort de définition et de conceptualisation fine doit ainsi être salué, qui se révèle épistémiquement très pertinent, cernant les contours d’un phénomène éminemment complexe. L’ouvrage se veut ainsi une étude généalogique d’un phénomène aujourd’hui prégnant, et met en exergue les subtilités de son évolution et des idées qui lui sont associées. Aussi l’auteur défait-il une vision de la célébrité comme forme de légitimité propre à la démocratie, en montrant qu’elle n’a jamais su se défaire d’un discours critique acerbe quant à sa vacuité et sa vulgarité supposée, ne s’imposant jamais comme légitimité véritable.

7« Les historiens, en général, n’aiment guère les anachronismes » (p. 8) prévient d’emblée l’auteur. Un sujet aussi actuel pourrait s’avérer dangereusement téléologique, mais Lilti joue habilement avec l’anachronisme, le vocabulaire contemporain et de constants parallèles temporels entre les XVIIIe et XXIe siècles. Ce parti pris original, qui contraste avec le sérieux tout académique de la documentation et de l’étude, est un outil heuristique nécessaire à la compréhension d’un phénomène encore largement en déficit de théorisation. Lilti se défend d’assimiler le contenu de ces parallèles, et de faire des célébrités des Lumières un simple calque de nos stars contemporaines, de la même façon qu’il souligne la différence déjà patente des notoriétés de Rousseau en 1751 et de Liszt en 1844.

8Toutefois, parler d’une « invention », ou tout du moins supposer une apparition historiquement donnée d’un mécanisme qui perdurerait, malgré son amplification, jusqu’à nos jours est ambiguë. Le risque est grand de prétendre à une linéarité du phénomène du XVIIIe au XXIsiècle, et de manquer les mutations, non simplement technologiques ou médiatiques mais sociale, de ce phénomène au XIXsiècle. Il faudrait notamment souligner davantage le fait que la célébrité des Lumières concerne un public restreint ; celui d’une élite lettrée et urbaine. Peut-on, en outre, parler d’une « invention » ex abrupto ? On peut reprocher à l’auteur d’employer le terme sans mentionner réellement l’état de fait ancien : la dynamique de notoriété culturelle au XVIIe siècle. Cette absence donne l’impression d’une apparition soudaine de la célébrité et du public dans le siècle des Lumières. De même, ce terme d’« invention » paraît relever d’une généralisation abusive ; faire de la somme des cas particuliers qui occupent cette étude une norme et un trait général du siècle semble excessif. Néanmoins, le travail d’Antoine Lilti doit être salué comme une actualisation novatrice, et bienvenue, d’une histoire des idées du XVIIIe souvent statique, fondée sur une lecture fermée des textes canoniques.

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce courant historiographique l'anthologie de Marshall, Peter David, The Celebrity Culture Reader, New York/Londres, Routledge, 2006.

2 Heinich Nathalie, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique. Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences humaine », 2012.

3 Au sujet de cette histoire socio-culturelle de la philosophie, voir Anheim Etienne et al., « Quelle histoire de la philosophie ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 64, n° 1, 2009, p. 5-11.

4 Habermas Jürgen, L'Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, [1962] 1992.

5 Voltaire, en 1778, revient à Paris, après trente ans d’absence. Ce retour suscite de spectaculaires manifestations d’enthousiasme du public lettré, notamment lors de la représentation, à la Comédie-Française, de sa tragédie Irène.

6 Sarah Siddons (1755-1831), actrice anglaise, connue pour ses interprétations des tragédies shakespearienne.

7 Talma (1763-1826), acteur tragique français, bénéficiant, sous la protection de Napoléon, d’un immense prestige dans l’Europe romantique.

8 Le castrat Giusto Fernando Tenducci a suscité la glose en Angleterre, en France et en Italie, par son ambiguïté sexuelle. Supposément homosexuel, il aurait, selon les journaux d'actualité mondaine, eu deux enfants après un mariage secret et une fuite en 1766, éveillant d'infinies spéculations sur sa castration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Georges, « Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/15851

Haut de page

Rédacteur

Louis Georges

Élève de l’École normale supérieure de Lyon, master d’histoire moderne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page