Navigation – Plan du site

La Manufacture coopérative, Faire société : le choix des coopératives

Olivier Cléach
Faire société : le choix des coopératives
La Manufacture coopérative, Faire société : le choix des coopératives, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2014, 176 p., ISBN : 978-2-36512-047-0.
Haut de page

Texte intégral

1Cet opuscule rend compte d’une recherche-action dénommée la Manufacture coopérative (Manucoop), et initiée en 2012 par deux Sociétés coopératives de production (Coopaname et Oxalys) ainsi qu’un laboratoire universitaire (le laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces – LADYSS). Les vingt-et-un auteurs (dont la participation propre n’est pas identifiée) sont en grande majorité issus de l’une de ces structures.

2Cette recherche-action a pour point de départ une question commune à ces organismes : « la révolution méthodologique introduite il y a vingt ans par les coopératives d’activités et d’emploi peut-elle s’appliquer, non plus seulement à des individus, mais des collectifs d’individus ? » (p. 11). Elle rend compte d’une démarche expérimentale autour de « la capacité d’accompagner d’autres collectifs à fonder, eux aussi, de nouveaux objets coopératifs » (p. 10), d’une capacité à transformer une agrégation d’individus et de projets (divers en termes de professions, d’activités économiques concernées) en un collectif mû par un projet partagé (p. 28).

  • 1 Démocratie réelle ou artificielle, sur le papier.

3L’ouvrage propose également une discussion (évoquée ou développée selon les sujets) de plusieurs thématiques actuelles : la répartition des pouvoirs et des richesses dans l’organisation, le fonctionnement plus ou moins démocratique1 de l’entreprise, sa responsabilité vis-à-vis de la société, la forme organisationnelle capable de concilier des intérêts souvent divergents (économiques, écologiques, sociaux, moraux…), la place de l’économie sociale et solidaire, l’entrepreneuriat social, la coopération, etc. C’est également le récit d’une expérience particulière de construction de liens sociaux (l’intégration, la constitution d’un groupe, d’une communauté professionnels, le partage d’expériences et de valeurs, la définition de régulation, l’apprentissage de la coopération – le savoir coopérer (p. 87) – comme produits de rapports sociaux…).

4Dans cette perspective, ce bréviaire aborde les différents enjeux et étapes qui mènent vers la construction d’une coopérative, qui permettent d’accompagner la transformation de divers collectifs de travail en organisations coopératives, d’une manière autre que la filière des « boutiques de gestion », le tout sur fond de crise économique et de domination du capitalisme financier. Or, cette transition vers la forme coopérative n’est pas un long fleuve tranquille et ces turbulences, ces obstacles légitiment de fait les propositions d’accompagnement de la Manucoop.

  • 2 Notamment ceux qui sont mentionnés par l’Alliance coopérative internationale (voir l’annexe, p. 163 (...)
  • 3 Un certain nombre d’entretiens ont été menés auprès d’autres coopératives afin de rendre compte de (...)
  • 4 « Apprendre en faisant », p. 89.
  • 5 Sur ce point, voir par exemple Jackson T., Prospérité sans croissance. La transition vers une écono (...)

5Les impétrants doivent répondre à quelques critères. Tout d’abord, ils doivent adopter les principes2 de la coopération : le premier considère que le fond (la volonté de coopérer librement, avoir un projet politique) prime sur la forme (la structure juridique). Le deuxième stipule que la coopération ne s’explique pas : elle se pratique, s’expérimente dans l’action collective. Le troisième principe énonce que le projet coopératif, l’objet social, passent avant toute velléité de performance économique. Dernier principe : la coopération est une affaire d’acteurs – coopérateurs-trices – plus que d’experts. Ensuite, autre critère, ils doivent adhérer non seulement à la méthode d’accompagnement proposée (qui est la capitalisation des expériences des deux coopératives participant à la recherche-action, mais aussi d’autres projets3, français et étrangers (p. 36-52), la primauté de l’apprentissage par le faire4, l’importance de la formation et surtout de l’autoformation permettant l’apprentissage d’une « culture coopérative » (p. 71)), mais aussi à un certain regard sur le monde et l’individu (la volonté de s’extraire du modèle économique dominant et de ne pas considérer le travailleur comme un moyen, mais bien comme une fin). Enfin, ils doivent avoir un projet politique (proposer des alternatives viables au modèle postfordiste, c’est-à-dire capables de répondre aux attentes de la société tout en tenant compte des contraintes actuelles5 – produire de façon soutenable, faire avec des ressources limitées, préserver l’environnement…–, l’activité économique étant d’abord au service du projet social, du bien public/commun).

  • 6 Même si c’est encore loin d’être le cas dans toutes les coopératives (cf. p. 31-32).

6La Manufacture coopérative se propose ainsi d’accompagner (proposition avant tout méthodologique, plus didactique que théorique) les organisations qui le souhaitent pour le passage d’un modèle, figuré par l’entreprise néolibérale à capitaux, des rapports sociaux verticaux, hiérarchiques, à un autre dont la coopérative serait l’emblème, une organisation moins inégalitaire et favorisant des relations interpersonnelles plus horizontales6 fondées sur le principe des SCOP : « un homme = une voix ») ou, pour le dire autrement, de conduire les entreprises candidates d’un régime économique (capitalisme) à un autre (économie sociale et solidaire, économie coopérative). En ce sens, le message des auteurs est limpide : la solution pour sortir de la crise du capitalisme actuelle et pour relever certains défis (en matière de santé, d’éducation, d’environnement) existe, mais elle ne réside pas entre les mains des techniciens de l’économie (les solutions ne sont pas techniques, p. 53) ; elle se trouve dans la capacité d’un certain nombre d’acteurs à inventer des manières de produire, de consommer et de vivre ensemble, des formes socioéconomiques différentes, plus fondées sur l’humain que sur la matérialité et l’accumulation de richesses. Bref, un ensemble d’entités qui seraient capables au final de concilier des enjeux en termes de démocratie, de soutenabilité et de rentabilité économique. Et, parmi cet ensemble de possibles, la coopérative apparaît comme une solution viable, voire même enviable.

  • 7 Le troisième chapitre est consacré à cette question.

7Deux mots résument bien ce qui guide le « projet politique » de Manucoop, les objectifs poursuivis : démocratie7 – qui va au-delà de la seule participation – et émancipation (p. 25) ; les auteurs rappellent que « L’enjeu de la démocratie dans les rapports de production s’accorde avec la recherche d’émancipation dans et par le travail. C’est en ce sens que la coopérative est d’une grande modernité, qu’elle constitue une nouvelle étape dans le désir de démocratie » (p. 25).

8Au final, c’est donc un petit livre assez « frais » qui nous est livré, propice à la réflexion autour d’autres manières de vivre ensemble, d’organiser la solidarité dans un contexte professionnel, quelque part peut-être une façon de renouer avec les projets utopiques du XIXe siècle (pensons par exemple au familistère de Guise8) et, plus près de nous, d’apporter des éléments, non seulement aux questionnements autour de la responsabilité sociale d’entreprise (RSE)9, mais aussi autour de certains espaces de travail rassemblés sous le générique de « tiers lieux » (FabLabs, espaces de coworking...). Ce livre est d’ailleurs très complémentaire d’ouvrages plus « académiques »10.

9Il est dommage que nous n’en sachions pas plus, non pas sur la recherche-action elle-même, mais sur « sa cuisine interne » (à quelle tradition de la recherche-action cette expérience se rattache-t-elle, qui compose le comité de pilotage, etc. ?). Dans le même esprit, il aurait été également intéressant de s’interroger plus avant sur cette notion de « chercheur engagé » (mobilisée par exemple p. 57) qui semble aller de soi dans l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Démocratie réelle ou artificielle, sur le papier.

2 Notamment ceux qui sont mentionnés par l’Alliance coopérative internationale (voir l’annexe, p. 163 et suivantes).

3 Un certain nombre d’entretiens ont été menés auprès d’autres coopératives afin de rendre compte de leur propre démarche, projet, histoire…

4 « Apprendre en faisant », p. 89.

5 Sur ce point, voir par exemple Jackson T., Prospérité sans croissance. La transition vers une économie durable, Bruxelles, De Boeck, 2010.

6 Même si c’est encore loin d’être le cas dans toutes les coopératives (cf. p. 31-32).

7 Le troisième chapitre est consacré à cette question.

8 Par exemple, Lallement M., Le travail de l’utopie. Godin et le familistère de Guise, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

9 Pour une discussion plus poussée sur ces aspects, voir par exemple Vallaeys F., Pour une vraie responsabilité sociale, Paris, PUF, 2013 ou encore Gendron C. Girard B. (dir.), Repenser la responsabilité sociale de l’entreprise. L’école de Montréal, Paris, A. Colin, 2013.

10 Pensons par exemple à Hély M., Moulévrier P., L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques, Paris, La Dispute, 2013 (Compte-rendu de Lionel Francou pour Lectures : http://lectures.revues.org/14711) ou encore à Draperi J.-F., L’économie sociale et solidaire : une réponse à la crise ?, Paris, Dunod, 2011, pour ne citer qu’eux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « La Manufacture coopérative, Faire société : le choix des coopératives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 27 février 2017. URL : http://lectures.revues.org/15869

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page