Navigation – Plan du site

Dominique Linhardt, Cédric Moreau de Bellaing (dir.), « Ni guerre, ni paix », Politix, vol. 26, n° 104, 2014

Pierre France
Ni guerre, ni paix
Dominique Linhardt, Cédric Moreau de Bellaing (dir.), « Ni guerre, ni paix », Politix, vol. 26, n° 104, 2013, De Boeck, EAN : 9782804185671.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 ANR NI2 « Ni guerre, ni paix ? Les nouages de la violence et du droit dans la formation et la trans (...)
  • 2 L’expression est de Christian Coulon. Coulon Christian, « L'exotisme peut-il être banal ? L'expérie (...)

1Ce numéro de Politix constitue à la fois le bilan de plusieurs années de séminaire à l’EHESS et à l’ENS et d’une section thématique au congrès de l’Association française de science politique en 2011. C’est le premier jalon d’une ANR1 qui les prolonge aujourd’hui : dirigé par Dominique Linhardt et Cedric Moreau de Bellaing, il a l’allure d’un programme de recherche, par la direction que les coordonnateurs lui donnent, mais aussi du fait des nombreuses hypothèses exprimées dans chaque article. Dans le sillage apparent d’autres recherches récentes sur la guerre, la violence et les conflits, ce travail collectif émet cependant des hypothèses beaucoup plus larges en croisant d’une part ces études consacrées à de nouveaux objets dans les contextes de guerres (paraissant au premier abord dénué de l’« exotisme morbide »2 auxquels certains travaux nous ont habitué), et d’autre part l’étude des marges d’exception des sociétés démocratiques. Nourri de références rares (sociologie allemande par exemple), il croise les écoles théoriques (Agamben et la notion d’exception, Bourdieu, Elias, la sociologie pragmatique, etc.), en faisant preuve d’une grande ambition dans son propos, dans le nombre de ses références, mais aussi dans son éclatement géographique (Tchad, Afghanistan, Amérique Latine, Russie...), et enfin dans la forte technicité des objets d’études (procédures juridiques par exemple). Au point que la lecture en est parfois ardue, mais largement récompensée par la qualité et la précision des recherches, et plus largement la rareté de tels projets.

2Les articles d’Adam Baczko et de Marielle Debos montrent d’abord un certain envers de la guerre. S’ils sont bien évidemment toujours en toile de fond, les combats, les violences et les acteurs armés ne sont pas centraux dans leur analyse, et ce sont plutôt des acteurs inattendus dans un tel contexte qui sont au cœur du propos : les juges talibans pour l’un, les préfets au Tchad pour l’autre, dans des zones que l’on dirait volontiers de non-droit et dénuées d’État. L’article d’Adam Baczko montre à quel point les talibans se sont imposés auprès de la population comme une force légitime sur un secteur particulier, celui de la justice de droit commun, leur permettant de reprendre pied dans le pays. Il montre l’importance des conflits de propriété ou d’héritage dans la population, multipliés par la guerre et instrumentalisés par tous les belligérants, et la rigueur avec laquelle ils ont été gérés par les talibans, contrastant avec toutes les autres tentatives, en grande partie sans succès, du pouvoir central ou de la coalition.

3L’article de Marielle Debos, centré sur l’administration territoriale au Tchad et sur l’exemple du Dar Tama, montre comment les postes et les ressources qui y sont associés sont liés aux conflits et en retour les alimentent : les nominations aux postes de préfets (plus souvent tenus par des militaires que par des fonctionnaires en général) sont une manière de réintégrer les rebelles autant que de récompenser les loyautés. Le caractère instable de ces positions (qui changent souvent de titulaire au gré des stratégies politiques du pouvoir central) incite les acteurs à une « politique du ventre », clientéliste, qui favorise des réseaux communautaires ou familiaux, et en défavorise d’autres (parfois par une répression directe qui prolonge des pratiques des temps de conflit, et suscite potentiellement de nouvelles rebellions).

4À partir de sources judiciaires et juridiques, d’étude des mobilisations et des discours de l’époque, et d’un bilan de littérature scientifique, Laure Blévis travaille la qualification de la situation coloniale, non seulement dans le champ académique (guerre masquée pour une certaine partie de la littérature, « état d’exception » pour une autre), mais aussi à travers les ambiguïtés de l’époque coloniale elle-même (entre normalité, l’autorité de la métropole n’est jamais loin, et exception, par exemple juridique dans le code de l’indigénat de 1881). S’appuyant sur de nombreuses recherches antérieures de l’auteur, cet article est une très belle introduction à la complexité et au caractère fondamentalement indécis de cette situation coloniale.

5Dans un article qui est peut-être le moins proche des préoccupations théoriques des coordonnateurs et entend surtout peser sur les débats autour de l’étude des procédures de « réconciliation », Clotilde Riotor travaille sur la réconciliation extra-judiciaire autour des événements de Tanjung Priok (en 1984 en Indonésie, devenus un symbole de l’opposition islamique à Suharto), et sur le débat public que provoque la signature en 2001 d’une charte de réconciliation, la charte d’Ishlah. Elle souligne en particulier à quel point cette charte vise surtout à éviter un procès ouvert, et comporte des compensations financières qui suscitent le scandale.

6Les articles d’Alexandre Rios-Bordes et Gabriel Périès sont, de leur côté, plus proches d’une archéologie de savoirs gouvernementaux et de leur circulation internationale. Le premier auteur travaille l’histoire du concept de « sécurité nationale », qui a aujourd’hui circulé depuis les États-Unis jusqu’en Europe et a alimenté nombre de réflexions doctrinales. Il en propose une lecture historique inédite, où le concept prend racine dans le travail des services de renseignement militaires américains (Military Intelligence Division, Office of Naval Intelligence) des années 1920-1930 : dans les missions, la doctrine et l’organisation administrative de ces services naissants, on retrouve la figure familière du « décloisonnement » (entre guerre et paix, militaire et civil, front et arrière, ami et ennemi). Autre filiation inédite, celle soulignée par Gabriel Périès : celui-ci travaille sur l’introduction d’une innovation technique (la dactyloscopie, une technique d’identification policière), sa circulation entre les polices d’Amérique du Sud dans les années 1905-1920, et les menaces (déjà) « subversives » auxquelles elle est censée répondre. L’article expose ainsi la préhistoire du Plan Condor (1972-1983), qui verra les régimes militaires d’Amérique du Sud se coordonner pour lutter contre leurs oppositions politiques.

7Le texte de Gilles Favarel-Garrigues est peut-être le meilleur exemple d’une étude qui articule droit, violence et institutions selon les intentions affichées par les coordonnateurs. Il est centré sur l’espace d’interdépendance entre la justice étatique russe et ses huissiers, des agences privées qui aident à l’exécution des décisions, et les créanciers qui y font appel dans l’espoir de voir un jugement aboutir. L’article souligne comment les agences privées se sont constituées autour d’anciens des services de sécurité et d’anciens huissiers qui font fructifier leurs contacts dans l’administration ou utilisent ses bases de données pour obtenir des informations sur la personne condamnée et la pousser à rembourser ses dettes. Plus largement, l’auteur met en avant « un déplacement de la coercition étatique vers le secteur privé » en Russie (p. 178), et la conversion d’entrepreneurs de violence a un usage (offensif) du droit qui remplace (au moins partiellement) des pratiques musclées dans les années 1990, liées au milieu criminel et aux oligarques.

8L’article de Nicolas Fischer, enfin, retrace l’histoire de la rétention administrative en France. Instrument utilisé au XIXe siècle pour cantonner les populations « flottantes » (nomades, vagabonds, prostituées) hors d’un espace public en cours de constitution, il a été longtemps été sous l’autorité discrétionnaire de la police, sans supervision extérieure (hors du champ de l’administration pénitentiaire en premier lieu), avant de s’institutionnaliser graduellement et de laisser la place à des intervenants extérieurs, les associations. L’article est traversé par une réflexion théorique. En effet ces centres, souvent présentés comme l’exemple par excellence de « l’exception » chez Schmitt ou Agamben, ont surtout constitué pour Nicolas Fischer un objet à étudier au quotidien, de manière ethnographique : il en fait ainsi ressortir des aspects moins connus, comme les interactions entre policiers et associations.

9Le numéro est par ailleurs complété par un article hors thématique de Florence Joshua sur les figures des jeunesses communistes révolutionnaires, et l’importance de leur origine juive. Nés dans les dernières années de la guerre, ces militants ont en grande partie bénéficié d’une socialisation primaire dans des organisations juives et fait l’expérience de l’antisémitisme (indirecte, par leurs parents, ou personnellement). Partant en particulier de plusieurs récits de vie de militants, l’article relie leur « colère » et leur conscience du génocide à leur engagement politique et aux formes (parfois violentes) que prend ce dernier. C’est plus largement une très belle introduction à l’histoire de ce mouvement.

  • 3 Leur communication conclusive à l’AFSP en 2011 aurait gagnée à être incluse dans sa totalité. Toujo (...)

10Finalement, cette publication fait preuve, sans trop le souligner, d’une forme de comparatisme extrêmement ambitieux qui se joue des aires culturelles, des cloisonnements historiques (même si l’ancrage temporel des articles de ce numéro est très contemporain) et, bien entendu puisque c’est le propos central, des frontières entre situations (guerre et paix, crise et état routinier, etc.). L’ambition est d’autant plus notable, qu’elle ne sacrifie pas la précision du terrain et d’un niveau d’analyse proche des acteurs, de leurs actions et de leurs représentations, à la différence donc d’autres démarches comparatistes qui écrasent les spécificités des cas choisis. Ce numéro est donc traversé par une certaine manière de faire, et surtout de croire à la théorisation et à la recherche fondamentale, qui est rare pour ces objets d’étude et les dépasse très largement : on y retrouve beaucoup d’objets canoniques (le droit, la violence, la guerre, l’État), de grands débats, et peut-être plus simplement une intention peu commune et surtout convaincante de renouveler une partie des sciences sociales. On pourrait seulement regretter que le numéro ne donne pas plus de place au propos introductif3, qui aurait gagné à être étoffé tant il cimente l’intérêt du dossier et tant il a largement orienté le travail des contributeurs.

Haut de page

Notes

1 ANR NI2 « Ni guerre, ni paix ? Les nouages de la violence et du droit dans la formation et la transformation des ordres politiques ».

2 L’expression est de Christian Coulon. Coulon Christian, « L'exotisme peut-il être banal ? L'expérience de Politique Africaine », Politique Africaine, n° 65, mars 1997, p. 77-95.

3 Leur communication conclusive à l’AFSP en 2011 aurait gagnée à être incluse dans sa totalité. Toujours disponible sur internet, c’est un complément très utile à ce numéro : http://www.afsp.info/congres2011/sectionsthematiques/st9/st9linhardtmoreau.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre France, « Dominique Linhardt, Cédric Moreau de Bellaing (dir.), « Ni guerre, ni paix », Politix, vol. 26, n° 104, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/15907

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page