Navigation – Plan du site

Miriam E. David, Feminism, Gender and Universities: Politics, Passion and Pedagogies

François-Ronan Dubois
Feminism, Gender and Universities
Miriam E. David, Feminism, Gender and Universities. Politics, Passion and Pedagogies, Ashgate, 2014, 238 p., ISBN : 978-1-4724-3711-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Gender Equality in Global High Education: The Misogynistic Numbers Game? », je traduis ici et pou (...)

1À l’heure où les institutions nationales et internationales multiplient les initiatives destinées à résoudre les inégalités de genre au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche, parmi lesquelles l’on peut citer, à titre d’exemples, la Mission Femmes du Centre national de la recherche scientifique en France et le programme Pour les femmes et la science de de la Fondation L’Oréal et de l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), l’ouvrage de Miriam E. David paraît être, de prime abord, d’une grande actualité. L’auteure propose d’ailleurs, dans son deuxième chapitre (« L’égalité des genres dans l’Université mondialisée : un jeu de chiffres misogyne ? »1), un survol des principaux rapports sur la question, qui soulignent tous la croissance marginale du nombre de femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche, mais la difficulté de celles-ci à accéder à des positions d’orientation et de commandement ainsi que la disproportion qui existe entre la parité souvent atteinte parmi les étudiants et la domination masculine au sein du personnel de recherche.

  • 2 « Feminism as an Education Project to Transform Womens Lives ».

2Dans ce contexte, l’ouvrage de David se présente comme la biographie collective racontant l’accès des femmes à l’enseignement supérieur tout au long de la seconde moitié du XXe siècle. Ce que l’auteure appelle ici « biographie collective », ce sont les témoignages croisés de 110 participantes engagées dans l’enseignement et la recherche, dont la réunion par David entend mettre en évidence le rôle transformateur joué par le féminisme non seulement dans la vie singulière de chaque participante, mais également pour le système éducatif supérieur dans son ensemble, ainsi que le développe le premier chapitre (« Le féminisme comme projet éducatif pour la transformation de la vie des femmes »)2. L’emploi d’une méthode pour l’essentiel qualitative doit permettre à l’auteure de contourner les apories des rapports purement quantitatifs évoqués dans le deuxième chapitre, dont les données chiffrées, par leur accumulation, cachent selon elle la persistance de difficultés réelles au sein d’un système universitaire toujours patriarcal, en faisant la part belle à une progression paritaire anecdotique. Par sa méthode même, l’enquête de David se veut féministe, en redonnant voix aux femmes : ainsi les amples citations des participantes constituent l’essentiel du texte.

  • 3 « Academic Feminism Today: Towards a Feminized Future in Global Academe ».

3Les participantes sont réparties en trois groupes d’âge en fonction de leur année de naissance : le groupe 1 (1935-1950), le groupe 2 (1950-1965) et le groupe 3 (1965-1980). L’appendice 2 de l’ouvrage fournit les noms des participantes et leur répartition au sein des différents groupes. L’examen de ces données met en évidence les deux faiblesses les plus frappantes de l’enquête de David, que l’on ne manquera pas de mesurer à la lecture des différents chapitres : son anglocentrisme et son ancrage générationnel. Alors même que l’ouvrage se clôt par un chapitre intitulé « Le féminisme universitaire aujourd’hui : vers un futur féminisé pour l’Université mondialisée »3, il ne propose donc en théorie aucun témoignage de participante âgée de moins de 34 ans et il exclue ainsi de facto toutes les chercheuses doctorales ou post-doctorales, pourtant les plus à même de témoigner de la situation actuelle. Si l’on considère par ailleurs l’écart d’âge à l’intérieur du dernier groupe, entre 49 et 34 ans, on comprend combien les débuts de carrière contemporains échappent à la réflexion de l’ouvrage. Par ailleurs, sur les 110 participantes, toutes se sont exprimées en anglais et deux seulement vivent ou exercent dans un pays non-anglophones (Judith Abrahami en Israël et Delia Langa Rosado en Espagne). Les autres pays représentés sont la Grande-Bretagne, en très large majorité, l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, l’Inde (une seule participante) et les États-Unis. Ces régularités fort peu représentatives de la diversité du monde universitaire contemporain ont deux sources : l’absence de financement, soulignée par l’auteure dans ses propos introducteurs, qui auraient permis de mener une étude plus élargie, et la méthode utilisée pour contacter les participantes. David a en effet mis à profit ses propres réseaux professionnels afin de constituer les groupes, ce qui ajoute une troisième régularité aux deux précédentes, moins perceptible à première vue mais en réalité tout à fait déterminante : la grande cohérence disciplinaire. Les disciplines des sciences de l’éducation, de la sociologie et des sciences politiques forment la plus grande partie de l’horizon disciplinaire abordé par l’ouvrage, qui par conséquent ne dit rien ou presque des problématiques spécifiques au genre au sein des disciplines des sciences naturelles et techniques, où les problèmes de parité sont pourtant notoires.

4En somme, l’ouvrage de David est bien plutôt une histoire du rôle joué par les femmes dans le développement des recherches en sciences politiques et en sciences de l’éducation au sein de la sphère d’influence britannique jusqu’à la fin du XXe siècle. Pour écrire cette histoire, David a posé à ses participantes une série de 33 questions, fournies en annexe de l’ouvrage et qui portent pour l’essentiel sur les origines socio-culturelles des répondantes, sur leur implication au sein des mouvements féministes et sur l’influence de ces mouvements sur l’université. Le projet est alors moins de proposer un profil-type du féminisme universitaire de deuxième vague qu’un tableau nuancé de ses conditions de possibilité. Ainsi, les participantes ne partagent pas les mêmes origines socio-culturelles : David insiste longuement sur l’absence, pour nombre d’entre elles, de précédents familiaux d’accès féminin à une éducation universitaire. Nombreuses sont les participantes à avoir été les premières de leur famille à poursuivre des études universitaires, liant ainsi étroitement les progrès féministes à une démocratisation de l’enseignement supérieur — une démocratisation mise à mal, l’auteure y revient dans son dernier chapitre, par la néo-libéralisation et la mondialisation de cet enseignement. Cette diversité socio-culturelle n’occulte cependant pas l’hégémonie de la classe moyenne et de la classe supérieure au sein des groupes de participantes, même si l’auteure a à cœur de donner une large place aux témoignages des participantes issues des classes laborieuses ou d’un milieu familial atypique. Pour l’essentiel, le féminisme décrit par David est un féminisme de relative prospérité, parfois indifférent aux problèmes raciaux, économiques ou sexuels.

  • 4 « Second-Wave Feminism Breaks on the Shores of Academe ».
  • 5 « The Ripple Effects of Feminism Moving into Acedeme » et « The Crest of the Wave of Academic Femin (...)

5Si l’enquête de David offre une place aux femmes non hétérosexuelles, non blanches ou issues des classes laborieuses, celles-ci forment tout de même la moindre part des participantes et ces caractéristiques ne sont presque jamais traitées en tant que telles. De ce point de vue, et même si l’auteure comme nombre de ses participantes s’en défendent, l’ouvrage est une expression du féminisme de deuxième vague, une question du reste thématisée dans le cinquième chapitre (« La seconde vague du féminisme touche les rivages de l’université »4). Deux entrées du questionnaire invitent ainsi directement les participantes à se définir en rapport à la deuxième vague du féminisme, la question 6a. (« Vous considérez-vous comme une féministe de la deuxième vague ? ») et la question 6b. (« En quoi cette vague diffère-t-elle des générations suivantes, du point de vue théorique et/ou méthodologique ou de celui des thèmes abordés ? »). Les rapports entre les différentes générations de féminisme paraissent alors si conflictuels qu’ils en viennent à constituer parfois le cœur même du propos, comme en témoignent du reste les titres des deux chapitres suivants (« 6. Le féminisme parvenu à l’Université : effets de vague », « 7. Le sommet de la vague du féminisme universitaire ? »5). L’absence, au sein des participantes, d’un nombre significatif de féministes formées au sein de la troisième vague conduit ainsi à la constitution d’un récit des origines au déroulement de plus en plus pessimiste, détaillant combien les abstruses spéculations théoriciennes du féminisme contemporain s’éloigneraient de l’engagement militant et concret des féministes de la deuxième vague. Si toutes les participantes ne partagent évidemment pas cette critique en forme du féminisme contemporain, le caractère polémique de la construction élaborée par David ne saurait être négligé, quoiqu’il puisse échapper aux lecteurs les moins familiers de ces débats internes.

6Les récits des participantes ne sauraient cependant être écartés en raison de la partialité de l’étude qui les accueille : ils explorent les étapes importantes du féminisme académique de la seconde moitié du siècle précédent. Ces étapes sont d’abord d’ordre critique et théorique, soutenues par la mise en place progressive d’une bibliographie commune et partagée, de lectures transmises et explorées. Elles sont également d’ordre pratique, tant à travers les actions collectives les mieux connues (la participation à des manifestations, à des groupes de consciousness raising) que les initiatives ponctuelles (traitement, par exemple, des cas de harcèlements sexuels). Nombreux sont les témoignages qui nourrissent la critique formulée par David à l’encontre des enquêtes chiffrées et qui en montrent la pertinence : accéder à l’université, être une part d’un pourcentage féminin au sein d’un groupe professionnel, ne suffit pas à lever les discriminations : encore faut-il que les opportunités y soient les mêmes, les financements et les responsabilités équitablement distribués, le harcèlement sexuel combattu et ainsi de suite. La valeur du témoignage, loin de devoir se reléguer à la pure anecdote, est ainsi bien méthodologique, en cela qu’il permet de brosser un tableau alternatif de la féminisation de l’enseignement supérieur.

7En somme, si l’ouvrage de David peut faire l’objet de critiques sérieuses, tant dans sa disqualification quasi-systématique du féminisme de troisième vague que dans son indifférence à des problèmes intersectionnels de première importance, conséquences inévitables de la sélection de ses participantes, il n’en demeure pas moins, et peut-être même en raison des objections qu’il est susceptible de soulever, une lecture utile à qui souhaite donner du sens, un autre sens, à des rapports comptables parfois trop enthousiastes.

Haut de page

Notes

1 « Gender Equality in Global High Education: The Misogynistic Numbers Game? », je traduis ici et pour la suite.

2 « Feminism as an Education Project to Transform Womens Lives ».

3 « Academic Feminism Today: Towards a Feminized Future in Global Academe ».

4 « Second-Wave Feminism Breaks on the Shores of Academe ».

5 « The Ripple Effects of Feminism Moving into Acedeme » et « The Crest of the Wave of Academic Feminism ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Miriam E. David, Feminism, Gender and Universities: Politics, Passion and Pedagogies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 octobre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/15951

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Stendhal Grenoble 3 (UMR LIRE, EA RARE), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page