Navigation – Plan du site

Anthias Floya, Pajnik Mojca, Contesting Integration, Engendering Migration. Theory and Practice

Caroline Sordia
Contesting Integration, Engendering Migration
Floya Anthias, Mojca Pajnik, Contesting Integration, Engendering Migration. Theory and Practice, Palgrave Macmillan, 2014, 280 p., ISBN : 9781137293992.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la parution récente d’un dictionnaire sur le genre en science politique : Achin Catherine, Ber (...)
  • 2 Dirigé par une sociologue et une politiste spécialistes des questions de migration, de stratificati (...)

1Les approches en termes de genre sont encore rares en ce qui concerne les objets de la science politique1 – et en l’espèce, les politiques migratoires. Or, non seulement la gestion des flux affecte les migrant-e-s de façon différenciée, mais les catégories reprises par les chercheurs, dont l’« intégration », méritent d’être questionnées. Tel est l’objet de ce recueil pluridisciplinaire2 : il regroupe douze contributions critiques sur les processus d’intégration en Europe, analysant la manière dont des représentations genrées se déploient dans les politiques menées, posant un défi démocratique.

  • 3 Cf. Conclusion du Conseil Justice et Affaires intérieures de l’UE sur la politique d’intégration de (...)

2La première partie propose une mise en perspective théorique, à partir du droit, de la sociologie et de la science politique, des notions d’intégration et de citoyenneté. Les auteurs s’emploient à déconstruire le concept d’intégration, qu’il s’agisse de le rejeter intégralement (Anthias, Pajnik), d’en sauvegarder les aspects « progressistes » (Trimikliniotis) ou de se le réapproprier au profit de luttes sociales (Kontos). Ils montrent combien ce mode de gestion du vivre-ensemble est instrumentalisé pour habiller des logiques d’exclusion. Ces logiques productrices de clivages entre « bons » et « mauvais » migrants s’actualisent dans les discours et pratiques relatifs à l’intégration et à la citoyenneté en ce début de XXIe siècle, s’appuyant sur des thèmes comme la sécurité et la crise, ou sur de nouvelles formes de rejet de l’altérité. La « gestion de la diversité » tend à essentialiser et à homogénéiser les groupes, ainsi qu’à établir une hiérarchie des différences (celles acceptables, qui pimentent le vivre-ensemble, et celles non assimilables, qui le menacent). De tels discours servent à justifier le durcissement des politiques migratoires, tout en faisant porter la responsabilité toute néolibérale d’une immigration réussie aux acteurs individuels. Ces derniers, selon leur effort pour s’« intégrer » à une société d’accueil, doivent ainsi « mériter » leur appartenance à une communauté politique. Une illustration emblématique de cette tension réside dans des dispositifs ciblant certaines catégories de migrant-e-s issu-e-s de pays tiers (hors UE). Jesse met ainsi en évidence les contradictions de la législation sur le regroupement familial dans l’UE – les migrant-e-s hautement qualifié-e-s échappent au durcissement des conditions d’entrée. Kostakopoulou analyse, elle, les biais disciplinaires du « contrat d’intégration », décliné en un éventail de dispositifs juridiques nationaux (tests, contrats de citoyenneté) qui mettent à mal l’approche bidirectionnelle (selon laquelle l'intégration est le fruit d'un effort réciproque des immigrés et de la société d'accueil) censément prônée par la législation de l’UE3. En réalité, l’intégration, entendue comme une assimilation aux normes socio-culturelles dominantes du pays d’accueil, repose sur une conception nationaliste, normative et ethnicisée de la citoyenneté. Elle fait l’impasse sur la participation politique et méconnaît la réalité différenciée des migrant-e-s ainsi que la pluralité de leurs appartenances. En décalage avec leurs expériences, le prisme de l’intégration fabrique, contre toute logique, leur exclusion.

  • 4 Développé dans de précédents travaux, notamment Anthias Floya, « Where do I belong? Narrating colle (...)
  • 5 Latourès Aurélie, « “Je suis presque féministe, mais...”. Appropriation de la cause des femmes par (...)
  • 6 Guillen Castro Maritza, La migration féminine qualifiée d'origine sud-américaine à Montréal. Ressou (...)
  • 7 À savoir « la situation (location) sociale complexe, et parfois contradictoire, de sujets à l’inter (...)
  • 8 Arendt Hannah, The Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt, 1976 [1948].

3Cette marginalisation s’inscrit dans un contexte plus large de hiérarchies sociales à l’intersection les unes des autres (genre, classe, ethnicité, sexualité...). Anthias et Pajnik mobilisent à cet effet un concept4 plus heuristique que celui d’identité(s) : la « translocational positionality » (traduit selon les chercheur-e-s par « positionnalité translocale »5 ou « translocationnelle »6, p. 4)7. Loin des catégories essentialisées, ce concept resitue l’identité dans une logique d’action : dans leur hétérogénéité, les individus forment, dans une situation sociale donnée et complexe, insérée dans une temporalité, une communauté de destin spécifique. Dès lors, seule une approche transnationale et intersectionnelle rend compte de la manière dont les acteurs négocient les logiques structurelles qui pèsent sur leur vie. Il s’agit de dépasser l’intégration et de penser des formes de participation citoyenne qui récusent la dichotomie entre « eux » et « nous ». Enfin, contester la réduction de la citoyenneté à un statut amène à examiner dans leur complexité historique les pratiques par lesquelles « le droit d’avoir des droits »8 se construit. « Repolitiser la question de la citoyenneté » (Pajnik, p. 103 et 119) passe donc par le développement d’un paradigme alternatif inclusif, qui mobilise des concepts comme la solidarité, le cosmopolitisme ou l’interculturalité, et qui redéfinisse les attentes sociales à l’égard des migrant-e-s.

4Plus courte, la deuxième partie regroupe deux études de cas autour des représentations liées à l’intégration. Kontos traite des effets sur les pratiques des migrant-e-s de la construction discursive de l’immigré « refusant de s’intégrer » (Integrationsunswillig) en Allemagne. Saarinen et Jäppinen examinent, elles, la paupérisation croissante des migrant-e-s dans le marché du travail, ainsi que l’évolution des pratiques politiques, qui démystifient le « modèle nordique » de l’immigration. Elles convoquent les discours biographiques des migrant-e-s pour mettre en lumière la centralité de la question de la justice sociale, ainsi que le gender paradox de la Finlande (marginalisation des migrantes malgré sa position relativement avancée en termes d’égalité des sexes).

5Enfin, la troisième partie interroge les dimensions sexuée et raciale du concept d’intégration. S’appuyant sur les données de l’OCDE, Morkvasic-Müller montre que des politiques d’immigration prétendument neutres produisent, par la sélection qu’elles mettent en œuvre, un impact fortement genré. De plus, les discriminations sexuées et raciales s’associent pour les filles de migrant-e-s sur le marché du travail, renforçant ainsi le gender-gap. Scheibelhofer, lui, décrit l’instrumentalisation du genre dans la construction du migrant masculin d’origine turque, dans le débat public autrichien, comme figure d’altérité menaçante, irréductible à l’objectif d’intégration. Mobilisant des concepts comme la masculinité hégémonique (Connell9) ou l’intersection ethno-sexuelle (Nagel10), il démontre que cette construction genrée et racialisée contribue tant à détourner les regards des inégalités réelles qu’à perpétuer les systèmes de domination qui les produisent.

  • 11 Et ce contrairement au sens commun, qui considère que l’oppression des migrantes sert la conciliati (...)

6Trois études de cas viennent ensuite illustrer ces dimensions. Campani et Chiappelli lient les difficultés d’évolution des travailleuses migrantes au « backlash » rencontré par l’ensemble des Italiennes11. Cette oppression commune, fabriquée par un système sexiste, constitue l’un des points aveugles du féminisme occidental. Patel évoque, elle, les mariages forcés au Royaume-Uni : elle dénonce leur conceptualisation comme « maux sociaux » imputés aux migrations et les resitue sur un continuum de violence sexiste interculturel. Pour agir sans récupération des luttes féministes dans un contexte de « panique morale », Patel réclame une intervention étatique clairement isolée de la gestion migratoire. Elle critique enfin l’outil du « dialogue » communautaire qui, ignorant les asymétries de pouvoir et maintenant l’étanchéité privé / politique, fait la part belle aux conservatismes religieux. Enfin, Block tente de résoudre le paradoxe entre paradigme libéral et gestion restrictive des migrations. Elle montre que le genre est instrumentalisé dans les discours parlementaires allemands sur le regroupement familial pour justifier des politiques restrictives.

  • 12 Dans l’exemple des violences intra-conjugales, s’il est injuste de mobiliser des catégories culture (...)

7Ce point de vue ouvre les horizons des lecteurs en encourageant une posture sceptique vis-à-vis des catégories du politique, tout en produisant une analyse solide et riche de la situation européenne. Trois observations pourraient néanmoins être formulées. En premier lieu, la nature cosmopolite de nos sociétés est à nuancer : le vivre-ensemble de Londres n’est pas celui d’un village de l’Alentejo. Par ailleurs, si la notion de « culture » est contestable en ce qu’elle énonce une altérité irréductible, et donc des hiérarchies de pouvoir (« culturalisation » des questions politiques), elle permet de décrire l’aspect systémique de certaines oppressions12. Enfin, on insistera sur l’importance d’historiciser tant les pratiques migratoires que la recomposition des paradigmes d’exclusion des « populations dangereuses », à rebours du discours médiatique les érigeant en nouveauté. Prendre en compte le genre en science politique se réduit souvent à décrire la situation différenciée des femmes. Ici, l’apport des études de genre est pleinement exploité dans sa dimension épistémologique, déployant des paradigmes comme l’intersectionnalité, si riche pour comprendre les expériences migratoires, au-delà de l’universalité présumée et de ses points aveugles relayés par la théorie politique. Plus largement, l’ouvrage rappelle la nécessité de prendre du recul vis-à-vis de constructions discursives situées, produites par les acteurs étatiques pour légitimer leur action, notamment sur le terrain de repli que constitue la gestion de la mobilité. La fausse dichotomie posée entre l’« intégration » ou son « refus » apparaît ici exemplaire. Elle invisibilise d’une part les efforts réels qu’impliquent la justice sociale et le vivre-ensemble, d’autre part le décalage croissant entre des politiques archaïques et les défis posés par les pratiques des migrant-e-s. Enfin, elle participe de la racialisation et de la criminalisation de certains groupes comme déviants. En ce sens, l’intégration produit des effets bien réels ; loin d’être l’apanage des États, elle s’actualise dans des pratiques sociales variées. L’ouvrage cherche à dépasser l’intégration et à lui substituer des questionnements comme l’accès aux ressources, l’égalité et la participation.

8Les pratiques des migrant-e-s portent en elles des propositions qui demeurent proprement impensées dans le cadre cognitif de l’intégration. Or, en période de crise propice à l’érection de l’altérité en bouc émissaire, ainsi qu’à la résurgence d’une « haine de la démocratie »13, il semble urgent d’énoncer une critique systémique radicale des « nouvelles politiques racialisées [et genrées] de l’ère néolibérale » (Trimikliniotis, p. 65), ainsi que de décrire les projets de société alternatifs portés par les acteurs sociaux.

Haut de page

Notes

1 Voir la parution récente d’un dictionnaire sur le genre en science politique : Achin Catherine, Bereni Laure (dir.), Dictionnaire genre & science politique. Concepts, objets, problèmes, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Références », 2013 ; compte rendu de Maud Navarre pour Lectures.

2 Dirigé par une sociologue et une politiste spécialistes des questions de migration, de stratification sociale et d’égalité, il fait suite à un colloque organisé à Ljubljana en septembre 2011.

3 Cf. Conclusion du Conseil Justice et Affaires intérieures de l’UE sur la politique d’intégration des migrants, 17 novembre 2004. Il est à noter que dans les « principes de base communs » ci-énoncés, il n’est nulle part fait mention de l’importance d’une approche genrée, ou du moins sensible aux asymétries entre migrant-e-s. Par ailleurs, les politiques nationales d’intégration qui en découlent ne font à l’heure actuelle l’objet d’aucun réel dispositif concerté d’évaluation. Enfin, comme le soulève Pajnik (p. 114), le dualisme inscrit dans cette bidirectionnalité est déjà en soi problématique.

4 Développé dans de précédents travaux, notamment Anthias Floya, « Where do I belong? Narrating collective identity and translocational positionality », Ethnicities, vol. 2, n° 4, décembre 2002, p. 491-514.

5 Latourès Aurélie, « “Je suis presque féministe, mais...”. Appropriation de la cause des femmes par des militantes maliennes au Forum Social Mondial de Nairobi (2007) », Politique africaine, n° 116, 2009, p. 143-163.

6 Guillen Castro Maritza, La migration féminine qualifiée d'origine sud-américaine à Montréal. Ressources culturelles et symboliques, et stratégies d'accès au marché de l'emploi. Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures, Université de Montréal, juin 2009.

7 À savoir « la situation (location) sociale complexe, et parfois contradictoire, de sujets à l’interface de différentes catégorisations sociales intersectionnelles, ainsi que leur positionnement (positioning) dans de multiples et complexes structures hiérarchiques et d’appartenance ». Par exemple, explique Anthias, un migrant peut très bien occuper une place subalterne dans sa société d’accueil, tout en réalisant, du point de vue de la société de départ, une mobilité sociale ascendante, et en ayant une position particulière dans un système de genre qui s’exprime différemment selon les pays.

8 Arendt Hannah, The Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt, 1976 [1948].

9 Connell Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam, 2014 ; compte rendu de Delphine Moraldo pour Lectures.

10 Nagel Joane, Race, Ethnicity, and Sexuality. Intimate Intersections, Forbidden Frontiers, Oxford University Press, 2003.

11 Et ce contrairement au sens commun, qui considère que l’oppression des migrantes sert la conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle des autochtones.

12 Dans l’exemple des violences intra-conjugales, s’il est injuste de mobiliser des catégories culturelles pour singulariser leur occurrence dans tel groupe spécifique (au hasard, les musulmans), il est également dangereux de les apparenter à des déviances purement psychologiques. Ici, des normes sexistes partagées, qu’on appellera la « culture du viol », méritent d’être rendues visibles au-delà des comportements individuels.

13 Rancière Jacques, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Sordia, « Anthias Floya, Pajnik Mojca, Contesting Integration, Engendering Migration. Theory and Practice », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le 29 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/16021

Haut de page

Rédacteur

Caroline Sordia

Diplômée en science politique des relations internationales (Institut d’études politiques de Paris / CERI) et en psychologie (Université de Nantes) ; masterante à l’EHESS (Genre, politique, sexualité) ; metteure en scène, traductrice, chargée d’enseignement à l’Université de Nantes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page