Navigation – Plan du site

Jean-Luc Nancy, La communauté désavouée

Antoine Aubert
La Communauté désavouée
Jean-Luc Nancy, La Communauté désavouée, Paris, Galilée, coll. « la philosophie en effet », 2014, 164 p., ISBN : 978-2-7186-0904-1.
Haut de page

Texte intégral

1La thématique de la communauté a alimenté, depuis le début des années 1980, la réflexion de Jean-Luc Nancy. C’est un article de 1983 intitulé « La communauté désœuvrée » qui le premier mit en évidence la nécessité de repenser le sens de la communauté dans un monde alors en pleine transformation. Ce texte fut la même année l’objet d’un commentaire de Maurice Blanchot, paru dans La communauté inavouable aux Éditions de Minuit. C’est justement cet ouvrage que Nancy entend étudier dans son dernier ouvrage car la thèse qu’y défend Blanchot a été, selon lui, trop peu étudiée. Il se donne alors deux objectifs : celui d’« examiner de plus près la teneur de ce livre » et celui de « comprendre pourquoi cet examen est resté si longtemps différé » (p. 18). Mais Nancy, en mêlant citations précises des textes de 1983 et éléments contextuels, va plus loin. En tant que dernier témoin de cet épisode de la vie intellectuelle française, il souhaite donner au lecteur les clés de ce débat incontestablement difficile d’accès en raison de la grande variété des références mises en avant, à commencer par celle de Bataille. La Communauté désavouée n’est donc pas un livre classique de philosophie, mais un retour de l’auteur sur sa propre trajectoire, lui qui écrit être resté « d’abord interdit » en 1983 devant la réponse de Blanchot au texte d’un « jeune philosophe sans autorité » (p. 18-19). Son dernier ouvrage est alors celui de la maturité.

  • 1 L’article fut ensuite repris dans Jean-Luc Nancy, La communauté désœuvrée, Paris, Christian Bourgoi (...)
  • 2 Ibid., p. 11et 28.
  • 3 Ce texte, sorti illégalement de Russie en 1973, fut publié en juin 1974 aux éditions du Seuil.

2La difficulté principale de La communauté désavouée réside dans les connaissances préalables que requiert sa lecture. En effet, le commentaire de Nancy sur Blanchot fait bien entendu référence à La Communauté inavouable, mais aussi au premier à l’article de Nancy déjà mentionné, « La communauté désavouée », sur lequel il faut d’abord revenir. Ce travail, de près de cent pages, fut publié en 1983 par la revue Aléa dans le cadre d’un numéro ayant pour thème « La communauté, le nombre »1. Nancy y affirmait que « le témoignage le plus important et le plus pénible du monde moderne […] est le témoignage de la dissolution, de la dislocation ou de la conflagration de la communauté ». Critiquant la célèbre expression de Sartre selon laquelle « le communisme est l’horizon indépassable de notre temps », il écrivait que « c’est aux horizons comme tels qu’il faut s’en prendre »2. Il pointe ici le délitement des grandes identités collectives tout en rejetant les philosophies de l’histoire (d’inspiration religieuse ou hégélienne) et leur croyance dans l’avènement d’un homme nouveau. Nancy tirait ainsi les conséquences de la situation politique des années 1970-1980. Les révélations sur des camps de travail en Russie ont porté définitivement atteinte à l’image de l’URSS et à l’attraction du projet politique du communisme. À ce titre, la publication de l’Archipel du Goulag, de Soljenitsyne, fut un événement clé3. Il amorça, en France, la chute électorale du PCF, tout en obligeant les penseurs de gauche, après des décennies de soutien appuyé au communisme, à prendre leurs distances et à s’interroger sur l’héritage de Marx.

  • 4 Ibid, p. 17-18.

3Jean-Luc Nancy souhaitait donc, dans son article de 1983, repenser le sens de la communauté dans l’après-communisme. Comme il l’écrit en 2014, « il s’agissait d’interroger le sens ou la teneur d’un mot tel que “communauté”, qui ne proposait […] rien d’autre que “communisme”, sans le discrédit politique où ce dernier était tombé » (p. 15). Il rejetait alors deux voies tracées par la philosophie. La première, celle de l’unité, fait référence à la fusion totale des individus dans le collectif, comme on a pu la voir à l’œuvre dans le fascisme. La seconde thèse, celle de l’identité, renvoie à l’idée d’une suffisance de l’individu. Or, Nancy affirmait à ce sujet que « l’individualisme oublie que l’enjeu de l’atome est celui d’un monde »4. En définitive, il rejetait ces philosophies de la communauté, car l’œuvre y constituait toujours l’horizon indépassable. Il s’en détachait au profit de l’idée du désœuvrement. La communauté désavouée apporte de précieux éclairages sur ce point. Le philosophe y explique que ce terme, emprunté à Blanchot, « désigne le mouvement de l’œuvre […] qui ne la laisse pas s’accomplir en un sens achevé mais l’ouvre à l’absentement de son sens ou du sens en général. Le désœuvrement est ce par quoi l’œuvre n’appartient pas à l’œuvre de l’achevé, ni d’ailleurs à l’inachevé » (p. 27). En résumé, Nancy défendait l’idée qu’il fallait accepter de ne pas fonder la communauté sur un projet, mais sur une ontologie.

  • 5 Michel Surya, Georges Bataille : la mort à l’œuvre, Paris, Gallimard, 1992, p. 294.

4Dans la suite du texte, l’auteur précisait ce qu’il entendait par « communauté ». En réalité, il s’intéressait non pas au terme lui-même, mais au préfixe « co » que l’on trouve aussi dans « commun », « communisme » ou « communication ». Pour Nancy, le propre de l’être était de toujours « être-avec ». Pour lui, c’est la « coprésence » qui remplaçait l’individu au fondement de l’être. C’est pourquoi la référence à Bataille était si prégnante dans « La communauté désœuvrée ». En effet, ce penseur partait aussi de l’idée de l‘incomplétude de l’individu. Il en venait à distinguer la société, qui renvoie à l’institué et à la souveraineté étatique, de la communauté, qui se situe sur le plan du partage, entre l’individu et le monde. Et pour Nancy et Bataille, c’est avant tout la conscience de la mort qui met les êtres en rapport. Michel Surya, dans son ouvrage sur Bataille, note à ce propos que « la communauté des vivants est celle que soude l’angoissante promesse faite à chacun et à tous de mourir »5. Mais la mort, si elle est constitutive de la communauté, en est aussi la frontière. Seuls les vivants, qui éprouvent le sentiment de la perte, font encore partie de la communauté. Nancy, citant à nouveau Bataille, indiquait alors qu’« un vivant ne peut plus subsister que hors de soi ». Et c’est l’« hors de soi », donc l’ouverture sur le monde, qui permet la communication – ou plutôt le partage – et la communauté elle-même.

5C’est cet article qui a poussé Blanchot à publier, en 1983, La communauté inavouable. Nancy considère dans son dernier travail que ce texte est d’« une complexité particulière, due à l’abondance des registres entrecroisés ou superposés (Bataille, Nancy, Duras, Levinas, politique, philosophie, littérature, mythologie) » (p. 120). Face à ce problème, tout l’intérêt de La communauté désavouée est d’accompagner la lecture de Blanchot. Ce dernier partait d’un accord avec Nancy « sur le refus d’ordonner la communauté à sa propre existence comme à celle d’un sujet transcendant les existences » (p. 45). Le désœuvrement, terme de Blanchot lui-même, constituait logiquement le point de départ de sa réflexion. Plus globalement, on peut dire que Blanchot était d’accord avec l’essentiel du constat de Nancy. Il affirmait lui aussi l’importance de conserver une exigence communiste détachée de son utilisation politique. Cependant, les deux penseurs divergeaient sur un point central : l’interprétation de Bataille. Là encore, Nancy recontextualise. Il explique qu’en 1983, il sortait d’une année d’enseignement sur les multiples motifs de la « communauté » chez Bataille, et ce « à l’enseigne d’une préoccupation dominée par le mot politique » (p. 22). Et c’est en tant qu’ami proche de Bataille que Blanchot voulait critiquer Nancy.

6Si les deux penseurs ont une lecture différente, c’est en raison des revirements de Bataille lui-même. L’antifascisme des années 1930, puis la rupture liée à la guerre, ont conduit ce dernier à « un renoncement à la recherche d’une communauté politique » menant à une « opposition entre la “société de consumation” des amants (de la passion, donc) et la société dite par Bataille “d’acquisition” et identifiée comme l’État » (p. 31). Ici, Bataille retranche la communauté sur l’intime, et c’est justement ce qui séparera Blanchot et Nancy en 1983. Il faut revenir à la question posée par la revue Aléa pour comprendre ce point. Ce numéro poussait à se demander quel était le nombre idéal de la communauté. Pour Nancy, on l’a vu, la communauté concerne tous les êtres. Blanchot en revanche refuse cette thèse et développe la notion de communauté à trois niveaux distincts : la politique (à travers la figure du peuple dans l’événement Mai 68) ; l’amitié (avec l’exemple du « communisme littéraire », qui renvoie au groupe d’écrivains auquel Blanchot appartenait avec Duras, Antelme ou encore Mascolo) ; et enfin l’amour et les amants. C’est ce dernier registre qui constituait l’essentiel de la deuxième partie de La communauté inavouable. Blanchot y commentait un récit de Duras, La maladie de la mort, et y affirmait finalement sa thèse : la vraie communauté est celle des amants. C’est donc le nombre de la communauté qui distinguait les deux auteurs, Nancy ayant une vision beaucoup plus large de la communauté. Il confie justement en 2014 : « si je recevais de Bataille la communauté en tant que communication des passions, je n’acceptais pas que celle-ci soit limitée aux amants » (p. 31). Nancy étendait à tous la capacité de communiquer, le fait d’être en rapport.

  • 6 Jean-Luc Nancy, Être singulier pluriel, Paris, Galilée, 1996, p. 78.
  • 7 Voir notamment Pierre Dardot et Christian Laval, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Pa (...)

7La communauté désavouée est un livre original. À la fois guide de lecture et témoignage, il permet à son auteur de revenir sur la thèse de Blanchot aussi bien que sur son propre travail de 1983. Il montre alors l’importance pour sa pensée de cette discussion fondatrice autour de la communauté, que l’on retrouve dans ces ouvrages suivants, comme Être singulier pluriel, où il écrit qu’« avec est le premier trait de l’être »6. Enfin, La communauté désavouée est l’occasion de montrer la pertinence des récentes discussions autour du commun7, auxquelles participe Nancy, tout en les inscrivant dans une préoccupation ancienne.

Haut de page

Notes

1 L’article fut ensuite repris dans Jean-Luc Nancy, La communauté désœuvrée, Paris, Christian Bourgois, 1986.

2 Ibid., p. 11et 28.

3 Ce texte, sorti illégalement de Russie en 1973, fut publié en juin 1974 aux éditions du Seuil.

4 Ibid, p. 17-18.

5 Michel Surya, Georges Bataille : la mort à l’œuvre, Paris, Gallimard, 1992, p. 294.

6 Jean-Luc Nancy, Être singulier pluriel, Paris, Galilée, 1996, p. 78.

7 Voir notamment Pierre Dardot et Christian Laval, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014. Compte rendu de Paul Sereni pour Lectures : http://lectures.revues.org/14410 ; Alain Badiou et Slavoj Žižek, L’idée du communisme, Paris, Lignes, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Aubert, « Jean-Luc Nancy, La communauté désavouée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 novembre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/16166

Haut de page

Rédacteur

Antoine Aubert

Doctorant en sciences politiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, au Centre européen de sociologie et de sciences politiques (CESSP).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page