Navigation – Plan du site

Pascale Bourret, Philippe Le Moigne (dir.), « Essais cliniques, production de la preuve et mutations de la biomédecine », Sciences sociales et santé, vol. 32, n°3, septembre 2014

Sandrine Knobé
Essais cliniques, production de la preuve et mutations de la biomédecine
Pascale Bourret, Philippe Le Moigne (dir.), « Essais cliniques, production de la preuve et mutations de la biomédecine », Sciences sociales et santé, vol. 32, n° 3, septembre, 2014, 109 p., Montrouge, Éditions John Libbey Eurotext, ISBN : 978-2-7420-1370-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La randomisation (encore appelée tirage au sort) correspond au procédé selon lequel l’attribution d (...)

1Ce numéro de la revue Sciences sociales et santé porte spécifiquement sur la question des essais cliniques qui, depuis le milieu du XXe siècle, occupe une place centrale dans le domaine médical. Ces essais ont permis le développement d’une médecine basée sur les preuves, dont la procédure randomisée1 en double aveugle avec placebo est considérée comme la plus objective pour mesurer l’efficacité de la thérapeutique seule, hors influence des interactions entre le patient et le clinicien par exemple. Les contributions réunies dans ce numéro interrogent par conséquent la manière dont ces essais cliniques participent au développement de la biomédecine et à la production de connaissances dans ce domaine. Elles permettent aussi de comprendre que les essais cliniques mobilisent toute une série d’acteurs et d’instances spécifiques soulevant des problématiques et des enjeux au croisement de plusieurs espaces sociaux, dont les enquêtes de terrain présentées dans ce numéro donnent un aperçu.

  • 2 La théorie de l'acteur-réseau ou sociologie de la traduction, est une approche sociologique dévelop (...)

2Le premier article de ce numéro spécial s’intitule « Régimes thérapeutiques et dispositifs de preuve en oncologie : l’organisation des essais cliniques, des groupes coopérateurs aux consortiums de recherche » et a été co-écrit par trois auteurs, Alberto Cambrosio, Peter Keating et Nicole Nelson. Basé sur une approche de la théorie de l’acteur-réseau2, le texte questionne, à partir de l’exemple des essais cliniques développés dans le domaine de l’oncologie, le lien entre innovation organisationnelle et innovation épistémique. Afin de dépasser la distinction trop fonctionnelle entre organisation et connaissance, les auteurs proposent d’introduire la notion de regimen, qui renvoie autant à la structuration des activités de recherche (ici dans le cadre des essais cliniques) qu’à l’objet de recherche lui-même (traitements ou maladies). L’article analyse plus particulièrement deux périodes de développement des essais cliniques en oncologie : les années 1950 et les années 2000. Elles se caractérisent par des problèmes similaires, à savoir l’accélération des échanges entre la clinique et la recherche fondamentale, mais les solutions apportées diffèrent. La première période se caractérise plutôt par la mise en place d’un cadre commun (avec la formalisation des trois phases d’un essai par exemple) et par l’analyse d’un nombre relativement restreint de molécules et de leurs combinaisons La deuxième période est marquée par l’essai d’un nombre beaucoup plus important de molécules, dans une optique de thérapie ciblée nécessitant un réajustement de l’organisation des essais pour plus de flexibilité (notamment dans la mise en œuvre des différentes phases). Les auteurs souhaitent que la notion heuristique de regimen qu’ils ont utilisée pour l’analyse spécifique des essais cliniques dans le domaine de l’oncologie puisse s’étendre à d’autres domaines. Une telle démarche pourrait en effet consolider le recours à cette notion, en délimitant plus précisément ses conditions d’utilisation générales et ses spécificités, en lien avec les réseaux sociotechniques étudiés ou les actants concernés.

3Baptiste Moutaud est l’auteur de la deuxième contribution, dont le titre est « Pour le bien de tous et l’intérêt de chacun. Essai clinique et innovation organisationnelle en psychochirurgie » (c’est-à-dire en traitement chirurgical des troubles mentaux). Il cherche à comprendre comment un essai clinique est en mesure de produire un processus organisationnel permettant de rapprocher et d’articuler recherche fondamentale et clinique. À travers l’exemple d’un essai clinique consistant dans la stimulation cérébrale profonde pour le traitement de personnes souffrant d’un trouble obsessionnel compulsif, l’auteur s’intéresse à la manière dont une pratique innovante a pu émerger en articulant et en alignant une série d’enjeux et d’intérêts, mais aussi d’outils et d’acteurs. La mise en réseau de plusieurs centres hospitaliers pour la formalisation et mise en œuvre de l’essai clinique a permis à une innovation organisationnelle de se déployer, en fédérant des intérêts et des moyens propres à différents groupes d’acteurs (comme par exemple l’AFTOC – Association française des personnes souffrant d’un trouble obsessionnel compulsif, le CCNE – Comité consultatif national d’éthique français, ou les équipes de recherche et les cliniciens impliqués dans l’essai).

  • 3 Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallima (...)

4« La démence, entre laboratoire et marché » est traitée dans la troisième contribution à ce numéro de Sciences sociales et santé. L’auteur, Tiago Moreira, pose la question suivante : « comment les procédures de production de connaissances des essais cliniques sont-elles liées – dans la pratique – au formatage politique de la biomédecine et des soins de santé ? » (p. 69). Pour y répondre, il s’appuie sur l’analyse d’une controverse publique relative à la valeur des traitements contre la démence au Royaume-Uni entre 2005 et 2008. À partir d’un cadre conceptuel combinant l’approche des régimes de justification3 et la théorie de l’acteur-réseau, l’auteur montre que cette controverse articulait deux régimes de justification et d’implémentation. Le premier se basait sur l’utilisation d’instruments de mesure coût-efficacité des traitements (selon l’indice QALY – Quality-Adjusted Life Year), critiqués pour leur caractère trop économique, uniquement basé sur une logique de marché. Le second s’appuyait sur la mise en œuvre de standards de recherche en matière de science expérimentale. L’article suggère par conséquent que l’étude des essais cliniques doit prendre en compte leur organisation avec ses réseaux et ses instruments spécifiques. Les essais cliniques peuvent ainsi être analysés comme « un dispositif sociotechnique, dont la délimitation des acteurs et des activités politiques et épistémiques s’inscrit dans un processus continu de stabilisation et de renégociation » (p. 93).

  • 4 Janine Barbot J. (2002), Les Malades en mouvements. La médecine et la science à l’épreuve du sida, (...)

5Les trois articles développés dans ce numéro de Sciences sociales et santé prennent le parti d’aborder la question des essais cliniques à partir de la théorie de l’acteur-réseau. En ce sens, ils contribuent de manière particulièrement intéressante à la compréhension de dispositifs sociotechniques et scientifiques structurant les protocoles de recherche dans le domaine médical. Une analyse de l’ensemble des acteurs mais aussi des actants mobilisés permet de saisir comment se développent des innovations ou des controverses scientifiques. Toutefois, ces contributions laissent de côté des acteur non négligeables, à savoir les patients engagés dans ces essais cliniques, qui peuvent eux-mêmes être à l’origine de controverses, comme certains travaux ont pu le montrer dans le domaine du sida4. Les analyses présentées dans ces différents articles offrent néanmoins des perspectives de généralisation intéressantes bien au-delà des seuls cas étudiés ici.

6Ce numéro de Sciences sociales et santé se termine par un compte-rendu fait par Patrick Castel à propos de l’ouvrage de Peter Keating et Alberto Cambrosio intitulé Cancer on trial. Oncology as a new style of practice (Chicago, University of Chicago Press, 2012). Il met particulièrement en exergue l’apport de l’ouvrage en termes de réflexions dans le domaine de la sociologie des organisations et encourage la poursuite de ce type d’analyse, où la question des essais cliniques permet de comprendre de manière beaucoup plus large les configurations organisationnelles et leurs évolutions.

Haut de page

Notes

1 La randomisation (encore appelée tirage au sort) correspond au procédé selon lequel l’attribution d’un traitement à une personne se prêtant à la recherche est réalisée de façon aléatoire, en vue de réduire les biais dans la réalisation de la recherche en ayant des groupes homogènes.

2 La théorie de l'acteur-réseau ou sociologie de la traduction, est une approche sociologique développée à partir des années 1980 qui prend en compte dans son analyse, au-delà des humains, les objets (« non-humains ») et les discours (appelés actants). Cette approche, qui prend notamment comme objet de recherche les faits scientifiques, s’intéresse à la formation de collectifs et à l'ensemble des relations et des médiations qui les font tenir ensemble. Les facteurs organisationnels, cognitifs, discursifs ou, plus généralement, les entités « non-humaines » qui entrent dans la composition des collectifs sont considérés à importance égale. Les relations entre ces différents actants s'établissent par une opération de « traduction » par laquelle les acteurs (individuels ou collectifs) se posent en porte-parole et traduisent la volonté de collectifs, tentant également d'enrôler de nouveaux acteurs. Il s’agit dès lors d’étudier ces opérations.

3 Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard. Cette approche sociologique analyse les organisations en termes de conventions et d'accords. Il s’agit de comprendre sur quels types de justifications les acteurs prennent appui pour résoudre leurs conflits et trouver des accords.

4 Janine Barbot J. (2002), Les Malades en mouvements. La médecine et la science à l’épreuve du sida, Paris, Balland.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Knobé, « Pascale Bourret, Philippe Le Moigne (dir.), « Essais cliniques, production de la preuve et mutations de la biomédecine », Sciences sociales et santé, vol. 32, n°3, septembre 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 novembre 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16302

Haut de page

Rédacteur

Sandrine Knobé

Ingénieure de recherche en SHS, Université de Strasbourg. Membre de l’Unité de recherche Sport et sciences sociales (E3S - EA 1342)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page