Navigation – Plan du site

Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum, Gille Postel-Vinay, L’Enquête TRA, histoire d’un outil, outil pour l’histoire, Tome 1, 1793-1902

Baptiste Coulmont
L'enquête TRA, histoire d'un outil, outil pour l'histoire
Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum, Gilles Postel-Vinay, L'enquête TRA, histoire d'un outil, outil pour l'histoire. Tome 1 (1793-1902), Paris, INED, coll. « Classiques de l'économie et de la population », 2014, 215 p., ISBN : 978-2-7332-1044-4.
Haut de page

Texte intégral

1Certaines expériences scientifiques durent depuis plusieurs dizaines d’années, qu’elles soient de taille très grande (comme les collisionneurs de particules élémentaires) ou plus petite, comme le « pitch drop experiment » qui observe l’écoulement d’une goutte de poix depuis 1927. L’échelle temporelle des sciences sociales est souvent plus courte, mais certaines enquêtes durent depuis fort longtemps.

  • 1 Jacques Dupâquier et Denis Kessler (dir.), La société française au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1992

2Depuis le début des années 1980, comme le relate ce livre, l’enquête « TRA » déploie ses filaments. À l’origine, la volonté d’un démographe historien, Jacques Dupâquier, de créer un échantillon représentatif de la population du XIXe siècle à partir des tables décennales de l’état civil. L’enquête TRA concerne directement toutes les personnes nées ou mortes en France entre 1800 et 1939, dont le patronyme commence par TRA : Traboule, Travert, Traffey... Ces trois lettres formaient la base de noms qui étaient peu susceptibles de déformations, étaient représentés dans tous les départements et ne conduisaient pas à un échantillon trop large. Au tout début, cette enquête dénommée « 3 000 familles » avait pour but de suivre des individus, leur famille et leur généalogie descendante depuis le Premier Empire, à partir des actes d’état civil (naissance, mariage, décès). L’enquête initiale a pris plusieurs années : il a fallu mobiliser des centaines de généalogistes amateurs qui ont dû consulter les archives de plusieurs dizaines de milliers de communes pour retrouver, qui Gédéon Trannoy (qui épouse en 1890 Catherine Benz à Rumilly), qui Zéphir Trampont à Dimont. À ce jour (2014), 44 713 mariages prononcés entre 1800 et 1900 ont été identifiés. En retrouvant les actes de mariage, par exemple, il est en effet possible de retrouver la profession et le lieu de résidence ou de reconstituer des réseaux de relation à l’échelle de l’individu. L’enquête renseigne ainsi sur la forme des mariages, la distance géographique entre mariés, ou encore la structure sociale de la France du XIXe siècle. Dans un ouvrage de synthèse s’appuyant sur ces actes de mariages et paru il y a une vingtaine d’années, J. Dupâquier écrivait : « La conclusion essentielle est que la société française du XIXe siècle apparaît comme beaucoup plus mobile qu’on ne l’imagine généralement »1.

3Le livre de Bourdieu, Kesztenbaum et Postel-Vinay décrit l’histoire de cette enquête. Livre sur l’enquête, ce n’est pas un livre présentant, à proprement parler, les résultats de cette enquête2. Dans un article récent de la revue Population, les trois auteurs décrivent TRA comme une « matrice »3, car cette enquête permet l’embranchement d’autres enquêtes. En effet, « TRA », en s’appuyant sur des actes d’état civil, fournit une série d’informations nominatives sur un échantillon représentatif (sous certaines conditions) de la population française. Pourquoi alors ne pas rechercher ces mêmes personnes dans d’autres sources nominatives, en bénéficiant dès le départ de toutes les informations déjà recueillies sur ces personnes. Ainsi, à la fin des années 1980, un nouveau volet est ajouté, « TRA-patrimoine » (auquel participent les auteurs de l’ouvrage), ouvrant une investigation à partir des déclarations de patrimoine au décès, que recueille et construit une institution particulière, l’Enregistrement. D’autres enquêtes, qui ne sont pas présentées en détail dans l’ouvrage, « TRA-Loire-Atlantique » par exemple, ont fait l’objet d’embranchements plus tardifs. Un site de l’Ined4 précise les extensions récentes de l’enquête, au-delà de la période couverte par l’enquête initiale, 1800-1902.

4L’ouvrage se présente comme une introduction à l’enquête TRA, mais aussi comme l’examen du travail pluriséculaire d’identification des individus par l’État et des traces que ce travail génère.

  • 5 Voir l’introduction à Dupâquier et Kessler, op. cit.

5Les deux premiers chapitres précisent le contexte de la naissance de l’enquête. TRA – et notamment l’enquête de départ dite des « 3 000 familles » lancée par Dupâquier – s’inscrit dans une série d’« enquêtes historiques individuelles », qui étudient les populations à partir d’un échantillon national d’individus dont on connaît les caractéristiques et dont on peut suivre la trajectoire (du moins en partie). La spécificité de TRA est son caractère nominatif et cumulatif : elle concerne tous les individus dont le patronyme commence par TRA. Dupâquier a pu défendre cette perspective, au début des années 1990, comme une forme de combinaison entre statistiques et micro-histoire5, s’intéressant aux individus plutôt qu’aux agrégats, mais susceptible de donner lieu à des constats à l’échelle nationale.

6Les chapitres III à V poursuivent l’examen contextuel de l’enquête en examinant les sources utilisées, sources administratives dont il faut comprendre la constitution. Ces chapitres permettent de saisir l’histoire de deux institutions d’identification des personnes : l’état civil et l’administration de l’Enregistrement. Les auteurs analysent la construction, au cours du XIXe siècle, d’un état civil capable d’enserrer au plus près les individus, en cristallisant leur identité dans un nom et un prénom stables. Travail de longue haleine, qui a requis la formation d’agents, la création de registres, de formulaires… TRA reposant sur une bonne identification patronymique, il faut que les Zéphyr Traifond ne soient jamais inscrits comme des Zéphyr Treifons, ce qui arrive pourtant parfois.

7L’administration de l’Enregistrement est aussi une institution d’identification, mais qui ne saisit les personnes qu’à leur décès, non pas sous l’angle de la citoyenneté ou du rapport à l’État policier, mais sous l’angle de la richesse et du rapport à l’État taxant. La Révolution « réinvente la fiscalité selon les principes généraux de l’universalité et de l’égalité des héritiers en ligne directe devant l’impôt » (p. 61) et fonde l’administration de l’Enregistrement, qui va consigner la fortune au décès. L’Enregistrement est doté au XIXe siècle de plus de 3 000 bureaux, et de presque 4 000 à la fin du siècle : près d’un bureau par canton. La zone géographique couverte par les bureaux étant de petite taille, ils enserrent de près les individus.

8Les dernières parties de l’ouvrage abordent la question de la représentativité de la population des TRA. Le chapitre VI présente la manière selon laquelle les données ont été collectées et préparées, tâche complexifiée par la multiplicité des sources et la nécessité de relier les mêmes personnes dans des sources différentes. Parce que le patronyme est « un critère décisif pour rapporter à un même individu les informations qui le concernent » (p. 133), les responsables de l’enquête TRA ont procédé à une standardisation des noms de famille. En effet, nombreuses sont les variations orthographiques, entre sources, sur un même nom. Les 3 013 noms en « TRA » sont ainsi rapportés à 358 « patronymes unifiés ». L’appariement entre fiches reste une étape de travail intensive devant permettre d’agréger les informations disponibles pour un même individu.

9Le chapitre VII évalue la « capacité de l’enquête à représenter la population française » (p. 161). Les femmes sont-elles moins bien captées par l’enquête (leur mariage n’étant pas indexé à leur patronyme mais à celui de leur mari dans les tables décennales) ? Les grands fortunés et les très pauvres sont-ils bien représentés dans TRA, sachant que les premiers sont très rares et que les seconds sont peut-être moins bien connus par l’Enregistrement ? L’amélioration de l’état civil au cours du XIXe siècle d’un côté, les changements de l’administration de l’Enregistrement de l’autre contribuent-ils à modifier, dans le temps, la représentativité de l’échantillon ? Comment apparier les actes de mariage avec les fiches des « Tables de succession et d’absence » produits par l’Enregistrement ?

10Les auteurs proposent des pondérations et des classifications devant permettre un meilleur usage des données. Car, et c’est là l’un des intérêts de cet ouvrage, la base de données TRA est mise à disposition des lecteurs, dans un cédérom accompagnant le livre. Si l’enquête TRA « constitue le seul moyen d’étudier la distribution de la richesse au niveau individuel à l’échelle de la France », elle « autorise la constitution d’un observatoire raisonné à l’échelle individuelle, apte à intégrer autant de sources différentes qu’il est possible d’en imaginer ».

Haut de page

Notes

1 Jacques Dupâquier et Denis Kessler (dir.), La société française au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1992.

2 Pour cela, il faut consulter les nombreux ouvrages et articles indiqués ici : http://tra.web.ined.fr/rubriques/biblio.htm.

3 Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum, Gille Postel-Vinay, « TRA, une matrice pour l’histoire », Population, n° 69, 2014, p. 217-248, doi:10.3917/popu.1402.0217.

4 http://tra.web.ined.fr/.

5 Voir l’introduction à Dupâquier et Kessler, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Coulmont, « Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum, Gille Postel-Vinay, L’Enquête TRA, histoire d’un outil, outil pour l’histoire, Tome 1, 1793-1902 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/16333

Haut de page

Rédacteur

Baptiste Coulmont

Sociologue, maître de conférences à l’université Paris 8.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page