Navigation – Plan du site

Alexandre Dafflon, « Il faut bien que jeunesse se fasse ! ». Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde

Madeleine Sallustio
"Il faut bien que jeunesse se fasse !"
Alexandre Dafflon, "Il faut bien que jeunesse se fasse !". Ethnographie d'une société de jeunesse campagnarde, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2014, 258 p., ISBN : 978-2-343-03515-4.
Haut de page

Texte intégral

1Alexandre Dafflon nous propose dans cet ouvrage une ethnographie des logiques concrètes de socialisation des individus au sein de la société de jeunesse (SJ) de Bullon, en campagne vaudoise, en Suisse. Créé en 1830, la SJ de Bullon descend directement des corporations rurales du XVIIe siècle qui regroupaient les jeunes hommes célibataires entre 15 et 30 ans et dont le but était l’organisation des fêtes, la constitution de couples et la surveillance de la morale collective dans les villages. Formalisés au XIXe siècle, ces cercles perdent peu à peu leur pouvoir de contrôle social pour s’axer davantage sur la défense des intérêts du monde rural, la lutte contre l’exode rural et l’enrayement du bolchévisme. Aujourd’hui, à l’instar de la fédération vaudoise des jeunesses campagnardes (FVJC) qui regroupe différentes SJ de la région, la SJ de Bullon a mis de côté ses motivations politiques et a effectué un recadrage identitaire. Si quelques traces idéologiques de ce qu’elle a été persistent, la SJ de Bullon est aujourd’hui ouverte aux filles et ses activités consistent désormais en l’organisation de fêtes de village ponctuelles (par exemple, les « girons »), de soirées à thème (notamment la « soirée mini-jupe »), d’activités sportives (tir à l’arc, lutte, camp de ski…) ou d’autres sorties visant la cohésion sociale entre les jeunes du village.

2Lors de son étude, l’auteur poursuit un double objectif. Tout d’abord, saisir la SJ comme une instance de socialisation spécifique. Ceci permet de poser un regard analytique original sur les collectifs de jeunesse en monde rural et sur le vécu de leurs membres. Ensuite, l’auteur souhaite dépasser les théories mécanistes de la socialisation et soumettre à l’épreuve du terrain une perspective interactionniste des mécanismes de construction identitaire individuels et collectifs chez les jeunes, de manière à comprendre la socialisation comme un « processus continu, dynamique et multidirectionnel » (p. 24).

3Pour ce faire, l’auteur s’appuie sur les récits des trajectoires individuelles de quelques jeunes au sein de la SJ et, conscient des limites de son échantillonnage, il complète ces représentations subjectives par une analyse judicieuse de la socialisation « en train de se faire », soit une ethnographie des mécanismes microsociologiques susceptibles d’éclairer les modalités de socialisation en SJ. L’auteur détaille ainsi tout particulièrement deux aspects caractéristiques de la SJ de Bullon qui revêtent selon lui une importance spécifique dans le façonnement de l’identité des jeunes : la consommation d’alcool et le travail.

4La consommation d’alcool semble en effet incontournable étant donné qu’elle accompagne la majorité des activités de la SJ. Lors d’une fête, par exemple, l’amusement est souvent évalué en fonction de l’état d’ébriété des membres et des quantités d’alcool ingurgitées. L’alcool est ainsi au centre des évènements organisés et constitue un thème qui est abordé au quotidien, à travers les ragots et le relais d’« exploits » ayant eu lieu durant lesdites soirées. Régi par des normes (le fait de boire systématiquement en groupe, la tolérance ou non de certains comportements déviants, la valorisation du fait de « savoir tenir l’alcool », etc.), le « boire » est ainsi l’objet d’un encadrement et d’un apprentissage qui, lors de certaines occasions, prennent la forme d’un rite d’institution créant et perpétuant les manières légitimes de boire en SJ. Ces normes deviennent ainsi une composante identitaire susceptible de souder le collectif mais également d’en définir les frontières, de « consolider un esprit de corps » (p. 185) face aux « autres », qui sont écartés pour préserver l’unité du groupe.

5Le deuxième trait caractéristique de la SJ de Bullon permettant d’éclairer le processus de socialisation est le rapport au travail. La notion de « travail » regroupe ici l’idée d’investissement des jeunes dans les tâches indispensables au bon fonctionnement de l’association ou de ses activités (préparatifs pour les fêtes, construction du « char » pour le giron, organisation des activités sportives, intendance au bar, rangement, etc.) mais également l’idée plus générale de « labeur ». À l’instar du boire, les manières légitimes de concevoir le travail font l’objet d’un apprentissage, et ce qu’il s’agisse d’une initiation aux normes en vigueur concernant la manière de se comporter au moment de réaliser les tâches de travail collectives (efficacité, précision, respect de l’autorité, etc.) ou bien de la formation à des savoir-faire et des techniques manuelles (menuiserie, soudure, peinture, etc.). La répartition des tâches entre les différents membres est, quant à elle, à la fois une manière de cristalliser la hiérarchie officielle et officieuse de la SJ et un outil de rappel à l’ordre, les tâches les moins valorisées (par exemple le nettoyage des toilettes après la fête) étant attribuées aux « dissidents ».

6Si cette analyse n’apporte pas un point de vue réellement novateur aux études déjà existantes sur la socialisation, l’identification de la construction du rapport au monde induite par les relations sociales gravitant autour de la consommation d’alcool et du travail est, en revanche, intéressante. La SJ se présente ainsi comme le lieu où s’intériorise tout un système de valeurs et de représentations spécifiques, telles que le respect de la hiérarchie des âges et des sexes, la construction (et l’entretien) de l’idée de virilité, l’organisation genrée de la vie sociale, la dévalorisation du travail intellectuel comparé au travail manuel, etc. Tout cet ensemble de représentations, associé à la fidélité corporatiste des membres de la SJ, dépasse par ailleurs le cadre de l’investissement en SJ : il se répercute sur des choix de vie personnels comme les choix d’étude et/ou de profession (par exemple, abandonner l’école pour se faire une formation professionnalisante en électricité) et se perpétue au sein de la communauté villageoise.

7Toutefois, bien que chacun intègre les significations et les attentes du collectif concernant le boire et le travail, l’auteur montre bien que les acteurs cultivent des rapports hétérogènes avec l’institution et intériorisent différemment ses normes. Les stratégies d’évitement face à la consommation d’alcool ou les résistances (ne serait-ce que symboliques) face aux contraintes du rapport au travail illustrent cette idée. Aussi, ceux qui entretiennent des rapports distants avec l’institution (pour des raisons personnelles, de trajectoire dans la SJ ou en raison de désaccords idéologiques et/ou pratiques) et qui cherchent moins la reconnaissance du collectif sont aussi ceux dont l’identité sera moins marquée par la SJ.

8L’ethnographie que nous propose ici Alexandre Dafflon est un bel exemple de transparence dans le processus recherche scientifique et de réflexivité en situation de terrain. On regrette cependant que l’auteur n’ait pas mobilisé en amont les travaux d’autres chercheurs sur des terrains et objets similaires, ce qui aurait sans doute permis de poser des hypothèses de recherche plus approfondies. Qu’il s’agisse de l’analyse des mécanismes par lesquels se produisent les processus de socialisation, de la mise en avant de la cohérence interne du collectif en opposition aux critiques externes, de l’hétérogénéité des comportements et des identités en monde rural et au sein des SJ, de la mise en avant des processus de socialisation secondaire ou autre : tous ces angles de recherche sont en effet peu ambitieux.

9Toutefois, l’ouverture que fait l’auteur sur le « paradoxe de la participation politique » (p. 239) est très stimulante. Le processus de socialisation au sein des SJ comprendrait également une socialisation politique des jeunes et conduirait ainsi à l’intériorisation d’un rapport politique (relativement conservateur) au monde. Cet axe de recherche permettrait de saisir la charge politique intrinsèque des discours et pratiques de la FVJC comme, par exemple, la symbolique et l’idéologie véhiculées par sa devise soi-disant dépolitisée « Patrie, Travail, Amitié, Progrès ». Cette perspective pourrait d’ailleurs permettre, à terme, d’élargir la définition même du « politique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Sallustio, « Alexandre Dafflon, « Il faut bien que jeunesse se fasse ! ». Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16338

Haut de page

Rédacteur

Madeleine Sallustio

Doctorante au Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) à l’Université libre de Bruxelles (ULB). Elle étudie le phénomène du néo-ruralisme en France.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page