Navegación – Mapa del sitio

Arnaud Sébileau, Rester dans le vent. Sociologie des véliplanchistes et de leurs temporalités

Williams Nuytens
Rester dans le vent
Arnaud Sébileau, Rester dans le vent. Sociologie des véliplanchistes et de leurs temporalités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Des Sociétés », 2014, 312 p., préface de Gildas Loirand, ISBN : 978-2-7535-2932-8.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 On appréciera le détail des évolutions de matériaux et de matériels dans Lacombe Philippe, « La pla (...)
  • 2 Le kitesurf, le funboard ainsi que la planche à voile de type régate (c’est-à-dire renvoyant au mod (...)
  • 3 « Planche à voile et Kitesurf », in Attali Michaël et Saint-Martin Jean (dirs.), Dictionnaire cultu (...)

1Ce travail concerne le monde complexe de la planche à voile. Dans ce « laboratoire d’expérimentations » et d’innovations techniques rassemblant plusieurs profils de véliplanchistes1, les activités sportives de navigation reposent sur des réglementations, des matériels et des modalités de pratique variés2. Par exemple si le windsurf (terme qu’emploie la Fédération française de voile pour désigner la planche à voile) et le funboard sont à la fois comparables (techniquement on trouve un flotteur et un gréement articulé dans les deux cas) et incomparables (le funboarder saute et surfe les vagues), le kitesurf se distingue davantage avec « un flotteur de type funboard tracté par une aile de type parapente piloté par une barre de contrôle »3. Mais les différences ne s’arrêtent pas là et touchent aussi la sociologie des pratiquants, la diversité des modes d’engagement et des usages de la technique. En s’intéressant aux entrepreneurs qui la créent et la diffusent à travers le matériel commercialisé (soit l’offre du marché économique de la planche à voile), Arnaud Sébileau constate que les véliplanchistes se doivent d’en suivre les évolutions afin de « rester dans le vent » de leur monde sportif. Mais tous les consommateurs (soit la demande du marché) ne disposent pas des moyens de posséder les produits les plus récents, et l’auteur de repérer des discordances coupables et des concordances témoignant d’une domination culturelle.

  • 4 L’auteur se réfère aux travaux de Christophe Charle (Discordance des Temps, Armand Colin, 2011) qua (...)

2L’auteur a actionné deux leviers pour objectiver ces différenciations temporelles. Le premier revient à reconstituer la genèse des temporalités de l’offre, et le second consiste à en cerner la légitimité ou l’illégitimité culturelle du point de vue des acheteurs. En analysant le marché de la planche à voile à partir des « luttes » qu’il concentre, Arnaud Sébileau interroge les significations et les enjeux économiques d’un rapport au temps pour mieux systématiser ses usages sociaux4. Mais l’efficacité d’un tel cadrage implique, entre autres, de savoir que lenteur et retard constituent des marques d’un passé dépassé, c’est-à-dire d’une anti-modernité, dans le monde des véliplanchistes. Il faut souligner et avoir ce principe en tête pour comprendre l’ouvrage, notamment pour mesurer en quoi il définit des « luttes » (entre entrepreneurs et artisans, entre windsurfers et funboarders…).

  • 5 Freiner l’offre revient à limiter la reconnaissance de nouvelles formes de pratique et, ce faisant, (...)
  • 6 Ce passage de l’ouvrage appelle quelques éclaircissements et modérations. Par exemple ceux qui pour (...)

3Le premier chapitre aborde la dimension de l’offre en examinant ses figures, leurs influences sur les consommateurs et évidemment leurs temporalités. On comprend ici d’où vient une offre inventée à la fin des années 1960, à partir de pratiques de navigation plus anciennes animées par des « pionniers » aisés et cultivés et des pratiquants-marchands. Rapidement, le marché de la planche à voile se construit sur des tensions entre le régatier et celui qui s’inspire davantage du surf, de ses acrobaties et de la vitesse qu’il appelle. Ainsi se caractérise le premier temps d’un « espace » où « luttent » shapers (sculpteurs) et négociants, où régulations et dérégulations du marché se succèdent, où la production et la productivité de matériels s’accélèrent. Au fil des années, se dessine alors une organisation sportive conflictuelle entre les associations de pratiquants, les entrepreneurs et industriels, les commerçants et les garants de l’olympisme qui freinent l’offre5. On peut considérer que le début des années 1980 est favorable à ces derniers qui, en conséquence, ont conditionné une concurrence axée sur d’autres usages sportifs de la planche à voile (naviguer dans les vagues, par vent fort, avec acrobaties…). Ceci explique la partition du marché avec d’un côté une production monopolistique et industrielle d’équipements de régate olympique, et de l’autre une production plus artisanale de produits de funboard donc. En incluant l’avant-garde, la pointe de la performance et les produits destinés aux élites sportives, l’offre artisanale domine le cycle de production industrielle. Parce que les shapers produisent en quantité limitée et ne construisent pas un flotteur identique sur chaque modèle de planche, ils créent une immédiateté du produit. Ils rythment le marché et relèguent les industriels qui, du coup, vont chercher à s’approprier les créations en salariant les shapers. Mais ce glissement vers une concentration économique a un coût car ces artisans perdent de l’indépendance, et disparaissent comme les customs qu’ils produisent. Arnaud Sébileau fait bien comprendre comment la concentration d’un marché accélère la temporalité d’une offre de produits au détriment de catégories d’acteurs qui en assurent pourtant le renouvellement à un moment donné, et comment cette donne embarrasse un Comité international olympique limitant le développement du funboard au profit d’une « monotypie » (c’est-à-dire une pratique standardisée). C’est ici que s’ancrent les clivages, et les antagonismes, entre les institutions olympiques et les promoteurs du funboard. C’est ici que se constituent les catégorisations polarisant « jeunes » et « vieux », « lents » et « rapides », « réactifs » et « apathiques », « légers » et « lourds », etc. On notera au passage que plusieurs relais médiatiques régulent en partie ce marché symbolique aux enjeux très économiques. Comment ? Par le lancement synchronisé de nouveaux matériels et de journaux spécialisés, par l’interdépendance des fonctions et des rôles (on pense au journaliste qui passe du côté de la fabrication). Et si cela oblige aussi certains journalistes à préserver leur indépendance, c’est donc que la proximité avec les pratiquants comme la distance vis-à-vis des fabricants comptent. C’est dire que l’auteur présente la sociologie d’un « journalisme dominé » où subsistent des « hérétiques » capables de résister aux pressions des industriels (annonceurs voire propriétaires des magazines qui salarient les journalistes), mais où demeurent surtout des passeurs de modernité6 qu’incarnent les portraits suivants de véliplanchistes novateurs et d’élite. C’est d’ailleurs parmi eux que se retrouvent ceux qui échappent à la précarité, à la saisonnalité des contrats et des compétitions, au déclin du professionnalisme engendré par la chute des ventes de matériel. En d’autres termes, le maintien du professionnalisme découle d’une réinvention des élites, des novateurs médiatiques, des inventeurs, bref de pratiquants aux rationalités élargies. C’est d’ailleurs ce qui contribue à expliquer l’apparition et le développement du kitesurf dans les années 1980 et 1990 (sans que l’on sache dire exactement qui en serait le créateur). Grâce à cette activité, les kitesurfers ont pu paraître moins anachroniques que ceux restés sur une planche, ce qui revient à faire de ces pratiquants les vecteurs du renforcement du pouvoir temporel des industriels.

  • 7 Quand le vent est faible par exemple et que le pratiquant ne dispose pas d’une journée entière pour (...)

4Le second chapitre traite logiquement des discordances entre les pratiquants et les industriels et permet à l’auteur d’utiliser ses enquêtes réalisées sur des plages des Pays-de-la-Loire (en particulier à Saint-Brévin l’Océan). Il s’ouvre sur des informations historiques, soit sur le rapport clivé datant du milieu du XIXe siècle entre la bourgeoisie des professions militaires et politiques (celle des héritiers, qui souhaitent une égalité des conditions de navigation), et celle des commerçants, professions libérales (plus récente, et qui envisage la performance de façon plus individualiste, notamment sur la base d’évolutions non partagées). Ainsi, dès la seconde moitié du XIXe siècle, on assiste à une division entre les navigateurs qui pratiquent sur des embarcations à voile(s) justement à cause de visions différentes de la performance. Portée par une bourgeoisie naissante qui gagne le pouvoir des clubs de voile prestigieux et stratégiques, la « norme évolutive » domine la « norme stationnaire » jusqu’à une redistribution des influences quelques décennies plus tard, sous le gouvernement de Vichy. D’une certaine façon, la fédération a, très tôt et continuellement, abrité des conceptions opposées quant au renouvellement des équipements de navigation. C’est pourtant la « neutralisation des différences de matériel » par les tenants d’une conception non évolutive qui rythme les temporalités jusqu’au début des années 1970, c’est-à-dire les cycles de création et de diffusion du matériel. C’est aussi à cette date que le funboard attire de plus en plus de véliplanchistes, en même temps que les industriels commercialisent d’autres produits que ceux de la régate olympique. La division historique au sein de cet « espace » se retrouve aujourd’hui parmi les véliplanchistes, comme le montre l’auteur : ainsi le niveau social des régatiers olympiques est-il supérieur à celui des funboarders, bien que les catégories sociales supérieures soient surreprésentées parmi les véliplanchistes en général. Ces différences, qui portent sur les dispositions et les dotations des pratiquants, se traduisent par des modalités de pratique variées (par exemple, aux régatiers la prise en compte des conditions météorologiques de navigation et de leurs conséquences, aux funboarders l’importance accordée aux réglages du matériel et à leur cohérence). Parce qu’elles renvoient aux « luttes » de pouvoir au sein de la Fédération française de voile, elles traduisent finalement la course au renouvellement du matériel à mesure que le funboard d’excellence devient incontournable. On retrouve ces antagonismes du côté de leurs membres, précisément entre les « avertis » et les « profanes ». L’auteur examine alors le cœur d’une culture sportive, c’est-à-dire ce qui organise sa hiérarchisation et sa complexité. Comment et pourquoi la rapidité des cycles entre les révolutions des équipements implique plus ou moins les pratiquants ? Tout d’abord, l’auteur a constaté chez eux un goût prononcé pour le matériel, la technologie, l’anticipation pragmatique, la navigation, la météorologie, l’apprêtement des équipements et l’ingénierie (ce que l’auteur intitule avec à-propos la libido ingenium). Détenir les savoirs associés à ces domaines permet d’obtenir un profit symbolique, de se distinguer du novice, de connaître le « bon matériel », de dominer le temps qu’il fait, soit ce contre quoi lutte le véliplanchiste7. Si ce combat justifie l’accumulation et le renouvellement du matériel pour le pratiquant, quelque peu frénétique, il explique aussi le développement du kitesurf. L’auteur illustre efficacement cet aspect en évoquant les rapports différenciés aux usages, intéressés et intéressants, du matériel par vents de forces 5 et inférieures. Globalement, le temps semble représenter pour les funboarders une ligne de démarcation, imaginaire mais aux expressions concrètes : se rendre disponible pour pratiquer est classant chez les véliplanchistes, au moins tout autant que le capital santé et la faculté d’affronter les éléments météorologiques. Enfin, preuve que cette variable reste longtemps discriminante le capital symbolique du bon navigateur pourtant en retard sur le matériel reste préservé justement parce qu’il sait faire valoir son expertise, son excellence, son autonomie.

  • 8 Il faudra pour cela se reporter à la thèse de l’auteur : Les temps des sports : les marchés de la p (...)
  • 9 C’est-à-dire sur la question des usages différenciés des temps imposés. Pour montrer qu’ils peuvent (...)

5Si cet ouvrage ne fait pas suffisamment de place à une explicitation méthodologique8 et s’appuie sur des chiffres parfois datés, il parvient sans mal à atteindre ses objectifs. Le lecteur découvre une démonstration convaincante à propos d’un monopole de la définition légitime de la pratique une remarquable description de la culture sportive à travers ses techniques et ses formes de pratique, une sociologie du marché sportif de la navigation. Et si le lecteur que je suis ne comprend pas toujours le recours systématique au concept de lutte dans l’analyse, il se réjouit d’avoir travaillé un texte centré sur les temporalités9 montrant que la capacité à rester synchrone avec les industriels dominants reste l’objectif des dominants. Ce n’est effectivement pas si commun, dans les travaux de sociologie du sport, de comprendre que la définition d’une culture dominante passe par la relégation temporelle.

Inicio de página

Notas

1 On appréciera le détail des évolutions de matériaux et de matériels dans Lacombe Philippe, « La planche à voile », Techniques & Culture, 39, 2002, 59-81.

2 Le kitesurf, le funboard ainsi que la planche à voile de type régate (c’est-à-dire renvoyant au modèle standard de la fédération, longtemps présent lors des olympiades d’été) constituent les trois principales formes de pratique travaillées dans l’ouvrage.

3 « Planche à voile et Kitesurf », in Attali Michaël et Saint-Martin Jean (dirs.), Dictionnaire culturel du sport, Armand Colin, 2010, 103.

4 L’auteur se réfère aux travaux de Christophe Charle (Discordance des Temps, Armand Colin, 2011) quand il délimite son objet. Aussi les temps et leurs usages correspondent ici aux temps des cycles industriels, normalisés et normatifs.

5 Freiner l’offre revient à limiter la reconnaissance de nouvelles formes de pratique et, ce faisant, à garantir le monopole détenu par le Comité olympique sur des pratiques de régate nécessitant un matériel standardisé, capable d’accepter diverses conditions de navigation (ce qui présente l’avantage de multiplier les ventes de planches par exemple).

6 Ce passage de l’ouvrage appelle quelques éclaircissements et modérations. Par exemple ceux qui pourraient s’inspirer des analyses d’enquêtes situées au cœur de la production journalistique, comme Lemieux Cyril (dir.), La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’ information, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Cas de figure », 2010 et surtout Lemieux Cyril (dir.), Mauvaise presse, Paris, Métailié, 2000.

7 Quand le vent est faible par exemple et que le pratiquant ne dispose pas d’une journée entière pour pratiquer, la maîtrise du matériel permet de naviguer malgré tout et de vivre des sensations (de vitesse, de glisse…).

8 Il faudra pour cela se reporter à la thèse de l’auteur : Les temps des sports : les marchés de la planche à voile, sous la direction du Professeur Jean-Michel Faure, université de Nantes, 2005.

9 C’est-à-dire sur la question des usages différenciés des temps imposés. Pour montrer qu’ils peuvent l’être sans des luttes vives : Laurent Lesnard, La famille désarticulée. Les nouvelles contraintes de l’emploi du temps, Paris, PUF, 2009.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Williams Nuytens, « Arnaud Sébileau, Rester dans le vent. Sociologie des véliplanchistes et de leurs temporalités », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 03 diciembre 2014, consultado el 23 septiembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16341

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página