Navigation – Plan du site

Rafaela Cyrino, Le genre : du déterminisme biologique au déterminisme socioculturel ?

Charlotte Debest
Le Genre
Rafaela Cyrino, Le Genre. Du déterminisme biologique au déterminisme socioculturel ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2014, 248 p., ISBN : 978-2-343-03114-9.
Haut de page

Texte intégral

1Rafaela Cyrino, par cet ouvrage, propose une épistémologie de la notion de genre et de son utilisation. L’objectif de cette démarche est de mettre en évidence que la quête de déterminismes dans la construction du genre, qu’ils soient biologiques, sociaux ou culturels, appauvrit nos analyses et nous ramène à une catégorisation binaire, femelle/mâle, féminin/masculin, où toute inventivité de l’individu est niée.

2Dans son avant-propos, l’auteure indique que le projet de ce livre fait suite aux polémiques et malentendus autour du genre en France, qu’elle ne saisit pas, et qui s’apparente pour elle à un « dialogue de sourds » entre les « détracteurs du genre » et ses « promoteurs » (p. 10). Rafaela Cyrino va ainsi chercher à « investiguer les usages normatifs du genre » (p. 9) pour comprendre et/ou mettre un terme à ce « faux débat ». Le point de départ de sa réflexion, comme le laisse supposer la présentation de l’ouvrage, s’appuie sur la grammaire française pour laquelle « la marque du genre (féminin et masculin) existe partout » (p. 13), contrairement à la grammaire anglaise. Or, selon l’auteure, « cette différence entre l’usage du genre dans la grammaire anglaise et la grammaire française n’est pas mineure dans le processus d’appropriation de cette catégorie analytique par la critique féministe » (p. 13) et explique peut-être une partie de la spécificité du débat français. Spécificité qu’elle ne souligne plus par la suite, ce qui peut laisser perplexe quant au « faux débat » en France et quant aux auteur.e.s mobilisé.e.s tout au long de l’ouvrage, principalement des anglophones.

3Le premier chapitre se propose d’identifier les origines du concept de genre et de saisir comment et pourquoi ce concept a attiré l’attention de la critique féministe des années 1970. Rafaela Cyrino part de deux auteurs issus de la psychologie, John Money et Robert Stoller, qui apparaissent sur la scène médicale dans les années 1950 aux États-Unis. Tout au long de l’ouvrage, ces deux psychologues psychanalystes sont mobilisés. John Money et Robert Stoller travaillent sur les personnes hermaphrodites, lesquelles interrogent le corps médical, à qui revient de déchiffrer le sexe de l’individu. Apparaît alors la notion « d’ambiguïté sexuelle ». Selon Rafaela Cyrino, dans les années 1950, l’objectif de l’équipe médicale (composée de médecins et de psychologues) était de réduire la souffrance engendrée par cette « ambiguïté sexuelle » en cherchant une cohérence entre le sexe assigné à la naissance et le genre psychologique de l’individu. Pour John Money, ce « genre psychologique » ou pour Robert Stoller, cette « identité de genre », s’acquiert par l’apprentissage social et devient irréversible entre 2 et 4 ans. Ainsi, le genre et la catégorisation qui en découle, bien que socialement déterminés, sont de l’ordre de l’évidence. C’est pourquoi, une fois à l’âge adulte, si le sexe assigné et le genre psychologique de l’individu diffèrent, le changement de sexe est autorisé. La théorie de John Money sur le « rôle de genre » a pénétré les milieux universitaires dans les années 1970 et reçu un écho positif pour sa mise à distance de la détermination du biologique sur nos comportements.

4Le deuxième chapitre s’interroge sur le « processus de prolifération » (p. 67) des usages du genre dans diverses disciplines universitaires, qui s’accompagne d’un « processus de subjectivation du genre » (p. 67) que l’on retrouve notamment dans les autobiographies de transexuel.le.s, sur lesquelles s’appuie cette section de l’ouvrage. Or, pour Rafaela Cyrino, « le nouveau discours centré sur le genre ne signifie pas forcément une décroissance de l’importance de la différence sexuelle, bien au contraire, car le “vrai sexe” est toujours là, sauf qu’il n’est plus uniquement biologique, il est désormais surtout psychologique » (p. 68). Cette non prise en compte du caractère déterminé du genre et de la quête du « vrai sexe » au sein de la critique féministe des années 1970 interpelle l’auteure. Car « si la biologie semble perdre son poids, il ne faut pas oublier que c’est bien la dysmorphie sexuelle attribuée au biologique qui est utilisée comme cadre normatif pour penser le genre » (p. 86). En effet, que cela soit avec Money et son concept de « rôle de genre », qui insiste sur l’apprentissage social et le comportement observable de l’individu, ou avec le concept « d’identité de genre » chez Stoller, qui met l’accent sur le ressenti de l’individu, « le concept binaire a été la condition de possibilité de l’émergence d’un discours légitime de changement de sexe » (p. 96) et, pourrions-nous ajouter, d’un discours légitime sur la construction des identités sexuées.

  • 1 Rafaela Cyrino cite De Beauvoir Simone, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949.

5Le troisième chapitre questionne l’émergence « du genre social » (p. 117), qui se distingue du « genre psychologique » de Money en ce qu’il n’est pas un attribut de l’individu mais une conséquence des normes sociales dans une société donnée. Ainsi, paraphrasant Simone De Beauvoir1, que Rafaela Cyrino cite plusieurs fois, « on naît biologiquement mâle ou femelle, on devient homme ou femme après la naissance » (p. 135) par les normes sociales inculquées. Pour autant « l’identité de genre », qui est appréhendée comme le « vrai sexe » de l’individu, n’est pas soumise à la critique des féministes des années 1970, car, explique l’auteure, elles s’étaient données pour mission de rompre avec les déterminismes biologiques de la différence sexuelle. Or, pour Rafaela Cyrino, d’une certaine manière, cette perspective était déjà actée par le monde médical lui-même, qui a accepté que le sexe ne soit pas seulement biologique. Il aurait donc fallu s’attaquer à « l’identité de genre » qui « a été traitée comme un des aspects du développement normal de l’individu » (p. 139), et qui encore aujourd’hui, nous dit l’auteure, est timidement mise en question. Par ailleurs, au-delà de ce « point aveugle », Rafaela Cyrino interroge le peu de place donnée à l’inventivité et à la plasticité de l’individu, à l’hétérogénéité de la culture au sein d’une même société, et elle appelle à prendre en compte le subjectif pour ne pas tomber dans un déterminisme socio-culturel. En effet, « dans le processus de constitution du sujet [qui est un processus dynamique et plein de contradictions], il y a des normes mais il n’y a pas que des normes » (p. 152). Il s’agirait donc de se débarrasser de l’approche totalisante des normes sociales de genre et de tenter de sortir de la quête de déterminismes pour pouvoir penser l’action de l’individu.

  • 2 Rafaela Cyrino cite Varikas Eleni, « Choses importantes et accessoires : expérience singulière et h (...)

6L’objectif du dernier chapitre est d’approfondir et de montrer les conséquences d’une telle approche. Rafaela Cyrino le répète : « ayant fait une critique du concept d’identité de genre en tant qu’attribut de l’individu, nous voulons, en même temps, affirmer qu’un concept de genre social, déconnecté des rapports entre les individus dans leurs dimensions multiples (sociales, subjectives et symboliques), peut se révéler également réducteur » car c’est « ignorer la dynamique de la vie sociale » (p. 175). L’auteure s’attache alors à déplacer le centre d’intérêt vers la construction discursive de la différence sexuelle pour sortir du rapport entre sexe et genre. Si les féministes des années 1970 ont montré la variabilité de la construction du genre social, celles des années 1980 ont dénoncé le caractère naturalisé du sexe biologique, sans pour autant réussir à sortir de la dispute nature/culture qui rend impossible la concentration sur la différence sexuelle en tant que signe. Ce faisant, cela rend difficile d’envisager le double processus de constitution de l’individu, entre assujettissement et devenir sujet, qui est au cœur de l’analyse d’Eléni Varikas2. En effet, « la vision déterministe réduit, voire efface, la possibilité d’envisager un individu non assujetti car elle reste concentrée sur la logique de la causalité et de la prévisibilité » (p. 199) entraînant l’oubli de la construction sociale du genre par les individus et à travers eux. Par là-même, le genre « reste enfermé dans une logique binaire attribuée au sexe, réduisant notre capacité de penser le monde au-delà de ces paramètres » (p. 207).

  • 3 Rafaela Cyrino cite Delphy Christine, « Penser le genre : problèmes et résistances », in L’Ennemi p (...)

7En conclusion, Rafaela Cyrino en appelle à retirer l’idée du « devenir homme ou femme » du domaine de l’évidence pour le placer dans le domaine de la réflexivité, et à se saisir de la conduite de recherche de Christine Delphy3, par laquelle il s’agit de pouvoir penser les utopies. Malgré l’impression de manque de structure de l’ouvrage, renforcée par la mise en page, Rafaela Cyrino offre une analyse stimulante sur les usages du genre, lesquels tendent à être normalisateurs plutôt que critiques. Elle invite à rester vigilant.e.s quant aux perspectives théoriques et discursives qui font la part belle aux déterminismes, empêchant, dès lors, de penser l’action des individus et leur construction au-delà de la binarité femelle/mâle, féminin/masculin. Rafaela Cyrino termine l’ouvrage par cette pensée utopique mais vivifiante : comment imaginer, et quelle pourrait être, une société où l’on ne demanderait pas le sexe de l’enfant à venir ?

Haut de page

Notes

1 Rafaela Cyrino cite De Beauvoir Simone, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949.

2 Rafaela Cyrino cite Varikas Eleni, « Choses importantes et accessoires : expérience singulière et historicité du genre », Tumultes, n° 23, 2004, p. 61-79.

3 Rafaela Cyrino cite Delphy Christine, « Penser le genre : problèmes et résistances », in L’Ennemi principal. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2009 [1991], p. 241-247.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Debest, « Rafaela Cyrino, Le genre : du déterminisme biologique au déterminisme socioculturel ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 décembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16364

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page