Navigation – Plan du site

Marie-Joe Menozzi (dir.), Les jardins dans la ville entre nature et culture

Christian Guinchard
Les jardins dans la ville entre nature et culture
Marie-Jo Menozzi (dir.), Les jardins dans la ville entre nature et culture, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2014, 362 p., Préface de Claudine Friedberg, ISBN : 978-2-7535-3263-2.
Haut de page

Texte intégral

1Caractérisés par la diversité et la variété des végétaux, porteurs de nouveaux enjeux liés au développement « durable » pour une humanité désormais majoritairement urbaine, les jardins des villes ne sont-ils pas en pleine mutation ? Les contributions réunies dans cet ouvrage les présentent comme autant de possibilités d’expérimentation placées sous l’horizon d’une « biodiversité domestiquée ».

2D’après les premiers textes, regroupés sous le titre « Jardins et paysages », la nature se donne à voir en milieu urbain sur la base de nombreuses médiations et de nombreux paradoxes. Les auteurs relèvent fréquemment l’existence d’une tension entre un modèle horticole ordonné refusant les formes spontanées de développement des espèces et un nouveau modèle plus attentif à la biodiversité.

3Selon Florence Rudolf et Gilles Vodouhe, l’appellation peu usuelle de « quartier jardin », concernant le quartier de Hautepierre à Strasbourg, permet d’affirmer les liens entre le bâti et le végétal. Cependant, rappelant les anciennes formes d’encadrement de l’habitat ouvrier par le patronat dans les « cités jardins » du XIXe siècle, cette expression présente un risque de stigmatisation désignant des populations par elles-mêmes incapables de gérer activement leur environnement. Selon Jean-Valérie Marc et Denis Martouzet, les jardins de Fort de France présentent un foisonnement d’espèces qui s’inscrit dans les attaches des Martiniquais au végétal ainsi que dans des pratiques de résistance à l’augmentation du coût de la vie. Compte tenu de la densité de l’habitat urbain, le jardinage colonise les moindres espaces disponibles. On peut ainsi parler d’une « double densité » ou d’une forte imbrication du végétal cultivé et du minéral construit. Stéphane Angles, Jean-Noël Consalès et Paul Minvielle montrent que l’olivier prend une place particulière dans le Pays d’Aubagne où, parce que les espaces ruraux dédiés à sa culture se rétrécissent, on le retrouve désormais dans de nombreux jardins privés de zones résidentielles. Les possesseurs de jardins prennent ainsi une place prépondérante au sein de la filière oléicole qu’ils dynamisent et leur pratique préserve le paysage.

4Patricia Le Crenn analyse la manière dont les mutations des jardins publics urbains, intégrant les questions environnementales à travers le recours à des plantes dites « spontanées », interrogent fortement l’identité professionnelle des jardiniers. Mais, si l’on peut constater que l’ancien système de valeurs horticoles est en voie de dislocation, un nouveau système, alternatif, n’est pas encore constitué et les jardiniers restent dans un entre deux très inconfortable. Anne Montjaret rappelle que les jardins des hôpitaux furent la base de leur autonomie économique. Son enquête sur quatre hôpitaux parisiens s’attache à montrer que, désormais, les jardins « humanisent » les hôpitaux non seulement en y apportant un cadre propice aux soins mais en offrant la possibilité d’activités par elles-mêmes thérapeutiques. L’auteure souligne cependant que cette fonction n’est pas une nouveauté car le jardinage est depuis longtemps utilisé comme outil de réinsertion dans les hôpitaux psychiatriques. Dominique Prost et Marie-Dominique Ribéreau-Gayon s’intéressent à la manière dont, à Bordeaux, une « culture de la nature en ville » tente de changer l’image très minérale de la ville. Mais faut-il laisser faire la nature une fois qu’on la ramenée en ville ? Si les différents projets apportent des réponses contrastées, ils offrent une palette d’expériences dans lesquelles s’invente une « nature urbaine ». Sandrine Baudry rappelle que les community gardens de New York se sont mis en place, de manière polémique, sur le double constat d’une carence d’espaces verts et d’une multiplication de parcelles inutilisées. Elle souligne que, même si l’on relève un encadrement institutionnel de plus en plus prégnant des pratiques de jardinage, ces espaces de résistance écologique sont autant de revendications d’un nouveau « droit à la ville ».

5Dans la seconde partie, intitulée « Les jardins, espaces de vie », le jardin urbain permet de penser ensemble la qualité de la ville et la qualité de vie… On notera que si, dans une stratégie de marketing territorial, les jardins peuvent servir de vitrines de l’aménagement local, ils peuvent aussi être transformés en espaces de détournement des formes de domination.

6Teddy Arrif compare les usages de deux parcs publics parisiens par les seniors. Il s’intéresse aux attentes qu’expriment ces derniers en termes de nature entretenue et maîtrisée. Mais il constate que l’un des parcs est fréquenté pour le contact avec la nature, l’autre pour les liens de sociabilité. Gilles Maignant et Jérôme Dutozia présentent la manière dont la ville de Nice tente d’agir sur les problèmes de localisation des espaces verts. Ils soulignent l’intérêt d’une attention fine aux variations du contexte urbain, afin d’optimiser la répartition des espaces verts et de rendre leur accès plus équitable. Sandrine Gombert-Courvoisier, Francis Ribeyre, Anne-Marie Meyer, Jean-Marc Quitté et Olivier Ballesta rappellent que, dans leurs appréciations de leur environnement, les habitants ne voient pas les aspects écologiques et sociaux négatifs (utilisation de produits chimiques, conflits d’usages…) qui peuvent résulter de l’entretien des jardins urbains. Barbara Montbureau, Isabelle Thenadey et David Leguyadere présentent l’expérience du Transformateur à Saint-Nicolas de Redon. Il s’agit d’un ancien espace de « rebut » attribué à des bénévoles pour l’aménager « de manière douce » en créant de nouveaux liens sociaux et en renouant avec le monde rural et même avec le travail agricole. Kaduna-Ève Demailly montre que les jardins partagés de l’est parisien sont des « vecteurs de naturabanité ». Elle constate que ce ne sont pas les nouveaux habitants aisés de ces quartiers, mais plutôt des retraités vivant modestement qui s’y retrouvent, dans un certain « entre-soi ».

7Le gouvernement américain a tenté, au XIXe siècle, de transformer en fermiers sédentaires les Indiens chasseurs et nomades des plaines. Sophie Gergaud explique comment, après une période de rejet des jardins qu’on leur imposait dans ce processus d’acculturation, les Lakotas ont opéré une sorte de retournement, transformant le jardinage en un moyen d’affirmation de leur identité. Si le Lycée aristotélicien et l’Académie platonicienne étaient des espaces intégrant gymnases et bibliothèques, on cultivait des navets et des fèves dans le Jardin bien plus modeste d’Épicure... Soulignant l’originalité de cette dimension pratique, Éric Faure montre que le Jardin est une « enclave thérapeutique » propice à la frugalité, à la sérénité et à l’amitié ainsi qu’au rejet des vanités sociales.

8La troisième partie de l’ouvrage, intitulée « Les Jardins, espaces de biodiversité », repose sur le constat qu’avec l’avènement de l’écologie scientifique, l’idée de nature cède la place à celle de biodiversité. Notre conception de la ville ainsi que notre manière de la développer, en prenant conscience de nos responsabilités, s’en trouvent transformées.

9Philippe Clergeau montre comment, à propos de l’avifaune, l’hétérogénéité du paysage permet de moduler la diversité des espèces présentes en ville. Pour le comprendre, il faut penser les espaces de verdure sous forme de réseaux dans lesquels la faune se déplace. Audrey Marco, Carole Bathélémy et Valérie Bertaudière-Montès nuancent l’idée d’une généralisation du modèle culturel « thuya-géranium-gazon » dans les zones périurbaines et pavillonnaires. D’après eux, la diversité floristique ne relève pas seulement des patrons culturels déterminant une esthétique uniforme. Elle est liée à la diversité des pratiques, aux échanges entre jardiniers ainsi qu’aux caractéristiques matérielles de l’environnement. Selon Patricia Pellegrini, Noël Maurel, Bernadette Lizet et Nathalie Machon, les pieds d’arbres jardinés sont susceptibles de « faire trame ». Les auteurs montrent que cette trame peut être spatialement discontinue mais qu’elle est tissée par les relations sociales des personnes agissant sur ces espaces jardinés. Ils évoquent, à propos de ces pratiques, une « biodiversité bigarrée » bouleversant les frontières entre le « spontané » et le « cultivé ». L’enquête de Marianne Cohen, Raymond Baudoin, Isabelle Dajoz, Michel Godron, Étienne Grésillon, Milena Palibrk, Nicolas Cornet et Raphaël Simon sur les jardins de deux quartiers parisiens montre que c’est dans l’est de la capitale, où résident des ménages aux revenus moyens et modestes, que la biodiversité s’affirme davantage.

10Partant de la démarche d’un collectif d’artistes marseillais visant à « ré/enchanter le territoire » à partir de la « biodiversité ordinaire », Carole Barthélémy et Jean-Noël Consalès affirment que le jardin urbain devient un « véritable outil de médiation culturelle et environnementale » dans des démarches plus sensibles que scientifiques et techniques. Lieux potentiels de reproduction des moustiques, les jardins privés qui participent à l’affirmation de l’identité réunionnaise, étaient au centre des préoccupations sanitaires lors de l’épidémie de chikungunya de 2005-2006. Dominique Soulancé, Daniel Bley, Maryse Gaymard et Nicole Vernazza-Licht, ont pu constater que 18 mois après l’épidémie, une grande partie de la population avait suivi les conseils de prévention en transformant leurs pratiques concernant les eaux stagnantes et les lieux propices à la ponte des moustiques.

11Afin de bien comprendre ces « ailleurs » permettant de redéfinir et peut-être de transformer notre condition urbaine, Marie-Joe Menozzi conclut sur une très judicieuse mobilisation de la notion d’« hétérotopie » qu’elle emprunte à Michel Foucault.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Guinchard, « Marie-Joe Menozzi (dir.), Les jardins dans la ville entre nature et culture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 décembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16370

Haut de page

Rédacteur

Christian Guinchard

Maître de conférences HDR en sociologie, Université de Franche Comté.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page