Navigation – Plan du site

Éric Wittersheim, Supporters du PSG. Une enquête dans les tribunes populaires du Parc des Princes

Ludovic Lestrelin
Supporters du PSG
Eric Wittersheim, Supporters du PSG. Une enquête dans les tribunes populaires du Parc des Princes, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Perspectives anthropologiques », 2014, 152 p., ISBN : 9782356873576.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mignon Patrick, La passion du football, Paris, Odile Jacob, 1998, p. 223.

1Classe dangereuse ou idiots culturels, les supporters de football font régulièrement l’objet de condamnations morales et d’un traitement médiatique prisonnier du sens commun. Composer avec ces représentations négatives s’avère d’autant plus délicat que l’on entend prendre pour terrain d’enquête le Paris-Saint-Germain (PSG) et en particulier le Kop de Boulogne, une tribune à l’image sulfureuse, comme le fait l’ouvrage de l’anthropologue Eric Wittersheim. On est alors « immédiatement tenté de mettre en avant le hooliganisme et l’engagement à l’extrême-droite comme caractéristiques essentielles de l’engouement pour le football »1. Prenant le contre-pied de tels réflexes, le livre s’affranchit pertinemment de la dimension polémique du sujet, refroidit l’objet et, sans nier l’existence d’éléments violents et racistes, s’attache plutôt à replacer l’étude des supporters dans une perspective plus large, celle d’une sociologie des classes populaires.

2L’ouvrage est tout aussi original par le dispositif méthodologique qui le sous-tend. Sa temporalité, d’abord, surprend. Les résultats présentés reposent, en effet, sur une enquête ethnographique menée entre 1993 et 1995, « une époque durant laquelle [les] supporters firent souvent parler d’eux », comme le relève l’auteur (p. 8). Récemment racheté par Canal Plus, le club parisien doit alors composer avec des débordements violents très médiatisés qui précipitent la rédaction de la loi dite Alliot-Marie, pilier de la lutte contre le hooliganisme en France. Les dirigeants du PSG se dotent d’un département supporters et de stadiers. Ils encouragent également la création de nouveaux groupes dits ultras. L’option prise par Éric Wittersheim n’est pourtant pas de se focaliser sur ces collectifs organisés de supporters, comme c’est souvent le cas des études sociologiques menées sur le public du football.

3L’enquête suit un groupe informel de supporters, à savoir une bande d’une dizaine d’amis, âgés de 25 à 35 ans, qui construisent des habitudes, une certaine organisation de l’expérience du suivi du club. Fréquentant le Parc des Princes de longue date, ils disposent tous d’un abonnement à l’année dans la tribune jaune du Kop de Boulogne. Introduit dans le groupe par l’entremise de son réseau amical, s’appuyant sur un informateur privilégié, Eric Wittersheim a pu observer une trentaine de matchs en leur compagnie. Il a également participé aux soirées télévisées qu’ils organisent lors des rencontres du PSG jouées « à l’extérieur ». Les observations ont été couplées à des entretiens individuels et de groupe (sans que l’on en sache plus) et au relevé d’articles de presse.

  • 2 La France expérimente ainsi des mutations à l’œuvre dans les stades anglais depuis les années 1990. (...)

4Les coulisses de la recherche sont restituées dans l’avant-propos du livre, rédigé en septembre 2014, qui permet en outre de situer le travail dans une certaine actualité. L’auteur s’interroge : « On est […] en droit de se demander si cette publication, vingt ans après l’achèvement de l’enquête, est opportune » (p. 9). C’est que le contexte a depuis beaucoup changé. Les affrontements récurrents entre groupes parisiens en 2005 et le décès de deux supporters du club en 2006 puis 2010 ont abouti, d’une part, au durcissement des textes législatifs d’encadrement du supportérisme au niveau national et, d’autre part, à la mise en place d’un plan de pacification drastique du Parc des Princes passant par la disparition des associations créées dans les années 1980 et 1990 et par le placement aléatoire des abonnés dans les tribunes (tant et si bien que l’appropriation d’un secteur du stade par un groupe d’amis, telle qu’elle a été observée par Eric Wittersheim, n’est plus possible aujourd’hui). Depuis 2011, le PSG est par ailleurs détenu par un puissant fonds d’investissement qatari, recrutant des vedettes internationales, cherchant à rayonner sur la scène européenne et faisant des matchs une expérience de divertissement inspirée des parcs d’attraction. Hausse généralisée du prix des places, émergence des figures du fan (sensible aux stars et aux produits dérivés) et du flâneur (en quête d’émotions et de spectacle)… la sociologie du public du Parc des Princes s’est profondément transformée2. L’ouvrage n’évoque que rapidement ces changements. Ceux-ci restent donc à documenter de manière rigoureuse. Mais le travail d’Eric Wittersheim n’en demeure pas moins actuel par les questions qu’il soulève.

  • 3 Sur ce point, voir la tribune du sociologue Stéphane Beaud, « De la difficulté de prendre le footba (...)
  • 4 Augé Marc, « Football. De l’histoire sociale à l’anthropologie religieuse », Le Débat, n° 19, 1982, (...)

5C’est l’objet de la première partie du livre que de faire le point sur la littérature produite sur le football. Après avoir rappelé la faible légitimité dont disposent les recherches menées sur cet objet dans le champ des sciences sociales3, l’auteur pointe trois problèmes principaux. Le premier est celui de la surinterprétation et du piège du symbolisme, impasses auxquelles conduit une anthropologie sans ethnographie. Eric Wittersheim critique les dérives langagières, notamment les métaphores religieuses, censées dire la passion mais qui ne sont bien souvent qu’effets de style sans assise empirique solide. Cela l’amène, plus tard, à discuter de la « tentation religieuse » d’interprétation des spectacles sportifs de masse : les textes de Marc Augé et Christian Bromberger, la notion de rituel, la place des émotions et le statut de la croyance font l’objet de réflexions percutantes4.

6La deuxième difficulté tient, selon l’auteur, à la focalisation excessive des chercheurs sur les phénomènes et les individus les plus extraordinaires des stades, ceux qu’il nomme les « supporters virtuoses ». Force est de constater, en effet, que l’essentiel de la recherche documente l’univers très visible et spectaculaire des ultras et des hooligans, le risque résidant alors dans les généralisations abusives. « Quid de tous ces supporters “ordinaires” et pourtant engagés durablement aux côtés d’un club ? » (p. 31).

  • 5 Voir : Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme (...)
  • 6 Ehrenberg Alain, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991 ; Elias Norbert, Dunning Eri (...)

7Le troisième et dernier type de problèmes est classique lorsque l’on s’intéresse aux loisirs populaires5. Il s’agit de la difficulté à penser les publics du football autrement que par la négative : passivité des spectateurs, idolâtrie à l’égard des joueurs sont des prénotions largement partagées qui trouvent leur expression savante dans les thèses de la dépossession culturelle et de l’aliénation. Le passage en revue des travaux portant sur ce sport s’achève par une discussion de la place de la violence, envisagée comme une manière de participer au spectacle. Les travaux d’Alain Ehrenberg et Norbert Elias sont ici sollicités6.

  • 7 Hoggart Richard, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970.

8La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à ce que font concrètement les individus. À cette fin, Eric Wittersheim inscrit son étude des modalités d’adhésion au spectacle sportif dans le sillage du travail de Richard Hoggart sur le style de vie des classes populaires anglaises des années 1950 et de leur rapport à la presse7. D’autres travaux fondamentaux sont également utilisés (Elias, Mauss). L’auteur met en évidence le va-et-vient constant entre engagement et distanciation, sérieux et non-sérieux. Assister et regarder ne sont pas synonymes d’adhésion : les supporters manient humour et dérision, font preuve d’un regard critique et d’une certaine distance au rôle qui rappellent « l’attention oblique » et « l’adhésion à éclipses » dont parle Jean-Claude Passeron dans sa préface au livre de Hoggart. Loin des descriptions de supporters survoltés et comme possédés, le livre dessine le portrait d’un homme des stades bien plus complexe.

9Que viennent chercher les individus dans le football ? L’auteur propose une reconstitution idéal-typique d’une soirée, un jour de match au Parc et lors des retransmissions télévisées des rencontres du PSG. Il montre en creux combien ces expériences sont fondamentalement collectives. Partager des émotions et une ambiance avec ses camarades et, surtout, passer du temps ensemble sont des ingrédients essentiels du plaisir ressenti. À la chaleur des regroupements et au sentiment communautaire largement imaginé s’ajoute l’excitation de l’excès, de la mauvaise foi et de la violence verbale qui s’expriment durant le match.

10À la question de savoir si la publication de cette enquête est opportune, la réponse est finalement positive. Le livre aurait certes pu exploiter plus avant certaines perspectives théoriques. Évoquée, la notion de cadre empruntée à la sociologie d’Erving Goffman est de celles-ci. Ouvrir la boîte à outils goffmanienne pour saisir l’univers des supporters de football, voilà par exemple l’une des pistes de recherche stimulantes, parmi d’autres, offertes par ce travail. C’est là l’un des mérites de l’ouvrage d’Éric Wittersheim, celui de poser des jalons pour construire une sociologie de la réception du spectacle sportif, fondée sur des enquêtes de terrain attentives aux pratiques des supporters, notamment les plus ordinaires.

Haut de page

Notes

1 Mignon Patrick, La passion du football, Paris, Odile Jacob, 1998, p. 223.

2 La France expérimente ainsi des mutations à l’œuvre dans les stades anglais depuis les années 1990. Sur les figures du fan et du flâneur, voir : Giulianotti Richard, « Supporters, Followers, Fans and Flaneurs. A Taxonomy of Spectator Identities in Football », Journal of Sport & Social Issues, vol. 26, n° 1, 2002, p. 25-46.

3 Sur ce point, voir la tribune du sociologue Stéphane Beaud, « De la difficulté de prendre le football au sérieux », L’Obs, 11 juin 2014 : http://tempsreel.nouvelobs.com/coupe-du-monde-le-foot-c-est-du-serieux/20140611.OBS0053/de-la-difficulte-de-prendre-le-football-au-serieux.html.

4 Augé Marc, « Football. De l’histoire sociale à l’anthropologie religieuse », Le Débat, n° 19, 1982, p. 59-67 ; Bromberger Christian (avec Hayot Alain, Mariottini Jean-Marc), Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995.

5 Voir : Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil, 1989.

6 Ehrenberg Alain, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991 ; Elias Norbert, Dunning Eric, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

7 Hoggart Richard, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Lestrelin, « Éric Wittersheim, Supporters du PSG. Une enquête dans les tribunes populaires du Parc des Princes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/16422

Haut de page

Rédacteur

Ludovic Lestrelin

Maître de conférences, Université de Caen Basse-Normandie, CesamS EA 4260.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page