Navigation – Plan du site

Olivier Esteves, Sébastien Lefait, La question raciale dans les séries américaines

François-Ronan Dubois
La question raciale dans les séries américaines
Olivier Esteves, Sébastien Lefait, La question raciale dans les séries américaines. The Wire, Homeland, Oz, The Sopranos, OITNB, Boss, Mad Men, Nip/Tuck, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Monde et sociétés », 2014, 220 p., ISBN : 978-2-7246-1615-6.
Haut de page

Texte intégral

1Rares sont les problèmes sociaux à occuper une place plus importante, dans le débat public étasunien, que celui de la question raciale. Or, dans la mesure où la télévision est à la fois conçue comme le reflet de la société, un reflet qui se devrait fidèle, et le vecteur potentiel de ses changements, bons ou mauvais, il est inévitable que la télévision étasunienne soit affectée, en premier lieu peut-être parmi les médias, par cette question raciale. Souvent comprise, ainsi que le rappellent Olivier Esteves et Sébastien Lefait, comme un enjeu de représentativité, c’est-à-dire comme un problème de manifestation des minorités invisibilisées par le jeu politique et social, la question raciale, du point de vue médiatique, est en réalité plus complexe que la simple quantification par ethnies des acteurs, des personnages ou des intervenants. C’est l’exploration de cette complexité que La question raciale dans les séries américaines se propose comme tâche, en accordant une attention particulière à la production fictionnelle et, en son sein, aux séries télévisées longues de plusieurs saisons. Sans doute en effet constituent-elles les programmes les plus spécifiques et les plus influents de la télévision étasunienne depuis les années 1990 au moins.

2Plutôt que de proposer un panorama de toute la production fictionnelle, qu’il serait difficile de rendre exhaustif, O. Esteves et S. Lefait s’engagent dans des analyses détaillées, à partir d’un corpus restreint de huit séries : Homeland, The Wire, Oz, Boss, Mad Men, Nip/Tuck, The Sopranos et Orange is the New Black. Ces séries sont choisies à la fois pour leur qualité et pour leur succès critique ou commercial. Largement reconnues par les journalistes spécialisés et par les travaux académiques des dix dernières années comme des programmes marquants des deux dernières décennies, ces huit séries sont représentatives d’un nouvel âge d’or de la télévision étasunienne, abondamment commenté par les spécialistes des médias. À l’intérieur de chacune de ces séries, les auteurs sélectionnent une scène dont ils proposent une interprétation détaillée, appuyée d’un côté sur une contextualisation rigoureuse et l’identification systématique des références politiques et culturelles présentes dans la séquence, et de l’autre sur une description précise des procédés cinématographiques mis en œuvre. Cette attention portée à la scène particulière, significative, offre ainsi la perspective originale de ne pas réduire la série télévisée à un programme de masse, dans tous les sens du terme, qui se consommerait et ne ferait son effet que dans la répétition de ses procédés et le martèlement de son discours, mais au contraire d’appliquer aux scènes de série le même degré d’exigence stylistique qu’à celui du discours cinématographique.

3Il serait bien sûr difficile de résumer ici en quelques mots le détail de chacune des huit analyses proposées par les auteurs, mais il est néanmoins possible de présenter quelques-unes de leurs conclusions d’ensemble. C’est ainsi, bien sûr, la question du stéréotype racial qui émerge en premier lieu dans chacune des analyses, à la fois parce que celui-ci est thématisé par chacune des séries et parce qu’il constitue un horizon d’attente, souhaité ou redouté, pour le téléspectateur. Pour les personnages, tout le problème consiste à incarner ou à refuser d’incarner un stéréotype : les Italiens de naissance étasunienne présentés par la scène des Sopranos investissent un héritage reconstruit a posteriori ; Bubbles, dans The Wire, incarne malgré lui, et avec une certaine lassitude, le personnage du criminel noir ; au contraire, Nicholas Brody renverse le type de l’Arabe terroriste, puisque, s’il est effectivement musulman et qu’il prépare un attentat, il n’est pas arabe. En réalité, si chacune des séries propose, à l’intérieur de sa diégèse, le stéréotype racial comme une nécessité psychologique indépassable et intériorisée, la distance de la représentation en interroge la validité et les apories.

4Le dispositif télévisuel déplace ainsi les problèmes d’identité raciale propre vers les problèmes de la représentation de cette identité, que celle-ci soit technico-médiatique ou politique. Dans Boss et dans Orange is the New Black, la question de la représentation électorale est au cœur des séquences étudiées. Or, dans l’une et l’autre, les fondements ethniques des scrutins, qui paraissent en premier lieu servir les intérêts de chaque groupe en leur permettant d’élire des représentants à leur image, sont en réalité manipulés par l’autorité blanche du maire, dans Boss, ou du directeur du pénitencier, dans Orange is the New Black. La représentation ethnique devient alors l’adjuvant d’une autorité stable et continue, celle du melting pot plus que du salad bowl, où l’homme blanc émerge toujours en dominateur. Parallèlement, la possibilité de représenter fidèlement, c’est-à-dire de filmer, la question raciale est proposée à l’analyse par les séquences tirées de Mad Men, Oz ou Nip/Tuck. Mad Men et Nip/Tuck offrent une variation sur la blackface, sur la coloration du Blanc en Noir, soit comme geste raciste, soit comme geste revendicatif. Dans un cas comme dans l’autre, les analyses d’Esteves et Lefait soulignent que le phénomène est loin de pouvoir toujours se réduire aux interprétations simplistes que les critiques un peu rapides peuvent en faire. La complexité même des séquences proposées disqualifie toute possibilité de résolution univoque de la question raciale dans les termes d’une expertise extérieure ou d’un protocole quantitatif ; seule l’activité interprétative élaborée par et à partir du discours est susceptible d’amener des progrès dans le débat politique.

5Évidemment, le discours télévisuel est passible en premier chef des critiques qu’il adresse aux autres modes de représentation raciale, qu’il s’agisse de la parade du Columbus Day évoquée dans The Sopranos ou de la blackface de Mad Men. Cette dernière série, les auteurs le rappellent, a souvent été accusée d’invisibiliser les Noirs dans sa reconstruction historique et sa réponse a été de traiter la question raciale par la blackface, c’est-à-dire par l’incarnation outrée des Noirs par les Blancs, plutôt que d’augmenter, dans un pur protocole quantitatif semblable aux ersatz de représentation électorale évoqués plus tôt, le nombre de personnages noirs à l’écran. La séquence tirée de Oz traite également du rapport entre l’image filmée et la réalité sociale, quand un détenu noir se fait piéger pour le meurtre d’un codétenu grâce à une preuve indubitable : l’enregistrement de la caméra de surveillance. L’épisode révèle progressivement que l’enregistrement a été manipulé, remettant en doute la capacité de l’image filmique à jamais représenter fidèlement le réel et mettant en garde contre la croyance naïve en un rapport mimétique simple et univoque.

6On le comprend, les séries mises en avant par Esteves et Lefait, créées et développées par des chaînes, des scénaristes, des producteurs et des réalisateurs divers, se caractérisent toutes par un haut degré d’élaboration, qui ne s’exprime cependant pas en un discours explicite et éditorialiste, mais en une performance visuelle et stylistique. La série jugée de qualité, par ses moyens propres, ne saurait être la simple représentation d’une question raciale extérieure à elle  ; au contraire, elle interroge elle-même la possibilité de cette représentation et les dangers d’une résolution simpliste et quantitative d’un problème qui appelle au contraire le débat patient de différentes communautés interprétatives.

7À tous égards, La question raciale dans les séries américaines est un ouvrage essentiel, dont la qualité irréprochable s’exprime tout autant par sa clarté pédagogique que par la finesse et la subtilité de nombre de ses analyses. Sans jamais se détacher d’une contextualisation précise et documentée des problèmes sociaux et historiques évoqués par les séries, qui donne tout crédit aux interprétations proposées, l’ouvrage, grâce à sa méthode de micro-analyse, fait clairement voir la profondeur possible du discours télévisuel, tout du moins de celui des séries télévisées, et sentir les insuffisances d’un traitement global, idéologique et non interprétatif de ces documents. L’ouvrage se présente donc comme une lecture de première force pour toute réflexion sur la question raciale aux États-Unis et comme un exemple d’analyse télévisuelle réussie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Olivier Esteves, Sébastien Lefait, La question raciale dans les séries américaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/16425

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Stendhal Grenoble 3 (UMR LIRE, EA RARE), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page