Navigation – Plan du site

Stanislas Morel, La médicalisation de l’échec scolaire

Kevin Diter
La médicalisation de l'échec scolaire
Stanislas Morel, La médicalisation de l'échec scolaire, Paris, La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire », 2014, 210 p., ISBN : 978-2-84303-255-4.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Stanislas Morel peut de prime abord donner une impression de déjà vu ou de déjà lu, tant les questions de l’échec scolaire, de ses causes et de ses traitements ont été investies par de nombreuses disciplines depuis plus d’un demi-siècle. Il s’agit pourtant d’une enquête tout à fait originale et vivifiante. Plutôt que d’entrer dans l’espace très compétitif des analyses susceptibles d’expliquer et de rendre compte des « ratés scolaires » et de devoir ensuite prendre position en faveur de certaines et contre d’autres, l’auteur propose de déplacer le regard. Il invite pour ce faire à prendre pour objet de recherche non pas l’échec scolaire en tant que tel mais l’ensemble des approches théoriques concurrentes qui visent à en expliquer l’origine et à y remédier. Son objectif est de comprendre pourquoi et comment les préceptes médico-psychologiques se sont progressivement imposés comme les registres interprétatifs légitimes des difficultés scolaires, au détriment des explications sociologiques ou pédagogiques. En d’autres termes, Stanislas Morel entend réaliser la sociogenèse d’une idéologie dominante dans le domaine de l’éducation. Pour mener à bien ce projet, l’auteur met tout d’abord en œuvre une sociohistoire de l’échec scolaire. Il y détaille les différentes manières dont ce problème politique et social a été défini et redéfini au fil du temps, puis retrace, pour chaque période, la position plus ou moins centrale accordée aux diagnostics et aux traitements médico-psychologiques. Après avoir exposé ce que la médicalisation des difficultés scolaires devait aux transformations sociales, aux experts et aux hauts fonctionnaires en charge des questions scolaires, il se focalise sur le rôle joué par les différents professionnels du soin et de l’éducation, ainsi que sur les raisons qui les ont poussés à participer à cette redéfinition des inégalités et à sa large diffusion. Il complète enfin son travail par la mise en exergue de la contribution des parents à ce processus. Les mobilisations pour la « cause de leur enfant » entrainent la reconnaissance de certains diagnostics et de certains professionnels du soin plutôt que d’autres, et favorisent dans le même temps le transfert de la légitimité pédagogique en dehors du monde scolaire.

  • 1 C’est le cas par exemple de la dyslexie, comme l’indiquent Roger Mucchielli et Arlette Mucchielli-B (...)

2Dans son premier chapitre, l’auteur s’applique à expliciter la notion polysémique de médicalisation qui ouvre à une pluralité de perspectives de recherche. Ici, elle est comprise comme « le processus qui conduit un élève en difficulté dans le cadre scolaire à être appréhendé en tant qu’individu nécessitant des ‘‘soins’’ » et devant consulter des spécialistes qui appartiennent aux professions médicales ou exercent dans des établissements sous tutelle médicale. Ce processus, poursuit-il, ne peut être envisagé comme le seul résultat d’innovations scientifiques ou de progrès technique dans la mesure où les catégories diagnostiques les plus utilisées actuellement datent toutes de plus d’un siècle1. Il doit donc davantage être pensé comme un phénomène historiquement situé dont il s’agit de décrire les conditions sociales de possibilité. Cette perspective permet de dénaturaliser le concept de médicalisation, offrant ainsi la possibilité de la percevoir comme une interprétation possible de l’échec scolaire dont l’autorité et l’importance varient selon l’état des rapports de force qui existent entre les acteurs luttant pour imposer leur définition du problème.

  • 2 Cette augmentation est mécanique car elle fait suite à la démocratisation de l’enseignement.
  • 3 Pour ces derniers, l’échec scolaire serait dû, entre autres choses, à des déficiences intellectuell (...)
  • 4 Comme pouvait l’être par exemple les politiques des zones d’éducation prioritaires (ZEP) dans les a (...)

3Les deux chapitres suivants s’attachent à détailler et à dépeindre l’évolution, au cours des cinquante dernières années, de la place des réponses médico-psychologiques dans l’espace des solutions proposées pour remédier aux difficultés scolaires. Deux périodes sont distinguées : une première où la médicalisation est controversée et une seconde où elle apparaît comme « décomplexée ». Si, dans les années 1960-1980, le recours aux interprétations médico-psychologiques est limité et contesté malgré l’augmentation mécanique du nombre d’élève en échec scolaire2, c’est parce que les inégalités sociales et culturelles représentent le cadre principal d’analyse de l’échec scolaire, aussi bien pour les gouvernants et les universitaires que pour les professionnels du soin et de l’éducation. Les théories génétiques ou innéistes de « l’enfance inadaptée »3 sont donc vivement critiquées et perdent une grande part de leur pouvoir explicatif. À partir des années 1990, on assiste au contraire à un regain voire à une propagation des thèses biologiques. Ce renversement de la hiérarchie des interprétations trouve son origine dans la redéfinition de l’échec scolaire. Mesuré par l’absence de diplôme, il constitue dorénavant la preuve de la déroute de la démocratisation scolaire et la remet en cause. L’échec scolaire traduit surtout, pour l’État et ses experts, l’incapacité de l’école à transmettre les compétences de base à tous les enfants comme à prendre en compte leurs « besoins spécifiques ». En recentrant les politiques éducatives sur les savoirs fondamentaux et sur l’individualisation des enseignements plutôt que sur la mise en place de discrimination positive4, l’échec scolaire est à nouveau perçu légitimement et institutionnellement comme un phénomène individuel dont la prise en charge doit l’être tout autant.

4Le chapitre 4 se situe du côté des enseignants et de leur rôle dans la diffusion de la médicalisation de l’échec scolaire. Il met au jour les logiques qui poussent ces derniers à recourir aux professionnels du soin pour diagnostiquer et traiter les élèves en difficulté, au risque de voir leur expertise dans le domaine de l’éducation s’affaiblir un peu plus. Les professeurs font tout d’abord appel aux orthophonistes et/ou aux psychologues pour répondre aux nombreuses injonctions auxquelles ils font face et notamment à celle, particulièrement forte, d’être réactifs face aux problèmes scolaires des élèves. Il leur est demandé d’appliquer la logique de précaution, c’est-à-dire de tout mettre en œuvre, le plus rapidement possible, pour déceler, interpréter et corriger les difficultés des enfants, y compris en mobilisant leurs « partenaires » des secteurs médico-sociaux. D’autre part, s’ils sollicitent ces derniers, ce peut être aussi dans le but de faciliter leur travail pédagogique en leur déléguant en partie le soin des élèves les plus en difficulté. Enfin, les enseignants contribuent à la médicalisation de l’échec scolaire en s’appropriant les catégories de classement et de pensées des orthophonistes qu’ils sont amenés à côtoyer, puis en reprenant les schèmes d’explication psychologiques, qui présentent, pour eux, l’avantage d’offrir des solutions directement applicables et de les décharger de la responsabilité des difficultés de leurs élèves.

  • 5 Les CMPP sont les institutions les plus sollicitées pour apporter de l’aide aux enfants en difficul (...)

5Stanislas Morel poursuit son travail par la description du secteur médico-social en charge de l’échec scolaire. Ce dernier, très concurrentiel, voit s’opposer deux principaux pôles : celui d’inspiration psychanalytique (qui se retrouve dans les centres médico psychopédagogique5) et celui des partisans des neurosciences cognitives (qui officient dans les centres de référence du langage). Si tous ces acteurs s’accordent sur la nécessité de recourir à des spécialistes en cas de problèmes scolaires, leurs diagnostics et leurs choix thérapeutiques divergent radicalement. Pour les premiers, l’échec scolaire est le signe d’un ensemble plus large de troubles psychoaffectifs, souvent inconscients, qu’il convient de détecter et de soigner par des psychothérapies. La place de l’orthophonie et de la psychomotricité y est quelque peu subsidiaire, tout comme la question du progrès scolaire. Pour les seconds, en revanche, l’échec scolaire est un trouble d’origine organique voire génétique qui doit être mesuré et classé à l’aide d’épreuves standardisées. Son traitement passe par la mise en œuvre d’une « pédagogie scientifique » intensive dispensée par les orthophonistes et qui peut être accompagnée, selon les cas, d’une prescription médicamenteuse. L’amélioration des élèves est ici un élément important dans la mesure où il sert à évaluer le travail d’appréciation et de palliation des différents spécialistes.

6L’auteur s’interroge ensuite sur les rapports que les professionnels du soin entretiennent avec le monde de l’éducation et avec leurs « partenaires » enseignants. Si les échanges sont parfois féconds, un sentiment d’incompréhension en ressort le plus souvent et se traduit par une mise à distance réciproque des deux parties. Ce relatif rejet du travail en commun se comprend par la présence de luttes (inégales) dans les manières de concevoir l’éducation et de prendre en charge l’échec scolaire. Plus dotés en capitaux et plus autonomes dans leurs pratiques que les enseignants, les professionnels du soin occupent une position dominante dans le rapport de force. Ils imposent leurs visions aux instituteurs et, ce faisant, les contraignent à renoncer à certaines de leurs prérogatives.

7Enfin, l’ouvrage attire l’attention sur le rôle des parents dans la médicalisation de l’échec scolaire. Loin d’être des acteurs passifs, les parents se mobilisent corps et âme pour que les difficultés scolaires de leurs enfants soient diagnostiquées, pour que ces diagnostics soient les moins stigmatisants possibles et pour leur permettre de poursuivre au maximum une scolarité « normale ». Devenus spécialistes de l’échec scolaire par obligation, ils font jouer les divergences et concurrences existant entre les professionnels du soin et « choisissent » la prise en charge qu’ils jugent la mieux adaptée. De plus, ils peuvent être amenés à utiliser les interprétations médicales et les prescriptions des spécialistes pour obtenir des enseignants une révision de leur jugement sur les difficultés scolaires de leur enfant et la mise en place d’aménagements permettant d’y remédier. Les mobilisations parentales décrites sont surtout le fait des classes moyennes et supérieures. Par conséquent, de nouvelles inégalités entre les enfants apparaissent dans la prise en charge des difficultés à l’école, qui viennent s’ajouter aux inégalités bien connues de la réussite scolaire.

8Au final, l’ouvrage de Stanislas Morel apporte non seulement des éléments de réflexion en sociologie de l’éducation, en sociologie de la médicalisation et en sociologie de l’action publique, mais il réussit également le tour de force de montrer pourquoi et comment se développe et se naturalise une nouvelle norme dans le domaine éducatif, et les conséquences qu’elle produit sur les principaux acteurs qui ont participé à sa mise en forme et à sa légitimation. La perte de légitimité des instituteurs en matière d’éducation au profit des professionnels de santé amène le lecteur à s’accorder sur la phrase de Clemenceau parodiée par l’auteur : la question scolaire est une chose trop importante pour la laisser aux seuls médecins.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas par exemple de la dyslexie, comme l’indiquent Roger Mucchielli et Arlette Mucchielli-Boursier. Cf. Mucchielli R. et Mucchielli-Boursier A., La dyslexie, maladie du siècle, Paris, ESF, 1963.

2 Cette augmentation est mécanique car elle fait suite à la démocratisation de l’enseignement.

3 Pour ces derniers, l’échec scolaire serait dû, entre autres choses, à des déficiences intellectuelles ou à des troubles psychologiques ou psychopathologiques qu’il faudrait dépister et prendre en charge dans des établissements spécifiques, à même de rééduquer les enfants « instables » et « caractériels ».

4 Comme pouvait l’être par exemple les politiques des zones d’éducation prioritaires (ZEP) dans les années 1980.

5 Les CMPP sont les institutions les plus sollicitées pour apporter de l’aide aux enfants en difficulté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Diter, « Stanislas Morel, La médicalisation de l’échec scolaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 décembre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/16569

Haut de page

Rédacteur

Kevin Diter

Doctorant en sociologie à l’Inserm, allocataire IEC du DIM « Genre, inégalités et discriminations » de la région Île-de-France

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page