Navigation – Plan du site

Matthieu Rey (dir.), « Militaires et pouvoirs au Moyen-Orient », Vingtième Siècle, n° 124, octobre-décembre 2014

Pierre France
Militaires et pouvoirs au Moyen-Orient
Matthieu Rey (dir.), « Militaires et pouvoirs au Moyen-Orient », Vingtième siècle, n°124, octobre-décembre 2014, 252 p., Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3387-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « L'Amérique latine des régimes militaires », Vingtième Siècle, n° 105, 2010.
  • 2 Voir par exemple le dossier « Le rôle des armées dans les transformations du monde arabo-musulman » (...)
  • 3 C’est le commentaire que fait le politiste F. Gregory Gause III dans Foreign Affairs en 2011 : http (...)

1Dans la continuité d’un précédent numéro sur les régimes militaires en Amérique Latine1, Vingtième siècle propose ici une relecture de l’histoire de plusieurs pays du Moyen-Orient via l’étude de leurs armées. Loin d’être un sujet central, celle-ci a été négligée avant 2011 et récemment redécouverte2 par les spécialistes de la région (le « mythe de la stabilité autoritaire » laissant penser que l’armée était devenue un acteur inséparable des régimes politiques arabes, leur étude en soi n’avait plus d’intérêt3). Les publications qui leur sont consacrées datent en réalité essentiellement des années 1960 à 1980, et relevaient d’une science politique américaine cherchant alors des leviers de « développement » plutôt que de la discipline historique. Or les historiens, comme tous ces articles le montrent, peuvent aujourd’hui s’appuyer sur de nouvelles sources, à commencer par les nombreux moudhakarat (mémoires) d’officiers : ce numéro marque ainsi une première tentative de renouvèlement historiographique, et une invitation à relancer ce domaine d’étude.

2De manière notable, il va toutefois plus loin qu’une simple étude des armées arabes, et prend au sérieux l’idée géographique de Moyen-Orient en intégrant côte à côte Egypte, Liban, Irak, Syrie, Turquie et Israël. Avantage d’abord d’une approche historique préservée par les clivages du champ académique des études contemporaines au Moyen-Orient, l’étude d’Israël n’est pas laissée de côté ; avantage ensuite d’une vision d’historien qui intègre l’idée d’un long terme où l’empire Ottoman pèse, l’histoire de la Turquie est aussi abordée.

3Le dossier s’ouvre de manière provocatrice sur une contribution consacrée au Liban : c’est à dire un pays où l’armée est considérée comme faible, et qui a seulement connu une tentative ratée de coup d’État en 1961. Comparé à l’histoire de l’Irak, de la Syrie et de l’Égypte, riche de coups d’État (et plus encore de tentatives) et de dictatures militaires, le cas libanais est singulier. S’il a connu un militaire président (Fouad Chehab de 1958 à 1964, auquel l’auteur de l’article Stéphane Malsagne a consacré une biographie), celui-ci a abandonné l’habit militaire une fois arrivé au pouvoir. Outre l’importance de Chehab, l’article met bien en relief le jeu de neutralité de l’armée dans les crises nationales et de « solidarité passive » avec les voisins arabes contre Israël, mais aussi certains aspects moins connus, comme son rôle national de « creuset » qu’elle entendait jouer avant la guerre civile.

  • 4 Pour une exception notable, voir Sirrs Owen L., The Egyptian Intelligence Service: A History of the (...)

4L’article de Matthieu Rey sur l’Irak ensuite souligne les différentes fonctions que l’armée va successivement occuper, depuis l’indépendance en 1932 jusqu’à la prise de pouvoir d’Ahmad Hassan al Bakr et Saddam Hussein en 1968 : outil permettant à l’État d’assurer sa propre sécurité, et donc de soulager l’armée d’occupation britannique, puis acteur incontournable des alternances politiques, au point d’être identifiée comme un danger et volontairement affaiblie après 1941, l’armée se substitue finalement à la monarchie en 1958. Mais tout en croissant dans ses effectifs et son matériel, elle est paralysée dans son action militaire par son clanisme. Ce lien entre développement de l’armée et divisions internes est aussi manifeste dans le cas de l’Égypte, tout comme l’essor du renseignement que la crainte des coups d’État provoque (c’est un des aspects les plus intéressants de ce dossier que d’aborder par ricochets l’histoire trop rare des services de renseignement4) : si d’un État à l’autre tous les officiers s’observent et s’inspirent, et si le « coup » devient un mode d’action qui se diffuse, on cherche aussi graduellement à s’en prémunir.

5Tandis que Matthieu Rey retrace plusieurs coups d’État, le travail de Tewficq Aclimandos est ainsi centré sur un autre aspect : la période qui suit un coup d’État et les effort pour consolider le pouvoir. Plus largement, cet article raconte la fin de cet âge d’or du « coup d’État » comme mode d’action, évité à travers les purges et la « polyarchie conflictuelle » que Nasser met en place ou les avantages octroyés à l’armée et permettant d’acheter son immobilisme. Le tout cependant au prix d’une absence de réalisme militaire (au Yémen) et de capacité d’intervention (en 1967).

6Une autre approche, celle de David W. Lesch, privilégie l’étude croisée du national et de l’international, et modélise l’histoire de la Syrie comme une équation à trois acteurs (militaires, politiques et puissances étrangères) avec une tension fondamentale qui s’établit entre les partisans d’une ouverture et ceux d’une indépendance renforcée. Pour Lesch, le débat politique est la plupart du temps dominé et rendu instable par les questions extérieures (aide militaire américaine et union avec l’Egypte dans les années 1950, Israël au milieu des années 1960), jusqu’à l’instauration du régime d’Hafez al Assaad qui repose sur un nouveau pacte social (moins de liberté contre plus de stabilité) mais surtout recentre le pays sur une question de « survie nationale » et consacre une « conscience historique victimaire et paranoïaque » dans le pays jusqu’à aujourd’hui.

7S’avançant lui aussi jusqu’à des aspects très contemporains, l’article de Samy Cohen joue avec les a priori autour de Tsahal : intervenants dans les médias, reconnus pour leurs compétences et leur expertise, et fournissant évidemment beaucoup de leaders politiques, les officiers Israéliens paraissent omniprésents, et la légitimité militaire nécessaire pour une carrière politique en Israël. Mais l’article montre qu’ils sont aussi contraints par le pouvoir politique (le cas d’Ariel Sharon outrepassant les ordres de Begin au Liban en 1982 est en réalité une exception), et parfois amenés contre leur gré à jouer un rôle dans des coups politiques (visant justement à acquérir cette « légitimité du champ de bataille » pour des leaders civils). À rebours aussi de l’idée d’une armée en symbiose avec sa société, l’article aborde aussi la question des soldats juifs orthodoxes, de leurs refus de servir ou de leur désintérêt pour une carrière dans l’armée.

8Le lien entre ces différentes histoires nationales, s’il est parfois fait directement par les auteurs eux-mêmes, incombe surtout à Henry Laurens. Dans un entretien malheureusement trop court, il se livre à un exercice qui tient à la fois de la mise en perspective de plusieurs pays (et même au delà de la comparaison avec d’autres régimes militaires), mais aussi à une réflexion critique sur l’historiographie de la période. De son côté, Hamit Bozarslan propose un intéressant retour en arrière et lie des événements que l’historiographie dissocie d’habitude : étudiant l’intervention de l’armée en politique la fin de l’empire Ottoman, dans des révolutions antérieures (Jeunes Turcs et kémaliste notamment) où son rôle n’a pourtant jamais été présenté sur le même plan que l’« âge des révolutions » décrit dans les autres articles. Un regret toutefois dans son article, la forme, c’est à dire l’effet de la périodisation adoptée (la période couverte est deux fois plus longue que celle des autres articles) et le mode d’écriture choisi (une approche chronologique et une grande précision factuelle), n’aide pas toujours à faire ce lien, et singularise justement trop le cas Turc.

  • 5 Un contrepoint intéressant à cet article pourrait être le numéro de Politix paru pour son centième (...)

9Quatre articles complètent ensuite ce numéro : le premier de Nicolas Roussellier retrace l’histoire de Vingtième Siècle pour ses 30 ans. Détaillant le projet de départ (faire une histoire du « très contemporain », aborder les controverses de front), et retraçant l’évolution de la revue sur son contenu (de moins en moins centré sur la France), son comité de lecture, et les défis que représentent sa numérisation depuis quelques années, cet article court montre bien en creux l’évolution du paysage historique et du paysage des revues universitaires5.

10Centré aussi sur des questions disciplinaires, le second article d’Emmanuel Droit est une présentation de l’historiographie allemande en « histoire internationale », de son ouverture à la faveur de circonstances structurelles (transformations géopolitiques de l’Allemagne, renouvellement générationnel) et intellectuelles (les transnational, cultural et global turns), et enfin de ses chantiers actuels, qui la rapprochent d’autres démarches en France.

11Partant d’archives diplomatiques inédites sur un sujet méconnu, Janicka Marina Schaufelbuehl travaille sur la fuite des capitaux français en Suisse pendant l’année 1968 à la suite des événements de mai et de la réforme fiscale qui a suivi. Réévaluant à la hausse l’ampleur de cette fuite (11 à 12 milliards de francs), elle montre l’inquiétude et les réactions successives (instauration d’un contrôle des changes, réévaluation du franc) des autorités françaises, mais aussi les bénéfices qu’en a tiré la place financière helvétique.

12Lydie Heurdier revient ensuite sur la création et les relances successives d’une politique d’éducation prioritaire (les ZEP), qui s’est institutionnalisée jusqu’au aujourd’hui en n’ayant en réalité pas été conçue pour durer. Partant d’actions militantes et d’exemples anglo-saxons, l’idée passe d’abord par un syndicat, puis devient un projet politique du PS (à la fin des années 1970), et enfin une politique gouvernementale (établie par voie réglementaire et non pas par la loi) en 1981. L’auteur travaille en particulier la différence entre le cas français et les cas anglo-saxons, et les différentes appréhensions du problème que les ministres ont pu avoir de 1981 à 2001.

13Enfin, dans un format plus court, il faut noter dans ce numéro très riche, un bilan exhaustif des archives du PCF en France (autant au niveau national que départemental), par Pierre Boichu et Gilles Morin : tout le travail en cours et les modalités d’accès y sont précieusement détaillés.

Haut de page

Notes

1 « L'Amérique latine des régimes militaires », Vingtième Siècle, n° 105, 2010.

2 Voir par exemple le dossier « Le rôle des armées dans les transformations du monde arabo-musulman », Maghreb – Machrek, n°214, 2012.

3 C’est le commentaire que fait le politiste F. Gregory Gause III dans Foreign Affairs en 2011 : http://www.foreignaffairs.com/articles/67932/f-gregory-gause-iii/why-middle-east-studies-missed-the-arab-spring.

4 Pour une exception notable, voir Sirrs Owen L., The Egyptian Intelligence Service: A History of the Mukhabarat, 1910-2009, Abingdon, Routledge, 2011, 284 p.

5 Un contrepoint intéressant à cet article pourrait être le numéro de Politix paru pour son centième anniversaire. Voir la note de lecture à ce sujet : « Faire des sciences sociales du politique », Politix, n° 100, 2013. http://lectures.revues.org/11686.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre France, « Matthieu Rey (dir.), « Militaires et pouvoirs au Moyen-Orient », Vingtième Siècle, n° 124, octobre-décembre 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 décembre 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/16582

Haut de page

Lieu

Moyen-Orient

Égypte

Liban

Syrie

Irak

Israël

Turquie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page