Navigation – Plan du site

Khosro Maleki, Introduction à la sociologie du mécontentement social

Luc Chicoine
Introduction à la sociologie du mécontentement social
Khosro Maleki, Introduction à la sociologie du mécontentement social, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2014, 176 p., ISBN : 978-2-343-02265-9.
Haut de page

Texte intégral

1Situé en amont du conflit social, le mécontentement social est un concept relativement peu étudié en sociologie. Comment peut-on appréhender les causes du mécontentement social ? Comment peut-on analyser son apparition et son évolution ? Quels sont les facteurs permettant d'expliquer le passage du mécontentement social au conflit social ? Ce sont là quelques-unes des questions abordées par cet ouvrage.

2Allant au-delà d’un simple sentiment d’insatisfaction, mais situé en amont du conflit, « le ‘mécontentement’ constitue une réelle campagne d’opérations qui débute avec un ressentiment ou un désaccord face à une situation jugée inacceptable. » (p. 9) Afin d'explorer cette problématique dans le temps, Khosro Maleki crée le concept de « dynamique de mécontentement social » recoupant l'ensemble de chacun des mécanismes impliqués dans l'évolution de l'insatisfaction collective. L’auteur divise cette évolution en quatre étapes consécutives : une prise de conscience des problèmes sociaux à l'origine du mécontentement social, l'attribution des responsabilités causant ces problèmes, l'élaboration et la diffusion de revendications et enfin, le passage aux différentes activités protestataires. Celles-ci correspondent aux quatre dernières parties de l'ouvrage, les deux premières traitant des traces historiques du mécontentement social et des bases théoriques permettant de conceptualiser ce sentiment particulier.

  • 1 Tarrow, Sydney, Tilly, Charles, Politique(s) du conflit – de la grève à la révolution, Paris, Press (...)

3Ce type de construction théorique, reposant sur des dynamiques et des processus, ressemble beaucoup dans sa forme à ce que propose l'ouvrage de Tarrow et Tilly, Politique(s) du conflit1. Le passage du confit social au mécontentement social ne prétend pas effectuer une révolution copernicienne de l’étude des mouvements sociaux ; il s’agit plutôt d’un léger décalage conceptuel venant enrichir les cadres théoriques dominant de ce champ épistémique.

4Dans la première partie du livre, l’auteur effectue un survol historique du mécontentement social dans la France du XVIe siècle. À chacun des trois ordres sociaux correspond une forme de mécontentement social particulier se distinguant par une identification différenciée des responsables des problèmes sociaux et par leur mode de protestation.

  • 2 Barbalet, Jake, Emotion, Social Theory, and Social Structure: A Macrosociological Approach, Cambrid (...)

5La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la construction théorique du concept de mécontentement social. Plus que la simple insatisfaction liée à des désirs non comblés, il s’agirait d’un « sentiment réflexif de prise de conscience des risques associés à une situation problématique » (p. 27). S’inspirant des travaux de Barbalet2, l'auteur accorde une place centrale au sentiment d’injustice dans l’accroissement du mécontentement social et des activités protestataires lui étant associé.

  • 3 Snow, David, Rochford, Burke, Robert, Benford, Worden, Steven, « Frame Alignement Processes, Microm (...)

6Maleki développe, dans la troisième partie du livre, le lien entre les problèmes sociaux et le mécontentement social. La prise de conscience d’une menace pour les croyances ou les intérêts particuliers d’un groupe constitue la première étape dans la constitution du mécontentement. L’auteur emprunte la théorie des cadres de Snow3 afin de mieux saisir les dynamiques permettant l’interprétation des problèmes sociaux. Cette théorie repose sur cinq variables qui influencent directement la prise en compte et le développement du mécontentement social.

7La partie suivante du livre aborde l'étape de la désignation des responsables de la situation jugée problématique. Cette culpabilité assignée, politique ou juridique, reposerait parfois sur des individus, parfois, comme c'est le cas d'un parti politique, sur des groupes. Nos sociétés tendraient de plus en plus vers une responsabilisation partagée des problèmes sociaux ; l'incertitude liée à la responsabilité individuelle des acteurs au sein d'un réseau favoriserait cet élargissement.

8Une fois les coupables désignés, il devient possible d'émettre des revendications. Celles-ci se doivent d'être crédibles : « l'articulation entre les mécontentements ressentis par les individus et les 'entrepreneurs de problèmes sociaux' s'avère fondamentale ; elle entraîne le développement d'actions de contestation étroitement lié aux opportunités politiques » (p. 156).

9Enfin, la dernière partie de l'ouvrage s'arrête sur une question classique de l'étude des mouvements sociaux : quelles sont les conditions permettant le passage du mécontentement social à l'action de protestation ? L'auteur propose l'adoption de quelques concepts clés issus à la fois de l'approche psychosociale, employant des notions comme les croyances ou la frustration, et de l'approche du choix rationnel, à l'instar de la théorie de la mobilisation des ressources et de la structure des opportunités politiques.

  • 4 Bosi, Lorenzo, Demetriou, Chares, Malthaner, Stefan (dir.), Dynamics of Political Violence. A Proce (...)

10La prémisse de base de cet ouvrage est très intéressante. Elle pourrait ouvrir de nouvelles avenues analytiques permettant, par exemple, d'effectuer une meilleure distinction entre la « colère à long terme » et la « colère réflexe ou passionnelle » récemment décrites par Hank Johnston dans Dynamics of Political Violence4, la première ressemblant grandement à du mécontentement social. Cependant, la séparation nette entre « le mécontentement social orienté vers le conflit » et « le mécontentement social orienté vers un compromis » semble un peu réductrice. Les mouvements sociaux portent souvent en eux ces deux types de mécontentements et le nombre de contestataires faisant partie de l'une ou de l'autre de ces tendances varie grandement en fonction des formes et de l'ampleur de l'opposition, offertes par les pouvoirs étatiques.

Haut de page

Notes

1 Tarrow, Sydney, Tilly, Charles, Politique(s) du conflit – de la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

2 Barbalet, Jake, Emotion, Social Theory, and Social Structure: A Macrosociological Approach, Cambridge, Cambrige University Press, 2001.

3 Snow, David, Rochford, Burke, Robert, Benford, Worden, Steven, « Frame Alignement Processes, Micromobilization and Movement Participation », American Sociological Review, Vol. 51, p. 787-801.

4 Bosi, Lorenzo, Demetriou, Chares, Malthaner, Stefan (dir.), Dynamics of Political Violence. A Process-Oriented Perspective on Radicalization and the Escalation of Political Conflict, Ashgate, coll. « The Mobilization Series on Social Movements, Protest, and Culture », 2014, http://lectures.revues.org/15205

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Chicoine, « Khosro Maleki, Introduction à la sociologie du mécontentement social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 décembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/16583

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page