Navigation – Plan du site

Sylvain Maresca, Basculer dans le numérique. Les mutations du métier de photographe

François Cardi
Basculer dans le numérique
Sylvain Maresca, Basculer dans le numérique. Les mutations du métier de photographe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2014, 190 p., ISBN : 978-2-7535-3440-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage indique que le passage de la photographie argentique à la photographie numérique n’est pas la simple adoption d’une nouvelle technologie commode de l’image, mais un changement si profond, pour le métier de photographe, qu’on doit parler de basculement, d’une pratique à une autre et d’un univers à un autre. Ce basculement affecte en effet tous les aspects du métier de photographe, dont le numérique accentue la diversité et l’éclatement. La nouvelle répartition des dépenses pour le matériel, la redéfinition de la place du traitement de l’image, la rapidité de la réalisation, de la circulation et de la commercialisation des photos, et encore la qualité des résultats constituent les principales dimensions de cette mutation.

2Dans cette évolution, l’auteur observe que le passage au numérique s’est opéré selon des rythmes différenciés. Si les photograveurs ont été les premières victimes de cette évolution, les agences de presse et d’illustration, précurseurs de la numérisation des images argentiques, sont passées rapidement à la prise de vue numérique, raccourcissant ainsi le temps de la fabrication des photographies et de la transmission à leurs clients.

  • 1 Ces résultats sont issus d’enquêtes directes par entretiens et questionnaires, de travaux universit (...)

3Des variations individuelles expliquent également ces différenciations1.Les passionnés fascinés par les nouvelles technologies, autant que les novateurs intéressés par le traitement par les logiciels, ou les gestionnaires financiers de la chaîne graphique, ont fait un travail de pionniers. Les réfractaires restent pourtant nombreux : partisans de l’argentique, photographes pour qui la technologie informatique nécessitait des investissements trop importants, ou encore professionnels âgés, rapidement débordés par la nouveauté. L’absence de formation aux techniques numériques explique également que les difficultés d’emploi des nouveaux matériels aient été surmontées de façon inégale par les professionnels.

4L’introduction du numérique a de fait bouleversé le métier de photographe de très nombreux points de vue, que l’auteur passe en revue dans un chapitre long et fouillé. Il observe que la prise de vue n’est plus le cœur de la photographie : ce dernier se situe maintenant dans le post-traitement de l’image, et ce déplacement fondamental affecte différemment les spécialités. Dans les agences de presse, les photographes ont une plus grande maîtrise de leur travail. Mais dans la photo publicitaire et le studio, la phase de prise de vue est soumise aux exigences de la post-production. Au sein de la chaîne graphique, l’infographiste est ainsi devenu un personnage central. Chargé de la retouche, il opère aussi le montage des images sur la base des clichés d’agence et d’autres éléments (effets de lumière, décors et objets) trouvés sur d’autres clichés disponibles en quantité infinie sur internet. Toutefois, on ne peut pas tout avec Photoshop, et nombreux sont les photographes qui combinent la prise de vue argentique et le post-traitement numérique. L’argentique continue d’ailleurs à interroger le numérique en termes de pratiques, de coûts, de rapidité, d’authenticité, et il conserve son importance dans l’enseignement de la photographie.

5C’est donc le traitement des images qui constitue dorénavant la phase essentielle de la production de photographie. Le laboratoire numérique, pièce maîtresse de la retouche est le centre même de la rupture numérique ; une forte motivation y est requise, jusqu’à la réalisation et l’acceptation d’images belles, lisses, parfaites et comme irréelles. La compétence y est indispensable, pour une tâche qui prend de plus en plus de temps et d’importance économique. Le tirage et l’impression combinent des procédés argentiques et numériques, solutions coûteuses en achat d’imageurs, mais plus rentables que le tirage en jet d’encre, pourtant de meilleure qualité. On assiste par ailleurs à une grande diversification des usages et des supports de la photographie : livres, cartes postales, flyers, posters, reproductions diverses sur matière plastique, porcelaine, toile, sans oublier les écrans de visualisation dans l’espace public ou privé. Dans les écoles de journalisme, la tendance est à valoriser la multi compétence (texte, photo, multimédia, vidéo), avec l’apparition de la caméra photo, outil du web documentaire.

6Enfin, on assiste à un essor de la créativité chez les photographes, qui peuvent désormais réaliser les images de leurs rêves, impossibles à faire avant, ou encore réaliser une œuvre en marge d’un travail ordinaire, etc. Il s’agit pour le photographe de « cultiver son jardin secret », de se placer dans un processus d’« auteurisation », souci d’expression de soi et/ou échappatoire aux contraintes du marché et à la pression du client.

7Bouleversées et modelées par le numérique, les relations de travail sont maintenant marquées, sur l’ensemble de la chaîne graphique, par le regard et le jugement que chacun (même amateur) se permet de porter sur le travail de l’autre, ainsi que par l’impératif de l’urgence et la surenchère pressante du client au sein d’un univers de relations dépersonnalisées. Cette esquisse d’une sociologie de la profession de photographe montre une multitude de relations plus ou moins conflictuelles entre groupes de spécialités différentes, engagés dans un mouvement constant de positionnements et de repositionnements. C’est une sorte de jeu de tous contre tous, aussi bien au niveau national qu’international, où la seule règle commune est de baisser les coûts tout en accroissant son aire de compétence et son autonomie.

8Du fait de l’éclatement de la profession, le bilan économique dressé à la fin du livre n’est pas aisé à établir. L’importance de l’investissement de départ et l’obsolescence rapide du matériel (prise de vue, ordinateurs, logiciels) donnent aux aspects financiers une importance accrue. L’abaissement des coûts de fonctionnement se combine d’autant plus avec celui du prix des photographies qu’internet est devenu une immense banque à images libres de droit. Il s’agit d’une dérégulation généralisée du marché de la photographie, où les critères de gestion du flux de production et de circulation des images l’emportent sur toute autre considération. Dans ce contexte, la mode et la publicité parviennent à tirer leur épingle du jeu. Des regroupements de photographes se produisent, et les activités se diversifient, débordant les aires traditionnelles, vers l’événementiel, l’édition, la scénographie, l’animation, etc.

  • 2 Voir Menger Pierre-Michel, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Pari (...)

9Dans sa conclusion, Sylvain Maresca opère un rapprochement de ses travaux avec ceux de Pierre-Michel Menguer2, en définissant le professionnel du numérique comme « travailleur créatif, indépendant, autonome, productif et économique, (typique) de la mondialisation et de la dérégulation » (p. 176). Et il fait apparaître que, dans le cas de la profession de photographe, la technologie numérique est particulièrement efficiente socialement, jouant à la fois le rôle de cause et d’accélérateur dans un mouvement irrépressible.

10L’ouvrage donne de précieux éléments de compréhension sur le « basculement » dans le numérique, en veillant de plus à établir un parallèle avec des métiers connexes comme ceux de la musique, de la vidéo et du cinéma. Il replace également le phénomène dans le double contexte des transformations du statut du travail dans les sociétés marquées par la mondialisation, et du rôle des technologies dans ce bouleversement. On peut regretter seulement que l’aire d’enquête ne soit pas plus étendue, et que le classement des résultats de la recherche ne permette pas toujours d’éviter la répétition de certains développements. L’éclatement et la diversification du métier de photographe rendaient peut-être cette répétition inévitable. Mais l’ouvrage laisse, de ce fait, l’impression d’une multiplication de données descriptives qui peinent à s’inscrire dans une problématisation globale, esquissée à la fin du livre et ouvrant la porte à d’autres études plus complètes sur un métier mal connu.

Haut de page

Notes

1 Ces résultats sont issus d’enquêtes directes par entretiens et questionnaires, de travaux universitaires et d’étudiants dans la région de Nantes, et d’analyses secondaires de données journalistiques.

2 Voir Menger Pierre-Michel, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, Le Seuil, coll. « La république des idées », 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cardi, « Sylvain Maresca, Basculer dans le numérique. Les mutations du métier de photographe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 janvier 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16689

Haut de page

Rédacteur

François Cardi

Professeur de sociologie émérite, Université d’Evry. Ses recherches récentes portent sur l’utilisation de la photographie dans les sciences humaines.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page