Navigation – Plan du site

François Leimdorfer (dir.), Dire les villes nouvelles

Laurent Viala
Dire les villes nouvelles
François Leimdorfer (dir.), Dire les villes nouvelles, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Les mots de la ville », 2014, 281 p., ISBN : 978-2-7351-1761-1.
Haut de page

Texte intégral

1François Leimdorfer, sociologue, offre un nouveau volume à la collection Les mots de la ville. Fidèles à la ligne éditoriale — dire la ville à travers ses mots —, les contributions rassemblées investissent cette fois les villes nouvelles.

2Il s’agit d’un périmètre relativement délimité du champ de l’urbanisme ; les formes prises par cet objet affichant une grande diversité. La confusion peut encore l’emporter lors de rapprochements avec d’autres objets urbains (les grands ensembles par exemple) ou à la faveur d’un manque de rigueur dans l’usage de vocables renvoyant à des outils juridiques de l’aménagement (Z.U.P., Z.A.D., Z.A.C., etc.). Toutefois, cette réalité urbaine, quelle que soit la période historique retenue ou la région du monde concernée, se caractérise par une opération d’ensemble, de grande envergure qui, du fait de l’expression d’un pouvoir politique fort et d’une programmation urbaine non moins déterminée, s’impose rapidement par le plan pour répondre à un enjeu d’aménagement du territoire. En cela la ville nouvelle s’oppose à la ville spontanée, construction historique.

3Visant cet objet singulier, ou plutôt les mots qui le désignent globalement ou en ses lieux constitutifs, les dix textes, agencés autour de trois parties, renseignent sur les moments et mots fondateurs, leurs transferts, les trajectoires de sens (politiques, idéologiques, économiques, sociales) que les discours véhiculent. Les méthodologies développées par les auteurs sont tour à tour historiques, sociologiques, linguistiques, littéraires.

4Le premier groupe de propositions interpelle une pensée de la ville idéale prise entre mise en exergue d’une idéologie et valorisation des rapports sociaux et politiques. Jean-Marie Bertrand, revenant sur la ville antique et son ordonnancement rigoureux, introduit parfaitement cette question car son propos puise aux sources premières de la ville nouvelle. Mais l’organisme urbain grec antique est avant tout Cité. Les textes grecs n’ignoraient pas les formes de la néopolis. Mais, à écouter Strabon, convoqué par l’auteur, leur souci était moins tourné vers l’infrastructure que l’assise territoriale de l’ordonnancement politique requis par les cités-états. Si les Romains font davantage l’éloge de l’Urbs en développant un aménagement urbain monumental, l’auteur rappelle que les Grecs ne se sont finalement pas moins préoccupés de cette réalité formelle, avec à l’appui la place accordée à la gestion de l’eau.

5Le texte de Gaëlle Gillot sur la ville coloniale au Maroc, et la mise en exergue du Wohnkomplex (complexe d’habitation) comme figure de la ville socialiste, proposée par Jay Rowell, renvoient à des motivations et à des objets urbains assez différents. Toutefois, l’idéologie qui prévaut (coloniale dans un cas, socialiste dans l’autre) trouve sa traduction spatiale dont les mots témoignent. Au Maroc, la ville nouvelle européenne sera l’expression d’une domination par la valorisation d’une forme de progrès (recherche en modernité, hygiénisme, respiration, espace de nature, fonctionnalisme) contre une ville indigène qui, précisément, est présentée comme l’envers de la solution européenne. La mission civilisatrice ira même jusqu’à imaginer et réaliser la nouvelle ville indigène consacrant le principe de séparation des populations, des cultures, pratiques et usages. Jay Rowell s’approprie un autre système aux coordonnées également bien marquées (l’espace communiste à travers le cas de la RDA) et s’attache à décrypter la grille théorique et pratique de la ville socialiste qui s’exprime dans la nouvelle ville. L’évolution du sens donné au terme Wohnkomplex est emblématique de l’emprise idéologique qui prévaut en Allemagne de l’Est. L’auteur explique l’émergence du mot dans la Russie soviétique, depuis les premières expériences de l’avant-garde moderne jusqu’aux projets devant incarner, dans la rupture avec l’Occident, le réalisme socialiste. En RDA, entre 1950 et 1970, Wohnkomplex va se voir affecter une épaisseur doctrinaire pour ensuite retrouver son sens premier et finalement disparaître au moment de la réunification. L’endossement idéologique repose essentiellement sur la volonté de ne pas voir ces morceaux de ville repliés sur eux-mêmes et isolés du milieu urbain, c’est-à-dire du lieu où précisément la classe ouvrière est née. C’est sur ce point que le modèle socialiste s’oppose aux sociétés capitalistes et aux formes urbaines qu’elles ont imaginées. Par ailleurs, comme Gaëlle Gillot le montre à propos de la ville coloniale au Maroc, le Wohnkomplex doit être l’expression d’un mode de vie, en l’occurrence socialiste.

6Se saisissant d’un grand classique (les cités jardins) de l’histoire de l’urbanisme britannique, incarné par Ebenezer Howard, Mark Clapson décrypte la terminologie qui lui est inhérente. L’esprit des cités jardins associait le meilleur de la campagne et de la ville. Focalisant sur les noms de rues, l’auteur montre d’abord combien l’expérience américaine de Howard a influencé ses premières réalisations en Angleterre, dont Letchworth (1902), ou Welwyn vingt ans plus tard qui verra l’apparition d’un parkway, voie urbaine typiquement américaine. Ensuite, l’expérience de la ville de Radburn, proche de New York, va également influencer la planification urbaine et rurale dans l’Angleterre d’après 1945 qui encouragera, dans le cadre de la promotion des new towns, le développement des neighbourhood units (unité de voisinage). Plus tard, celles-ci feront cependant l’objet d’un rejet au profit d’une référence à la grid (la grille), lorsque l’influence américaine ne viendra plus de la côte est des Etats-Unis, mais de la Californie et de ses suburbs. Le rôle de Mevin M. Weber, théoricien américain, est signalé pour mieux comprendre les cités jardins qui désormais reprennent ces principes et font école en Angleterre à partir des années 1960, avec notamment la ville de Milton Keynes.

7Quatre textes nourrissent une deuxième partie qui annonce la mise en question de la référence au centre dans la ville nouvelle. Inspectant les définitions possibles de la ville, Monique Sassier signale ce qui se trouve au fondement même de la ville nouvelle : un organisme pensé qui s’impose avec autorité. L’exemple méconnu de Val-de-Reuil, près de Rouen, une des neuf réalisations proposées au tournant des années 1960, illustre de façon exemplaire la mise en place d’un organisme ayant vocation à se développer. Ici, la métaphore du germe est retenue par l’Atelier de Montrouge, l’équipe pluridisciplinaire en charge de la conception. Puis, mobilisant la base de données Frantext, l’auteure parvient à identifier à partir des occurrences relevées plusieurs catégories dont : « ville fondée ex nihilo », « ville nouvellement urbanisée », « ville imaginée sur un mode utopique ». L’exploration se poursuit avec l’exploitation d’une série d’entretiens réalisés auprès d’habitants de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui permet de révéler un hiatus récurent lorsqu’il s’agit d’affirmer la ville nouvelle comme ville à part entière. Et de conclure à une construction administrative que l’ordre politique s’attache à ancrer dans l’espace social en encadrant les représentations. Sur ce point, comme sur de nombreux autres, l’article de Loïc Vadelorge, historien des villes nouvelles, fournit au lecteur un éclairage de très grand intérêt. Croisant l’histoire de l’urbanisme et des objets qu’il génère avec un questionnement attentif des mots utilisés avec plus ou moins de rigueur, l’auteur montre combien, dans les années 1960, la dénomination ville nouvelle ou plus tard le Programme interministériel d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles (1999) n’ont pas permis de stabiliser le sens véhiculé, pas plus d’ailleurs qu’ils n’ont favorisé la consolidation définitive de la réalité promue par ces neuf villes nouvelles. Les deux autres textes montrent par l’exemple le flottement qui accompagne le vocable. Le cas de Saint-Quentin-en-Yvelines sert de point d’appui aux auteurs. D’abord, Jean-Dominique Gladieu, à propos de la définition du centre-ville, revient sur les visions divergentes des élus et des aménageurs, révélatrices de l’une des grandes difficultés rencontrées : obtenir l’adhésion des communes et de leurs élus directement touchés par l’aménagement sur leur territoire d’une ville nouvelle. Ensuite, François Leimdorfer et Paul Wald examinent la construction discursive à l’œuvre dans la façon de nommer la ville nouvelle. Ils décryptent les formes et le sens donnés à la ville à travers l’expérience citadine.

8Enfin, une dernière partie, plus courte, se saisit des noms de voies. Après avoir rappelé l’histoire générale de la nomination des rues depuis le Moyen-âge, François Leimdorfer investit les répertoires de Cergy-Pontoise et Val-de-Reuil afin de comprendre la nature, le sens et les modalités d’émergence des noms de rues, tandis que Monique Sassier revient à Saint-Quentin avec l’intention d’interroger « l’image d’une structuration identitaire des lieux qui se dégage de leur mise en série » (p. 243). Le premier note que nommer les voies est une œuvre collective qui puise dans plusieurs registres, mais selon des stratégies préalablement énoncées. L’analyse le conduit à trois classes de noms : topographiquement ancrés, —en rupture, —liés, avec des renvois au réel et à l’imaginaire, au passé comme au futur de la localité, offrant ainsi une assise historique à la ville nouvelle. Par l’analyse linguistique stricte des noms de rue, la seconde décèle la tension entre une imposition par le haut (l’État) et l’intérêt local (les communes).

9Au final, un ouvrage plaisant, croisant les lectures pour mieux insister sur une réalité urbaine singulière qui existe également par les mots qui la disent et les représentations sociales produites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Viala, « François Leimdorfer (dir.), Dire les villes nouvelles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 18 janvier 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/16747

Haut de page

Rédacteur

Laurent Viala

Géographe, urbaniste. Enseignant chercheur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Montpellier. Laboratoire Innovation Formes Architectures Milieux

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page