Navigation – Plan du site

Simon Dulmage, Mutations et déterminisme chez Bourdieu. Epistémologie de la sociologie de l’art de Bourdieu

Denis Saint-Amand
Mutations et déterminisme chez Bourdieu
Simon Dulmage, Mutations et déterminisme chez Bourdieu. Epistémologie de la sociologie de l'art de Bourdieu, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2015, 130 p., ISBN : 978-2-343-04976-2.
Haut de page

Texte intégral

1L’auteur présente son enquête dans le domaine de la sociologie de l’art (ou, plus justement, de la littérature) comme résultant d’un désir de s’émanciper de deux « approches théoriques » antagonistes : d’une part, la perspective structuraliste, désintéressée des conditions de production d’une œuvre et préférant étudier cette dernière en postulant sa totale autarcie ; d’autre part, le « déterminisme mécanique » ― dont personne ne s’est jamais réclamé en ces termes ―, qui s’en tiendrait de son côté à expliquer l’œuvre par le contexte dont elle provient (en particulier, l’origine sociale de l’auteur) sans tenir compte de sa « composition esthétique » (p. 11). Pour le moins réducteur, l’exposé de ces deux tendances permet à l’auteur de se positionner : refusant autant Barthes que Sainte-Beuve, il trouve avec la théorie des champs de Bourdieu une manière de moyen terme, profitant des acquis des deux démarches susmentionnées tout en tentant de les dépasser. Reste toutefois à mettre ce modèle explicatif à l’épreuve d’un « rigoureux examen critique » (p. 11) désireux de sonder les limites du travail de Bourdieu et qui permettra de « savoir si la théorie des champs arrive à supplanter l’analyse structurale et le déterminisme mécanique » (p. 12).

  • 1 Citons notamment Alain Accardo, Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu [1991] (...)
  • 2 Voir notamment Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire, homme-époque (1898-1918), Paris, Seu (...)

2A priori, le projet est pertinent et ambitieux. Le premier écueil, toutefois, est que cette démarche métacritique visant à questionner les apports et les failles du modèle bourdieusien a déjà été menée par de nombreux chercheurs, qui ont consacré des travaux spécifiques au sociologue1 ou qui, à l’image d’Anna Boschetti, Pascale Casanova, Jacques Dubois, Pascal Durand, Anthony Glinoer, Nathalie Heinich, Michel Lacroix, Bernard Lahire, Marielle Macé, Jérôme Meizoz, Gisèle Sapiro, Fabrice Thumerel et Alain Viala2, parmi d’autres, ont discuté et prolongé les analyses bourdieusiennes au cours de leurs propres recherches, liées au domaine de la sociologie de la littérature. Cela fait beaucoup de matière et on conçoit qu’il puisse être délicat de prendre la mesure de ce discours critique, mais omettre la totalité de ces travaux en se focalisant uniquement sur les critiques formulées par Alain Caillé dans sa Critique de Bourdieu (Lausanne, Institut d’anthropologie et de sociologie, 1987) compromet quelque peu, d’emblée, la recevabilité d’un examen qui ne cesse de s’affirmer « acéré et rigoureux » (p. 12).

  • 3 Certains courts-circuits sont pour le moins saisissants : « La raisonnement du sociologue est sans (...)
  • 4 De façon parfois comique, malgré elle. De cette façon, page 71, l’auteur note : « nous ne suggérons (...)

3Plus dérangeant, toutefois, est la manière dont est menée cette « épistémologie de la sociologie de l’art de Bourdieu » : la majeure partie du propos, en effet, se révèle un résumé paraphrastique plus ou moins cohérent3 des Règles de l’art et de quelques articles du sociologue, qu’une rhétorique douteuse tend à faire passer pour une analyse personnelle. Qu’il s’agisse de la définition de l’avant-garde artistique, des réflexions sur le champ du pouvoir et l’orthodoxie, du développement de la bohème et des logiques d’institutionnalisation de la doctrine de « l’art pour l’art », de l’anomie baudelairienne ou de l’ambivalence flaubertienne, l’auteur s’en tient à résumer les analyses de Bourdieu en tentant de faire oublier, par l’usage d’un « nous » feignant d’assumer le propos4, qu’il ne s’agit que d’un résumé.

  • 5 Voir l’ouvrage du même nom, Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillan (...)
  • 6 Voir Anthony Glinoer, « Classes de textes et littérature industrielle dans la première moitié du XI (...)

4La portion d’analyse critique, dès lors, se révèle pour le moins congrue. Elle se manifeste ponctuellement, au cours de passages parfois denses : l’auteur explique de cette façon que, si Bourdieu observe l’autonomisation progressive du champ littéraire et les modifications qui se font jour en son sein sous le Second Empire, « on ignore les variables indépendantes directement responsables des mutations qui ont permis de s’affranchir réellement de leur état de dépendance à l’égard du champ du pouvoir » (p. 41). Pourtant, la première partie des Règles de l’art, « La conquête de l’autonomie », que l’auteur glose abondamment, est bien dédiée à cette autonomisation relative, qui se construit parallèlement à l’avènement d’une bourgeoisie avec et contre laquelle l’écrivain doit se positionner sans cesser de la garder à l’œil. Il est vrai qu’au moment où Bourdieu écrit, le tournant 1850 avait déjà été mis en lumière par Sartre (Qu’est-ce que la littérature ?) et par Barthes (Le Degré zéro de l’écriture), que le sociologue se garde de citer. Depuis Les Règles de l’art, de nombreux travaux ont eu l’occasion de préciser l’évolution, durant la première moitié du XIXe siècle français, des conditions de production et de réception de la littérature qui, de l’émergence d’une « civilisation du journal »5 aux réflexions de Sainte-Beuve sur l’émergence d’une « littérature industrielle »6 (1839), constituent les étapes de l’instauration d’une double logique économique à l’œuvre au cœur du monde des lettres.

5Dans une perspective critique toujours, l’auteur note ironiquement que « Le champ est une structure relativement statique où se joue [sic] des luttes de concurrences et d’où surgissent, à des moments bien déterminés, des transformations structurelles qu’induirait le pouvoir charismatique des créateurs-prophètes, une force mystérieuse dont le mode opératoire nous demeure inconnu » (p. 86). En se concentrant sur les principes structurels qui régissent le fonctionnement du champ et les forces d’opposition entre dominés et dominants, qui peuvent être systématisés et convertis en lois (ou, du moins, en tendances), Dulmage oublie de prendre en considération certaines fluctuations liées aux spécificités des individus qui prennent part à ce champ. Bourdieu avait de cette manière insisté sur les logiques de croyance et d’adhésion au jeu propre à chaque champ autonome et aux règles impliquées par celui-ci. Empruntant à Huizinga le concept d’illusio, le sociologue faisait voir comment l’intégration au champ ne pourrait se dérouler sans l’adoption d’un « espace mental », d’un « langage » et d’une « posture » spécifiques, actualisations patentes d’une croyance qui permet d’être vraiment au champ et transforme l’individu en acteur plutôt que spectateur. Capitale dans la théorie bourdieusienne, cette illusio, à la fois moteur et produit du champ, est génératrice d’attitudes et de rites, mais elle engage aussi une certaine distribution des rôles et de pouvoirs, qui agissent sur le fonctionnement du champ et, à terme, sur sa structure.

6En définitive, il aurait sans doute mieux valu resserrer le propos sous la forme d’un article critique qui aurait pu trouver place dans une revue spécialisée : ne se donnant par les moyens de ses trop hautes ambitions, l’ouvrage se révèle trop léger en plus de se distinguer par le manque de soin apporté à sa réalisation ― nombreuses sont en effet les erreurs de composition (on ne compte plus les guillemets isolés), les fautes d’accord et les coquilles qui émaillent le texte. Un dernier extrait permet de synthétiser les défauts de l’ouvrage ; glosant la logique économique à l’œuvre au sein du champ, l’auteur note : « C’est comme si, dans la production restreinte, nous aurions [sic] des boulangers qui produiraient du pain uniquement pour d’autres boulangers, tandis que dans la grande production, le pain serait destiné à qui veut en manger » (p. 20). Maladroitement formulée, l’analogie est aussi saugrenue que réductrice en ce qui concerne les logiques à l’œuvre dans le champ littéraire. Mais elle est également simplificatrice du point de vue même du comparant, puisqu’elle néglige non seulement le développement de boulangeries artisanales spécialisées dans l’invention de nouvelles variétés et la recherche de grains « authentiques », se positionnant de la sorte contre les boulangeries industrielles pour grandes surfaces, mais aussi l’existence d’une manière d’art moyen de la boulange, avec, par exemple, une Première moisson artisanale, dont le produit est voué à être distribué dans des supermarchés. Ce n’est pas un hasard si Mallarmé, dont Bourdieu convoquait la prose pour définir l’illusio, se méfiait du « démon de l’analogie ».

Haut de page

Notes

1 Citons notamment Alain Accardo, Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu [1991], Marseille, Agone, 2006 ; Alain Accardo et Philippe Corcuff, La Sociologie de Bourdieu. Textes choisis et commentés, Bordeaux, Le Mascaret, 1989 ; Philippe Corcuff, Bourdieu autrement. Fragilités d’un sociologue de combat, Paris, Textuel, 2003 ; Jacques Dubois, Pascal Durand et Yves Winkin (dir.), Le Symbolique et le Social. La Réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu, Liège, Presses de l’Université de Liège, 2005 (à reparaître en 2015, dans la collection « Situations » des PULg), Bernard Lahire (dir.), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui », 1999 ; Édouard Louis (dir.), Pierre Bourdieu. L’insoumission en héritage, Paris, PUF, 2014 ; Jean-Pierre Martin (dir.), Bourdieu et la littérature, Nantes, Cécile Defaut, 2010.

2 Voir notamment Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire, homme-époque (1898-1918), Paris, Seuil, « Liber », 2001 ; Pascale Casanova, La République mondiale des lettres [1999], Paris, Seuil, « Points essais », 2008 ; Jacques Dubois, L’Institution de la littérature [1978], Bruxelles, Labor, « Espace nord », 2005 ; Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, « Liber », 2008 ; Anthony Glinoer, La Querelle de la camaraderie littéraire, Genève, Droz, « Histoire des idées et critique littéraire », 2008 ; Nathalie Heinich, L'Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005 ; Bernard Lahire, La Condition littéraire, Paris, La Découverte, « Textes à l'appui / Laboratoire des Sciences Sociales » ; Jérôme Meizoz, L’œil sociologue et la littérature, Genève, Slatkine, 2004 ; Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, « Histoire de la pensée », 1999 ; Fabrice Thumerel, Le Champ littéraire français au XXe siècle. Éléments pour une sociologie de la littérature, Armand Colin, « U », 2002 ; Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985.

3 Certains courts-circuits sont pour le moins saisissants : « La raisonnement du sociologue est sans équivoque : Flaubert et Baudelaire ont accompli la révolution esthétique et l’ont réalisée grâce au pouvoir de l’écriture consistant à sublimer n’importe quelle réalité du quotidien en œuvre d’art » (p. 81).

4 De façon parfois comique, malgré elle. De cette façon, page 71, l’auteur note : « nous ne suggérons pas […] que l’argent n’a pas son mot à dire dans l’activité artistique, car n’oublions pas, comme l’a justement dit Zola : l’argent a libéré l’art en libérant l’écrivain des nécessités matérielles », avant de renvoyer, par une note de bas de page, aux Règles de l’art, où Bourdieu dit exactement la même chose, à partir de la même citation.

5 Voir l’ouvrage du même nom, Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal. Une histoire de la presse française au XIXe siècle, Nouveau Monde éditions, 2011.

6 Voir Anthony Glinoer, « Classes de textes et littérature industrielle dans la première moitié du XIXe siècle », dans COnTEXTES [En ligne], Varia, 2009. URL : http://contextes.revues.org/4325

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Simon Dulmage, Mutations et déterminisme chez Bourdieu. Epistémologie de la sociologie de l’art de Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 janvier 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/16857

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page