Navigation – Plan du site

Catherine Tourrilhes, Nadia Veyrié (dir.), « Approches de chercheurs dans le travail social », Le Sociographe, hors-série n° 7, 2014

Corinne Buisson
Approches de chercheurs dans le travail social
Catherine Tourrilhes, Nadia Veyrié (dir.), « Approches de chercheurs dans le travail social », Le Sociographe, hors-série n° 7, 2014, 240 p., Montpellier, Éditions Champ social, ISBN : 9782918621218.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À signaler sur le même thème, un livre de l'Association française pour le développement de la reche (...)

1Ce numéro hors-série de la revue du Sociographe s'intéresse aux diverses approches de la recherche « en » et « sur » le travail social en tentant de répondre à un certain nombre de questionnements d'ordre épistémologique qui agitent ce secteur de la recherche depuis le début du XXe siècle1. Le travail social peut-il constituer une science au sens académique donné habituellement à ce terme ? Quels sont les enjeux de la recherche « en », « dans » et « sur » le travail social et quels présupposés épistémologiques cette recherche doit-elle adopter ? Quelles articulations peut-on imaginer entre savoirs académiques et pratiques professionnelles ? Quelle posture professionnelle et quels statuts doivent être élaborés pour le chercheur praticien et le chercheur formateur ? Des réponses apportées à ces questions dépendent non seulement la reconnaissance et la légitimité accordées aux résultats de la recherche, mais aussi l'évolution et la transformation des pratiques professionnelles qui en sont les enjeux majeurs.

2Ce numéro s'organise autour de trois angles d'attaque du questionnement épistémologique : la première série d'articles aborde la recherche sous l'angle politique, clinique et éthique ; la seconde focalise le regard sur « les recherches participatives et la co-construction des savoirs » ; enfin la troisième partie s'interroge sur les relations que la formation et la professionnalisation des acteurs sociaux entretiennent avec la recherche.

  • 2 Horkheimer Max, Théorie traditionnelle et théorie critique, Paris, Gallimard, 1996.

3Ina Motoi offre une réflexion sur le rôle de la pensée critique dans le cadre du travail social et de la recherche au Québec, en articulant celle-ci autour de deux nouveaux concepts : le « royaume » et la « rectitude politique ». Le « royaume » figure l'ensemble des dispositifs et mesures bureaucratiques qui enferment usagers et travailleurs sociaux dans des pratiques professionnelles objectivantes et brident ainsi leur autonomie professionnelle. La « rectitude politique » renvoie aux diktats de l'idéologie managériale, que seule la pensée critique, s'appuyant sur la théorie critique de l’École de Francfort2, est à même de faire ressortir, en restaurant l'usager dans sa position de sujet et le travailleur social dans une posture éthique de praticien chercheur œuvrant à l'élaboration d'une vision critique de la société basée sur les valeurs d'équité, de solidarité et de justice sociale.

4Pascaline Delhaye s'intéresse plus spécifiquement à l'approche clinique de la recherche en travail social. La démarche clinique, dans le face-à-face entre un sujet singulier et un professionnel, permet la construction de connaissances à partir de situations particulières dans lesquelles sujets et professionnels sont impliqués. Le rôle de la clinique dans la recherche en travail social est transversal, elle vient « fonder, en l'interrogeant, la théorie » (p. 43). La recherche clinique est une « aventure » où la subjectivité du chercheur tient une grande place, garantissant l'éthique de la démarche, entre proximité et distanciation nécessaire vis-à-vis de l’usager ; deux éléments qui la rapprochent de la recherche participative et de la recherche-action.

5Chabier Gimeno Monterde nous fait part des obstacles, difficultés et interrogations éthiques rencontrés lors d'une recherche participative sur les migrations clandestines des jeunes, menée dans la région d'Aragon en Espagne. La recherche sur un sujet aussi sensible place les chercheurs face à des tensions particulièrement aiguës : le risque de transformer le recueil des données en informations facilitant le contrôle des migrants et le chercheur en agent double est toujours présent. Afin d'éviter les difficultés propres à ce type de recherches, les praticiens chercheurs ont opté pour l'observation participante avec immersion dans les groupes et partage d'expériences avec les mineurs. Ils ont également expérimenté une nouvelle forme heuristique qu'ils nomment la « dérive » ou l’« art » de déambuler, laissant une large place au hasard et à la découverte.

6Dans le cadre du chapitre « recherche participative et co-construction des savoirs », Jean Foucart nous invite à réfléchir à la « pensée floue » et à ses relations avec la recherche participative. La pensée floue est une pensée de la pratique qui ne présuppose pas d'élaboration théorique préalable. Elle substitue à la logique du vrai, une logique du vraisemblable et du raisonnable et s'appuie sur le concept du réseau pour interpréter le réel. Elle s'oppose au fonctionnalisme durkheimien et au modèle d'intégration sociale développé actuellement : l'insertion. La précarité des conditions et l'insécurité qui l'accompagne mettent en échec les réponses techno-psychologiques. Contrairement à la métaphore du système pour figurer la société, le réseau admet des chemins et des solutions multiples. La recherche participative apparaît alors « comme une stratégie, parmi d'autres, de construction d'un monde commun » (p. 82).

  • 3 Weber Max, Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2013.

7Philippe Lyet réinterroge l'asymétrie habituelle des savoirs théoriques et des savoirs d'action à partir de la séparation que fait Max Weber dans Le savant et le politique3 entre activité scientifique et activité sociale. Pour clarifier les présupposés épistémologiques de la recherche-action, il prend appui sur une recherche menée dans le cadre de la protection de l'enfance en Côte-d'Or qui vise à mettre en évidence les savoir-faire des travailleurs sociaux. Il montre notamment que l'approche de ces savoir-faire professionnels au travers de l'action des praticiens, réclame un engagement, une implication particulière de la part des chercheurs au regard de l'expérience vécue par ces derniers. C'est à partir de la reconnaissance de la double contrainte que vivent les travailleurs sociaux face aux prescriptions de leur hiérarchie qu'un partage des expériences et savoir-faire devient possible.

8Dominique Paturel remet en question le modèle positiviste de construction des savoirs et la « laboratisation » qu'il implique. La transformation des relations entre les individus et le collectif constitue une évolution anthropologique majeure. Elle entraîne des modifications sensibles dans la construction des mouvements sociaux et dans l'expression de leurs revendications. Les recherches participatives révèlent des revendications de reconnaissance qui n'auraient pu voir le jour sans cette sortie des « laboratoires ». Parce que ces recherches permettent de prendre en compte autrui et l'altérité, elles font avancer la compréhension tant des réalités sociales que des interventions qu'elles induisent.

9Pour Sophie Paulay, la recherche en travail social doit pouvoir participer à la construction d'une connaissance critique sur le travail social. Elle questionne les présupposés du modèle d'éducation par les pairs au travers des pratiques de prévention en santé communautaire. Cette forme d'éducation est étudiée en tant que modèle de transmission des savoirs. À la faveur d'une investigation historique, l'auteure nous montre les tensions existant au sein de ce modèle : entre émancipation de certaines populations et contrôle social (normalisation des comportements)... l'occasion de souligner le caractère aporétique de la relation éducative, entre domestication et émancipation, praxis et poësis.

  • 4 Conférence de consensus, la recherche en/dans/sur le travail social... L'avis du jury, http://www.o (...)

10Suite à l'avis émis en juin 2013 par la conférence de consensus4, Patrice Calmo et Laurent Pacho s'étonnent que les usagers soient absents des réflexions conduites en matière de recherche en travail social. L’enquêté n'y est jamais reconnu ou mobilisé comme acteur, mais reste « l'anonyme des cohortes et de ses corpus d'analyse » (p. 141). À la distinction entre savoirs académiques et savoirs professionnels, ils préfèrent la distinction initiée par Joseph Wresinsky, entre les savoirs expérientiels (savoirs de vie), les savoirs d'action des professionnels et bénévoles et les savoirs théoriques et académiques. Pour illustrer la nécessité de mieux prendre en compte les savoirs expérientiels, les auteurs relatent l'expérience d'une recherche participative menée au sein de la maison d'enfants à caractère social (MECS) « Le Gai Logis », en Haute-Savoie, qui a abouti à la création d'une université populaire des parents (UPP).

11Stéphane Rullac inaugure cette troisième partie consacrée à la constitution de ce champ de recherche spécifique qu'est le travail social. Il présente d'abord une analyse historique fouillée de la formation de ce nouveau paradigme de recherche, à travers notamment la mise en place du diplôme supérieur en travail social (DSTS) en 1978, devenu diplôme d’état d'ingénierie sociale (DEIS) en 1998 et la création de la chaire du travail social du CNAM en 2001. L'auteur dégage ensuite les spécificités de la recherche en travail social qui est une recherche « par l'intervention et non sur l'intervention » (p. 164) et nous invite à la reconnaître comme un paradigme scientifique légitime.

12Vincent Enrico et Corinne Rougerie analysent la place de la recherche dans les centres de formation en travail social à travers la constitution des pôles de recherche et d’étude pour la formation et l'action Sociale (PREFAS). Les PREFAS requestionne la place de la recherche dans les centres de formation. Depuis de nombreuses années, le travail social revendique l'existence d'une discipline scientifique à part entière afin de garantir l'autonomie de ce champ de connaissances et d'interventions. L'existence de ces pôles pose à nouveaux frais un certain nombre de questions propres à la recherche en travail social, relatives notamment à l'articulation de la pratique et du savoir, à la nécessité de revisiter les règles scientifiques en vigueur dans la recherche académique, à la place du praticien chercheur et au statut professionnel des formateurs chercheurs.

13Raymond Curie insiste sur l'importance de la recherche dans les écoles de formation au travail social. Ce qu'il convient d'approfondir, c'est non seulement la reconnaissance des travaux effectués mais aussi la valorisation de ces travaux auprès des professionnels de terrain. L'auteur voit une dimension militante dans la valorisation des travaux de recherche dans la mesure où « la légitimité d'un travail scientifique peut servir d'assise à une argumentation militante » (p. 200) et permettre de défendre un positionnement engagé.

14Le mémoire de fin de formation visant le diplôme d'état des assistants de service sociaux (DEAS) est qualifié dans les textes, d'initiation à la recherche. Carole Perret explicite les attendus du domaine de compétences « DC2 » dont le mémoire de fin d'études est le pivot. Il s'agit à l'issue de cet exercice d'accréditer des compétences articulant les champs de la pratique et de la recherche. Ainsi le mémoire est-il là pour attester de la capacité de l'étudiant à se situer dans l'action, à « comprendre les significations d'un événement ou d'une conduite », à « saisir plus finement les logiques de fonctionnement d'une organisation », à « réfléchir avec justesse aux implications d'une décision politique » (p. 205), à s'interroger sur les représentations en vigueur au sein des pratiques professionnelles, etc. L'étudiant doit donc essentiellement mettre en œuvre sa réflexivité, son appropriation des connaissances et ses acquis méthodologiques.

  • 5 Richmond Mary E., What is social case work? An introductory description, New York, Russel Sage Foun (...)

15Lilian Gravière nous convie à une réflexion sur les paradigmes du travail social. Il entend par paradigme, les modèles sous-jacents régulant les pratiques professionnelles. L'un de ces paradigmes a été fourni par Mary E. Richmond dans ses travaux consacrés au « social case work ». L'analyse proposée par l'auteur est résolument philosophique et resitue les travaux de Richmond comme l'un des premiers essais (1922)5 « revendiquant le travail social comme champ professionnel autonome, postulant la nécessité d'une recherche sociale en son sein » (p. 225). Cette autonomie revendiquée est actuellement un enjeu important du professionnalisme des praticiens et induit ce que l'auteur appelle une épistémologie de la prudence comme vertu délibérative – délibération sur les fins et les moyens. Échappant ainsi à toute « tentative de formalisation procédurale », Gravière soumet les méthodes au débat et à la délibération et parle, pour les qualifier, de « pratique prudentielle » (p. 229).

16Ce numéro du Sociographe, d'une grande diversité d'approches, est riche d'enseignement quant aux interrogations actuelles travaillant la recherche en travail social. On voit progressivement se détacher de la recherche traditionnelle et de ses principaux paradigmes (positivisme, neutralité du chercheur, etc.) deux autres modèles prometteurs en termes d'amélioration de la compréhension de l'évolution de notre société : la recherche-action mettant en scène des praticiens chercheurs doués de subjectivité, et la recherche participative intégrant pleinement les usagers dans le respect de leur altérité. Ce numéro hors-série en appellerait un autre faisant, cette fois, un état des lieux des recherches-action et des recherches participatives pour donner à voir pleinement l'évolution des réalités sociales et des pratiques professionnelles des travailleurs sociaux.

Haut de page

Notes

1 À signaler sur le même thème, un livre de l'Association française pour le développement de la recherche en travail social (AFFUTS), Quels modèles de recherche scientifique en travail social ?, Presses de l'EHESP, coll. « Politiques et interventions sociales », 2013 ; compte rendu de Charlène Charles pour Lectures : http://lectures.revues.org/13748.

2 Horkheimer Max, Théorie traditionnelle et théorie critique, Paris, Gallimard, 1996.

3 Weber Max, Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2013.

4 Conférence de consensus, la recherche en/dans/sur le travail social... L'avis du jury, http://www.oned.gouv.fr/actualité/recherche-et-travail-social-avis-jury-conferenc-consensus, juin 2013.

5 Richmond Mary E., What is social case work? An introductory description, New York, Russel Sage Foundation, 1922.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Buisson, « Catherine Tourrilhes, Nadia Veyrié (dir.), « Approches de chercheurs dans le travail social », Le Sociographe, hors-série n° 7, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/16860

Haut de page

Rédacteur

Corinne Buisson

Docteure en philosophie morale et politique – Paris IV Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page