Navigation – Plan du site

Josiane Boutet, Monica Heller (dir.), « John J. Gumperz : de la dialectique à l’anthropologie linguistique », Langage & Société, n° 150, 2014

Maryvonne Holzem
John J. Gumperz
Josiane Boutet, Monica Heller (dir.), « John J. Gumperz. De la dialectique à l'anthropologie linguistique », Langage & Société, n° 150, quatrième trimestre 2014, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISSN : 0181-4095, ISBN : 978-2-7351-1751-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 William Labov, Sociolinguistic Patterns, Philadelphia, University of Pennsylvania Press,‎ 1972.

1Ce 150e numéro de la revue Langage & Société rend hommage au fondateur de la sociolinguistique interactionnelle, John J. Gumperz, décédé en 2013 à l’âge de 91 ans. Il est dirigé par deux sociolinguistes de renom, l’une canadienne, Monica Heller, l’autre française, Josiane Boutet, directrice scientifique de la revue qui publie cet hommage. Les sept contributeurs sont allemand, canadien, états-uniens et français ; ils témoignent de leur réception des travaux de Gumperz et tout particulièrement de la place qu’il convient d’accorder aux indices de contextualisation. L’approche sociolinguistique de Gumperz est interactionnelle, au sens où elle cherche à comprendre comment les locuteurs co-construisent le sens en interaction. Elle confère une dimension dynamique, voire constructiviste, à l’étude de la variation linguistique en fonction de l’appartenance sociale, telle que conçue par le père de la sociolinguistique : William Labov1. Là où, dans une démarche de nature analytique, Labov cherche des propriétés variationnistes des langues, Gumperz, plus sensible aux conventions culturelles, s’attache aux contextualisation cues (indices de contextualisation) en interaction dialogique.

  • 2 John Gumperz, The Suabian Dialect of Washteneau Country, University of Michigan, 1954.
  • 3 John Gumperz, « Dialect and conversational inference in Urban communication », Language in society, (...)

2C’est Peter Auer de l’Université de Freiburg qui ouvre ce dossier par un article intitulé «  John J. Gumperz as a dialectologist ». L’auteur retrace chronologiquement les premières études de terrain menées par Gumperz : de sa thèse de doctorat en 19542 sur le dialecte des immigrants souabes dans les zones rurales du Michigan, aux contacts de langues en Inde du Nord, jusqu’aux travaux d’ethnologie des communications urbaines3. Ces recherches l’ont amené à se démarquer de la tradition néogrammairienne, tant de l’approche distributionnelle de Bloomfield que de la recherche des propriétés variationnistes systématiques de Labov. C’est au caractère précurseur de ces premiers des travaux de dialectologie que l’article rend hommage, car ils fournissent les bases d’une linguistique interactionnelle enrichie des traditions structuralistes européennes comme états-uniennes.

  • 4 Georges Daniel Véronique, « Les usages formels du morisyen : des emplois stratégiques du contact de (...)

3C’est le même intérêt que Daniel Véronique trouve aux travaux de Gumperz : celui d’avoir pris en compte toute la complexité historique sociale et culturelle des communautés linguistiques, en alternative à une approche réductrice parce que systématique de la variation langagière. Son article sur les enseignements de John J. Gumperz pour la sociolinguistique des langues créoles s’intéresse à la notion gumperzienne de répertoire verbal pour répondre aux questionnements des créolistes sur les modalités sociales et linguistiques des langues en situation de minoration. Du point de vue des études qu’il a menées sur les pratiques langagières formelles à l’île Maurice4, Véronique éprouve la pertinence des travaux de Gumperz. Là encore ce sont les premiers travaux du linguiste sur l’activité de minoration (dévalorisation) / dé-minoration linguistique qui apportent les plus beaux fruits aux créolistes : « son analyse de la minoration linguistique comme son attention au répertoire verbal sont d’un grand secours pour la description de la diversité des usages entre le créole et la langue lexificactrice dans les sociétés de langue créole» (p. 36).

  • 5 John Ogbu, « Variability in minority school performance: a problem in search of an explanation », i (...)
  • 6 R. Singh, J.K. Lele & G. Martohardjono, « Communication in a multilingual society: some missed oppo (...)

4Dans un article déjà publié l’an passé dans le Journal of linguistic anthropology, Monica Heller s’attentionne à « Gumperz et la justice sociale ». Sous le titre éloquent qu’elle donne à son article, c’est l’ensemble de l’œuvre du linguiste qui se trouve selon elle résumé. Elle éprouve l’apport de ses écrits à l’aune des critiques qui lui ont été adressées, notamment celle de l’anthropologue de l’éducation John Ogbu (1993)5, pour qui la différence culturelle et linguistique est insuffisante à l’explication de l’échec scolaire de certaines communautés, ou encore celle de Singh, Lele et Martohardjono (1988)6 pour lesquels la compréhension, par les minorités discriminées, des critères d’évaluation les concernant fournissent des explications tout aussi plausibles que les différences invoquées par Gumperz. Si, comme le reconnaît Heller, la relation entre l’interaction sociale et la structuration sociale est ténue, nous pensons comme l’auteur de l’article, que ce qui reste à développer ce sont les conséquences théoriques et méthodologiques concrètes de ces perspectives. Les écrits de Gumperz, qui ont cherché à repousser les limites de la description linguistique et ethnographique des parlers autochtones, sont de ce point de vue un apport pour la sociolinguistique critique. Ce que l’on peut regretter de ces études, celles de Gumperz comprises, c’est qu’elles fassent une relative impasse tant sur les questions de recueil et d’attestation des données que sur les méthodes linguistiques mises en œuvre pour les analyser.

5Marco Jacquemet, de l’Université de San Francisco, s’appuie sur des données ethnographiques issues d’un procès criminel à Naples pour actualiser les écrits de Gumperz sur le rôle du pouvoir. Il s’agit d’une étude de cas issue de sa thèse (dirigée par Gumperz en 1996) qui s’intéresse au sens social implicite porté par la parole, une métapragmatique qui prolonge les travaux de son directeur sur l’asymétrie des communications institutionnelles. Jacquemet se focalise sur l’alternance entre trois pronoms d’adresse : la forme du respect « Lei », celle commune associée « voi » et enfin celle du tutoiement. C’est cette dernière forme, perçue comme une violation pronominale, qui déclenchera ce qu’il nomme « The pattern of these metapragmatic attacks » (les motifs de ces attaques métapragmatiques) composée de chevauchement de paroles, de directives métalinguistiques jusqu’à la sanction finale (le verdict).

  • 7 Ivan Fónagy, La vive voix, essai de psycho-phonétique, Paris, Payot 1991 (préface de Roman Jakobson (...)

6Josiane Boutet cherche, quant à elle, la similitude entre geste vocal et indices de contextualisation. En s’appuyant sur la théorie dite du double codage, du phonéticien psychanalyste d’origine hongroise Yvan Fonagy7, elle construit un dialogue posthume entre deux linguistes qui ne se sont jamais croisés. Même si nous pouvons regretter dans l’œuvre de ces linguistes, qu’ils n’aient pas étendu leur compréhension du contexte à celle de la culture et des normes qui en régissent les valeurs, Josiane Boutet remarque à bon droit leur commune conception du sens « qui circule entre les locuteurs et ne saurait être réduit aux seuls contenus propositionnels » (p. 83).

  • 8 C. Geertz, The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books, 1973 et C. Geertz, Works and live (...)

7« Who’s the artist? », s’interroge Robert Nicolaï dans son article sur la sociolinguistique comme contexte. À partir de nombreux extraits de l’œuvre de Gumperz définissant les indices de contextualisation, Nicolaï s’attache à la dynamique entre signes « symboliques » et signes « indexicaux». S’il nous semble dommage que la dimension symbolique s’arrête au niveau du signe linguistique et que la langue ne soit appréhendée que comme « un des outils dans l’échange communicationnel global » plutôt que comme entour sémiotique, l’élargissement conceptuel proposé par l’article ouvre néanmoins des perspectives d’anthropologie sémiotique. Nous ne pouvons alors nous empêcher de rapprocher les travaux de Gumperz de ceux d’un Clifford Geertz8 en regrettant, à l’instar de l’article de J. Boutet, que les chemins des deux chercheurs nord-américains ne se soient croisés.

8Un entretien entre Jacky Simonin (linguiste de Paris XIII qui s’est intéressé dès les années 1970 aux travaux de Gumperz) et Josiane Boutet clôt ce dossier. Simonin détaille clairement les enseignements qu’il a tirés des écrits de Gumperz : sur la nature ethnographique des données, sur leur interprétation d’un point de vue différentiel, sur les mélanges de langues et enfin sur son opposition à Labov concernant la corrélation fonctionnelle entre variables linguistiques et catégories sociales. Cet entretien joue donc ici le rôle d’une synthèse des apports du linguiste

9Notons en Varia, un article sur la place des langues sacrées chez les immigrants indiens en Europe qui illustre le dossier d’anthropologie linguistique. Nous conseillons donc la lecture de ce numéro à tous les linguistes soucieux de défendre un point de vue non réductionniste de leur champ de recherche. Si, comme nous le pensons, les sciences humaines et sociales sont à un tournant, car confrontées à des tentatives de réduction venues des technosciences et des financements ad hoc, elles sont riches d’un patrimoine culturel sans précédent au niveau mondial et d’un accès tout aussi sans précédent à des contenus numériques (oraux comme écrits), alors ce numéro tombe à point nommé. C’est donc moins en termes d’hommage que de vision d’avenir pour la recherche en sociolinguistique qu’il convient de le lire et de relire l’œuvre de Gumperz.

Haut de page

Notes

1 William Labov, Sociolinguistic Patterns, Philadelphia, University of Pennsylvania Press,‎ 1972.

2 John Gumperz, The Suabian Dialect of Washteneau Country, University of Michigan, 1954.

3 John Gumperz, « Dialect and conversational inference in Urban communication », Language in society, n° 7, 1978, p. 393-409.

4 Georges Daniel Véronique, « Les usages formels du morisyen : des emplois stratégiques du contact des langues en contexte créolophone », Claix, Travaux, n° 24, 2013, p. 213-228.

5 John Ogbu, « Variability in minority school performance: a problem in search of an explanation », in E. Jacob & C. Jordan (dir.), Minority Education: an anthropological Perspective, Norwood NJ, Ablex, 1993, p. 83-112.

6 R. Singh, J.K. Lele & G. Martohardjono, « Communication in a multilingual society: some missed opportunities », Language in Society, vol. 17, n° 1, 1988, p. 43-59.

7 Ivan Fónagy, La vive voix, essai de psycho-phonétique, Paris, Payot 1991 (préface de Roman Jakobson). La théorie du double codage présuppose deux actes successifs d'encodage : un encodage linguistique qui transforme un message global en une séquence de phonèmes, et un deuxième codage au cours duquel le message gestuel, vient se greffer sur ce premier message.

8 C. Geertz, The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books, 1973 et C. Geertz, Works and lives: the anthropologist as author, Stanford University Press, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Holzem, « Josiane Boutet, Monica Heller (dir.), « John J. Gumperz : de la dialectique à l’anthropologie linguistique », Langage & Société, n° 150, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 février 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/16905

Haut de page

Rédacteur

Maryvonne Holzem

Maître de conférences en linguistique, laboratoires Dysola (Dynamiques sociale et langagière) et LITIS (Laboratoire d’informatique, de traitement de l’information et des systèmes).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page