Navigation – Plan du site

Olivier Le Deuff (dir.), Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales

Rémy Besson
Le temps des humanités digitales
Olivier Le Deuff (dir.), Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales, Limoges, FYP éditions, coll. « Société de la connaissance », 2014, 175 p., ISBN : 978-2-36405-122-5.
Haut de page

Texte intégral

1La notion d’humanités digitales (souvent appelées également humanités numériques) correspond à l’intégration des technologies de l’information et de la communication aux différents stades de l’activité de recherche en sciences humaines et sociales (SHS), depuis la veille documentaire jusqu’à la diffusion des résultats scientifiques en passant par le recueil, le traitement et l’archivage des données. Mais les humanités digitales (DH) ne se résument pas à l’utilisation de technologies : elles constituent un véritable champ de recherche qui conjugue une dimension appliquée (développement d’outils et de méthodologies spécifiques) et une dimension plus réflexive, d’ordre épistémologique, dans la mesure où le numérique bouleverse non seulement les savoir-faire de l’activité scientifique, mais aussi ses perspectives heuristiques. L’ouvrage collectif dirigé par Olivier Le Deuff appréhende les humanités digitales à travers les mutations qu’elles induisent auprès des institutions et des différents acteurs impliqués dans la recherche en SHS, soulevant notamment la question de leur statut et de leur place dans le cadre académique, tout comme celle des compétences et des nouveaux métiers qu’elles mettent en jeu. Si une partie introductive réinscrit ce mouvement dans le temps relativement long des liens entre SHS et informatique, c’est par la suite une réflexion sur un processus en cours qui est menée.

2Les chercheurs réunis s’interrogent ainsi sur les compétences minimums en informatique que les étudiants et leurs collègues devraient posséder, sur la nécessité de mettre en place une méthodologie commune à l’ensemble des SHS et sur la pertinence de créer une discipline portant cet intitulé dans les universités françaises. Ils se demandent également si la création de lieux adaptés au développement des DH est nécessaire. Il s’agit par exemple de savoir si les bibliothèques constituent l’espace à privilégier pour conserver les données collectées en ligne ou si de nouveaux espaces, qui pourraient être nommés Mnémothèques (Franck Cormerais, p. 134 sqq.), sont encore à inventer. Dans ces lieux, les chercheurs en SHS seront-ils amenés à apprendre à coder et à développer eux-mêmes des sites ? Cette acquisition de compétences techniques sera-t-elle accompagnée d’un dialogue avec d’autres disciplines ou métiers de la recherche ? Enfin, une unité d’enseignement (UE) doit-elle être créée pour impliquer les étudiants dans ce mouvement ? Et, si oui, sur quels aspects du champ faut-il le plus insister (technique, épistémologie, etc.) ? Soulevant ces questions, l’ouvrage a moins pour but de vulgariser des connaissances propres à un domaine des SHS que d’introduire le lecteur à un ensemble de discussions en cours chez les chercheurs qui se sont saisis, depuis une dizaine d’années, de cet objet d’étude. Cela est revendiqué par Olivier Le Deuff qui termine l’introduction générale par un « bienvenue dans la communauté ! » de circonstance (p. 13). Tout l’intérêt de cet ouvrage est de ne pas apporter une réponse unique à ces questions. Les auteurs divergent, en effet, sur les manières de faire à adopter. Par exemple, sur la question de la maîtrise technique des outils nécessaires à la création d’interfaces numériques, Nicolas Thély insiste sur l’acquisition par les étudiants et les chercheurs en SHS d’un socle de compétences minimales afin de viser à l’autonomie, là où Jean-Christophe Plantin, plus circonspect, met en avant la nécessité d’un dialogue entre SHS et métiers de l’informatique. De même, sur la question de la curation, soit de la sélection et de l’indexation de données partagées en ligne par d’autres (chercheurs, journalistes, amateurs, etc.), René Audet conseille l’usage d’interfaces privées grand public (p. 98) qui sont, par ailleurs, vivement critiquées par Olivier Le Deuff (p. 145).

  • 1 Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011. Doueihi est l’auteur de l’introduct (...)
  • 2 Stéphane Pouyllau indique cependant que les DH « doivent être et demeurer avant tout un espace d’in (...)
  • 3 L’objectif est aussi de gérer une forme de résistance au changement parfois exprimée par ces dernie (...)

3Cela n’empêche pas un certain unanimisme quant à l’intérêt de développer les DH en France. L’ensemble des chercheurs s’accorde ainsi sur le principe proposé par l’historien Milad Doueihi1. DH « est le terme courant qualifiant les efforts multiples et divers de l’adaptation à la culture numérique du monde savant » (cité p. 18). Le mouvement en cours est ainsi interprété, avant tout, comme étant un processus d’institutionnalisation. Partant de là, plusieurs axes de réflexion complémentaires sont développés tout au long de l’ouvrage. Le premier, que les chercheurs souhaitent visiblement dépasser2, pose que les DH correspondent principalement à une transformation de l’ingénierie de la recherche. Cette vision induit que le numérique soit perçu comme un ensemble d’outils mis au service des chercheurs. Les DH constituent alors un moyen efficace afin de permettre une transmission de compétences des informaticiens et autres professionnels de l’information et de la communication vers les chercheurs en SHS3. Stéphane Pouyllau se demande : « les DH sont-elles autre chose que l’accompagnement technologique, informatique et documentaire à la recherche en SHS ? » (p. 103). La plupart des chercheurs réunis dans cet ouvrage apportent des réponses positives à cette question.

  • 4 Le Deuff voit là une possibilité d’intégrer les étudiants de manière précoce à une dynamique de rec (...)

4Par la suite, ils se demandent notamment si les DH sont une sous-discipline des sciences de l’information et de la communication ou bien plutôt une transcipline. La première option induit que les DH constituent une littératie (p. 123-125), une compétence particulière, adaptée à l’analyse des données partagées en ligne. Les DH correspondraient alors à un savoir-faire bien précis servant, entre autres choses, à répondre au retour actuel des données massives (Big Data), notamment par le moyen de la visualisation (cartographie, représentation en 3D). Le parti pris transdisciplinaire, qui est favorisé par la plupart des auteurs, repose quant à lui sur un principe inverse à cette hyperspécialisation. L’objectif assumé par les auteurs se revendiquant de cette perspective est alors de faire vaciller les frontières entre SHS et sciences dites dures. Plantin précise : « il ne s’agit pas de demander aux uns de faire le travail des autres, mais davantage de permettre à chacun de comprendre l’épistémologie de l’autre » (p. 74). Stéphane Pouyllau indique pour sa part que le « web a permis d’unir dans une certaine mesure les métiers d’accompagnement de la recherche et les chercheurs » (p. 106). Le but est donc d’opérer un décloisonnement entre les disciplines et entre les métiers de la recherche en SHS. Dans ce cadre, les DH ne constituent pas une nouvelle discipline, mais une discipline seconde. Ainsi, dans les biographies présentant les auteurs, ces derniers indiquent-ils être historien, géographe, docteur en info-com, professeur en art… et spécialistes des DH. Cet axe de réflexion conduit implicitement à des problématiques liées à l’enseignement. Il ne s’agit pas, en effet, de considérer que les DH sont réservées à un petit groupe d’initiés (les représentants d’une sous-discipline), mais qu’elles constituent d’un socle commun à tous ceux qui pratiquent les SHS4. Une formation adaptée aux usages de recherche de l’ensemble des étudiants en SHS est donc à penser.

5Il est dès lors possible de considérer que c’est le métier de chercheur en SHS dans son ensemble qui est transformé par l’avènement des DH. Ainsi, pour Olivier Le Deuff et Frédéric Clavert, « la montée en puissance du numérique touche toutes les phases du travail et de la production scientifique » (p. 26). De l’environnement personnel de travail au mode de médiation des résultats, en passant par le travail de terrain, les recherches historiographiques et les archives de la recherche, c’est l’ensemble des savoir-faire qui sont à repenser. De nouveau, les DH sont alors moins une discipline à part entière, qu’une reformulation des principes de chacune des disciplines des SHS. Dans le cas précis de l’histoire, Clavert s’interroge : « qu’est-ce que lire les sources à l’ère numérique ? » (p. 40) ; comment maintenir une attention au qualitatif alors que la plupart des modèles interprétatifs sont actuellement pensés pour appréhender des données massives ?

  • 5 Ils prennent notamment l’exemple du Pelagios Project, qui vise à créer des liens visuels entre des (...)
  • 6 Cette réflexion s’accompagne aussi d’une remise en cause des formats d’écriture consacrés en SHS (l (...)

6Enfin, dans le cadre de la diffusion des résultats de la recherche, les DH sont considérées comme un nouveau mode de médiation des connaissances. Elles sont alors un moyen utilisé pour dépasser une formulation écrite, forcément linéaire, des résultats de la recherche. Cette transformation implique la recherche de modes de partage plus adaptés au web que l’article ou l’ouvrage papier mis au format PDF. Frédéric Kaplan, Mélanie Fournier et Marc-Antoine Nuessli indiquent que le but qu’ils poursuivent est d’accompagner le passage d’« une représentation [des résultats de la recherche] essentiellement textuelle et narrative en une représentation visuelle et exploratoire » (p. 55). Pour expliquer leur objectif, ils analysent plusieurs cas de cartographies dynamiques5, utilisées non pas pour illustrer ou compléter un article, mais constituant le cœur même de la démonstration. Leur idée directrice est que la gestion des bases de données et la conception d’algorithmes ou d’interfaces de programmation (API) ne posent pas seulement des problèmes techniques, mais qu’elles soulèvent aussi des problématiques d’ordre épistémologique6. Ainsi l’écriture en SHS est-elle profondément transformée par les DH ; elle devient en somme une représentation assistée par ordinateur, dont la partie scripturaire n’est plus forcément dominante.

  • 7 La rhétorique de la délivrance, terme utilisé à plusieurs reprises (p. 149 et p. 165), est symptoma (...)
  • 8 Le manifeste est une forme régulièrement utilisée par les chercheurs en DH durant ces dernières ann (...)
  • 9 Plantin insiste aussi sur ce point quand il explique qu’il faut éviter « un certain déterminisme te (...)
  • 10 Sur ce point, on renvoie à l’ouvrage de synthèse Rémy Rieffel, Révolution numérique, révolution cul (...)

7Si le titre, Le Temps des humanités digitales, et la formulation de certaines démonstrations7 prennent l’allure d’un manifeste8, cet ouvrage n’en constitue pas moins une introduction pertinente aux problématiques contemporaines en DH. La présence de chercheurs issus de différentes disciplines est, en soi, remarquable, car elle illustre bien ce que peut être la transdiscipline qu’ils appellent de leurs vœux. Il reste à regretter qu’un axe de réflexion supplémentaire ne soit pas abordé frontalement, alors même qu’il est présent, en filigrane, dans l’ensemble de l’ouvrage ; il s’agit du lien entre innovation technique et changement d’ordre culturel. En effet, il ressort de la lecture que la plupart des auteurs cherchent à extraire la pensée du numérique d’une conception strictement techniciste. La distinction entre DH et humanities computing faite en introduction est à ce titre limpide (p. 20 et sqq.)9. Le Deuff et Clavert poursuivent : « il s’agit surtout de comprendre que nos cultures sont imprégnées de notre relation avec les techniques » (p. 30). Les historiens du culturel pourraient compléter en notant que la réciproque est également vraie, la technique ne pouvant être comprise que dans son inscription dans une culture10. La question n’est alors plus de savoir comment le numérique aide le chercheur à penser, mais de savoir comment l’on pense à l’ère du numérique. En somme, comme l’indique en conclusion Olivier Le Deuff, comment aborder « une culture numérique qui mêlerait aussi bien théories et pratiques, documentation et réalisation » (p. 167).

Haut de page

Notes

1 Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011. Doueihi est l’auteur de l’introduction de l’ouvrage recensé ici.

2 Stéphane Pouyllau indique cependant que les DH « doivent être et demeurer avant tout un espace d’innovation technologique au service des projets de recherche en SHS » (p. 106).

3 L’objectif est aussi de gérer une forme de résistance au changement parfois exprimée par ces derniers.

4 Le Deuff voit là une possibilité d’intégrer les étudiants de manière précoce à une dynamique de recherche collective (p. 126).

5 Ils prennent notamment l’exemple du Pelagios Project, qui vise à créer des liens visuels entre des lieux géographiques représentatifs de notre passé à travers les documents qui s’y rapportent.

6 Cette réflexion s’accompagne aussi d’une remise en cause des formats d’écriture consacrés en SHS (l’article scientifique, la monographie, etc.), afin de trouver des longueurs mieux adaptées au web (le billet de blog, l’entrée dans une encyclopédie en ligne, etc. Audet, p. 89-102).

7 La rhétorique de la délivrance, terme utilisé à plusieurs reprises (p. 149 et p. 165), est symptomatique de cela.

8 Le manifeste est une forme régulièrement utilisée par les chercheurs en DH durant ces dernières années.

9 Plantin insiste aussi sur ce point quand il explique qu’il faut éviter « un certain déterminisme technique qui fait porter tous les enjeux sur la seule maîtrise technique du langage du code » (p. 67).

10 Sur ce point, on renvoie à l’ouvrage de synthèse Rémy Rieffel, Révolution numérique, révolution culturelle ?, Paris, Gallimard, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Olivier Le Deuff (dir.), Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 30 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/16915

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page