Navigation – Plan du site

Thierry Goguel d’Allondans et Jocelyn Lachance, Étudier les ados. Initiation à l’approche socio-anthropologique

Thibaud Pombet
Étudier les ados
Thierry Goguel d'Allondans, Jocelyn Lachance, Étudier les ados. Initiation à l'approche socio-anthropologique, Rennes, Presses de l'EHESP, coll. « Politiques et interventions sociales », 2014, 174 p., Préface de Claude Rivière, ISBN : 978-2-8109-0258-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thierry Goguel d’Allondans a été éducateur spécialisé pendant vingt ans ; il enseigne aujourd’hui d (...)
  • 2 Principalement les moniteurs-éducateurs, éducateurs spécialisés, assistants sociaux et infirmiers.

1Un manuel pour étudier les ados ! Certains parents rêvent sûrement de disposer d’un tel ouvrage. C’est pourtant aux étudiants que celui-ci est destiné. Les auteurs1, intervenant dans le cadre de formations initiales et d’enseignements magistraux, publient ici un véritable support d’enseignement et d’initiation à la recherche. Ce manuel s’adresse principalement à tous les d’élèves des secteurs éducatifs, sanitaires et sociaux2, ainsi qu’à ceux inscrits en premier cycle de SHS, et qui souhaitent entamer une recherche dans le cadre de leur cursus sur le thème de l’adolescence. Afin de les accompagner dans cette démarche, les auteurs proposent à travers ce livre une initiation à l’approche socio-anthropologique de l’adolescence et de la jeunesse. Si ce paradigme est présenté comme un « parmi d’autres », avec « ses forces et ses faiblesses », les auteurs ne cachent pas pour autant leur attachement et l’inspiration qu’ils doivent à une certaine « École de Strasbourg », principalement regroupée autour de David Le Breton, dont les travaux sont abondamment cités au fil du texte.

  • 3 Selon les auteurs, le néologisme « adulescents » a été inventé par le prêtre catholique et psychana (...)

2Dans une première partie, le manuel aborde quelques définitions destinées à éviter aux étudiants de tomber dans les « pièges » courants repérés par les auteurs. On apprend ainsi rapidement à distinguer les catégories sociologiques de la jeunesse, ouvrant aux études des mouvements sociaux et des sociabilités juvéniles, des références psychologiques faites à l’adolescence et à ses remaniements pubertaires. Cette distinction permet alors de « parler de la jeunesse ou des jeunes pour évoquer la globalité ou un “fait social total“ » et d’« utiliser l’adolescence pour traiter des problématiques singulières liées à un sujet ou à un groupe restreint » (p. 23). De même, plusieurs concepts clefs autour des mêmes objets sont ici définis plus précisément, comme ceux d’« adulescents », de « tweenagers » ou d’« adonaissance »3.

3Deux conseils sont également prodigués dans cette première partie Le premier vise à mettre en garde contre la généralisation de la catégorie « adolescence », puisque les auteurs mettent en évidence l’existence d’une « multiplicité d’adolescences ». Il convient dès lors d’user avec prudence des métaphores, pourtant foisonnantes, sur l’adolescence et la jeunesse. Comme il serait cependant dommage de s’en priver tout à fait, les auteurs en préconisent un usage destiné non pas à conclure, mais à ouvrir un propos, en gardant à l’esprit que « l’image, parce qu’elle est statique et circonscrite, est forcément réductrice » (p. 53). Toujours afin d’éviter la généralisation, les auteurs recommandent aux étudiants de préciser au mieux la population qu’ils étudient et de s’appuyer sur le vécu des jeunes, donc sur ce qui est observable. Le second conseil porte sur la nécessité d’adopter une attitude critique. Les auteurs mettent en garde les étudiants par rapport au choix des mots employés pour qualifier leur population. Cette posture critique est à maintenir tant face aux médias qui diffusent des « termes qui ne correspondent pas à la réalité des jeunes » (p. 61) (comme « dérision », « inconscience » ou « à la dérive ») que vis-à-vis des écrits scientifiques, à propos desquels les auteurs insistent pour que « l’argument d’autorité » n’empêche jamais « de questionner le vocabulaire utilisé par les spécialistes » (p. 62). Les étudiants sont également invités, par le biais de lectures les plus diversifiées possibles, à prendre du recul par rapport à leurs propres représentations.

4La seconde partie de l’ouvrage aborde spécifiquement l’approche socio-anthropologique de l’adolescence et de la jeunesse. Comme les auteurs le soulignent, cette approche pluridisciplinaire se définit à la fois par une épistémologie (« manière de penser ») et par une méthodologie (« manière de travailler »). Du point de vue disciplinaire, elle combine, sans surprise, les deux paradigmes de l’anthropologie, qui « rappelle que le passé imprègne le présent », et de la sociologie qui « insiste pour dire que tous les phénomènes et que tous les comportements prennent aussi leur sens dans le contexte d’aujourd’hui » (p. 75). Autrement dit, cette posture épistémologique vise à faire mieux comprendre que l’objet d’étude est « imprégné par le passé et s’inscrit dans le présent » (p. 76). L’objectif de cette démarche consiste alors à « épuiser le registre des significations d’un phénomène ou d’un comportement » (p. 102), ici celui des jeunes, ou à « établir une liste ou un catalogue de significations que prend un phénomène ou un comportement actuel » (p. 78). C’est donc la question du sens qui porte toute l’approche.

5La méthode proposée pour mettre en œuvre cette approche se décline en cinq étapes : contextualisation anthropologique et historique de l’objet d’étude ; contextualisation sociale, politique, économique, culturelle, juridique ou institutionnelle ; enquête de terrain à partir de la parole des acteurs ; mise en perspective des résultats avec des théories existantes ; illustration des résultats, avec un possible recours aux œuvres issues des cultures savantes ou populaires. La mise en œuvre concrète de cette approche socio-anthropologique de l’adolescence et de la jeunesse est alors illustrée avec l’exemple des usages faits par les jeunes des nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’occasion pour les auteurs de proposer le traitement de cet objet par le biais de deux « portes d’entrée » : soit par les concepts qui ont été présentés dans cette deuxième partie (rites de passage, rites d’interaction), soit par les thématiques chères à leur approche : la sexualité, la violence et la mort.

6De manière plus large, la troisième et dernière partie de l’ouvrage propose un guide concret pour que les étudiants puissent appliquer cette approche socio-anthropologique à leurs recherches sur l’adolescence et la jeunesse. Sans avoir « la prétention que cette partie supplée aux ouvrages de référence » (p. 106), les auteurs donnent tout de même quelques directives concernant les démarches de la recherche. De l’élaboration d’une introduction, en passant par la construction d’une problématique, la mise en place d’une méthodologie de travail, avec la présentation de quelques méthodes d’enquête (recherche documentaire, techniques d’entretiens et observations participantes), et jusqu’aux stratégies narratives concernant la restitution des résultats de l’enquête, chaque étape est ici détaillée, plus ou moins succinctement. De plus, en fin d’ouvrage, quelques conseils sont spécifiquement adressés aux étudiants devant intégrer à leur travail une réflexion sur leurs pratiques professionnelles.

7Cet ouvrage se démarque par la posture pédagogique adoptée par les auteurs. Une certaine impétuosité à l’égard des références canoniques (« Les stades du développement, chers à Sigmund Freud et ses successeurs, sont des repères pertinents pour les sociétés riches, occidentalisées, monothéistes, patriarcales », p. 22), voire un humour bien prononcé (« Si le jeune a dit : “Nique ta mère !”, il n’a pas dit : “Va voir ta mère pour faire avec elle des choses que la morale réprouve !” », p. 139) permettent aux auteurs de parler d’un ton juste, qui évite à la fois les postures essentialisantes, stigmatisantes ou moralisatrices, tant pour les jeunes dont ils parlent qu’envers les étudiants-lecteurs. Ainsi, lorsque la problématique du plagiat est abordée, cette pratique n’est pas seulement présentée à l’étudiant comme une « faute morale », mais aussi comme une « désolidarisation avec ses futurs collègues » qui fait passer celui qui s’y livre « à côté de l’opportunité rare de réfléchir en profondeur sur un sujet qui alimente sa pratique professionnelle » (p. 127). Quelques heureuses formules pédagogiques (la problématique est « l’écart entre ce que nous savons et ce que nous devrions savoir », p. 120), plusieurs précisions étymologiques bien senties (« l’agressivité vient du latin ad gressus qui est l’“aller vers l’autre mais maladroitement“ », p. 93) parsèment çà et là un texte fluide et précis, truffé de références et d’anecdotes pertinentes.

8On observe toutefois quelques raccourcis, comme par exemple lorsque les auteurs se demandent si, de la même façon que les sociétés traditionnelles animistes et pauvres font prévaloir la force physique, les jeunes en rupture scolaire « surinvestissent [pour cette raison] leurs aptitudes physiques : force, agilité, rapidité, etc. » (p. 22). On pardonne ces simplifications d’autant plus aisément qu’elles sont toujours présentées comme des pistes de réflexion plus que comme des conclusions hâtives, et qu’elles ambitionnent sans nul doute de susciter le questionnement du lecteur. On pourrait tout de même s’interroger sur l’appropriation de la méthode par des étudiants qui risqueraient peut-être, un peu maladroitement, de durcir le cadre d’analyse de leur enquête, en répondant pourtant avec enthousiasme à l’invitation de la recherche d’« anthropo-logiques » invariantes, mais invariablement regroupées dans l’ouvrage autour des thèmes de la sexualité, de la violence et de la mort. Au final, l’ambition de proposer aux étudiants un manuel qui permette d’étudier les ados d’un point de vue socio-anthropologique doit être saluée comme une franche réussite. On ne peut que conseiller cette lecture à toute personne attirée par ce sujet, mais aussi aux principaux intéressés, ces jeunes enquêtés qui font l’objet de tant de recherches, mais qui seront finalement ceux « appelés à prendre la relève » (p. 151).

Haut de page

Notes

1 Thierry Goguel d’Allondans a été éducateur spécialisé pendant vingt ans ; il enseigne aujourd’hui dans un institut alsacien de formation au travail éducatif et social. Il est également, comme Jocelyn Lachance, chercheur en socio-anthropologie de l’adolescence à l’Université de Strasbourg.

2 Principalement les moniteurs-éducateurs, éducateurs spécialisés, assistants sociaux et infirmiers.

3 Selon les auteurs, le néologisme « adulescents » a été inventé par le prêtre catholique et psychanalyste Tony Anatrella pour désigner des adultes qui continuent de se comporter comme des adolescents. Le terme de « tweenagers » est utilisé depuis 2003 par les médias français pour parler des petites filles, les « lolitas », qui ne sont pas des teenagers mais font « comme si ». Enfin, l’« adonaissance » est un concept sociologique développé par François de Singly en 2006 pour représenter des jeunes ni enfants, ni ados, mais dans une nouvelle position d’entre-deux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud Pombet, « Thierry Goguel d’Allondans et Jocelyn Lachance, Étudier les ados. Initiation à l’approche socio-anthropologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/16916

Haut de page

Rédacteur

Thibaud Pombet

Doctorant en socio-anthropologie à l’EHESS, Paris. Thème de recherche : la prise en charge personnalisée des adolescents et jeunes adultes atteints de cancer. Coordinateur du groupe de jeunes chercheurs Cancers et SHS & trésorier-adjoint de l’association Sciences Humaines et Santé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page