Navigation – Plan du site
Mon corps a-t-il un sexe ?

Mon corps a-t-il un sexe ?

Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales
Évelyne Peyre, Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2015, 300 p., ISBN : 9782707173584.
Notice publiée le 04 février 2015

Présentation de l'éditeur

« Sexe » est l'un des mots de la langue française que les gens sans distinction de classe, de religion, d'apparence ou de profession, utilisent avec grand intérêt, qu'ils soient accoudés au zinc d'un bistrot ou à la paillasse d'un laboratoire de biologie moléculaire. Deux mises en scène distinctes, sociale ou scientifique ; deux scénarios différents : d'un côté, les histoires d'amour ou d'imaginaire sexuel, de l'autre, les recherches biologiques. Sous ce mot de « sexe », notre langue, si riche, produit une polysémie bien fâcheuse.
L'ambition de ce volume, qui rassemble les contributions de chercheurs et chercheuses en sciences de la vie et en sciences humaines et sociales est de faire le point sur les connaissances concernant le sexe biologique et ses variations, dont on sait désormais qu'il ne permet pas de séparer les individus en deux catégories bien distinctes. Ce livre veut aussi évaluer l'impact du genre sur le développement du corps des êtres sexués et sur la construction de leur identité. Enfin, il cherche à apprécier dans quelle mesure les croyances liées au genre (bicatégorisation mâle-femelle stricte, supériorité masculine) ont pu influencer les recherches menées sur le sexe biologique. Et les témoignages de personnes intersexes et transgenres apportent sur la question de l'identité sexuée un éclairage complémentaire qui bouscule les « réponses » que donnent le plus souvent la médecine et le droit.

Haut de page

Auteurs

Évelyne Peyre (dir.)

Bioanthropologue, chargée de recherche au CNRS, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), Paris.

Joëlle Wiels (dir.)

Biologiste cellulaire, directrice de recherche au CNRS, Institut Gustave Roussy (IGR), Villejuif.

Haut de page