Navigation – Plan du site

Yana Grisphun (dir.), « Éthos discursif », Langage & Société, n° 149

François-Ronan Dubois
Éthos discursif
Yana Grishpun (dir.), « Éthos discursif », Langage & Société, n° 149, 2014, 172 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735116102.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Amossy en donne une définition minimale dans sa contribution : l’éthos est « l’image que l’orateur (...)
  • 2 Amossy Ruth (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de lethos, Lausanne-Paris, Del (...)
  • 3 Voir l’article de synthèse : Maingueneau Dominique, « Problèmes d’ethos », Pratiques, 113-114, 2002 (...)

1Emprunté à la rhétorique antique, le concept d’éthos1 a pris une place centrale dans de nombreux travaux de linguistique, ces trois dernières décennies. Importé principalement grâce aux propositions respectives de Ruth Amossy2 et Dominique Maingueneau3, le concept a très vite gagné en autonomie, au regard de son origine artistotélicienne, pour donner lieu à des usages disciplinaires spécifiques au sein des sciences du langage et en particulier de l’analyse du discours. Ces usages ont parfois conduit les linguistes à insister sur les aspects extradiscursifs des constructions éthiques, en les reliant par exemple aux attitudes corporelles, qui participent tout autant que le discours tenu par et sur quelqu’un à sa représentation de soi. Le présent numéro de la revue Langage & Société propose de revenir sur les composantes spécifiquement discursives de la présentation éthique.

  • 4 Royal Ségolène, Ma plus belle histoire, cest vous, Paris, Grasset, 2007.

2Le versant théorique de ce programme est assuré, justement, par Amossy (« L’éthos et ses doubles contemporains. Perspectives disciplinaires ») et Maingueneau (« Retour critique sur l’éthos »). Ruth Amossy, dans un premier temps, propose de différencier l’éthos, et l’usage qu’en font les sciences du langage, d’autres concepts, employés par différentes disciplines, particulièrement celles du commerce, du management et du marketing. Amossy distingue ainsi l’éthos des concepts de prime abord concurrents que sont la présentation de soi, le branding, l’image corporative ou encore la gestion d’impressions. Selon Amossy, le concept d’éthos est le plus opérant de tous, pour deux raisons : d’abord parce qu’il ne tend pas à une efficacité managériale et publicitaire et, partant, ne raisonne pas seulement en termes de succès et d’échecs, ensuite parce qu’il affine les conclusions des autres. Ainsi, les analyses en termes de présentation de soi ou d’image corporative, par exemple, ne sont susceptibles que de rendre compte des stratégies déployées par les émetteurs, individuels ou collectifs, des discours, sans explorer le jeu entre cet éthos visé et l’éthos construit. En se fondant sur une analyse rapide de l’autobiographie politique de Ségolène Royal4, Amossy souligne que l’éthos est un rapport dynamique entre émetteur, récepteur et contexte, et qu’il ne saurait se comprendre uniquement à l’aune des intentions et des calculs du premier de ces trois pôles.

3Dominique Maingueneau revient lui aussi sur la nécessité de ne pas employer l’éthos comme un concept univoque. Selon lui, à une époque où le concept s’est définitivement implanté au sein des sciences du langage, il paraît important d’insister sur sa complexité, pour en éviter les emplois simplificateurs. Maingueneau suggère ainsi de comprendre l’éthos selon trois dimensions : la dimension catégorielle, la dimension expérientielle et la dimension idéologique. La dimension catégorielle est celle des « rôles discursifs » remplis par le locuteur (« animateur, conteur, prédicateur », p. 33) ou de ses « statuts extradiscursifs » (« père de famille, fonctionnaire, médecin », p. 33). La dimension expérientielle intègre à ces rôles et à ces statuts des qualités éthiques stéréotypées : le cadre est jeune et dynamique, par exemple. Enfin, la dimension idéologique est celui des positionnements intellectuels, comme celui d’être de droite ou de gauche. À cela il faut encore ajouter la distinction entre l’éthos dit (« ce que le locuteur dit de lui-même », p. 34) et l’éthos montré (« ce que montre sa manière d’énoncer », p. 34). Ces deux jeux de distinctions seraient susceptibles d’assurer un usage rigoureux de l’éthos pour l’analyse du discours, ce que Dominique Maingueneau entreprend de démontrer en appliquant ces catégories à deux cas d’étude : les annonces d’un site de rencontre, d’une part, et d’autre part quelques publicités.

  • 5 La couverture du numéro orthographie le nom de Grinshpun « Grishpun » et, par souci de facilité bib (...)

4Ce sont cependant les articles de María Alejandra Vitale (« El ethos en la ‘conversacionalización’ del discurso público. Las alocuciones de asunción de la presidente argentina Cristina Fernández de Kirchner »), Marion Sandré (« Éthos et interaction : analyse du débat politique Hollande-Sarkozy ») et Yana Grinshpun5 (« Au-delà de l’éthos discursif : l’éthos galant ») qui proposent des analyses détaillées de corpus précis. Si Vitale et Sandré s’intéressent, comme le fait Amossy avec l’autobiographie de Royal, à la parole politique contemporaine, écrite, dialogique ou monologale, Grinshpun en revanche procède à une application de l’éthos à l’analyse de discours de l’époque moderne et plus particulièrement du XVIIe siècle français, de sorte que l’ouvrage propose, avec les exemples également apportés par Maingueneau, un large éventail d’applications.

  • 6 Vitale s’appuie principalement sur Fairclough Norman, Discourse and Social Change, Cambridge, Polit (...)

5À travers les deux discours d’investiture (en 2007 et en 2011) de la présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner, Vitale présente une étude des marqueurs discursifs qui signalent l’assimilation du discours politique à la conversation et, par conséquent, une modification profonde de l’éthos politicien et du rapport que celui-ci implique entre les représentants du pouvoir et ceux qu’ils gouvernent. En s’appuyant principalement sur les travaux de Fairclough6, Vitale montre de quelle manière Kirchner efface les marques d’autorité propres au discours d’expertise et de pédagogie du dirigeant, que Sandré montrera à l’œuvre chez Hollande ou Sarkozy, pour favoriser une assimilation de l’oratrice à la masse militante. L’illusion d’une situation dialogique, créée par l’abondance de marqueurs d’interlocution, comme les pronoms personnels, permet de soutenir cette entreprise d’assimilation. Vitale insiste par ailleurs sur l’articulation entre la subversion des pratiques langagières propres au genre du discours d’investiture et la subversion des pratiques protocolaires, dans la cérémonie d’investiture elle-même, où la famille de Kirchner tient une plus grande place qu’il n’est accoutumé.

6Au regard de la pratique de Kirchner, l’éthos construit, lors du débat d’entre-deux-tours du 2 mai 2012, par Hollande et Sarkozy, tel que l’analyse Marion Sandré, présente des caractéristiques plus classiques. On y retrouve par exemple la position de l’expert-pédagogue ou celle du futur président combatif. À bien des égards, ce débat se présente comme un cas d’école. On peut aisément y distinguer les différentes parties de l’éthos, selon qu’il est affiché dans le discours ou par le discours (l’éthos dit et l’éthos montré, évoqués aussi par Maingueneau), selon qu’il relève du comportement, selon qu’il est attribué par l’extérieur ou par l’émetteur lui-même. Tout l’enjeu du débat est d’arriver à créer une image cohérente où le dit, le montré et l’incarné ne se contredisent pas et où, par ailleurs, l’éthos que l’on souhaite afficher l’emporte sur l’éthos que l’adversaire entend nous attribuer. Sandré souligne le caractère ambivalent de l’affichage et de l’attribution cependant : afficher un certain éthos, c’est se distinguer de l’autre candidat et donc, nécessairement, lui attribuer par implicite l’éthos en négatif de celui que l’on construit. Inversement, attribuer un éthos à l’autre, en soulignant son incompétence ou sa malhonnêteté, c’est courir le risque de passer soi-même pour un moralisateur insultant et agressif. En d’autres termes, affichage, attribution, énonciation et monstration sont, pour la plupart des énoncés, des opérations simultanées.

7Le propos de Yana Grinshpun se place à un autre niveau : il porte moins sur un corpus circonscrit, comme les discours d’investiture ou le débat présidentiel, mais plutôt sur un ensemble de pratiques discursives, celles du milieu galant à l’époque moderne. Grinshpun montre que la maîtrise linguistique et la construction de cette maîtrise comme identité de groupe joue un rôle de distinction sociale vis-à-vis de l’extérieur, et d’intégration sociale vis-à-vis du groupe. Les caractéristiques de semblables phénomènes se retrouvent, selon Grinsphun, dans les discours tenus par les écoles de savoir-vivre de l’époque contemporaine, comme le suggère son analyse du matériel promotionnel de l’École française de la courtoisie et du protocole, fondée en 2007 par Geneviève d’Angenstein.

8Si les corpus étudiés par ces cinq articles peuvent paraître extrêmement variés, ils se caractérisent en revanche par une grande cohérence conceptuelle qui permet la mise à l’épreuve systématique de la notion d’éthos.

Haut de page

Notes

1 Amossy en donne une définition minimale dans sa contribution : l’éthos est « l’image que l’orateur construit de sa propre personne pour assurer sa crédibilité » (p. 13).

2 Amossy Ruth (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de lethos, Lausanne-Paris, Delachaux Niestlé, 1999. Voir, plus récemment, la synthèse rétrospective : Amossy Ruth, La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, Presses Universitaires de France, 2010.

3 Voir l’article de synthèse : Maingueneau Dominique, « Problèmes d’ethos », Pratiques, 113-114, 2002, p. 55-67.

4 Royal Ségolène, Ma plus belle histoire, cest vous, Paris, Grasset, 2007.

5 La couverture du numéro orthographie le nom de Grinshpun « Grishpun » et, par souci de facilité bibliographique, c’est celui que nous avons reproduit dans le titre de ce compte-rendu. Néanmoins, l’orthographie correcte est bien « Yana Grinshpun », telle qu’elle est présentée dans le reste de l’ouvrage et sur la page personnelle de la chercheuse, sur le site de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

6 Vitale s’appuie principalement sur Fairclough Norman, Discourse and Social Change, Cambridge, Polity Press, 1992 ; Critical Discourse Analysis, Londres, Longman, 1995 ; Media Discourse, New York, Oxford University Press, 1995 et Analysing Discours, Londres, Routledge, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Yana Grisphun (dir.), « Éthos discursif », Langage & Société, n° 149 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 février 2015, consulté le 26 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/16939

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page