Navigation – Plan du site

Anne-Françoise Dequiré, Stéphane Rullac (dir.), « Nouvelle gestion sociale des SDF », Le sociographe, n° 48, 2014

Benjamin Chevalier
Nouvelle gestion sociale des SDF
Anne-Françoise Dequiré, Stéphane Rullac (dir.), « Nouvelle gestion sociale des SDF. Comparaisons internationales de politiques pour les sans abri », Le Sociographe, n° 48, décembre, 2014, 144 p., Montpellier, Éditions Champ social, ISBN : 9782918621225.
Haut de page

Texte intégral

1« L’acronyme “SDF” a fait son apparition dans les années 1990 […]. Dès lors, la population SDF est devenue une figure collectivement partagée et une représentation évidente du nouveau clochard, mendiant, ou encore vagabond » (p. 7). Ces mots, qui ouvrent l’ouvrage collectif, soulignent d’emblée le caractère complexe et paradoxal de l’analyse des sans-abris. Complexe, parce que l’image du sans-domicile demeure ancrée dans un faisceau de synonymes approximatifs ; mais aussi paradoxal, car au-delà de ce foisonnement de termes connexes, le SDF fait sens, et l’on y associe volontiers les marques les plus extrêmes de l’exclusion sociale, jusqu’à supposer une certaine uniformité de ses conditions. Ce numéro du Sociographe se propose de retrouver la complexité de ce phénomène qui résiste aux analyses unilatérales en interrogeant ce que peut recouvrir l’acronyme déshumanisant du SDF. Les huit articles du dossier analysent la réalité sociale des sans-abris selon plusieurs angles et à travers des espaces géographiques variés, conférant à ce numéro un aspect comparatif notable.

  • 1 Une des problématiques récurrentes de l’ouvrage consiste à voir en quoi ces dispositifs d’aide part (...)
  • 2 Concernant la crainte de la différence dans les grandes villes, ainsi que les stratégies individuel (...)

2L’un des objets premiers de l’ouvrage consiste en une analyse des effets sociaux produits par les dispositifs d’assistance. C’est à travers cela, d’ailleurs, que les auteurs constatent le caractère tantôt unifiant, tantôt fragmentant des systèmes d’aide1. Antonin Margier, Céline Bellot et Richard Morin mettent en lumière les différentes politiques municipales existant dans les grandes métropoles canadiennes, et font ainsi émerger deux modèles de gestion de ces populations dans l’espace public. Le premier, propre aux villes de Montréal et de Québec, vise à assurer l’harmonie sociale des territoires à usage collectif en répondant aux besoins des SDF tout en assurant le maintien d’un sentiment de sécurité pour le reste de la population – présence accrue des forces de police et intervention fréquente des services sociaux... Cette approche est opposée à celle que l’on trouve dans d’autres villes comme Ottawa, Toronto, Calgary et Vancouver. Ces municipalités préfèrent en effet mettre en place des politiques de « housing first », c’est-à-dire des dispositifs permettant aux sans-domiciles d’avoir accès à un logement individuel ; l’absence de visibilité des vagabonds étant une finalité en soi. Derrière ces différences se cache un phénomène commun : dans un monde globalisé, les espaces publics des grandes métropoles relèvent désormais d’un enjeu de compétitivité majeur et doivent être sécurisés, aseptisés, « purifiés ». Le corps social est par conséquent divisé en deux : les acceptés et les intrus, en vertu de comportements jugés bons ou mauvais. De là une marginalisation accrue de ceux qui vivaient déjà aux marges. L’espace public urbain est de moins en moins public et la différence sociale de plus en plus assimilée à un danger qu’il convient de réguler2. Le traitement des SDF peut donc s’analyser à travers une tension entre l’émergence de solutions variées mais qui renvoient à des lectures sociales uniformes. On retrouve cette dialectique dans la contribution de Claire Ansermet et Jean-Pierre Tabin qui analysent le fonctionnement de trois organismes d’aide aux sans-abris dans une ville de Suisse romande – une laverie offrant également aux bénéficiaires un accès aux premiers soins ainsi qu’à des douches, un foyer de nuit, ainsi qu’une cantine collective. Ces organismes obéissent à des réglementations internes différentes, et possèdent chacun leur histoire et leur philosophie propres. La cantine collective a été créée à l’initiative d’une religieuse et mobilise quelques 200 volontaires, alors que la structure proposant un hébergement nocturne est gérée dans un esprit revendicatif, par des bénévoles attachés au droit au logement, soucieux de ne pas sexuer les tâches d’entretien de la structure. La laverie, elle, est menée par un directeur qui supervise le travail d’une quarantaine de bénévoles – toutes des femmes – traçant une division genrée des responsabilités et assignant les femmes aux travaux ménagers relatifs à l’hygiène des corps. Malgré ces différences, ces trois dispositifs présentent de nombreuses caractéristiques communes qui tendent à uniformiser la vision qu’ils transmettent des usagers. Les services rendus le sont en quantités structurellement faibles : le nombre de lits offerts est insuffisant, quand la cantine et la laverie drainent quotidiennement de longues files d’attente. Cette situation de pénurie est politiquement créée et mais aussi désirée. Ces trois organismes étant largement financés par les pouvoirs publics locaux, ce sont eux qui, volontairement, subventionnent faiblement ces structures, voire qui imposent une offre de service de moindre ampleur, comme dans le cas de l’hébergement de nuit où le nombre de lit est défini par les autorités. Les usagers sont alors toujours considérés comme des indésirables, dont la gestion doit être parcimonieuse afin d’éviter la propagation d’un phénomène social confiné à la marge.

3Le second enjeu soulevé par le dossier concerne la difficile évaluation des politiques publiques d’assistance aux sans-abris, notamment à l’heure où les outils tendent à se renouveler et à se rationnaliser – justifiant ainsi le titre de « nouvelle gestion sociale des SDF ». Depuis peu, se développent des dispositifs, venus d’Amérique du nord, dits de « logement d’abord » (housing first). Comme l’expliquent Corinne Chaput-Le Bars et Arnaud Morange dans leur article, il s’agit là d’une nouvelle manière de penser l’assistance. La possession d’un espace privatif, même dans les cas où l’errance est liée à des problématiques psychiques majeures – alcoolisme, démence… – n’est plus l’objectif final du processus de réinsertion, mais au contraire l’étape première et nécessaire à la ré-inculcation d’un habitus intégrateur. Selon les auteurs, qui s’appuient sur l’évaluation d’un dispositif de « logement d’abord » mis en œuvre près de Caen depuis 2011, les bénéfices seraient réels. S’il est trop tôt pour se prononcer définitivement, et si les obstacles restent forts – envahissement des logements par les connaissances de la rue… – les bénéficiaires montreraient, avec le temps, une progressive réadaptation à la normalité sociale. Ces solutions semblent plus efficaces sur le long terme que celles destinées aux jeunes en Grande-Bretagne, dans la région du Kent, analysées par Anne-Françoise Dequiré, Emmanuel Jovelin et Richard Morin. Avec la pénurie croissante d’hébergements d’urgence, le comportement à risque d’un bénéficiaire est stigmatisé et sert de justification à son renvoi. La centralité du risque dans la gestion des SDF érode la relation de confiance nécessaire entre la structure et les usagers, et diminue les chances de réinsertion de ces derniers. La tentative actuelle, en France, de centralisation des offres d’hébergements à travers les Services intégrés de l’accueil et de l’orientation (SIAO), analysée par Vicent Montalban Aroca, présente elle aussi des résultats en demi-teinte, car elle complexifie la procédure et ne fait, in fine, que déplacer les biais de sélection des bénéficiaires. Toutefois, d’autres articles nuancent les apports effectifs du « housing first ». Celui de Pascal Noblet, par exemple, ne manque pas de souligner ses attraits, mais regrette que l’importation du concept serve à justifier une diminution substantielle des subventions que l’État alloue aux associations.

4Pour terminer, nous évoquerons les deux derniers textes du dossier, qui permettent d’ouvrir la réflexion sur deux interrogations originales. La première, proposée par Pascale Pichon, est celle de la réintégration du SDF. L’auteure insiste sur l’utilité du principe de discontinuité biographique, qui permet d’analyser ce moment où, pour un sans-abri, la normalité de la rue ne fait plus sens, enclenchant alors un mouvement de retour vers une normalité plus partagée socialement. La seconde voie est ouverte par Sophie Rouay-Lambert, et s’ouvre sur ceux qui se trouvent de l’autre coté des guichets : les travailleurs sociaux. Représentant les contradictions des systèmes d’aide, qui nomment les SDF tantôt « bénéficiaires », tantôt « usagers », tantôt « clients » ou « patients », les travailleurs sociaux sont soumis à des attentes contradictoires – ils travaillent au corps le problème de la désinsertion, mais disposent de faibles marges de manœuvre institutionnelles. Ils illustrent, par le malaise qui est celui de leur profession, ce qui demeure sans doute le problème central de la gestion des SDF aujourd’hui : comment nos dispositifs, pensés pour répondre aux problématiques d’une exclusion propre à un temps économique stable, dans une société de croissance, pourraient-ils finalement être encore opérationnels dans une époque où la crise est devenue une réalité structurelle de long terme, et où la pauvreté ne peut plus être lue comme un phénomène transitoire ?

Haut de page

Notes

1 Une des problématiques récurrentes de l’ouvrage consiste à voir en quoi ces dispositifs d’aide participent ou non à la constitution d’un groupe social artificiellement unifié par des caractéristiques construites politiquement ou socialement. On se penchera, à se propos, sur la notion de stigmate, théorisée plus particulièrement par Erving Goffman. Erving Goffman, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

2 Concernant la crainte de la différence dans les grandes villes, ainsi que les stratégies individuelles d’évitement dans l’espace public, on conseillera le livre de Lyn H. Lofland, A World of Strangers: Order and Action in Urban Public Space, New York, Basic books, 1973, lequel est inspiré des travaux précurseurs de Georg Simmel. Voir Georg Simmel, Les grandes villes et la vie de l’esprit, Paris, Payot et Rivages, 2013 ; compte rendu de Philippe Jurkowicz pour Lectures : http://lectures.revues.org/11348.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Chevalier, « Anne-Françoise Dequiré, Stéphane Rullac (dir.), « Nouvelle gestion sociale des SDF », Le sociographe, n° 48, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/17160

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page