Navigation – Plan du site

Élise Lemercier, Valelia Muni Toke, Élise Palomares (dir.), « Inégalités outre-mer », Terrains & travaux, n° 24, 2014

Benoît Carteron
Inégalités outre-mer
Élise Lemercier, Valelia Muni Toke, Élise Palomares (dir.), « Inégalités outre-mer », Terrains & travaux, n° 24, 2014, 163 p., Cachan, ENS Cachan, ISSN : 1627-9506.
Haut de page

Texte intégral

1L’objet de ce dossier est double : « aborder les Outre-mer français comme un ordre social inégalitaire colonial sans cesse recomposé » (p. 30) et interroger la pertinence de la catégorie outre-mer comme dénomination administrative commune. L’étude des statuts politiques des départements et territoires concernés est ici considérée comme insuffisante pour aborder les effets contemporains de la situation coloniale, laquelle suppose l’analyse empirique des inégalités sociales et de la mise en œuvre de la catégorie Outre-mer. Le dossier est composé d’un article introductif et de cinq études de terrain. Abordant des champs divers, quatre articles concernent les départements d’Outre-mer antillais (Martinique et Guadeloupe avec prise en compte d’associations créées en métropole, pour l’un d’eux) et un article porte sur la Nouvelle-Calédonie.

2L’introduction d’Élise Lemercier, Valelia Muni Toke et Élise Palomares propose une réflexion d’ensemble sur l’héritage colonial et sur les métamorphoses des rapports sociaux coloniaux, abordés à partir des effets inégalitaires du monolinguisme d’État, des mobilisations contre la vie chère (2009) et des migrations. En dépit de l’hétérogénéité des Outre-mer, un héritage colonial commun se traduit par une forte dépendance à la métropole. Le monolinguisme s’impose ainsi face aux langues locales, dont l’enseignement n’est encore pensé que comme une étape de transition vers l’apprentissage du français. Les enquêtes d’évaluation linguistique insistent sur les déficits de compétence en français écrit tandis que la « littéracie » orale, liée à l’usage majoritaire et quotidien des langues maternelles, n’est pas prise en compte. La maîtrise du français, mais aussi les degrés de légitimité des autres langues, produisent des effets de hiérarchisation que recoupent les inégalités sociales. Les mouvements contre la vie chère ont mis en exergue la reproduction des inégalités socio-raciales, mais aussi la résistance et l’émergence d’une conscience ultramarine dans l’expérience commune de la dépendance à la métropole. D’autres effets sont mis évidence : peur d’une révolte des post-colonisés, qui affecte en particulier les Métropolitains expatriés, renforcement des barrières d’appartenance, positionnement collectif des populations réagencées autour d’enjeux sociaux et économiques.

3La question des migrations et des inégalités liées à la situation précaire et illégitime des étrangers est abordée de manière détaillée avec l’étude de Stéphanie Mulot sur la prise en charge des migrants haïtiens séropositifs dans les hôpitaux guadeloupéens. Cet article ainsi que le suivant sur la persistance des hiérarchies coloniales au sein de la rédaction du journal France-Antilles (Hugo Bouvard), viennent à propos montrer la pertinence de l’approche intersectionnelle afin de saisir l’enchâssement des dominations par « l’interdépendance des rapports de race, de classe et de genre […] dans un contexte hérité de l’histoire coloniale » (p. 31).

4Stéphanie Mulot compare deux modes de prise en charge des patients haïtiens atteints du VIH. L’un repose sur l’ethnicisation et l’altérisation des patients et produit des inégalités de prise en charge médicale ; l’autre repose sur une approche collégiale du soin et favorise l’amélioration des conditions de vie des migrants. Dans le premier cas, l’étiquetage social et ethnique des patients oscille entre la compassion misérabiliste et une stigmatisation conduisant à leur mise à distance. L’ethnicisation reproduit ici les rapports de domination sociale, raciale et culturelle, tout en masquant le manque de cohésion et les dysfonctionnements des services hospitaliers. Dans le second cas, la prise en charge globale vise à réduire l’écart entre le vécu de l’infection et la réalité de la maladie. Le patient est rendu acteur du soin. Sa culture n’est pas essentialisée mais considérée comme une ressource indispensable à son équilibre, avec laquelle il faut négocier.

5L’article d’Hugo Bouvard aborde la continuité du « cadre colonial » (entendu comme résidu à la fois persistant et transformé) à travers les hiérarchies et rapports de pouvoir à l’œuvre dans la salle de rédaction de France-Antilles. L’ordre racisé et genré est rendu visible par la hiérarchie des postes, les plus élevés étant occupés par des hommes blancs tandis que les tâches d’accueil et d’entretien sont assurées par des femmes noires. Au sein de la rédaction, l’attribution des sujets autant que les interactions hommes/femmes manifestent la domination raciale et genrée. Grâce à leur « capital d’autochtonie », les journalistes antillais tirent cependant parti de leur connaissance intime du terrain et de leur maîtrise du créole. Ceci bénéficie notamment aux femmes noires de la rédaction, qui passent l’essentiel de leur temps en reportage, contrairement aux journalistes métropolitains, et échappent ainsi aux oppressions sexistes et racistes de la salle de rédaction. L’utilisation du créole dans les articles, quoique circonscrite à des espaces limités, permet de résister à la langue du colon en agissant comme un contrepoids populaire au registre du dominant.

6Une autre forme de résistance est abordée par Julien Merlin à propos de la mobilisation contre le projet d’implantation d’une usine de traitement du nickel, dans le sud de la Grande terre en Nouvelle-Calédonie. À partir de l’action des associations écologistes pour la protection de l’écosystème et le classement du lagon calédonien à l’Unesco, a émergé une autochtonie environnementaliste. Associations écologistes et Comité autochtone se sont donnés une cause commune en établissant « un lien causal entre détériorations de l’environnement et détérioration de la “coutume” » (p. 99) et en mobilisant la notion d’autochtonie définie au niveau international. Cependant, les associations écologistes ont été supplantées par le comité autochtone, devenu l’unique représentant de la défense environnementale au sein de divers dispositifs de concertation, et seul signataire d’un pacte de développement durable avec l’industriel. En se réappropriant une question environnementale, au départ importée du débat politique métropolitain, l’autochtonie environnementaliste kanak a opéré en quelque sorte une inversion de la domination.

7L’étude de Gaël Villoing et Sébastien Ruffié concerne l’action de deux associations guadeloupéennes en faveur des personnes atteintes d’un handicap moteur. Créées dans les années 1980, elles ont revendiqué l’alignement du niveau des prestations sociales sur celui en vigueur en métropole et les moyens d’une vie autonome (logement, transport, accessibilité…). Néanmoins, ces associations ont développé des visions différentes du handicap. Pour la première et plus ancienne, les solidarités familiales et communautaires propres à la Guadeloupe permettent l’autonomie en évitant l’éloignement en métropole des personnes en situation de handicap. Des structures d’accueil spécialisées ont ainsi satisfait l’exigence de vivre sur place, mais en confortant la dépendance des handicapés aux valides. C’est ainsi que de nouvelles revendications ont émergé avec la seconde association, qui a insisté sur une conception individuelle de l’autonomie par l’inclusion sociale (accès à des logements autonomes, défense de l’égalité des droits et participation aux instances de décision concernant les personnes handicapées), contre la dépendance à l’environnement familial et social. Les jeunes handicapés seraient désormais plus sensibles à l’intégration individuelle qu’à une action collective fondée sur le regroupement entre soi et l’entraide, ce qui semble aller dans le sens du modèle prôné par la seconde association.

8La dernière contribution aborde l’usage de la catégorie outre-mer à travers la multiplicité de sens et d’appropriations de la notion, qui reflète l’ambiguïté du rapport des Outre-mer à l’État français. Autour d’un même projet collectif, Audrey Célestine et Aurélie Roger s’appuient sur trois enquêtes de terrain : l’une auprès d’associations de personnes originaires d’Outre-mer vivant en métropole, l’autre auprès de la fédération martiniquaise de l’UMP, la troisième portant sur des groupes d’intérêts lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. La catégorie outre-mer ne s’applique plus seulement aux territoires, mais concerne aussi des populations originaires de ces territoires vivant dans l’Hexagone, avec l’enjeu politique de leur traitement spécifique. Cette catégorie est de plus co-construite par les acteurs centraux et les acteurs locaux. Ils se rejoignent dans la mobilisation de la catégorie, avec cependant des logiques propres et des objectifs divergents, conférant à l’outre-mer un caractère plurivoque. Enfin, l’usage de la catégorie par les acteurs locaux oscille entre une tendance à mobiliser le label outre-mer et une tendance à dénier sa pertinence et sa validité, selon qu’il s’agisse de revendiquer une spécificité et peser numériquement dans les rapports de négociation, ou bien de refuser l’assignation catégorielle quand elle tend à effacer les différences entre les territoires.

9Des nuances sont à apporter à la problématique générale des inégalités outre-mer qu’annonce le dossier. On peut regretter l’insistance sur la mise en lien des inégalités avec la situation (post-)coloniale. L’influence de l’héritage colonial, indéniable, coexiste avec d’autres logiques, qu’elles soient proprement internes ou qu’elle ressortent de contextes plus globaux, comme le montre par exemple l’article sur le traitement des Haïtiens atteints du VIH, où interviennent les discriminations propres aux Antilles, les questions d’organisation hospitalière et de stigmatisations de populations étrangères démunies qu’on retrouverait dans bien d’autres contextes. Cette insistance conduit à réifier la part l’héritage colonial tout en reconnaissant les résistances et les transformations à l’œuvre. La problématique gagnerait finalement à séparer plus clairement ce qui ressort des diverses inégalités (sociales, raciales et de genre) et de la dépendance des Outre-mer à l’État national. Plusieurs articles ne traitent ainsi pas tant des inégalités que des formes de résistance à la domination nationale, y compris comme réponse ambivalente à la subordination.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Carteron, « Élise Lemercier, Valelia Muni Toke, Élise Palomares (dir.), « Inégalités outre-mer », Terrains & travaux, n° 24, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 mars 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17215

Haut de page

Rédacteur

Benoît Carteron

Ethnologue, maître de conférences, Université catholique de l’Ouest, Angers, Laboratoire ESO Angers, UMR 6590.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page