Navigation – Plan du site

André Donzel, Le nouvel esprit de Marseille

Thibault Bechini
Le nouvel esprit de Marseille
André Donzel, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions urbaines », 2014, 176 p., ISBN : 978-2-343-04422-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marcel Roncayolo, L'imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliot (...)

1Cet ouvrage du sociologue André Donzel propose une analyse du « nouveau paradigme de développement » qui prévaut à Marseille, capitale européenne de la culture en 2013. L’auteur s’interroge sur la manière dont Marseille s’est affranchi de la « rhétorique du déclin », qui structurait les représentations sociales de la ville depuis la fin de l’époque coloniale, afin de se positionner comme une métropole attractive et compétitive. Cette publication qui s’intéresse au « nouvel esprit de Marseille » vient compléter les travaux du géographe Marcel Roncayolo qui, dans un ouvrage récemment réédité, étudie « l’imaginaire de Marseille » tel qu’il se structure entre le début du XIXe siècle et les années 19801.

2En six chapitres très denses, André Donzel évoque successivement les aspects économiques, politiques et sociaux de ce « nouvel esprit de Marseille ». L’analyse fait varier les échelles et inscrit la réflexion dans des cadres aussi différents que celui du quartier, de l’agglomération ou de la région, sans jamais perdre de vue la dimension nationale, voire internationale, des thématiques abordées.

3Ce travail repose sur une hypothèse dont l’auteur discute la validité au fil de ses chapitres : les élites marseillaises tenteraient, depuis le début des années 2000, de conformer leur ville au « modèle métropolitain » qui prévaut à l’échelle mondiale, en s’appuyant notamment sur le secteur de la culture, désormais posé comme la condition sine qua non de la performance économique.

4S’il est incontestable que le secteur marseillais de la culture a connu un développement sans précédent au cours des dix dernières années – en termes de création d’emplois, de moyens et d’infrastructures – André Donzel rappelle que Marseille est loin d’être une ville désindustrialisée et que les activités de production continuent au contraire d’être une « spécificité forte de l’économie des Bouches-du-Rhône ». L’agglomération marseillaise participe même d’une dynamique de l’innovation à l’échelle de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, grâce à l’essor qu’y connaissent les hautes technologies. De manière comparable, le secteur hospitalier marseillais, avec des installations de pointe comme celles de La Timone, de Sainte-Marguerite ou de l’Hôpital-Nord, se structure autour de plates-formes techniques de renommée nationale voire internationale. Les secteurs industriels et scientifiques se trouvent étroitement liés à travers la mise en place de technopôles, qui bénéficient de leur proximité avec l’AMU (Aix-Marseille Université), le premier établissement universitaire français en nombre d’étudiants depuis la fusion en 2010 des trois universités préexistantes.

5André Donzel souligne également la force de la société civile marseillaise, là encore à toutes les échelles. Si le choix du « modèle métropolitain » peut apparaître comme un choix élitaire, il n’en demeure pas moins que les Marseillais savent faire entendre leur voix, à travers notamment les Comités d’intérêts de quartier (CIQ), dont certains existent depuis la fin du XIXe siècle. Les dynamiques sociales observables à Marseille témoignent par ailleurs de spécificités qui mettent en lumière la singularité de cet espace urbain. On y observe en effet une gentrification périphérique, « à l’envers » pour reprendre les termes de l’auteur : la ville tend à concentrer ses pauvres et à disperser ses riches, selon une dynamique ancienne qui répartit les marques de la richesse à travers les « espaces bastidaires du terroir » et les « hauteurs avec vue sur mer du littoral ».

6De cette forte bipolarisation sociale au sein de l’espace urbain, résultent des choix politiques particuliers, que les élections municipales du printemps 2014 ont confirmés à travers l’élection du candidat frontiste Stéphane Ravier comme maire du 7secteur. André Donzel analyse la manière dont, à Marseille, le vote Front national est la traduction de l’« anomie urbaine ». Il revient sur l’émergence de zones à vocation résidentielle au cours des Trente Glorieuses, qui se caractérisent par « des identités sociales et des traditions politiques peu marquées ». Depuis un demi-siècle, Marseille tend en effet à devenir une ville de propriétaires – ils représentent 44 % des habitants de la ville, ce qui est supérieur à ce que l’on observe dans de nombreuses autres agglomérations françaises – au sein de laquelle se développe une appropriation de l’espace de plus en plus privative.

7Ces différentes considérations permettent de mieux apprécier l’émergence de Marseille comme « cité culturelle ». André Donzel souligne d’ailleurs que Marseille a toujours joui d’une « relative centralité en matière de création culturelle », avant même d’être promue capitale européenne de la culture en 2013. La candidature de Marseille comme capitale de la culture semble avant tout avoir été porté par un patronat local renouvelé, plutôt issu de l’économie résidentielle qui met l’accent sur la valorisation immobilière du territoire, et dont les liens avec le monde culturel marseillais paraissent ténus : les acteurs culturels se sont tenus très en retrait du processus de candidature. Selon André Donzel, la candidature de Marseille doit être lue, in fine, comme une manière de se conformer aux « normes du capitalisme postmoderne », qui impliquent de promouvoir une image culturelle de la ville.

8Le nouvel esprit de Marseille constitue une bonne entrée en matière pour qui s’intéresserait aux mutations de la cité phocéenne, chacun des différents points abordés par André Donzel appelant des études plus spécifiques.

Haut de page

Notes

1 Marcel Roncayolo, L'imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/16705.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Bechini, « André Donzel, Le nouvel esprit de Marseille  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 mars 2015, consulté le 30 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/17339

Haut de page

Rédacteur

Thibault Bechini

Ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé d’histoire, doctorant contractuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page